Un scénario

Accueil Forums Discussions générales Récits Un scénario

12 sujets de 1 à 12 (sur un total de 12)
  • Auteur
    Messages
  • #96704
    Fessochix
    Participant


    Une fessée : réelle ! Sur un scénario : joué.

    Ce fut un week-end agréable. Elle m’avait invité chez elle. Les enfants étaient chez le père. Je suis arrivé le vendredi en fin d’après-midi et suis reparti dans la matinée du dimanche. À peine trois heures de route.

    Je l’avais connue sur un site dédié à la fessée et nous étions vite passés en communication privée, puis avions échangé adresses mails et numéros de téléphone, et nos photos. Elle fantasmait sans les avoir connues sur les fessées scolaires, et n’en avait pas non plus reçu de ses parents. Et elle appréciait les scénarios, la mise en scène, les jeux de rôle.

    Elle avait lors d’un week-end précédent reçu un autre fesseur. Ça s’était passé dans le salon et elle avait reconnu qu’il avait été bien énergique : mais pauvre en imagination, sans l’approche qu’elle attendait.Elle m’a demandé un scénario. Fessée scolaire, c’est facile à mettre au point. Elle aurait certainement pu jouer la jeune élève et faire plein de fautes dans une dictée. Mais cela m’aurait gêné de déculotter et corriger , même adulte jouant ce rôle, une écolière ou une collégienne. J’ai alors une une idée : je serais le directeur de l’école et elle une mère d’élèves se plaignant toujours de tout et de rien, toujours prête à faire des histoires. Elle viendrait se plaindre dans mon bureau à propos d’une remontrance faite à sa fille. Et, excédé, je luis donnerais la fessée : ce scénario lui a plu. Elle m’a envoyé la photo de son coin bureau, aménagé à l’étage.

    Très bien accueilli. C’était la fin de l’été, elle était en bermuda. La fessée était prévue pour le lendemain, pour le samedi matin. Rafraîchissements, discussions, entre autres sur la fessée en général. Elle m’a emmené à l’étage pour la visite du bureau. Elle semblait gênée qu’il soit plutôt étroit mais il allait très bien convenir. Elle a déplacé une chaise et l’a placée près du mur opposé aux étagères et au meuble. Elle avait la place de s’y allonger. Ce serait donc une fessée en travers de mes genoux. Elle remis la chaise en place et nous sommes descendus. C’était l’heure du dîner et j’avais apporté des victuailles. Nous avons aussi parlé cuisine. Je lui ai même proposé à une autre occasion de préparer de la paella, à l’extérieur, sur un brasero que je pourrais apporter. J’avais l’impression de la connaître depuis pas mal de temps.

    J’ai dormi en bas, dans une chambre pour invités et elle en haut.

    Petit déjeuner, café, pain grillé. Sans en parler nous savions que l’heure approchait. Puis je suis monté au bureau en lui disant qu’elle me rejoindrait quand elle se sentirait prête. Elle a dû ranger, nettoyer les bols. Ça n’a pas été bien long mais j’attendais, en consultant quelques livres. Et je me demandais si je serais à la hauteur pour jouer le directeur. On a frappé. « Entrez ». Elle avait un air courroucé.

    « Bonjour Madame : c’est à quel sujet ?

    -Vous le savez très bien, ma fille a encore été punie.

    -Nous ne punissons que très peu, dans cette école. Cela consistait en quoi ?

    -Non, pas punie, mais elle s’est fait disputer…

    -Une remontrance, c’est différent.

    -Vous jouez sur les mots…

    -Je rétablis la vérité. Vous, vous déformez les mots.

    -Dites que je suis une menteuse !

    – Vous me parlez de punition alors qu’il n’ y en a pas eu.

    -J’exige des explications !

    -Vous prendrez rendez-vous avec la prof de votre fille. Elle en sait plus que moi. Elle m’a pas tenu informé de cette affaire, ça ne devait pas être bien important.

    -Il faut un rendez-vous ?

    -Eh oui. Même si vous venez me déranger sans avoir au moins prévenu J’ai aussi une classe à tenir, et le samedi matin je m’occupe plus particulièrement de mes tâches de directeur.

    -Il faut que je vous plaigne ?

    -Vous dépassez les bornes !

    – Vous allez me punir ? »

    Elle change alors de ton, d’expression. Elle prend un air plutôt provocateur.

    «  Ce serait une bonne chose !

    -Je voudrais bien voir ça : et ce serait quoi ? la punition ?-

    -Pas de lignes à copier : c’est trop gentil. Mais une bonne fessée !

    -Une fessée ? C’est comme ça que ça se passe ? dans cette école ?

