Une semaine chez lui ( suite )

Accueil Forums Discussions générales Récits Une semaine chez lui ( suite )

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 23)
  • Auteur
    Messages
  • #69832
    Coquine06
    Participant


    Je n’ai pas beaucoup dormi voir pas du tout, je me lève de bonne heure, un grand café, la douche.  Aujourd’hui je Le rencontre pour la première fois. Je suis stressée, angoissée. Je m’habille et je vérifie mon bagage. Plus de place pour mes affaires de toilette, qu’à cela ne tienne je les mets dans un sac annexe, et j’y met toutes ces choses qui font de nous des femmes. Je regarde l’heure, il me reste  Encore un peu de temps pour reprendre un cafe. Maintenant c’est l’heure, je m’emparre de mon bagage sans oublier le sac supplémentaire, mon sac à ✋ et me dirige vers la gare. J’arrive avec un peu d’avance histoire d’augmenter en peux mon angoisse. Le train en direction de Marseille est annoncé, il arrive, je cherche le bon wagon, bien sûr il est a l’autre bout du quai est le train est très long, mon sac de voyage est lourd . Et voilà la wagon numéro 9 place 74  tout va bien je range mes sacs à l’endroit prévu à cet effet et je m’assoie. Et la l’angoisse, le stress reprennent le dessus. Comment cela va-t-il se passer, car n’oublions pas je ne le connais pas, évidemment cela fait longtemps que nous communiquons, je continue à le provoquer, le pousser à bout ( je peux pousser encore un peu plus loin ) j’aime ces petits jeux et lui aussi, non seulement je suis sûr que cela m’amuse ( peux être pas à chacune de mes provocations ) mais en plus cela lui permet d’augmenter l’addition de mes punissions à venir. ( Je digresse) donc le train arrive en gare de Marseille. Je dois prendre un autre train 59 mn d’attente je me me prends un café tranquillement, le micro crépite mon train à 20 mn de retard, pas de quoi stresser plus que de nécessaire, je retourne en salle d’attente et là après 10mn le micro nous annonce un nouveau retard 35 mn, le stress monte, de plus en plus, donc j’attends le train est annoncé, et je m’aperçois que mon sac supplémentaires à été vole, c’est pas le jour pour rencontrer Monsieur je suis le monde se dirige vers le quai, vérification wagon numéro 9 place 74, tout va bien, je veux le rencontrer, et accessoirement recevoir mon        ” dû ” ( je digresse à nouveau ) et la enfin je range mon sac a l’endroit prévu à cet effet. Et la tranquillement j’envoie un message à Monsieur pour lui dire qu’il y aurait 35 mn de retard, ” pas de problème me dit il , je t’attendrai sur le quai” et là a cet instant l’angoisse plus intense j’imagine Monsieur  me voir descendre plutôt maladroitement avec armes et bagages, et je me dis pas possible je t’envoies un message à Monsieur et lui demande de ne pas venir me chercher sur le quai mais de bien vouloir m’attendre dans la gare. Monsieur comprends ma supplique et m’accorde ce temps de répit. Et maintenant je suis dans ce train qui m’emmène vers Monsieur et tout ce que cela comporte, de fesses rouges entre  autres.

    #69833
    lafessée83
    Participant


    Bon voyage, bonne rencontre, tiens nous au courant

    Pratique la fessée depuis plus de 30ans, recherche rencontres, amitiés

    #69834
    Yves
    Participant


    bon séjour à toi, bonne rencontre et … Bonne fessées !

    Oui , tiens nous informés…

    Mesdames, mesdemoiselles, mon propre plaisir passe par le vôtre.

