Votre première expérience

Accueil Forums Discussions générales Causons fessée Votre première expérience

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 23)
  • Auteur
    Messages
  • #93042
    Lisa
    Participant


    Bonjour à tous,

    Comme vous avez pu le constater je suis une nouvelle sur le site et je n’ai encore aucune expérience.

    Je souhaitais savoir si vous pouviez raconter la première fois que vous avez eu ou donné une fessée ? Les émotions ressentis ?

    Si vous avez des conseils à me donner également pour le moment où je vais passer le cap

    Bonne journée à tous

    #93050
    fessee21
    Participant


    Première expérience personnelle je suppose … en temps qu’acteur. Je ne parle pas des fessées dont j’ai été témoin !.

    Il m’a fallu attendre mes 18 ans pour donner ma première “vraie / fausse” fessée. J’étais moniteur en colonie de vacances et après le repas les gosses et le personnel se retrouvaient sur les terrains de jeux autour de la colo. Moment de détente également aussi pour les filles de service (appelées ainsi) avec lesquelles nous aimions chahuter. Il y avait une petite blondinette qui me draguait un tantinet et comme des ados, je jouais avec elle “à la bagarre”, à nous faire tomber, à nous rouler dans l’herbe, à nous faire des sortes de prises de judo … Des jeux de gamins. A un moment donné, j’ai eu le dessus et elle s’est retrouvée allongée sur ventre et moi assis à califourchon sur son dos, tourné du coté de ses jambes et… de ses fesses. Elle avait un mignon petit short assez court qui dans notre lutte lui était un peu rentré entre les fesses dont la base était donc très légèrement découverte. Bah on ne voyait pas grand chose, juste un petit peu de peau nue du gras des fesses que je m’étais empressé de claquer “en rigolant”. Elle ne pouvait évidemment pas bouger et je lui avais tout de même infligé une bonne petite fessée de quelques secondes et je n ‘y étais pas allé de main morte ! Je la revois encore battre des jambes et gigoter pour y échapper car l’épisode avait sans doute piqué non seulement ses fesses mais aussi son orgueil car dès que je l’avais relâchée, elle s’était relevée toute rougissante et elle ne riait plus du tout.  Elle s’était précipitée à l’intérieur de la colo manifestement très vexée. L’épisode avait beaucoup amusé les gamins et les témoins de la scène.

    Pour ce qui me concerne j’avais eu une belle érection que j’avais eu du mal à masquer. Episode jouissif !

    Ce fut ma première fessée donnée à une fille. Un grand moment !

    #93052
    Max
    Participant


    Bonjour,

    Pour ma part, c’est ma première copine de Lycée quand nous étions en seconde qui m’a fait découvrir cette pratique. Ca faisait 3 bons mois que nous étions ensemble. Nous avions pour habitude d’aller chez elle pendant les pauses déjeuner car elle habitait juste à côté du lycée et sa famille était absente à cette heure là.

    Nous avons rapidement mangé et sommes aller dans sa chambre pour écouter de la musique comme on en avait l’habitude. C’est à ce moment là où elle m’a parlé de son fantasme d’être fessée. Je précise que nous n’avions encore jamais couché ensemble et je ne l’avais jamais vu nue. Je n’avais encore jamais vu de femmes nues d’ailleurs à cette époque.

    J’étais très réticent au début et un peu scotché par sa demande inattendue. Elle a commencé à s’auto claquer les fesses devant moi. J’ai fini par lui demander comment elle voulait faire  et elle a pris les choses en main. Elle s’est allongée sur mes genoux, je suis inerte quelque instant jusqu’à ce qu’elle me demande ce que j’attendais pour commencer. J’y suis allé tout doux au début, j’avais l’impression que ce que je faisais n’était pas bien et que j’étais entrain de “battre” ma copine mais en parallèle j’étais tout en émoi car je touchais réellement les fesses d’une fille pour la première fois. Elle a fini par me demander de fesser plus fort et de lui enlever son jogging et son shorty. Je découvris alors pour la première fois les fesses nues d’une femme, j’étais gêné et tout foufou en même temps.