    -Pour les adultes comme vous, oui.

    -Vous ne feriez pas ça !

    -Mais si !

    -Et c’est quoi ? une bonne fessée ?

    -Une fessée déculottée !

    -Le pantalon baissé ?

    -Oui, et la culotte, aussi.

    – Ah, ça devrait me faire du bien… »

    Le ton avait complètement changé.

    « – Oui, vous lâcherez prise, vous serez plus détendue, et vous cesserez de toujours vous plaindre. Ou vous saurez pourquoi : vous aurez mal aux fesses.

    -Alors d’accord : on y va ?

    -J’ai encore quelques tâches à finir. Allez dans ce coin, les mains dans le dos. »

    Elle y va et je consulte quelques livres de l’étagère. Puis je déplace la chaise et je m’assieds dessus

    « Vous pouvez venir. »

    Elle s’approche, l’air résigné.

    « Bien devant moi, que le puisse dégrafer votre pantalon. »

    Elle obéit.

    « Et je le baisse ».

    Puis je lui demande de se placer en travers de mes genoux. Elle m’avait signifié qu’elle aimait bien qu’on lui annonce les choses, que l’on commente.

    « Vous avez une belle culotte : mais je dois elle aussi la baisser. »

    Elle est noire, avec des motifs en relief.

    Elle a aussi de belles fesses, un peu larges, pas trop rebondies. Une peau un peu granuleuse, pas vraiment lisse.

    « Et maintenant, la fessée ! »

    Je claque bien fort, dès le début.  Elle encaisse sans broncher.

    «  Ça commence à être bien rouge. »

    Je marque une petite pause, puis reprends. Quand j’estime qu’elle a eu son compte je l’envoie au coin. Elle se relève et s’ y rend les jambes entravées par le pantalon et la culotte.

    « Les mains sur la tête et sans bouger. Sinon c’est une autre fessée. »

    Elle ne doit pas en avoir envie et obéit. Je me tiens à distance.

    « C’est bon, vous pouvez vous rhabiller. »

    Elle remonte culotte et pantalon, mais il lui manque une étape : la photo ! Elle me tend son portable et se déculotte. Je photographie ses rougeurs, bien marquées. Cela la fait rire.

    « il ne faudra plus que je laisse les enfants se servir de mon portable. »

    C’est préférable !

    Le samedi après-midi elle m’a emmené faire une belle balade dans de beaux coins. Et il y a eu et un déjeuner et un dîner. Et j’avais apporté un petit clavier pour jouer un peu de musique.

    Je l’ai quittée le dimanche après le petit déjeuner, en comptant bien revenir.

    Mais j’ai deux semaines après reçu un message comme quoi elle avait invité un troisième fesseur et qu’avec lui c’était vraiment bien. Dans ce genre de situation, même déçu, on n’insiste pas.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 5 jours et 8 heures par Fessochix.
    • Ce sujet a été modifié le il y a 5 jours et 8 heures par Fessochix.
    Pièces jointes:
    Vous devez être connecté pour voir les fichiers attachés

    En mai fesse qui te plaît et à qui tu plais : mais les autres mois aussi.

    #96714
    Sade73
    Participant


    Très beau récit… celà me laisse rêveur… et la rencontre suivante ?

    #96719
    Fessochix
    Participant


    C’était @sade73 la cinquième et dernière rencontre d’une année faste : cinq femmes fessées d’octobre à septembre. Toutes connues  par Internet, et dans ce but. Je peux raconter les précédentes,  elles sont bien sûr différentes :  mais pas toujours avec ce côté beau moment de la vie. Ce fut, je me répète, un week-end agréable.

    Avec B. du récit “sans se parler” j’étais en couple : fessée lié à une belle histoire.

    Je laisse de toute façon les lecteurs et lectrices prendre connaissance de “un scénario” puis je verrai pour d’autres récits de fessées réelles. Selon, aussi, l’inspiration.

    En attendant, merci de ton appréciation.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 4 jours et 16 heures par Fessochix.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 4 jours et 16 heures par Fessochix.

    En mai fesse qui te plaît et à qui tu plais : mais les autres mois aussi.

    #96723
    Saul
    Visiteur


    Un récit qui nous fait tous rêver… la photo ne peut tout de même être celle de cette joyeuse punie. 😂 ?

    Suite sans doute à mon post récent, je reçois des sollicitations de fesseurs. donc pour éviter ses importuns avec lesquels je ne me connecterais je précise immédiatement que je suis HETERO, donc messieurs passez votre chemin MERCI

    #96727
    Fessochix
    Participant


    Merci, @homfc, Saul, du compliment. Photo trouvée sur Google images et je ne me serais de toute façon pas permis. J’ai, comme relaté, photographié la punie mais de dos. Après le coin et debout. Avec son portable et je n’en suis pas détenteur.

