“Tu as avancé sur le dossier Truc ?”

Accueil Forums Discussions générales Récits “Tu as avancé sur le dossier Truc ?”

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Messages
  • #85967
    la vilaine
    Participant


    11h51. Le faire ou pas ? Dans pile 9 minutes nous partons déjeuner à la cantine, avec des collègues de l’open-space. Il reste juste 9 petites minutes… et je ne me vois pas rester dans cet état pendant toute la pause déjeuner. Trop long à attendre – j’ai du mal avec la frustration. Trop dur pour moi.

    Il faut dire que cette matinée au bureau a été particulière. Comme si j’avais été punie. Alors que je pensais pouvoir glander et prendre des cafés à droit à gauche, as usual, ma boss m’a tendu une sorte de piège à mon arrivée. Elle a prononcé mon prénom, puis : « Tu as avancé sur le dossier Truc ? ». J’ai levé les yeux – elle regardait son écran. Aïe. Mon cœur s’est serré aussitôt – ce dossier Truc, je n’y avais pas touché alors que ça faisait 15 jours qu’elle me l’avait confié.

    Je laisse souvent les trucs de boulot de côté, avec cette idée confuse (et sans doute naïve) de « on verra bien plus tard ». J’ai répondu avant que trop de secondes ne s’installent : « Euh oui, en bonne partie ». Elle a relevé les yeux sur moi. Je devais être toute rouge. « Ok, je te rappelle que je le présente cet après-midi à la Direction ». Mon cœur qui accélère encore. « Ah, oui oui, ça va être bon, juste quelques petits trucs à finaliser ce matin ». J’ai presque honte de m’entendre autant mentir. La température a monté de 10 degrés en un instant.

    Me voilà donc ce matin assignée à mon bureau, sous le regard de ma boss – je n’ose pas la regarder mais je sais qu’elle a deviné mon mensonge, et donc mon inconfort. Pour une fois, mon cerveau fonctionne à plein régime – une douzaine de documents ou mails sont ouverts pêle-mêle à travers mes deux écrans. La tâche est complexe – en tous cas, pour un rendu en quelques heures seulement. J’aimerais, comme c’est la tendance naturelle chez moi, oublier ce travail, le mettre de côté, me lever et passer le temps à blaguer avec des collègues marrants, traîner sur Internet, me poser ici ou là dans une de mes multiples planques dans le bâtiment. Fuir. Mais là, non. Il n’y a plus le choix.

    Pour une fois, ma boss ne part pas en réunion. Elle est là, en diagonale, juste un peu à droite d’un de mes écrans. C’est sûr, elle sait que j’ai menti, que j’ai laissé traîner depuis 15 jours. Et elle sait que je suis maintenant en stress. J’essaye de garder une certaine consistance, de ne pas montrer mes émotions – mais je la soupçonne de lire en moi.

    Les minutes puis les heures ont passé – dans le silence pour moi. D’abord en panique : trop d’informations, trop de complexité, impossible d’avoir une vision claire d’ensemble, impossible de commencer. Je suis coincée. Et puis, ça a fini par s’éclaircir, sur la fin de matinée. J’ai commencé mon rapport, fébrilement, tapant ligne après ligne. J’allais m’en sortir. 11H52. Le dossier était presque terminé – certes écrit à l’arrache, mais ça se tenait. Il me resterait une heure, au retour de la cantine, pour relire et arranger l’ensemble.

    J’avais donc bossé sérieusement, intensément, sans en avoir le choix et sans décoller les fesses de mon siège, pendant 2h30 – un truc incroyable. La tension était tout de suite montée en moi, sans en repartir. Il me restait 8 minutes avant le départ avec mes collègues – j’avais bien mérité « ça ». Je n’avais pas l’habitude d’être une telle fourmi travailleuse. D’être ainsi contrainte par ma boss, par le travail, par le devoir. Et très bizarrement… cela avait fait monter une certaine excitation en moi. Comme lorsque j’étais en Prépa et qu’il fallait produire des dissertations de philo le week-end, et c’était une tâche difficile, rester pendant des heures assise à ma table avec l’encyclopédie familiale, mes cahiers, mes notes, des livres de la bibliothèque… et il n’y avait pas le choix, pour une fois : il fallait rester assise et travailler. Et tant que je n’aurais pas réalisé le travail attendu (sans possibilité de gruger), j’étais coincée sur mon siège.

    7 minutes. Autour de moi, certains travaillent silencieusement, d’autres parlent. Je me lève et me dirige d’un pas tranquille vers les toilettes. Si les gens savaient…

    J’ouvre la première porte, puis la seconde, que je ferme à clé. Mon jean moulant à boutons. Je déboutonne mon pantalon et le descend, à mi-cuisses. Puis baisse ma culotte, au même niveau. Je vois la scène, comme j’y étais extérieure, et la trouve assez gênante. Excitante. Je m’adosse contre le mur.

    Je passe doucement un doigt sur mes lèvres. Et commence un petit mouvement de haut en bas. Assez vite mon doigt glisse facilement, tout mouillé. Mes étranges pensées (…) n’aident pas à ma calmer.

    Soudain j’entends la première porte s’ouvrir. Je m’arrête. Puis le bruit de la porte à côté de la mienne, que l’on ouvre puis ferme à clé. Oh non !… Bon, on va quand même continuer – dans le plus grand silence possible. J’ai ce sentiment de faire quelque chose d’interdit, de répréhensible. D’un peu vilain. Mais j’en ai envie – ou précisément pour cela encore plus, j’en ai envie.

    Je poursuis, de drôles d’idées gênantes en tête… et finis par jouir en silence. Le corps électrisé, traversé et empli de plaisir. Me rhabiller rapidement et sortir – ma présence en ces lieux va finir par être remarquée. Je tire la chasse d’eau, sors des toilettes, me lave les mains en jetant un œil rapide à mon reflet dans le miroir (oh, ce qui vient de se passer se lit sur ton sage visage – en tous cas je ne suis pas dupe) et retourne dans l’open-space. C’est l’heure de partir déjeuner, je me mêle à la gaieté générale. Je ne sais pas pourquoi, je ne me suis pas essuyée. Ma culotte reste humide toute l’heure du déjeuner. Une gentille fille qui a bien travaillé aujourd’hui.

    #85978
    Sombrelle
    Participant


    Merci pour ce récit @lavilaine Une suite est-elle prévue ?

    https://sombressensuelle.blogspot.com/

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com