    Ses fesses rougies m’ont tout de suite excitée et j’ai commencé à me libérer pour la fesser. Je n’étais plus honteux ou ne trouvait plus ça bizarre, bref j’ai découvert du plaisir et de la joie à la fesser. Je précise également qu’il n’y avait rien de punitif, elle aimait juste la sensation que lui procurait les claques et le chauffement aux fesses. Elle n’était pas soumise non plus.

    Elle a fini par se lever soudainement, à enlever son haut et sauter sur moi. Je découvris alors pour la première fois le corps d’une femme entièrement nu et j’ai eu mon premier rapport sexuel avec cette fille. C’était exceptionnel.

    Enfin, nous avons séché l’heure de cours de 13H30 et sommes allés au cours suivant tout contents et sourire aux lèvres.

    Nous avons recommencé plusieurs fois par la suite.

    Voili voilou, au plaisir

    #93057
    Lisa
    Participant


    Bonsoir, merci à tous pour vos réponses je les ai lu attentivement ! Je parlais plutôt de première expérience en tant qu’adulte consentant, pour pouvoir voir à quoi m’attendre et vos ressentis après

    En tout cas je remercie tout ceux qui ont pris le temps de laisser un message

    Si d’autres personnes souhaitent partager leur première expérience ça sera avec plaisir

    Bonne soirée à tous

    #93064
    Paulparis
    Participant


    Le fantasme bien ancré en moi (cf. le post sur le déclencheur de ce fantasme) je voulais le concrétiser sans jamais osé en parler à mes petites amies. Déjà à 16 ans on est pas très sûr de soi mais s’il faut en plus parler de ça d’un air décontracté et naturel… Pour moi, cela semblait insurmontable. J’ai donc décidé de sauter le pas et de me faire fesser par une escorte (mais à l’époque on disait plus simplement prostitué. J’y ai pris goût et j’ai multiplier les expériences vénales, y compris en allant, accompagné, dans des clubs spécialisés. C’est là que j’ai fais mes premières rencontres “non vénales”. C’est aussi là que j’ai rencontré des camarades de jeux et découvert le plaisir de fesser ces demoiselles et d’apprécier leurs cul rouges er marqués. Ce fantasme ne m’a jamais quitté !

    #93075
    fesrouges1973
    Participant


    Voici ma première expérience:

    Je devais avoir 27 ou 28 ans, après ma première séparation..en instance de divorce. C’est là que mes premières soirées passées sur le net, arrivant, de fil en aiguille sur certains site dédiés à la fessée et ses plaisirs (fesrouges pour ceux qui ont connus), m’ont donné de premiers contacts intéressants et ô combien troublants.

    De fil en aiguille, un de ces contacts m’a mené à envisager une rencontre avec une jeune fille québecoise. Je me suis “formé” à la suivre pour une question de perte de poids et donc tout se passait à distance et sur la base de l’auto-fessée. Je ne m’étalerai pas là-dessus sauf en cas de question, je pense que tout le monde sait de quoi il s’agit.

    Un jour, cette partenaire a prévu un voyage en europe, passant proche de chez moi. Nous avons donc envisagé de nous rencontrer.

    La rencontre a eu lieu dans sa chambre d’hôtel. nous étions aussi nerveux l’un que l’autre. Mais la fessée a eu lieu après quelques discussions utiles et nécessaire sur le consentement et les limites. Elle fut certainement bien trop soft pour elle, l’a été pour moi mais une première.. c’est rarement la panacée.

    N’ayant, à ce moment là, jamais fessé personne, je ne suis pas sûr que cette première ait été une totale réussite pour la demoiselle que j’avoue avoir perdu de vue rapidement après…

    Mais ce que je savais, c’est que j’avais mis le doigt dans un engrenage. Je voulais le refaire. Mais je savais aussi que mon expérience avait besoin d’être consolidée. Il fallait donc trouver des personnes pouvant m’aider à cela. Mais ça, c’est la suite… et .. après plus de 20 ans, elles confirment une chose. Cette expérience n’a pas été la meilleure. Mais elle a permis de savoir que cette pratique faisait désormais partie de moi et que sans ça, je ne suis plus le même.

