Voisine se fait fesser !

Accueil Forums Discussions générales Récits Voisine se fait fesser !

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 16)
  • Auteur
    Messages
  • #52814
    Anonyme
    Inactif


    C’est un texte que j’aime beaucoup, je n’en suis pas l’auteur, c’est une jeune femme qui raconte une histoire de voisins qui peut arriver à tous les gens vivants dans la promiscuité d’un immeuble, à Paris ou ailleurs, il rencontre un franc succès sur mon blog depuis dix ans que je l’ai passé, c’est même statistiquement un de mes posts les plus lus !

    “Ma voisine se fait fesser. Oui vous avez bien lu. Ma voisine se fait fesser ! J’en suis toute bouleversée. Statufiée. Émue.

    Excitée…

    Ma voisine est gérante d’entreprise mais cette belle blonde trentenaire sûre d’elle se fait claquer les fesses par son homme comme une gamine. Alors des fois, quand je la croise dans l’ascenseur, elle a donc les fesses rouges et brûlantes sous sa jupe ?

    Mon imagination tourne à toute vitesse. Imaginer ma voisine couchée sur les genoux de son homme les fesses à l’air me fait dresser les poils des bras.

    Et je vous garantis que c’est loin d’être le seul effet que cela me fait. Fantasmer sur la fessée c’est une chose, mais là, savoir que c’est vrai, que c’est réel, qu’à quelques mètres au-dessus de moi, de l’autre côté de la cloison, une paire de fesses est en train de recevoir une rouste… Waouh !

    J’imagine ma voisine visage rougi plongé vers le sol, cul à l’air, grimaçant à chaque claque. Je suis certaine qu’il doit y aller de bon cœur, que ses grandes mains doivent se lever bien haut et claquer les jolies fesses avec force. Ah, elle doit la sentir passer, sa fessée !

    J’espère bien d’ailleurs. Finalement je suis certaine qu’elle en mérite plein. Pas la peine de faire la fière dans l’ascenseur en répondant à peine bonjour ou bonsoir quand on se fait punir comme une gamine.

    Faut qu’il la fesse sans pitié, qu’il la fesse jusqu’à ce qu’elle en ait les larmes aux yeux, qu’il la mette au coin avec ses fesses bien rouges et bien brûlantes en exposition, toute larmoyante…

    Et puis qu’il la fasse revenir vers lui pour qu’elle s’excuse pour la faute qui a justifié sa fessée. Et si les excuses tardent à venir ou ne sont pas sincères, paf, on la remet sur les genoux et on lui en recolle une !

    Je les ai vu rentrer dans l’immeuble juste avant moi. Ils avaient l’air pressés.

    Quand je suis arrivée dans le hall, eux rentraient dans l’ascenseur. J’ai fait signe de ne pas m’attendre mais à la réflexion, je pense qu’ils ne m’ont même pas vue ! Je suis arrivée à la porte de l’ascenseur, qui était en train de se refermer.

    C’est là que j’ai entendu. Je n’en ai pas cru mes oreilles. Ça repasse en boucle dans ma tête.

    – “Ah ça, ma belle, je te promets une fessée grandiose !” Monsieur semblait très en colère. Madame, tête basse et penaude, tenta de répliquer.

    – “Mais…”

    – “Deuxième erreur, deuxième fessée de la semaine, félicitations…”

    Là, la porte s’est vraiment refermée. Et l’ascenseur est parti. Et je suis restée figée comme une gourde, les oreilles toutes sonnantes de ce que je venais d’entendre.

    Une fessée ! Ma voisine va recevoir une fessée. Que dis-je: elle reçoit DES fessées.

    Son petit cul valsant sous les claques devient tout rouge, tout chaud, tout brûlant. Elle reçoit encore et encore, tant qu’il n’est pas satisfait du résultat.

    Elle doit faire la fière au début, elle a une tête à la jouer “même pas mal”, mais il ne s’y laisse évidemment pas prendre. Il sait lui – j’en suis certaine – qu’il faut que le cuir soit bien tanné pour que la fessée soit bien donnée.

