Vos premiers fantasmes

Accueil Forums Discussions générales Causons fessée Vos premiers fantasmes

9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)
  • Auteur
    Messages
  • #58700


    Il y a un livre écrit par la journaliste américaine Jillian Keenan “Sex with Shakespeare”, qui est peut-être le seul livre qui traite sérieusement et de l’expérience personnelle de l’auteur, de la prise de conscience de son fantasme à la acceptation et réalisation. Il est dommage que le livre n’ait été publié qu’en anglais.

    Eh bien l’auteur raconte dans le livre que la plupart d’entre nous avons eu nos premiers fantasmes avant l’adolescence et donc dérangeants mais sans conscience sexuelle. L’auteur dit que la plupart de ces fantasmes dans le cas des femmes suivent ces paramètres.

    -Une figure masculine
    -Autorité mais pédagogique
    -Strict
    -Et platonique

    Il dit que ces caractéristiques continuent à l’âge adulte, moins le platonisme, qui mute d’abord en onanisme admiratif et est finalement pleinement sexualisé.

    Cependant, je ne suis pas du tout d’accord, je crois que le platonisme est encore préservé d’une certaine manière. Par exemple, beaucoup de gens préfèrent séparer la fessée du sexe et même ceux qui la rejoignent, nous sommes nombreux à les séparer dans un espace de temps et le sexe est un peu le retour à la normalité du nouveau, après la parenthèse des jeux.

    Je voudrais donc laisser deux questions.

    -Tu te souviens-tu de tes premiers fantasmes de fessée? répondaient-ils à ces exigences?

    -Pensez-vous que l’expérience de la fessée est plus intense sans sexe ou en séparant temporairement le sexe de la fessée?

    #58722
    LeSpanker
    Participant


    Mon fantasme de la fessée est né à 13 ans, en lisant “Les petites filles modèles” de la comtesse de Ségur. Une scène et son illustration m’avaient énormément marqué !!!

    Pour la 2e question, n’ayant jamais vraiment pratiqué, je ne saurais dire. Néanmoins, je pense que la fessée (et les relations BDSM), peut être séparée du sexe.

    Personnellement, je suis plus attiré par une relation de fessée et BDSM, que par une pratique sexuelle traditionnelle (faire l’amour de façon classique), car cela m’excite beaucoup plus !

    #58729
    Poenas
    Participant


    Bonjour,

    Pour moi, je ne sais plus trop comment ce fantasme est apparu dans ma vie. Je savais que cela me plaisait,cela m’excitait. Mais en ado, de par mes rencontres et l’effet qu’elles ont eu sur moi, j’ai débuté de l’autre côté de la force.

    Pour la deuxième question, je ne la sépare même pas un instant du sexe. Dans mon esprit ( et c’est bien sur ce point que je ne me reconnais pas trop parmis la majorité) c’est un acte purement physique. Que je pratique seul ( c’est a dire sans autre actes sexuels).
    C’est même d’ailleurs une question que je me pose souvent. Pourquoi le faite de “taper ” un être me procure du plaisir ? Le jeu ? Le faîtes d’êtres en position dominante ? Eh bien, après un lots de réflexions, j’en suis arrivé à l’idée que c’était simplement le fait de s’offrir l’un a l’autre comme un pratique dite “normal”

    Créateur de chaleurs corporelle

    #58735
    markau
    Participant


    Bonsoir,

    Pour ma part, je me rappelle précisément le moment où j’ai pris conscience de ce fantasme. J’avais 20 ans et je regardais distraitement une revue appelée Curiosa. Je tombe alors sur une photo d’entre les deux guerres où une matrone fesse une jeune fille tandis qu’une autre qui attend son tour est assise nue et nous tourne le dos. La vue de cette photo a déclenché une sorte de flash dans ma tête. Et depuis ce fantasme m’accompagne mais je n’ai jamais eu l’occasion de la partager avec mes partenaires.

    #58737


    Bonsoir,

    Question hyper intéressante 🙂

    Pour ma part, le fantasme de la fessée à emerger de celui de la relation prof-élève il y a environ 5 ans. Donc je devais avoir 14 ou 15 ans. Puis de fil en aiguille, la fessée est devenu un fantasme plus firt et plus présent.

    Pour ma part, il répond assez bien aux critères puisque je le vois plutôt comme un cadre punitif et pédagogique avec du lâché prise. En effet, la présence masculine joue puisque je ne me verrais pas du tout être fessée par une femme. Je sépare aussi la fessée du sexe, en tout cas dans ce contexte là. Le sexe n’est mas du tout obligatoire par la suite, et si il y a sexe, je pense que j’aurais, en effet, besoin d’une coupure entre les deux.

    Fesse-moi, si tu peux !

    #58743
    Leo74
    Participant


    J. Ai découvert la fessée en regardant histoire d’o alors que j’étais ado. Et je préfère une relation bdsm à une relation vanillé.

    #58805


    Je vois que la comtesse de Ségur a été très importante dans les fantasmes de la francophonie 😉

    #58816
    Amandine
    Participant


    L’auteur dit que la plupart de ces fantasmes dans le cas des femmes suivent ces paramètres. -Une figure masculine -Autorité mais pédagogique -Strict -Et platonique Il dit que ces caractéristiques continuent à l’âge adulte, moins le platonisme, qui mute d’abord en onanisme admiratif et est finalement pleinement sexualisé.

    Je me retrouve entièrement dans les propos de Jillian Keenan. Cela a été la même chose pour moi. J’ai toujours rêvé d’être fessée, du moins aussi loin que je puisse me souvenir, c’est à dire vers 6 ou 7 ans. A cet âge là, je faisais de drôle de rêves dans lesquels un homme, en général que je ne connaissais pas, me donnait une fessée. Le matin, je me réveillais tout étonnée d’avoir rêvée à cela, mais ce rêve revenait très souvent, dans des situations/contextes qui changeaient selon ce que je vivais. Bien sûr, cela n’avait rien de sexué. Et puis à l’adolescence, ces drôles de rêves ce sont transformés en fantasme sexuels, support de mon activité onaniste et de rêves nettement plus troublants. Et puis, à l’âge adulte, cela est devenu une part pleine et entière de ma sexualité.

    Il m’est arrivée quelque fois de recevoir une fessée sans que cela ne soit lié à un acte sexuel, mais j’avoue avoir trouvé cela beaucoup moins intense, troublant, émouvant que lorsque les deux sont liés. En vérité, cela dépend du contexte. Lorsque je joue en clubs ou à plusieurs, alors bien sûr il peut ne pas y avoir de rapport sexuel et cela ne me dérange absolument pas car ce n’est pas l’enjeu à ce moment-là. Mais dans le cadre intime, amoureux, une fessée sans rapport sexuel me paraîtrait froide et presque dérangeante, du moins si l’on parle d’une vraie fessée et non de quelques claques qui viennent me rappeler à l’ordre. Les câlins qui suivent une fessée expriment le pardon, l’amour… et répondent à un besoin physique souvent irrépressible  :-).

    https://leserrancesdamandine.blogspot.fr/

    #58937
    ALAIN ELOGE
    Participant


    En lisant ta participation, j’avais espéré que tu aies repris ton blog …
    Dommage…
    Bonne fin d’année…

    ALAIN

     

9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com