    Et j’espère toujours secrètement, que si cette jeune femme n’a peut être pas été subjuguée par la qualité de ce qui lui a  été offert, n’a pas non plus été dégoutée de cette pratique et qu’elle, de son côté, a vécu d’autres expériences aussi enrichissantes que les miennes.

    Ce petit récit, je l’espère, répondra à cette question et encouragera celles et ceux qui hésitent mais désirent, à passer le cap, dans le respect et le plaisir que cela suppose.

     

    #93080
    Geralt
    Participant


    Ma première expérience fut il y’a peu de temps

    Voilà de  nombreuses années que l’idée me dévorait l’esprit. Que la paume de ma main me démangeait et que le seul soulagement possible pour celle-ci soit un contact sec et court avec la partie charnu d’un être chère. Et voilà chose faites.

    Comment ? me dirais vous ! D’un geste de bras je répondrais !

    Je partage avec ma compagne tous les aspects de ma vie. Sauf cette envie, qui résonne comme de la honte au regard des autres. Mais lors d’une confession d’oreiller sur nos envies respective j’ai lâché la bombe. Dans l’obscurité de la chambre je n’ai pu qu’entrevoir un air assez étonné sur son visage. “Pourquoi pas ” lâche telle soudain, après un silence de secondes comparables à des heures. Sa réaction m’inquiétais mais elle fut intéressé et à posé beaucoup de questions sur comment je voyais la chose. Lui expliquant que j’aimerais bien que sa peau d’ordinaire très blanche vire localement au rouge et ce en “punition” d’une bêtise défini, elle laissait sous entendre que si une chose comme cette faute devais arriver, et qu’elle se trouve dans le bon mood à ce moment là, elle se laisserai volontiers châtié de la sorte.

    La discussion continuait comme cela bien longtemps avant de se terminer par un échange plutôt intense et une nuit de sommeil troublé par les pensées.

    Les jours suivant la vie faisait son chemin, les heures s’accumulait pour former des jours, qui eux même formait des semaines sans que le sujet fut abordé. Ni par moi ni par elle.

    Un soir alors que nous faisions notre habituelle soirée jeux de société avec des amis, elle fut mauvaise perdante. Et l’alcool montant insultante (elle sait que j’ai cela pour horreur) je la regardais la mine jugeante, j’eu pour seule réponse un sourire et un clin d’œil. La soirée continuait et ses mots également. Lorsqu’un “fils d…..” sortie de sa bouche, un gros soupire s’échappa de mes lèvres. Tout le monde me fixais et la demoiselle lâcha devant l’auditoire “oh c’est bon ne fait pas ton relou, c’est marrant, tu ne va pas me donner une fessée pour ça non plus” tout en me souriant. Le monde autour de moi sembla se figer. Milles questions fusait dans mon esprit était elle entrain de proposer ? Me vannait elle. Les gens me fixait, j’ai du répondre et mon choix s’est porté sur un classique ” et pourquoi je ne le ferais pas” en souriant en retour. Les personnes autour de la table se mirent à rire, et nous aussi tout en se fixant yeux dans les yeux. Moi l’interrogeant sur le sens de ses mots, elle me narguant.

    Lors d’une pause rafraîchissante, elle s’approche de moi et me glisse à l’oreille en me frôlant “tu va me punir en rentrant” elle me rend complètement fou. J’acquiesce d’un signe de tête, le cœur battant à 5000. Elle fait la moue avec sa jolie bouche et laisse un d’accord s’échapper. Lors des parties suivante je n’avais plus la tête au jeux, et je me faisait fatalement battre par tout le monde. Mon esprit était troublé et occupé à imaginer la scène, mes gestes, allais-je aller au bout ?

    Enfin vint le moment de rentrer, le trajet vers le domicile fut plutôt calme et aucun mot ne fut échangé. Arriver chez nous, elle me souris et s’éclipse dans la salle de bain, tandis que je m’assoit sur le canapé pour me relaxer et réfléchir . Avait elle seulement rigoler ?