    Rien que d’y penser j’en ai le rouge aux joues. Je me sens moite…

    L’ascenseur s’est arrêté dans les étages. J’entends les portes s’ouvrir et se refermer. Est-ce qu’il va la fesser dès qu’ils seront rentrés chez eux ? Il avait l’air en colère. Il ne va sans doute pas attendre. La prendre par le poignet dans l’entrée chez eux, la traîner jusqu’au salon, s’asseoir sur une chaise, la coucher sur ses genoux et paf, paf, paf ! Son sac à main sera tombé par terre, il n’aura même pas pris le temps d’enlever sa veste, juste celui de lui relever la jupe.

    Paf ! Paf ! Paf ! Je ne sais pas ce qu’elle a fait ou dit, mais sûrement que l’offense mérite une sanction immédiate… et exemplaire !

    Ah oui, j’espère que la fessée va être exemplaire. Longue. Cuisante.

    L’ascenseur revient. Je vais rentrer chez moi à mon tour. Je ne sais même plus à quoi je pensais avant d’entrer dans le hall de l’immeuble, j’ai juste l’image de ma blonde voisine en train de se faire fesser en tête.

    La tête me tourne. Mon cœur bat vite. Si je ferme les yeux je sais que des scènes de fessée vont s’imprimer derrière mes paupières. Il faut que j’ouvre la porte-fenêtre du balcon, on étouffe ici ! Je suis excitée à en avoir envie de faire pipi. Mon Dieu, qui aurait cru cela. Dans MON immeuble…

    Porte-fenêtre à peine ouverte, j’entends le bruit ! Je vais défaillir, c’est trop bon, trop incroyable, trop jouissif. J’entends le bruit des claques sur la peau nue, ça ne peut pas être autre chose, les fenêtres de l’appartement du dessus doivent être ouvertes.

    Il est en train de lui flanquer cette fessée promise dans l’ascenseur, j’entends les gifles qui tombent !

    J’imagine ce cul qui chauffe. Une fessée, j’entends une fessée donnée. “Rahhh lovely !” comme dit le personnage de Gotlib.

    Ça n’arrange pas mon état. Mon esprit est en feu. Mais vas-y ! Fesse-là, plus fort, encore, plus vite, encore, continue, n’arrête pas de la fesser ! Fais-lui perdre tout contrôle, qu’elle se tortille comme une folle pour échapper aux claques. Pas de pitié, donne-lui une bonne correction. Tape son cul, mais tape son cul !

    S’il faut lui donner le martinet ou la ceinture, n’hésite pas à aussi lui zébrer un peu ses jolies cuisses à la donzelle. De toute façon, on les connait les filles comme elle, y’a que comme ça qu’ça rentre. Et encore, je suis certaine qu’elle recommencera, que tu seras obligé de la punir encore !

    Il faut être sévère avec elle. Elle a besoin d’être tenue. D’être fessée.

    Et moi ? J’ai l’air maligne, assise par terre dans l’embrasure de la porte-fenêtre du balcon, main dans ma culotte en train de délirer, quasi la bave aux lèvres…

    Et MOI ?

    Quand est-ce que je vais en recevoir une, de fessée ? Hein ? Quand ?”

    #52822


    Waouh. C’est intense. Moi aussi,j’attends la mienne…

    Fesse-moi, si tu peux !

    #52823
    Ô.Céane
    Participant


    Excellent…Ecouter aux portes doit bien mériter quelques claques sur les fesses aussi…^^

     

    Merci Stan…c’est drôle, dynamique et très immersif!

    "Et mes fesses, tu les aimes mes fesses"
    Mes récits ne sont pas forcément le reflet de ce que je recherche...juste une inspiration...

    #52824
    Badine79
    Participant


    Super merci stan

    #52829
    Karima
    Participant


    Elle soûle ma voisine, elle peut pas s’occuper d’elle !

    Sympa ce petit texte 😉

    #52831
    salamboflaubert75
    Participant


    Toujours aussi immersif et troublant ce texte… C’est vrai que parfois on entend tout ( trop ? ) cela ajoute beaucoup de honte et de gêne.