    Blog : histoires-jr33.blogspot.com

    #69837
    Chelonia
    Participant


    Alors t es arrivée 😁

    bon courage Coquine 😘

    #69859
    Coquine06
    Participant


    8 heures de train pour arriver chez Monsieur, enfin ma station est annoncée. Le stress monte encore plus. Je récupère mon bagage, enfin ce qu’il en reste. Et voilà le train s’arrête, je descend la dernière, je suis à la fois impatiente et en même temps l’ appréhension est forte. Il me faut quand même descendre de ce train, donc j’y vais je vérifie que Monsieur à bien accédé à ma demande et ne se trouve pas sur le quai. Plus que quelque mètres entre Monsieur et moi. Je me prend quelque instant avant de quitter ce quai. Prendre une cigarette me donne l;excuse de ne pas le rejoindre immédiatement. La gare ferme le chef de gare me demande de quitter les lieux, donc je m;exécute non sans un très forte appréhension. Et voila j’arrive dans la gare personne, il m’attend à l’extérieur ,je prends une grande bouffée de soulagement. Il va quand même falloir le rejoindre se que je fais Il est la martial, un grand sourire m’ accueil. Soulagée il est moins impressionnant que je m’y attendais. Gentiment il me souhaite le bonjour tout en prenant mon sac.Je lui donne ce que nous étions convenu. Nous nous dirigeons vers sa voiture, il fait nuit. Ensuite direction sa maison les quelques 20 km qui nous en séparent sont a la fois stressant et bien sympathique, Il me sent stressée il fait en sorte de me mettre à l’aise en parlant de tout et de rien, de nos échangent respectifs.  Nous arrivons jolie maison il se gare allume la lumière extérieure et me fait sortir de la voiture tout en prenant mon bagage. Je me demande comment vont se passer les premières heures chez Monsieur gentiment il me montre ma chambre,il avait préparé le repas. Il a vu que j’étais très fatigue ( le stress, le voyage ) devant la  un petit moment de calme devant la télé et là après une douche réparatrice vais me coucher. Soulagée la soirée c’ est bien passée. Pas le temps de réfléchir à ma soirée je m’endors du sommeil du juste. Après une bonne nuit, le petit déjeuner préparé par Monsieur que nous prenons ensemble, tout en devisant gentiment.

    #70069
    Coquine06
    Participant


    [SUITE]

    Dimanche :

    Après le petit déjeuner, nous discutons un moment et Monsieur décide de me donner une fessée de bienvenue. Il m’installe sur ses genoux sur le canapé, me baisse ma culotte et commence à me donner des claques modérées. De cette première fessée tant attendue et tant redoutée, ça n’était pas la douleur de celle-ci que je redoutait mais plutôt l’appréhension de la découverte. Cette première fessée, nous en avions discuté avec Monsieur mais celle-ci avec une main que je ne connais pas encore c’est toujours un peu déstabilisant. Elle n’était pas bien forte, donc pas vraiment douloureuse, sans aucun instrument, juste une fessée de bienvenue pour faire connaissance avec lui et sa main, qu’il a ferme, j’ai pu le constater par la suite. Vers treize heures, nous partons pour chez des amis à moi à 140 km de chez Monsieur. Il m’y emmène très gentiment. Nous y passons une partie de l’après-midi et au retour il en profite pur une petite escapade à la plage. Il prend vraiment soin de moi, Il fait tout pour que je me sente à l’aise avec lui. Il est prévenant au-delà de ce à quoi je m’attendais. Et nous rentrons dans la soirée non sans m’avoir d’abord emmené dîner dans un petit restaurant asiatique.

    Après s’être reposé un moment à son domicile, Monsieur s’absente quelques secondes pour aller chercher quelques petites choses intéressantes. Ainsi donc, Il expose sur la table son paddle fait maison, sa règle, effectivement réalisée à partir d’une latte de sommier, un genre de ceinture en caoutchouc, et un strap fait à partir le même matière. Il m’amène également un coussin qu’Il dispose sur le canapé et me demande de me pencher sur l’accoudoir de celui-ci. Monsieur commence par quelques claques bien appuyées sur mes fesses encore recouvertes de ma culotte. Mais celle-ci ne tarda pas à se retrouver au niveau de mes genoux. Il reprit la fessée à la main, mais de façon nettement plus intense, je l’ai bien senti. Puis au bout de moment, Il arrête, mais ne me libère pas pour autant. Il me prévient qu’Il va utiliser ses instruments pour voir comment je réagis. Il commence avec le paddle en me donnant un dizaine de coups. Je sentais qu’il retenait sa force et ce fut donc supportable, même si je l’ai quand même senti passer. Il continua avec la règle, nettement plus douloureuse, le coussin m’a alors bien été utile. S’ensuit la ceinture, pas aussi douloureuse que je m’y attendais, j’en pris cinq coups. Ce ne fut pas la même chose avec le strap pour lequel je ne pris que deux coups, mais que j’ai senti passer. Cette fessée se termina par une volée de claques à la main, qui après tous ces instruments, fut plus difficile à supporter. Enfin tout s’arrêta, pas fâchée en moi-même que ce soit le cas. Il me prit alors dans ses bras pour me réconforter.

    Après un moment de discussion sur des sujets aussi divers que variés, Il décida qu’il était temps d’aller se coucher après avoir pris une bonne douche qui soulagea mes pauvres fesses endolories.

    Je m’endormis sans trop de difficultés.

    [A SUIVRE]

    #70072
    Yves
    Participant


    Ma foi, c’est quand même une belle entrée en matière.