    Le temps paru interminable mais elle me rejoint dans la salon en tenue de nuit. Le regard très peu sûr elle s’approche de moi, me fixe sans dire un mot et pourtant j’entends un “vas y, lance toi” . J’y vais. ” chose promis chose due non ? Tu sais que je n’aime pas quand tu est comme ça ?” je ni une ni deux je la bascule et commence à claquer le fond de son shorty. Pas trop fort mais de quoi faire du bruit dans la pièce. J’ai continué comme ça un bon moment, heureux d’en être la. Puis j’ai retiré son shorty. Caressé son arrière avec douceur avant de recommencer pour plusieurs minutes. À chaques minutes passée, j’ajustais l’intensité en fonction de ses réactions. J’arrivais alors petit à petit à une “bonne fessée”. Ses globes virant au rougie.

    J’ai continué ainsi jusque au premier mouvement de sa part et un peu plus. Plus doucement je baissait la force, l’intervalle augmentait et je continuait en caresse.

    #93096
    Laurette
    Participant


    Si vous avez des conseils à me donner également pour le moment où je vais passer le cap

    Mon conseil: mets-toi en pantalon, si c’est une première rencontre. Cela évite les clichés faciles, la jupe vite relevée, les petites tapes avant d’être déculottée, etc., ce genre de trucs comme on voit dans les  scénarios sur Internet. Le monsieur va devoir commencer avec autorité, genre “Baisse ton pantalon”,   ou “”Baissez votre pantalon” et tu vas bien être obligée de le faire, si tu veux aller jusqu’au bout de ton expérience. Pantalon baissé devant lui, tu te sens déjà moins fière, et bien sûr il va te faire pivoter pour que tu lui montres tes fesses, et te claquer le cul  en écartant assez ton slip pour que tu sentes l’impact de sa main, avant de te remettre face à lui et de baisser ton slip sur tes cuisses, non sans avoir vérifié sa propreté en le froissant un peu, non sans avoir effleuré sans brutalité ta toison pubienne, pour que tu comprennes bien que tu n’as rien à cacher. Après quoi la fessée commencera, sur ses genoux ou basculée sur un seul genou, sévère mais pas insupportable, et quand tu te relèveras, même en pleurnichant un peu, tu auras que tu as été jusqu’au bout de ton désir… provisoirement.
    Je te donne ce “conseil” parce que c’est ce qui m’est arrivé. Dans une telle première rencontre pas de relation sexuelle proprement dite, comme il me l’avait promis dans nos contacts préliminaires, mais je n’ai pas résisté quand il m’a ordonné d’enlever mon haut et mon soutien-gorge, de me débarrasser du pantalon et du slip. Quand il a mis la main entre mes jambes j’étais si mouillée qu’il aurait pu me pénétrer facilement, mais il ne l’a pas fait, il a su trouver mon clito et m’a fait jouir en me tenant serrée conte lui. Nous étions dans une chambre d’hôtel, j’étais nue devant cet homme habillé,  il m’avait promis de me laisser seule après la séance de fessée, et en effet il a tenu parole. Il m’a envoyée sous la douche, et j’au dû faire ma toilette devant lui avant de me coucher. Il a éteint la lumière en partant. Je savais qu’il serait là le lendemain matin. La note d’hôtel était réglée, j’avais en poche les clés de ma voiture, je pouvais rester et l’attendre, ou partir, à mon gré. Si je partais, je savais qu’il ne me poursuivrait pas, j’avais compris que c’était un homme droit qui respecterait sa parole. Si je restais, s’ouvrait à moi un univers inconnu…
    Je suis restée.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 mois et 1 semaine par Laurette.
    #93098
    Marc
    Participant


    Je souhaitais savoir si vous pouviez raconter la première fois que vous avez eu ou donné une fessée ? Les émotions ressentis ?

    La première fois où j’ai passé le pas, je me demandais ce que j’allais ressentir “en vrai” : est-ce que le passage du fantasme à l’acte n’allait pas être décevant ? Et si oui, comment devais-je me comporter, si au dernier moment je n’en avais plus envie ? Ou si je ne ressentais plus de désir après avoir “démarré” ? Au final, j’ai beaucoup aimé ;-), et j’ai ressenti une sorte de plénitude d’avoir été jusqu’au bout, d’avoir assumé ce fantasme et mes désirs, de me sentir “à ma place”. Soulagé. Confiant. Heureux. Apaisé. Fier. Un mélange de tout ça 😉

