Une coupable incartade réprimée

Accueil Forums Discussions générales Récits Une coupable incartade réprimée

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Auteur
    Messages
  • #33986
    Vincent
    Participant


    L’instant fatidique était enfin arriver. Dans les moments qui avaient précéder cet instant, ils avaient tous deux été assaillis de sentiments troubles et contradictoires.
    Chez lui l’inquiétude relative a l’exacte conduite a tenir et au déroulement des opérations tranchait avec l’impatience d’infliger cette correction nécessaire et mérité.
    Chez elle la honte et la culpabilité la poussait a se soumettre a son châtiment mais l’incertitude et l’inconnu provoquait en elle une sourde angoisse.
    Pourtant ce qui allait advenir était inéluctable.
    Tout avait commencer trois jours plus tôt quand il avait été chercher sa copine étudiante a la gare de retour de sa semaine de cours a la fac. Immédiatement il avait vu que quelque chose n’allait pas et avait tout de suite chercher a la réconforter et a savoir de quoi il s’agissait afin de la soutenir au mieux.
    Malgré son refus initial de s’épancher sur les tracas qui la tourmenter intérieurement elle avait fini par céder a sa tendre insistance et lui en avait révélé le motif.
    La veille qui était un jeudi (chacun le sait les jeudi soir sont particulièrement animés dans les villes étudiantes) la miss était sorti en ville avec un groupe d’amis et avait ce soir la bien abusé de boisson alcoolisés finissant par se retrouver seul a moitié ivre avec l’un des garçons du groupe également passablement émécher.
    Les deux comparses avait fini par se retrouver chez le garçon en question et la situation avait dégénérer en embrassades déshabillages et attouchements divers jusqu’à ce que reprenant ses esprits (ou du moins une partie) elle avait réaliser ce qu’elle était en train de faire et mis un terme a la situation en rentrant chez elle.
    C’est ainsi qu’elle lui confessa en larmes les raisons de son tourment.
    Ces révélations agirent comme un électrochoc en lui. Bien qu’il garda son calme il était furieux de cette inconduite et en même temps ému et toucher par son désespoir qu’il percevait sincère.
    Étant fort attacher a la demoiselle et devant ce repentir non feint il ne lui vint pas a l’esprit de la répudier malgré les craintes de celles-ci.
    Au lieu de cela et sans vraiment y réfléchir il prononça ces mots d’une voix calme et ferme avec une autorité qui ne pouvait être remise en question: “dans ce cas je ne voit qu’une solution je doit t’administrer une bonne fessée pour te punir de ton comportement irresponsable et irrespectueux envers moi”.
    Elle le regarda interloquer, balbutiant des excuses ne comprenant pas elle qui n’avait jamais reçu de fessée d’aucune sorte elle était abasourdi et ne s’attendait pas a cette réaction.
    Inflexible il lui expliqua sa position:”je suis prêt a te pardonner cette incartade car tu l’a avouer toi même avec honnêteté. Néanmoins tu mérite une bonne punition pour ne pas recommencer et moi je doit te punir pour ne pas t’en vouloir et oublier cette faute”. Puis après le silence qui s’était installer suite a ces paroles il ajouta: “et crois moi sur paroles tes fesses s’en souviendront il va t’en cuire…”.
    Bouleverser par cette avalanches d’évènements et de sentiments qui la traverser depuis la veille elle accepta la situation soulager au fond de ne pas être rejeter et de pouvoir s’en remettre a lui.
    Les circonstances immédiates ne permettant pas l’exécution de la sentence en toute sérénité il avait été convenu d’appliquer celle-ci au calme a leur retour chez eux.
    Et l’instant était la redouté et attendu tout a la fois par les deux protagonistes.
    Sur le chemin du retour il lui avait sèchement rappeler ce qui l’attendait a la maison afin qu’elle ne se fasse aucune illusion sur une possible clémence de sa part.
    Arriver a l’appartement et après avoir ranger quelques affaires il l’interpella depuis le salon alors qu’elle se trouvait dans la chambre:”vient me voir je crois que nous avons quelque chose a régler tout les deux”.
    Il attendait installer sur le canapé lorsqu’elle se présenta a lui penaude, rouge, entièrement nue et la tête basse.
    Malgré cette attitude d’apparente soumission et eu égard a la cause de cette correction il ne se sentait pas enclin a la moindre pitié envers la punie et si des doutes l’avait assailli précédemment il savait exactement a ce moment ce qu’il devait faire.
    Aussi l’attrapa-t-il par le bras sans un mot la coucha fermement en travers de ses genoux et les claques commencèrent a tomber a un rythme régulier non pas de toute ses forces mais sans complaisance.
    La blanche peau des fesses vierges de la demoiselle ne tarda pas a se colorer copieusement sous cette sévère fessée et si elle essayait de ne pas trop pleurer ou ruer a la fin des quelques minutes que dura ce traitement non seulement ses fesses avait atteins une couleur uniforme plus proche du rubicond que du rosé mais elle ne pouvait empêcher ses jambes de partir presque convulsivement en tout sens l’obligeant a la maintenir fermement sous son bras.
    Satisfait de cette première étape mais désireux de marquer le coup il la fit se relever, la plaça devant lui exigea une position correcte d’elle qui trépignait les fesses en feu, puis la sermonna a nouveau sur ce qui l’avait amener dans cette délicate posture.
    Après lui avoir fait comprendre que la punition n’était pas terminer, il le recoucha sur ses genoux et entreprit de la fesser a toute volée cette fois-ci. Il ne fallut pas longtemps de ce traitement pour qu’elle éclate en sanglots, ses fesses était a présent d’un rouge profond et elle ne semblait pas pouvoir en supporter davantage il appliqua alors quelques dernières claques bien sentie et décida de mettre fin a la correction.
    Lorsqu’il la releva le visage baigner de larmes le derrière comme un volcan en éruption elle voulue s’enfuir morte de honte. Il la rattrapa et lui expliqua tendrement a l’oreille qu’elle avait désormais expier sa faute qu’il l’avait pardonner et oublier et qu’elle n’avait pas a avoir honte ce qui la calma rapidement.
    Après l’avoir laisser reprendre ses esprits dans la chambre il revint la câliner tendrement puis il firent l’amour pour sceller cette réconciliation.
    Ils ne le savaient pas encore mais cette fessée devait en appeler d’autres d’un autre type plus jamais elle n’eut a endurer une fessée punitive de cette ordre.

