Votre moment favori durant une fessée

Accueil Forums Discussions générales Causons fessée Votre moment favori durant une fessée

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 44)
  • Auteur
    Messages
  • #4501
    Monsieur No
    Participant


    J’expliquais, dans ma réponse au sujet sur le déculottage, que le moment où je fais lentement descendre la culotte de la demoiselle le long de ses cuisses avant de la coucher à nouveau sur mes genoux est l’un de ceux que je préfère dans une fessée. Cela m’a poussé à m’interroger…

    Quel est votre moment favori durant une fessée ?

    Celui qui vous fait vibrer, qui est au coeur de votre fantasme. Dites-nous tout ! 🙂

    #4563
    Fraise Des Bois
    Participant


    Pour moi sans conteste le moment des remontrances. Me sentir grondée (voire vexée) me fait littéralement fondre, à condition bien-sûr d’une part que les reproches qui me sont adresséss soient fondées, d’autre part qu’ils soient cinglants, et enfin qu’ils manifestent une colère froide. Je n’aime pas les emportements, les cris, le verbe trop haut. Mais des remontrances sèches prononcées lentement et doucement, ponctuées le cas échéant d’une claque par ci par là et qui traduisent l’agacement, la colère, la déception ou encore les regrets produisent beaucoup d’effet sur moi.

    "Fi des femelles décharnées, vive les belles un tantinet rondelettes !"

    #4577
    Sia
    Participant


    Le moment où le “pouvoir” bascule ?

    https://call-me-glynda.blogspot.fr

    #4581
    Amandine
    Participant


    C’est difficile de choisir un moment préféré dans la fessée. J’aime bien la peur/envie qui me tenaille l’estomac devant l’inéluctable fessée qui s’annonce. J’adore quand la fessée commence et que je peux me livrer à toutes les protestations, supplications, négociations les plus farfelues qui me passent par la tête. J’adore aussi le moment où je capitule et me laisse aller dans cet état second où j’ai cette étrange impression de planer. J’aime enfin passionnément le moment où il me prend dans ses bras et que nos lèvres se touchent. Quel est le moment que je préfère vivre? Je n’en sais rien, c’est un tout… ?

    https://leserrancesdamandine.blogspot.fr/

    #4582
    Professeur Max
    Participant


    Le dixième de seconde juste avant qu’elle se positionne sur mes genoux…

    http://professeurmax.canalblog.com/

    #4645
    Monsieur No
    Participant


    Un autre de mes moments favoris : celui de la mise au coin. Le spectacle offert par une demoiselle entièrement nue, à genoux, mains sur la tête, son fessier bien rougi offert à mon regard est délectable.

    La mise au coin est peut-être plus infantilisante encore que la fessée elle-même, ce qui rend cette punition extrêmement humiliante pour une jeune femme (et extrêmement plaisante pour celui qui la punit). J’aime augmenter encore l’embarras de celle que je place dans cette position en lui faisant remarquer à quel point il est honteux pour une adulte de se trouver ainsi punie comme une enfant, en commentant la rougeur de son fessier, en le palpant, en lui assénant quelques claques supplémentaires (sans qu’elle soit autorisée à faire le moindre mouvement, naturellement)…

    Je pourrais passer des heures à contempler un tel tableau. 🙂

    #4658
    Fraise Des Bois
    Participant


    Une heure ! Vous exagérez toujours tout, voilà ce qu’il y a !

    "Fi des femelles décharnées, vive les belles un tantinet rondelettes !"

    #4659
    Monsieur No
    Participant


    Une heure ! Vous exagérez toujours tout, voilà ce qu’il y a !

    Je n’ai pas dit “une heure” : j’ai dit “des heures”. 😉

    Soyez rassurée, je ne profite de cette vue que durant un quart d’heure, tout au plus. Je n’ai guère le choix : si on laisse les jeunes filles trop longtemps au coin, on n’a plus le temps de les corriger…

    #4663
    Sia
    Participant


    Je me demande si le coin fait partie des moments favoris du côté féminin…⁉️

    https://call-me-glynda.blogspot.fr

    #4666
    Anonyme
    Inactif


    Ah, les remontrances… Merci Fraise!

    Pour moi c’est pareil, je pense que le moment des remontrances est celui qui me fait le plus vibrer, au fond de moi… J’ose à peine l’avouer car l’excitation est probablement liée au fait de se sentir profondément vexée, humiliée…

    Il y a aussi le fait qu’avant la fessée, le moment des réprimandes est un temps de transition où l’on passe de la jeune femme indépendante et épanouie que nous sommes à la jeune fille prise en faute qui va recevoir une bonne fessée déculottée… C’est le moment où l’on choisit d’accorder à son partenaire l’ascendant qu’il aura sur nous tout en sachant quelles en seront les conséquences…

    Mais parfois, ce fût même souvent le cas pour ma part il fût un temps, ce temps de transition est marqué par une mise au coin, d’autant plus vexante…

    Et lorsqu’après une bonne fessée, je suis envoyée au coin tout en étant grondée et en recevant quelques claques par-ci par-là sur mon fessier nu déjà rougi, alors là c’est terrible!