    Si vous avez des conseils à me donner également pour le moment où je vais passer le cap

    Le conseil (très général) que m’avait donné une personne ( très ouverte sur les sexualités “parallèles”) à qui j’avais partagé ce drôle de fantasme était, quoiqu’il arrive, de ne JAMAIS me forcer. Et c’est celui que je donnerais. Pour cela, je pense qu’il peut être sage de convenir, explicitement, que l’un ou l’autre peuvent arrêter à tout moment s’ils le désirent. C’est assez rassurant je crois, surtout la première fois où on ne sait pas forcément ce que l’on aime ou non, parce qu’on découvre ses réactions. Il est sage aussi de se poser quelques questions pour poser explicitement ses limites (est-ce que j’ai envie ou non de caresses intimes, par exemple ?). Mieux vaut des limites claires et explicites qui pourront évoluer que des flous artistiques qui peuvent laisser la porte ouverte à des pressions psychologiques (“Bon, pas d’histoires, tu es là, tu l’as voulue, cette fessée, tu vas l’avoir et puis c’est tout !”).

    Question habillement et scénario, je ne suis pas tout à fait d’accord avec ce qui est dit plus haut (“Mets-toi en pantalon”). Je pense que c’est plutôt à toi de te positionner en fonction de ce qui te convient, de ce que tu désires, et de ce qui est échangé avec un(e) partenaire potentiel(le). Lors d’une première rencontre, une fille qui avait compris que j’aimais bien les shorts en avait mis un, un peu par défi, et j’avais adoré ;-). Tout cela pour dire qu’il n’y pas de règle absolue. Sur un autre point, pour reprendre l’expérience décrite ci-dessus, je n’ai jamais pour ma part été “intéressé” à vérifier la propreté d’une petite culotte lorsque celle-ci était descendue. Encore une fois, c’est juste pour souligner que les désirs peuvent être très différents d’une personne à une autre, et qu’il convient de déterminer les désirs qui sont communs aux deux partenaires.

    Un autre conseil assez classique : se rencontrer une première fois dans un lieu public (café, parc …) pour discuter et voir si le courant passe.  Ne pas hésiter à échanger longuement par écrit avant, histoire de voir si les violons s’accordent. Savoir ce que la fessée signifie pour toi, pour l’autre (il y a beaucoup de façons de l’envisager et de la vivre). Donner du temps au temps … tu as attendu très longtemps, tu peux attendre encore un peu ;-).

    Enfin, sur cette page : Articles – Déculottées.fr (deculottees.fr) tu as le fameux Vademecum des rencontres fessée (à l’usage des demoiselles) – Déculottées.fr (deculottees.fr) toujours rempli de bons conseils !

     

    https://deculottees.fr/groups/petites-annonces/forum/topic/limaginer-sans-forcement-la-realiser/

    #93100
    Lisa
    Participant


    Merci beaucoup a tous pour vos réponses très complètes, vos conseils m’aident beaucoup à y voir plus clair sur cette future expérience qui sera toutes nouvelles pour moi, je prend avec plaisir d’autres conseils si vous en avez

    Je suis vraiment heureuse de pouvoir échanger avec vous tous

    #93108
    MissFee
    Participant


    Pour une première expérience je conseillerais également la jupe pour éviter d’avoir à te rhabiller une fois la fessée terminée.

    Je pense que c’est plus confortable de commencer à pratiquer dans une relation de couple ou amicale qu’avec un inconnu rencontré sur un site, mais ce n’est pas toujours possible.

    Je te conseille de ne faire aucune concession sur ce que tu ne veux pas et d’exprimer clairement tes attentes. Il y en a beaucoup qui veulent imposer leur façon de faire (pas toujours au début, mais surtout ensuite)

    Je déconseille aussi d’accepter le coin pour une première fois, certains peuvent en profiter pour faire une photo, et tu n’as aucun moyen de vérifier que non.

    Les conseils des liens sont excellents.