    Monsieur me paraît très attentionné envers toi. Cela dénote une certaine complicité, voire une complicité certaine. Ça n’arrive pas si souvent, même si c’est ce que l’on recherche. Bravo à toi autant qu’à Monsieur pour votre écoute mutuelle.

    Et vivement la suite…

     

    Mesdames, mesdemoiselles, mon propre plaisir passe par le vôtre.

    Blog : histoires-jr33.blogspot.com

    #70073
    Saul
    Participant


    Sympa ces récits teintés de réalité

    Suite sans doute à mon post récent, je reçois des sollicitations de fesseurs. donc pour éviter ses importuns avec lesquels je ne me connecterais je précise immédiatement que je suis HETERO, donc messieurs passez votre chemin MERCI

    #70075
    Yves
    Participant


    @homfc

    Il me semble que ce récit est tout à fait réel, et non simplement teinté de réalité, si j’ai bien compris. @coquine06 le confirmera certainement.

     

     

     

     

     

     

    Mesdames, mesdemoiselles, mon propre plaisir passe par le vôtre.

    Blog : histoires-jr33.blogspot.com

    #70080
    Coquine06
    Participant


    [SUITE]

    Lundi :

    Bien que Monsieur me l’ai formellement interdit, mon intention était de le réveiller en pleine nuit, mais ne connaissant pas encore ses réactions, il m’a semblé plus raisonnable de ne le faire qu’à 5h30 ce qui n’était pas plus autorisé. J’hésite, puis la tentation de braver cet interdit est plus fort que la future punition que je sais inévitable. Donc je frappe à la porte de sa chambre une première fois , pas de réponse, je frappe à nouveau un peu plus fort. Monsieur me répond, j’entends à sa voix que mon incursion très matinale ne sied pas à Monsieur. Il n’est pas très content de cette désobéissance flagrante, mais me dit d’entrer malgré tout en me demandant la raison de cette visite. Monsieur compris très vite que mes intentions n’était autre que de lui désobéir. ( j’avoue également avoir fait cela pour connaître ses réactions . Il me fallait bien savoir). Il m’invite toutefois à le rejoindre pour un moment câlin, me promettant toutefois de régler cette impertinence un peu plus tard. Mais malgré cette menace, le fait de me retrouver dans ses bras efface l’appréhension de la punition promise. Nous nous rendormons tranquillement, j’avais malgré tout réussi à me retrouver dans ses bras en ce début de matinée, toute étonnée par l’attention que Monsieur me porte, et ne me renvoie pas dans ma chambre. Vers 9 h00 nous nous levons tranquillement. Nous prenons notre petit déjeuner en parlant de choses et d’autres, mais pas de cette fameuse faute. Tout en discutant j’espérais peut-être qu’il oublierait de me punir. Mais après le petit déjeuner, il était évident que Monsieur n’avait rien oublié de sa promesse, et me le fit savoir. La punition promettait d’être sévère (et elle le fut). Il me fit quitter la table et me demanda de me pencher sur l’accoudoir du canapé, le temps pour lui d’aller chercher ce coussin qui m’avait déjà été utile la veille et les instruments qui, selon lui, me permettraient de comprendre ce qu’est l’obéissance. Quand il réapparu je compris très vite qu’effectivement, pour lui, cela n’était pas un vain mot. Il commence donc par quelques claques sur ma culotte, et très vite, cette légère protection ne resta pas très longtemps sur mes fesses. Il me la descendit et d’une main ferme et très décidé il entrepris de m’inculquer quelque rudiments de l’obéissance. Après une très longue série, de claques, mes fesses commençaient à bien me faire mal. Mais pour Monsieur, ça n’était pas suffisant bien évidemment. Pour lui, une désobéissance aux règles ne pouvaient qu’être sévèrement punie. Il me demande de ne pas bouger, et s’empare de sa règle en bois et il commence à me donner quelques coups pas trop forts pour commencer et de plus en plus fort mais sans aucune brutalité. La douleur se faisait de plus en plus vive, quand enfin il s’arrêta et me fit savoir que pour lui la punition n’était pas terminée. Il se servit des instruments qu’il avait sorti et bien évidemment de façon bien involontaire ma main essayait bien vainement de protéger la partie la plus charnue de mon individu. Il la retira et continua de frapper, toujours à l’écoute malgré tout. Il me demande comment je vais, je lui ai répondu ”ça va”, donc il continue la correction, jusqu’à ce qu’il juge que la punition soit suffisante. Après quelques caresses sur mes fesses bien rouges il remonte ma culotte et le câlin d’après fessée et le bienvenu. La journée à suivi par de la musique jouée par Monsieur, et une suite de journée bien agréable. Ensuite nous sommes allé faire quelques courses, et je tenais particulièrement à préparer le repas du soir ce que je fis et nous avons mangé tranquillement. Je n’ai échappé à la fessée du soir qu’a une rage de dent de Monsieur tout en ayant son assurance de la rattraper le demain matin. Ensuite nous sommes rentré chacun dans notre chambre . Mon idée de le réveiller dans la nuit à été freinée par le fait de sa douleur dentaire mais également par une petite phrase de Monsieur : «  si tu veux me réveiller dans la nuit, réfléchies bien avant, car tu risques de le regretter. » Donc j’ai renoncé me rappelant d’une certaine cuillère en bois à la quelle j’ai eu l’occasion de goûter.

