Activités

  • Eva a répondu au sujet Raconte-moi la punition qui te fait fantasmer aujourd'hui… dans le forum Causons fessée il y a 2 semaines

    Là maintenant tout de suite j’ai envie d’une méchante punition.
    Parce qu’elle a fracassé ma patience et ma tempérance sur le fronton de nos envies et que la furie est de sortie.
    Elle a déconné et m’a poussé dans mes retranchements. Je me fous pour une fois de si c’est juste ou pas.
    Alors qu’elle est en face de moi, ça ne passe pas. Je la vois pourtant se tordre les mains d’angoisse parce que plus rien ne sera jamais comme avant et qu’elle le sent.
    Je vis en noir, depuis qu’elle m’ a plongé dedans. Je vis, dors, mange froid.
    Sa gueule d’ange ne me rechauffe même pas. Elle bredouille et bafouille sous mon regard noir.
    Et moi j’attends.  J’attends le mot qui me fera sortir de mes gonds et que je sais qu’elle va prononcer :
    -Je ne voulais pas ça….
    A peine émis,  mes récepteurs ne font qu’un tour, pour un aller et retour qui la laissera muette de stupeur, les joues rouges et les larmes aux yeux.
    -petite conne ….tu ne voulais pas?
    Ma main a affirmé sa prise sur ses cheveux à la base de sa nuque et c’est sans pitié que je tire et verrouille. Ses mains se portent à sa nuque, mais une autre gifle vient suspendre son geste.
    La violence de ma poigne la jette à genoux, et c’est très bien car c’est sa place.
    Tête dans les coussins du canapé elle gémit et se met à pleurer.
    – tu as tiré en plein vol sur ce qui était BON en moi! Tu le sais ça?
    ….Mais tu n’as même pas idée de ce qui reste!
    Ces propos me semblent fiel et c’est tout ce qui me reste.
    Je sens ma main s’animer comme celle d’un pantin et tirer sur le tissu de sa culotte. Et je souris quand je l’entends craquer et se déchirer. Je regarde ce bout de tissu noir dans ma main qui ne m’évoque plus ce que je lui ai toujours porté comme signification.  C’est un rien qui vient combler sa bouche.
    Ma main vient alors claquer ses fesses. Avec hargne. Je ne ponctue pas, je ne suis qu’un bras animé de fureur. Je frappe sans vergogne et sans écoute. Je ne suis pas comprise de toutes manières.  Elle décale ses fesses, les rétracte. Elle qui ne bouge jamais…
    Je la laisse là, le temps de déboucler ma ceinture. Parce que oui, aujourd’hui je la porte, ma ceinture. Je la tire hors de ses passants et le cliquetis qui me fait tant vibrer retenti à mes oreilles. Comme un détonateur. Hors de question qu’elle y prenne plaisir!
    Gardant la ceinture en mains, je la traîne par les cheveux jusqu’à la chambre et au lit. Je verrouille ses poignets dans une attache en croix, rapide, peu élégante, mais je m’en fous. Je relève le bas de sa robe sur ses reins et abat la ceinture largement sur son cul. Je ne retiens aucun coups que je lui porte, je frappe large et fort. Je passe ma main dans ses cheveux et je la sens mouillée. Trempée de sueur. Froide, comme moi.
    Je lui tire la tête vers l’arriere.
    – tu sais que cette fois je ne vais pas arrêter ? Je vais te punir jusqu’à ce que tu cries grâce.
    Ses paupières se ferment et je vois sa gorge deglutir.
    Et ce sera long…très long. Pour elle comme pour moi. Parce que elle ne lâche pas, et parce que moi non plus cette fois je ne lâcherais pas. Je ne regarde même pas la couleur de ses fesses, ni ses mains qui se crispent sur les liens. Je n’entends pas ses gémissements ou ses murmures…
    Je ne calcule même pas qu’elle est entrain de mouiller sa robe de sueur et que moi mon tee shirt est entrain de virer aussi.
    Je vois rouge et ne pense plus. Enfin le noir s’efface. C’est une sorte de paix qui s’installe.
    Quand enfin par delà tout ça….j’entends
    ” Grâce. ”
    Il n’y avait pas de safeword pour notre relation. Juste un accès au plus beau et plus pur.
    L’a t-elle crié?murmuré? En tous cas elle a compris MON mot…et j’ai entendu que c’était compris.
    Ma main s’abaisse. Je suis vidée. Séchée. Elle aussi.
    La main tremblante je détache ses liens, les miens aussi car je m’étais amarée à elle.
    Et dans cette folie  je la saisis et l’enveloppe de mes bras ,et comme suspendues nous dérivons. Nous retrouverons ancrage plus tard. Demain tout ira mieux…

    • Certaines personnes donnent envie d’aller sur les chemins de la déraison et de la fureur en leur compagnie … D’oublier le cadre – ou plutôt de le faire voler en éclats …
      Voir l’autre se laisser porter par le moment et tant pis pour le reste, après nous le chaos, est aussi beau que le voir se maîtriser parfois.
      Et puis, trouver quand on cherche est toujours rassurant.
      Merci Eva 😊
      • Chère Christal, “ne pas être juste” faisait d’avantage référence à la notion de justesse qu’à celle de justice, une sorte de démesure exprimée. Mais le mot peut être à double sens donc je comprends ton commentaire.
      PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com