    #93134
    Paulparis
    Participant


    Un conseil ? Il faut un certain degré de complicité pour réussir l’alchimie. Ne vous contentez pas de quelques échanges par sms, ni même d’un verre dans un bistrot en bas de chez vous (ou de chez lui). Je propose à minima un déjeuner, une rencontre d’au moins une heure pour sonder le partenaire potentiel. Et puis, si vous n’êtes pas sûr, prenez-vous le temps de réfléchir et proposer un second rendez vous. Entre temps, vous aurez repenser à ce déjeuner est vous aurez repris vos échanges pas écrit… Ne vous précipitez pas !

    #93139
    coupledd75
    Participant


    @main_terriblementdouce : Merci pour ce récit d’une conversion réussie. Et bravo à vous d’avoir su transmettre votre passion à votre compagne. Ce n’est pas si courant dans notre petit monde rose. J’ai moi-même lamentablement échoué il y a des années dans cette tentative de conversion de conjoint…

    L., alias Madame

    #93146
    Monsieurgigi
    Visiteur


    Je déconseille aussi d’accepter le coin pour une première fois, certains peuvent en profiter pour faire une photo, et tu n’as aucun moyen de vérifier que non.

    Si la confiance est établie entre fesseur/fessée, il ne devrait pas y avoir de pb de photo volée…  😉

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 mois par Monsieurgigi.

    Monsieurgigi : l'essayer, c'est l'adopter !

    #93153
    alice63
    Participant


    Cela faisait un moment que je voulais vous parler de ma découverte de la fessée et Lisa vient de me donner l’envie de sauter le pas.

    J’espère respecter la charte car si effectivement ma première fessée fut à mon corps défendant, celle-ci me rendit accro à la fessée donc je demande l’indulgence de nos charmants modérateurs

    C’était en 1994, je venais d’avoir 18 ans, je passais en terminale et ma mère venait de m’annoncer   qu’elle me payait mes études à Texas University après ma terminale mais qu’étant donné mon niveau d’anglais, elle pensait que je devrait faire une 12<sup>ème</sup> année dans un lycée américain plutôt qu’une terminale en France, c’est-à-dire ce qu’elle avait fait avant de faire son cursus universitaire  à Austin. J’étais super heureuse car j’adorais la vie  américaine, la nourriture, les maisons les unes à coté des autres avec le jardin, les séries américaines madame est servie, le cosby show, beverly hills, notre belle famille ect….

    Nous sommes donc arrivées à Austin, c’est Susan la meilleure amie de ma mère avec qui elle avait fait ses études  et chez qui elle avait habité qui nous a reçues. En m’entendant parler elle a tout de suite compris que mon anglais serait déjà léger pour le lycée alors pour l’université…..Je ne réussirais jamais le test TOEFL

    Susan et Maman m’ont emmenée visiter le lycée, rien à voir avec celui où j’étais, style bunker, des salles de classe modernes avec grand écran, très propres, des installations sportives incroyables dont un gymnase de 1500 places moi qui jouait au basket dans de salles de 400 places.

    Nous avions RDV avec Mme Wagner qui était la directrice adjointe. Elle nous a expliqué les règlements, les horaires, les activités annexes ect…. Nous avons signé des papiers que je reconnais je n’ai pas entièrement lu et compris et quand nous sommes sorties, elle m’a dit en français

    • J’espère que tu seras plus sage qu’elles

    Maman et Susan ont rougi.

    Tout le mois d’aout j’ai suivit 4 heures de cours d’anglais ce qui ne m’a pas fait de mal.

    Susan a une fille Kelly qui avait le même âge que moi et qui allait au même lycée.

    J’ai donc fait ma rentrée en 12<sup>ème</sup>, et je me suis vite adaptée.

    Désolée d’avoir été aussi longue pour la présentation.

    Trois semaine après la rentrée, le vendredi, nos deux dernières heures de cours avec Mme Dawson, professeur de real life (la vraie vie) Cours très intéressant, dommage qu’il n’y en ait pas en France car on nous parlait aussi bien de tenir un budget, des problèmes administratifs, remplir une feuille d’impôt ect….. Ce jour là Mme Dawson écrit sur le tableau THE PETS et là je suis partie dans un fou rire nerveux et incontrôlable. Elle m’a demandé de me taire mais impossible. Elle me demandait ce que j’avais et impossible de répondre, une des élèves lui expliqua que j’étais française et à quoi je pensais.