    Et puis il y a ces moments où, autour d’un verre ou lors d’une promenade,donc dans un lieu public, alors que je me sens d’égal à égal avec monsieur, que l’on discute de choses et d’autres comme de bons amis et que tout à coups son visage change d’expression et la réprimande tombe, aussi cinglante qu’une claque, me rappelant alors l’infamante punition qui m’attend ou celle que je viens de recevoir…

    #4668
    Anonyme
    Inactif


    @professeurmax, je vous comprends, ce laps de temps est très très très important…

    J’aimerais actionner un bouton “pause” pour savourer ce moment, contempler ce regard avide du haut de ma digne position verticale qui s’en trouve menacée… mais ces messieurs s’impatientent, et c’est promptement que l’on se rétrouve basculée en travers de leurs genoux…

    Mais ce qui rend ce moment si magique est probablement le fait qu’il ne dure qu’un dixième de seconde, comme vous dites.

    #4676
    Fraise Des Bois
    Participant


    Et puis il y a ces moments où, autour d’un verre ou lors d’une promenade,donc dans un lieu public, alors que je me sens d’égal à égal avec monsieur, que l’on discute de choses et d’autres comme de bons amis et que tout à coups son visage change d’expression et la réprimande tombe, aussi cinglante qu’une claque, me rappelant alors l’infamante punition qui m’attend ou celle que je viens de recevoir…

    Ha ouiii cette chose là est particulièrement délicieuse. Surtout quand elle se produit dans un lieu neutre, non dédié au jeu, et si possible un peu fréquenté. Il ne s’agit pas que les voisins de la table d’à-côté au resto entrent dans notre intimité, mais juste qu’ils soient susceptibles d’avoir entendu ou compris ce qui était en train de se passer, d’avoir cerné que j’en avais pris un peu trop à mon aise, et que j’étais “en main” 😉

    "Fi des femelles décharnées, vive les belles un tantinet rondelettes !"

    #4761
    Monsieur No
    Participant


    Le seul truc que j’aime bien au coin, c’est… Faire des bêtises ?, sinon c’est d’un ennui assez mortel quand même ?…

    Vous réalisez que ce n’est pas supposé vous plaire, n’est-ce pas ? 😉 La réponse à votre question de tout à l’heure est toute trouvée : pour punir cette jeune personne qui aime la fessée disciplinaire, il n’y a qu’à l’envoyer au coin une heure ou deux…

    Et puis il y a ces moments où, autour d’un verre ou lors d’une promenade,donc dans un lieu public, alors que je me sens d’égal à égal avec monsieur, que l’on discute de choses et d’autres comme de bons amis et que tout à coups son visage change d’expression et la réprimande tombe, aussi cinglante qu’une claque, me rappelant alors l’infamante punition qui m’attend ou celle que je viens de recevoir…

    La confusion et la honte qui se lisent sur le visage de la demoiselle en ces circonstances sont savoureuses.

    Dans le même esprit, une ou deux claques bien senties sur le fessier, administrées dans une rue presque déserte (mais pas tout à fait) ont un effet certain sur les jeunes personnes. Cela les empêche de trop prendre leurs aises, comme le disait @fraise.

    #4973
    Hyperion
    Participant


    Je rejoins ce que a été dit : pour ma part, et presque paradoxalement, mes deux moments favoris sont l'”avant” -les remontrances- et l'”après” fessée -la mise au coin. J’attache beaucoup d’importance au contexte, à la mise en condition, et pour cela je trouve essentiel de prendre le temps de sermonner comme il convient la jeune punie, jusqu’à ce qu’elle comprenne qu’il s’agit d’une VERITABLE punition, qu’elle a pleinement méritée et à laquelle elle ne pourra se soustraire. La fessée, ensuite, doit s’enchaîner presque “naturellement” : c’est le signe que le sermon a atteint son but.

    Et puis, une fois ses fesses bien rougies, rien n’est plus délicieux que d’envoyer la jeune fille au coin pour savourer son obéissance retrouvée, sa gêne face à l’humiliation de la situation et le spectacle de son postérieur écarlate. Ces deux moments sont, pour moi, indispensables à la réussite d’une fessée.

    #5065
    Fred
    Participant


    C’est au final assez dur d’isoler un seul moment dans la fessée … Il n’y a rien a jeter, chaque action est un moment de plaisir.
    En ce qui me concerne je dirai que le déculottage est surement le moment ou je prend le plus plaisir à prendre mon temps et ou j’aime faire sentir une humiliation maximum.
    Mais il y a aussi ce moment ou je sens la punie qui lâche prise et se laisse aller complètement , avec certaines partenaires j’ai eu beaucoup de plaisir et fierté à ressentir ça. Très intense.

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 44)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com