    C’est sympa pour ceux qui s’ennuient chez eux !

    Sal

    #52836
    sabine
    Participant


    Bonjour

    Merci pour ce beau récit qui me rappelle un très bon moment de vacances

    Nous avions loué avec mon mari^une chambre d’hôte au ski, il y avait 3 autres couples de 60 ans et 40 ans et 35 ans.

    Ce matin là nous étions tous autours de la table en train de prendre notre petit déjeuner, seule, la femme du couple de 35 ans nous l’appellerons Isabelle n’était pas encore descendue. Quand elle apparu en haut de l’escalier, nous nous sommes tous regardés, elle portait un sous pull blanc super moulant sans soutien gorge et une mini jupe vraiment très courte qui laissait apparaitre sa culotte bleu tellement elle était courte. Elle descendit les escaliers très doucement et quand elle arriva à la table son mari lui demanda ce que c’était que cette tenue et la réponse fusa

    –   Me gonfle pas je m’habille comme je veux, c’est les vacances
    –   Tu le prends comme ça (il la prit par le bras), cette fois-ci c’en est trop, allez debout on remonte dans la chambre.
    –   Mais….
    –   Tais toi et montes

    Le mari ne rigolait pas et la fit monter en la poussant.

    –   J’en ai assez de tes grossièretés et de la façon dont tu oses t’habiller, tu me fais honte.
    –   Mais
    –   Tais-toi! Tu as poussé le bouchon trop loin et je vais faire ce que j’aurais du faire depuis longtemps, j’aurais du suivre pour une fois les conseils de ta mère.
    –    Aiiiie mais qu’est ce que tu fais, non !!!! ma jupe, non !!! pas ça noon !!! arrête je ne veux pas non !!! ma culotte je suis trop….aiiie !!!!

    Le bruit d’une claque sonore résonna dans le chalet, en bas, tout le monde s’était arrêté de manger et tendait l’oreille, le bruit des claques qui tombaient régulièrement sur les fesses. C’était un  mélange des supplications de la femme et du bruit caractéristique de cette main qui claquait en cadence.

    –   Arrête Pierre je t’en prie! je te demande pardon… la porte est ouverte, ils entendent tout.
    –   Ca je n’en doute pas et je suis sur qu’ils m’approuvent. Je te jure que cette fessée tu vas t’en rappeler et tu vas pouvoir raconter à tes copines en rentant qu’à 35 ans tu as pris une bonne fessée cul nu de ton mari pendant tes  vacances.
    –   Je t’en prie tais toi, j’ai trop honte, je n’en peux plus s’il te plait ça fait trop mal, mes fesses me brûlent
    –   C’est fait pour

    Je regardais les personnes autours de la table, chacun imaginait ce qui se passait la haut, certains avait la figure toute rouge.
    Le mari continuait imperturbablement à fesser, on sentait au bruit et au rythme des claques qu’elle devait le sentir passer. Isabelle éclata en sanglot suppliant son mari d’arrêter. Encore une vingtaine de claques et le bruit cessa puis une exclamation

    –   T’es un vrai malade, il faudrait t’enfermer, tu n’es pas prêt de me baiser
    –   Ha tu le prends comme ça !
    –   Aie non, qu’est ce que tu fais nooooon !!!! pas la brosse noooon !!!

    Paf ! Paf ! Le son mat de la brosse à cheveux parce que c’était bien cela arriva jusqu’à nous suivit d’une dizaine d’autres coups.

    –   Arrête je n’en peux plus pitié Pierre, je te promets arrête, je te demande pardon
    –   Lèves toi, passe toi la figure sous l’eau et descend au petit déjeuner
    –   Non je t’en prie, je ne pourrais pas s’il te plait
    –   Tais-toi et obéis

    Quelques minutes plus tard le mari descendit suivit d’Isabelle, les cheveux ébouriffés et la figure toute rouge. Le couple de 40 ans applaudit suivit par nous tous.