    • C’est dégoutant, vous devriez avoir honte, vous irez voir Mme Wagner (il y eu un grand murmure dans la salle) silence où vous pourriez y aller aussi

    J’ai repris mon contrôle et elle nous parla vous vous en doutez des ….animaux de compagnie.

    A la fin du cours elle a mis une feuille dans une enveloppe et m’a dit d’aller chez Mme Wagner.

    Je me suis dirigé vers son bureau et les filles que je rencontrais se retournaient sur mon passage avec un dole d’air.

    Arrivée devant celui-ci, il y avait une sonnette avec un écriteau Ring and wait. Au bout de 5 minutes elle a ouvert la porte

    • Pourquoi ne suis-je pas surprise

    Elle a lu le papier et m’a regardé sévèrement

    • It’s disgusting

    Elle a pris un dossier derrière elle, l’a posé sur son bureau j’ai vu mon nom dessus puis a ouvert un tiroir et a pris un objet en bois qui ressemblait à une planche a pain, elle s’est levé et a commencé à faire le tour du bureau

    • Levez vous et penchez vous sur le bureau

    Je me suis levée mais j’ai réalisé ce qu’elle voulait faire avec ce paddle car c’était bien de cela qu’il s’agissait même si je ne connaissais pas le nom. Je me suis reculée vers la porte que j’ai ouverte et je suis partie en courant laissant mes affaires.

    • Alice revenez où ce n’est pas la peine de venir lundi

    Je suis sortie du lycée mais les bus étaient partis, j’ai pris le bus normal

    Rentée, Kelly a voulut venir discuter mais j’ai refusé lui reprochant de ne pas m’avoir prévenu. Une heure plus tard, j’ai entendu Susan rentrer, elle est montée directement dans ma chambre, j’ai voulu m’expliquer.

    • Tais-toi, Mme Wagner m’a appelée, je te croyais sérieuse et bien élevée, c’est honteux. Tu es en Amérique et tu dois donc te comporter comme une américaine, chez nous ce genre de punition est autorisée et… (je lui ai coupée la parole)
    • Vous êtes des malades, jamais je n’accepterais …
    • Viens

    Elle m’a fait descendre  dans le salon, a pris le téléphone, elle a appelé maman oubliant le décalage horaire. Il était minuit et demi, après ses explications, maman était en colère et ne m’a pas laissé en placer une.

    • J’ai cru te faire plaisir mais tu me déçois, tu dis vouloir vivre comme une américaine, Susan te considère comme la grande sœur de Kelly et si elle doit te punir, elle peut le faire quand à ce que tu as fait au lycée c’est inqualifiable. Tu dois te conduire en fille responsable, reconnaitre tes torts et en subir les conséquences (Et elle a raccroché)

    J’étais là effondrée

    • Je vais appeler Mme Wagner pour voir comment résoudre tout cela mais avant …. je n’accepte pas que tu hausses le ton sous mon toit  comme te l’a dit ta mère je te considère comme ma deuxième fille et je vais te le prouver.

    Elle me fit remonter dans ma chambre, s’assit au bord du lit et avant que j’aie compris,  m’a allongée sur ses genoux.

    • Je vais te montrer ce qui se passe chez moi quand ma fille est insolente ou grossière et ne  respecte pas mes  règles

    J’ai senti ses doigts passer sous l’élastique de mon pyjama et de ma culotte et commencer à les baisser, j’ai mis ma main en arrière pour l’en empêcher

    • Tu enlèves ta main immédiatement ou je vais chercher la brosse à cheveux qui est dans le tiroir de ta table de nuit.

    Je m’étais demandé pourquoi il y avait une brosse à cheveux dans la table de nuit maintenait je le savais.  Elle a baissé mes deux vêtements. Elle a passé la main sur mes fesses dénudées, je frissonnais et je me suis mise à pleurer. Je venais de me rendre compte de la position dans laquelle j’étais elle  a commencé à me fesser, ma première fessée. Les claques ont tout de suite étaient fortes et très vite j’ai commencé à gesticuler.