    [A SUIVRE….]

    #70083
    Coquine06
    Participant


    Pour mémoire, ces récits ne sont que pure réalité. Je vis ce que je vous raconte….

    #70093
    Chelonia
    Participant


    Merci coquine 😊 ça donne envie 🥰 et il a l air vraiment très agréable ce Mr.

    #70114
    Alain
    Participant


    Merci coquine . Ton récit est très vivant et pour une première tu as été bien plus que dépuceler dans un sens…

    Nouveau sur le site pour rencontrer des femmes dans la region marseillaise ou autres
    Je suis un homme de 49 ans à votre ecoute mesdames

    #70232
    Coquine06
    Participant


    [SUITE]

    Les quelques jours suivants se sont passés à l’image de lundi avec quelques variantes, toutefois. Nous sommes jeudi soir, j’ai un peu poussé Monsieur dans ses retranchements et il m’a promis une sacrée correction pour dans la soirée. Nous ne sommes que l’après-midi et j’y pense déjà, non sans une certaine crainte et envie à la fois. Mais je sais que je vais passer un sale quart d’heure. Enfin, en attendant, je Lui prépare un super bon repas en espérant l’amadouer un peu, vu les bêtises commises. J’ai peur que ce soit inefficace, qui ne tente rien…

    Nous dînons. Nous parlons de choses et d’autres, sauf de ma punition. Pourtant, ça me démange de poser la question. Dessert, on débarrasse la table et nous installons por un moment devant la télé. Il s’absente quelques secondes et revient avec des objets que j’avais déjà vu sans y goûter toutefois. Une cuillère en bois, et deux cannes en acrylique, une courte et une plus longue. J’avoue que je n’en mène pas large. Il me fait me pencher sur l’accoudoir du canapé, tenant dans mes bras mon coussin, désormais habituel. Monsieur baisse ma culotte fermement mais sans brutalité. Les premières claques à la main tombent, puissantes, douloureuses, ça pique et je bouge un peu. Et en plus, cela dure. Cela commence à chauffer. Il vise les points sensibles et je le sens passer. Au bout d’un (trop) long moment, il s’arrête, mais me défend de bouger. Je sens que les choses vraiment sérieuses vont commencer, et ça ne loupe pas. Il attaque avec la cuillère en bois, et j’ai vraiment du mal à supporter les impacts de ce truc. Je mets ma main, immédiatement bloquée fermement dans mes reins. Je gémis un peu sous les coups répétés. Puis il s’arrête et change d’outils. Il me prévient que ça va faire mal. Il a raison. La canne courte est un objet redoutable. Toutefois, par chance pour moi (ou par pitié de sa part), cela ne dure pas longtemps. Il change pour la canne longue. Evidemment, c’est pire et je bouge franchemment en poussant des petit cris de douleurs, ça pique dur ! Là encore, il est clément, et cela ne dure pas longtemps. Après m’avoir massé un peu les fesses, il me libère. Ouf ! Je reconnais que cette punition, je l’aurai senti passer. Il me prends dans ses bras pour me câliner et me réconforter. Un vrai bonheur de pouvoir rester un peu ainsi dans ses bras.

    Nous partimes nous coucher, chacun dans notre lit, et je m’endors satisfaite et sereine, dans le calme de la nuit.

     

    [A SUIVRE]

    #70233
    Yves
    Participant


    Aahhh, là, tu en as pris une belle, bien méritée, je suppose. Tu as dû le pousser sacrément pour qu’il sorte les cannes ! J’espère que tu t’en souviendras…

    Presque la fin, si j’ai bien compris…

    J’espère que tu as apprécié ton séjour…

    Mesdames, mesdemoiselles, mon propre plaisir passe par le vôtre.

    Blog : histoires-jr33.blogspot.com

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 23)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com