    Sur la photo choisie on ne voit pas la culotte : ce qui peut laisser supposer qu’elle est noire.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 4 jours et 14 heures par Fessochix.

    En mai fesse qui te plaît et à qui tu plais : mais les autres mois aussi.

    #96729


    Bonsoir ,

    J’ai beaucoup aimé ta façon de lui proposer le scénario et le récit évidemment cela donne des idées,  par contre tu as du être déçu quand elle t’a dit qu’elle avait fait venir un 3eme fesseur?

     

    Je ne recherche pas de fesseurs ,
    Merci d'en tenir compte.

    #96731
    Fessochix
    Participant


    Oui, bien sûr, Marion. Et d’autant plus déçu que j’avais compris que je ne la reverrais plus.

    C’était quand on  y réfléchit d’une implacable logique : j’avais été le deuxième, le premier avait dû lui aussi être évincé. J’ai été détrôné par ce troisième. Je ne sais pas si il fut définitivement retenu.

    Je lui aurais bien finalement remis une bonne fessée scolaire, sans ce scénario quand même compliqué. Une dictée, plein de fautes, et son compte était bon. J’aurais dépassé mes réticences.

    Et sa maison, les repas, tout ça, c’était sympa. Je sois être trop sentimental.

    En mai fesse qui te plaît et à qui tu plais : mais les autres mois aussi.

    #96733
    Éducateur73
    Participant


    Jolie histoire

    #96739
    Abi San
    Participant


    Il y a une sourde mélancolie qui affleure, toujours un peu sur le fil, dans les relations fessées : quand elles s’arrêtent ou n’aboutissent pas.

    On s’est exposé à la personne, mis à nu, et pas seulement au niveau des reins ; à chaque rencontre, il y a eu un lien de confiance de part et d’autre mis sur la table, de choix de s’abandonner ou de recevoir cet abandon. Un lien plus dense que dans nos relations ordinaires ; sortant de l’ordinaire, créant une intimité souvent rapide, dense. Une sensation de familiarité lorsque le courant passe, de la main au cul et de l’esprit à l’esprit. Une sensation d’être entré plus avant que beaucoup dans l’intimité de l’autre. D’avoir partagé plus qu’un simple impact sur un corps – un impact aussi dans l’être. Des situations vibrantes, stimulantes, qui font rêver, qui enchantent pour un moment le monde réél, dans la couleur de notre plaisir.

    Et puis, un petit défaut d’un côté, une insatisfaction, un manque de concordance, et cela s’arrête – ce n’est pas très grave, mais comme on a été loin dans l’intime dès une première rencontre, cela sonne toujours comme un petit glas pour celui qui subit le coup d’arrêt. Et quand la relation a été longue, un vrai deuil à gérer.

    C’est une beauté pour moi, et une vraie valeur ajoutée à ma vie, de vivre la densité de ce monde, dans tous ses états, du blanc immaculé au rouge carnassier et jusqu’à l’ébène de l’inachevé.

    #96741
    Fessochix
    Participant


    Belle analyse, @abi-san. C’est sur le fond bien observé et dans la forme bien tourné.

     

    En mai fesse qui te plaît et à qui tu plais : mais les autres mois aussi.

    #96763
    Paulparis
    Participant


    Personnellement j’ai beaucoup de mal à fesser sans lendemain. C’est un peu un aveu d’échec. Quand une femme m’accorde sa confiance au point d’accepter de se déculotter – ou plutôt de se laisser déculotter – et d”exhiber ainsi son intimité à tous les sens du terme, c’est un beau cadeau et il ya forcément des sentiments qui naissent derrière les gestes et les scénarios et normalement ça devrait déboucher sur une certaine complicité. Si la rencontre est sans lendemain, c’est que le courant n’est pas complètement passé et il y a forcément – pour moi – un sentiment de manque que je ne peux pas m’empêchèrent de regretter

    #96765
    Fessochix
    Participant


    Je ne vais pas non plus @paulparisfr me tourmenter et ne voir qu’un échec dans cette relation sans lendemain. Ce fut quand même un bon week-end, et je pense pour elle aussi. Mais cela ne l’a pas empêchée d’essayer un troisième fesseur : cela relève certes d’un côté  terre à terre. Mais elle a bien fait, c’était mieux, ou encore mieux. Et les déceptions font partie de la vie…

    En mai fesse qui te plaît et à qui tu plais : mais les autres mois aussi.

12 sujets de 1 à 12 (sur un total de 12)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com