    • Tu vas arrêter de bouger comme ça ce n’est pas ta première fessée
    • Si
    • Cécile ne t’a jamais fessée
    • Non
    • Elle a eu tort

    Un sentiment  de honte incroyable montait en moi, je me faisais fesser comme une petite fille alors que j’avais plus de 18 ans et que je me prenais pour une femme. Les claques tombaient de plus en plus vite , La chaleur montait de plus en plus, embrassant mes fesses, c’était insupportable, je suppliais, pleurais à gros sanglots, je lançais mes jambes de manière frénétique et je sentais que son bras gauche me tenait de plus en plus fermement ,  elle finit la fessée par une série très forte, donnant ses coups bien détachés les uns des autres mais en prenant tout son élan pour chaque claque qui me faisait pousser un cri t à chaque fois que sa main aplatissait mes fesses. Elle me relâcha et…….me mis au coin pantalon et culotte baissés.

    • Ne bouge pas, on vient de sonner, c’est Henri (le père de Kelly) qui vient la chercher. je vais voir avec Mme Wagner comme régler ce problème

    Je frottais mes fesses et un sentiment bizarre m’envahissait je sentais un boule chaude dans mon ventre, une impression inconnue mais très agréable. Je les entendais parler, je me suis retournée, il y avait une glace sur l’armoire et je vis mes fesses écarlates.

    Une heure après Susan m’a dit de descendre, je regardais mes fesses avant de remonter ma culotte et mon pyjama elles étaient bien moins rouges mais elles me faisaient mal. Arrivée dans la salle à manger Susan était là …….avec Mme Wagner et sur la table …..Le paddle.

    • Non je vous en prie j’ai été punie, je ne pourrais pas…..
    • Silence Mme Wagner nous vous écoutons
    • Alice il y a 2 solutions soit tu accepte ta punition soit je ne peux pas te garder comme élève car tu ne respectes pas le règlement de l’école que tu as signé
    • Mais qu’est ce que je vais faire
    • Rentrer en France, je suppose
    • Susan s’il te plaît, tu m’as punie, ça suffit
    • Je t’ai punie pour ta conduite inqualifiable envers moi, que décides-tu ? Nous te laissons 5 minutes. Mme Wagner, puis vous offrir un café ?

    Elles partirent dans la cuisine me laissant face…au paddle, je le pris et passais ma main dessus, cela devait faire horriblement mal. Je réfléchissais mais tout tournait dans ma tête, rentrer en France, non que penserait ma  mère. Je suis allée dans la cuisine

    • J’accepte la punition mais ne soyez pas trop sévère
    • Penche-toi sur la table et baisse ton pyjama
    • Je vous en prie

    Susan m’appuya sur le dos puis baissa mon pyjama, Mme Wagner, ramena le bord de ma culotte vers la raie des fesses

    • Vous lui avez donné une bonne fessée donc je ne lui donnerais pas le supplément que j’avais prévu pour son attitude tout à l’heure (elle me remit ma culotte puis remonta mon pyjama) Bien mets tes mains devant toi et attrape le bord de la table. Je pris le bord de la table et le serais très fort

    Elle prit le paddle, le posa sur mes fesses puis l’abattit sur celles-ci

    BAM !!

    Il se passa une ou deux secondes entre le coup et que mon cerveau enregistre la douleur.

    Elle reposa la paddle sur mes fesses et

    BAM

    Le deuxième coup tomba, je serais les dents et m’agrippais encore plus à la table mais pas un mot ne sorti de ma bouche. Je me suis rendu compte que je ne savais pas combien de coups il y allait y avoir. Je n’ai pas eu le temps d’y penser plus, le troisième coup arriva

    BAM

    Mme Wagner posa le paddle.

    • Voila c’est terminé, tu aurais du accepté ta punition tout à l’heure tu aurais évité la fessée et ne te plains pas car pour ton attitude j’aurais du te donner 2 coups supplémentaires. Je te conseil de ne pas avoir à revenir dans mon bureau car ce ne sera pas 3 coups. Tiens signe ce papier reconnaissant que tu as eu ta punition.
    • Alice tu peux monter dans ta chambre.

    Mes fesses me faisaient un mal de chien, je me suis jetée sur mon lit et je me suis mise à pleurer, je n’étais pas prête d’oublier ma 1<sup>ère</sup> fessée.

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 23)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com