    #34001
    Anonyme
    Inactif


    Merci pour cet agréable récit @vincentfesseur 😉

    #34004
    Vincent
    Participant


    Merci a toi

    #34012
    Saku 😋
    Participant


    Super récit merci @vincentfesseur

    - Ne rate jamais une occasion de faire une bêtise

    #34014
    Zatopek33
    Bloqué


    Très bien ! Elle ne l’a pas volée , sa raclée, la gamine !
    Heureusement , elle a la chance de pouvoir compter sur un compagnon ferme et rigoureux .
    Qu’en serait-il si nous ne nous montrions aussi stricts ?

    #34024
    Anonyme
    Inactif


    “Les deux comparses avait fini par se retrouver chez le garçon en question et la situation avait dégénérer en embrassades déshabillages et attouchements divers jusqu’à ce que reprenant ses esprits (ou du moins une partie) elle avait réaliser ce qu’elle était en train de faire et mis un terme a la situation en rentrant chez elle.”
    Il n’y a que moi qui pense que le jeune homme mérite une correction dans l’histoire parce que dans le genre connard qui profite d’une fille ivre, il se place bien même si il a bu également.
    Il était suffisamment lucide pour profiter de la situation contrairement à elle qui ne réalisait pas ce qui se passe avant de se barrer.
    Franchement, j’aurais préféré une autre situation comme punition.

    #34028
    Vincent
    Participant


    Merci pour vos commentaires.
    Déborah, il ne s’agit pas de la description d’une agression sexuelle d’un jeune homme sur une jeune fille plus ivre que lui situation qui ne saurait justifier évidement d’aucune punition. La jeune fille participe activement et de son plein consentement a la situation. Quand je dit qu’elle réalise c’est sur un plan moral et pas en mode “pourquoi je suis a poil avec ce type qui me tripote alors que je me souviens pas m’être déshabiller”.
    Je n’ai probablement pas suffisamment bien formuler cette partie du récit si c’est ce que tu as ressenti.

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com