Un repas brûlant.

Accueil Forums Discussions générales Récits Un repas brûlant.

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
  • Auteur
    Messages
  • #51668
    Anonyme
    Inactif


    Un jour ou j’étais en vacances dans une maison avec piscine un peu éloigné des voisins, Je rentrais d’une balade à vélo,quand tout d’un coup je vis mon fesseur devant le pas de la porte de la résidence.
    Surprise, je lui ai dit bonjour, que faites vous là ?
    Ce n’était pas prévu.
    Tristan (le fesseur) lui répondit :” “- J’ai pris des jours de vacances pour venir te rejoindre et voir comment tu te comportes en vacance et surtout surveiller tes punitions que tu dois rattraper et voir si tu a mis à jour ton carnet.
    Blanche(la spankee):
    “”- justement, je viens de finir, donc j’en ai profité pour faire une promenade à vélo pour visiter les lieux.
    Elle lui tend le cahier et le carnet qu’il examine attentivement et il a l’air satisfait.
    Il lui explique qu’il va habiter avec elle jusqu’à la fin de son congé.
    Le dîner se passe très bien, il savoure tous les deux leur repas tout en discutant de chose et d’autres ou à la fin de la soirée, il lui dit que si elle ne se comporte pas correctement ici ou à l’extérieur elle sera fessée.
    Le lendemain sous un radieux soleil, elle décide de prendre son repas près de la piscine, mais sans penser à lui.
    Ayant un instant oublié que son fesseur partageant son toit, elle se servit copieusement comme si elle était seule.
    Elle dégustait une délicieuse salade composée,préparer avec plaisir et amour. Une fois cette entrée consommée, une exclamation derrière son dos attira son attention.
    “”Eh bien, bon appétit ! Merci de nous avoir préparé une si appétissante collation,Chère Amie! Puis-je me joindre à toi ? Il m’en reste dit il avec une goguenardise bien inhabituelle chez lui.
    Blanche tressaillit.
    Dans la joie de l’exercice de son légendaire art culinaire, elle avait comme dit plus haut, totalement négligé la présence de son compagnon de recadrage.
    Elle pâlit légèrement, devant la mine décidée et visiblement affamer de Tristan.
    “Catastrophe! pensa t’elle. Je viens de faire une gaffe monumentale. Il est mort de faim et je ne lui ai rien préparé ! Pas même un sandwich au beurre ! Ouille ! Cette fois, je crois que ça va chauffer grave ! Et pour de bons !
    -Alors ! Qu’est-ce qu’on mange de bon, lança le gargantuesque personnage ! tiens je vois que tu as commencé sans moi… Merci de me tenir compagnie ! Ce n’est pas très poli cela ! Je ne t’ai jamais enseigné de pareilles manières ! Bon ! Je peux m’asseoir ? Il t’en reste, j’espère de ta craquante verdure ? Je suis morfalons aujourd’hui non d’une pipe ! Et ça sent bonne la vinaigrette. Alors, tu peux me servir au moins, mademoiselle? S’il te … Plais…
    Blanche au bord de la syncope se figea. Le temps aussi s’immobilisa. Elle était dans la situation d’un fautif, pris d’un instant qui précède une pénible explication. Ou encore elle se sentit tel malfaiteur, qui après avoir nié et nier, se retrouve pris en flagrant délit… Son corps s’était raidi. Le paysage, la piscine qu’elle fixait anxieusement, tout, c’était gelé comme au pays du magicien d’Oz. Le vent n’agite plus les feuilles des saules et de l’acacia nain du jardin. Elle ne sentait que son cœur qui battait la chamade dans sa tête, ainsi qu’une grosse boule en bas de son ventre.
    -Euh… Euh… bredouilla t’elle; excusez-moi Tristan ; je n’avais plus pensé que vous étiez là, et je n’ai préparé de repas que pour ma seule personne… Moi.
    Tristan devint vert puis bleu.
    Qu… Qu… Quoi, rougit il !
    -Ben oui repris Blanche, je … Je… Je suis navrée ! Désolé !
    -Ah oui ! Vous êtes désolé ? Navrée et bien vous allez l’être encore plus… Vous m’avez oublié ? Vous ne m’avez pas vu ? Et bien, si vous ne m’avez pas vu vous allez me sentir ! Et joignant le geste à la parole, avant que la jeune femme ait pu réaliser ce qu’il allait lui arriver, il l’empoigna fermement parla taille. Elle se débattit, mais elle savait que cela serait vain. Tristan attrapa la chaise ou Blanche comptait déjeuner tranquillement. Il s’assit prestement et allongea sans ménagement sa compagne sur ses genoux. La jeune fille ne sut pas si le retroussage de la jupe et le déculottage furent secs ou pleins emphase… Elle se retrouva, ses jolies fesses au frais un court instant. Court, car bientôt, le tonnerre des claques fit pleuvoir une intense et insupportable brûlure sur ses rondeurs. Ses jambes balancèrent inconsidérément. Elle tenta plusieurs fois de protéger son arrière-train de sa main droite, vite immobilisé par le bras robuste de son bourreau. Cette danse de feu dura plus de trente minutes. Les fesses de la malheureuse prirent rapidement une belle teinte rouge vif, qui vira à la fin au cramoisi terrible.
    Enfin, la correction s’arrêta. Sans un mot, Tristan releva sa victime en larme ; il étreignit ; la consola, et après un baisé de circonstances, les deux complices poursuivit leur repas au restaurant voisin.
    Auberge dans laquelle Blanche eut quelque peine à s’asseoir, comme le montrèrent bien des sourire crispé et des tortillement de sa jolie silhouette.

    #51675


    Joli histoire ! La prochaine fois, elle ne l’oubliera pas, je pense !

    Fesse-moi, si tu peux !

    #51676
    salamboflaubert75
    Participant


    Jolie histoire, merci…
    Elle sera plus prévoyante la prochaine fois ou pas…😋

    Sal

    #51678
    Anonyme
    Inactif


    Tout le mystère sera sûrement éclairci dans la suite de sa mésaventure.

    #51679
    Badine79
    Participant


    Une suite j espere

    #51689
    Anonyme
    Inactif


    Merci @rougelys pour cette agréble lecture, j’ai pris beaucoup de plaisir à te lire.
    Mais je trouve ce fesseur, ce Tristan un peu culotté!
    Il debarque sans prevenir et s’invite de lui-même…
    Il aurait au moins du apporté quelques courses Nomého! hihihi

    #51698
    Anonyme
    Inactif


    C’est vrai ça ,il débarque de je sais pas ou et en plus la fesse ça se fait pas. Non je plaisante,Justement c’est le but s’inviter sans prévenir pour lui faire une surprise.La suite dés que je peux.

    #51713
    gico4068
    Participant


    Très beau récit. Cela lui servira de leçon

    Homme de 65 ans passionné par la fessée donnée et pratiquant depuis plus de 40 ans avec toujours un égal plaisir. Intéréssé par tout contact et rencontre sur ce sujet.

    Région Parisienne; me déplace en Province

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com