    –   Maintenant tu t’excuses auprès de tout le monde pour ta conduite
    –   Je m’excuse
    –   Pas comme ça
    –   Je vous prie de bien vouloir m’excuser pour ma conduite

    Elle s’assit à table en grimaçant, avala son bol puis se leva et remonta. Elle monta en courant, faisant voler sa jupette découvrant ses fesses et ses cuisses toutes rouges.

    Autours de la table tout le monde félicitait le mari, Isabelle redescendit en combinaison puis tout le monde se leva pour partir au ski sauf le couple de 60ans qui remonta dans sa chambre. Je me rendis compte que j’avais oublié mon pass pour les remontées, je suis donc allée dans la chambre et au moment où je prenais mon pass, j’ai entendu un bruit, mais oui c’était le bruit d’une claque suivit d’une autre, j’ai fait signe à André de monter en lui disant de pas faire de bruit. Nous nous sommes approchés de la cloison et pas de doute possible, c’était bien une fessée, André m’attira vers lui, descendit en souriant la fermeture de ma combinaison, puis la descendue à mes mollets, il baissa ma culotte

    –   Non !
    –   Ho mais si

    Il m’a allongé sur ses genoux et a commencer à claquer mes fesses, des claques bien sonores. Au bout de quelques unes, le bruit des claques à coté s’est arrêté, André a continué et les claques ont repris à coté, je sentais mes fesses chauffer mais j’étais très excitée de savoir qu’à coté, ils savaient et que moi je savais pour eux puis les bruits qui venaient de l’autre coté de la cloison changèrent, André s’arrêta aussi, me fit mettre à genoux sur le lit et…………la suite c’est à vous de l’imaginer.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 années et 9 mois par sabine.
    #52839
    Anonyme
    Inactif


    Le chalet de la fessée, quoi !

    Formidable récit, Sabine, j’imagine authentique, ce qui ajoute au côté plaisant. Et j’adore.

    #52842
    sabine
    Participant


    Oui tout à fait

    #52843
    salamboflaubert75
    Participant


    Quels cuisants et mémorables souvenirs! Merci de les avoir partagés avec nous.

    Sal

    #52845
    Anonyme
    Inactif


    De très bons récits qui nous font bien ressentir le plaisir d’être témoins,puis participants.

    #52897
    Anonyme
    Inactif


    Merci @stan et @Sabine pour vos récits

    #52918
    Dundee
    Participant


    Cette histoire me rappelle une auberge en Chevreuse où nous nous sommes rendus avec ma partenaire (c’était nos début). La chambre était confortable et spacieuse. Nous sommes arrivé à 8h du matin, c’était désert.
    Ma partenaire a été fessée pendant 2h, puis nous avons pris un bon bain et fait un petite sieste et nous avons repris sévèrement, fessées puis ceinture. Nous sommes sortis à midi pour aller déjeuner, la chambre était en mezzanine au dessus du bar et le porte était en contreplaqué léger. Quand nous sommes arrivé au bar il y avait une dizaine d’hommes qui prenaient l’apéritif. A voir leurs sourires ils avaient tout entendu. J’étais très fier et ma partenaire également. Nous sommes passé au milieu de ce beau monde, têtes droites, pour rejoindre le restaurant. Ma partenaire avait un large sourire, tout en disant « heureusement que ce n’étaient que des hommes, il y aurait eu une femme, j’aurais été rouge de honte ! » Messieurs, nous ne sommes pas grand chose, ce qui m’a permis de sévèrement commencer la sieste devant autant d’insolence !

    Épicurien, grand voyageur, adepte de la fessée OTK

    #53073
    gico4068
    Participant


    Superbe récit Sabine! On a envie dêtre présent avec sa partenaire de fessée..0

    Homme de 65 ans passionné par la fessée donnée et pratiquant depuis plus de 40 ans avec toujours un égal plaisir. Intéréssé par tout contact et rencontre sur ce sujet.

    Région Parisienne; me déplace en Province

    #59733
    Eric Spank
    Participant


    Excellent récit !!!

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 16)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com