Tout ça pour des viennoiseries

Accueil Forums Discussions générales Récits Tout ça pour des viennoiseries

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #60290
    anatole
    Participant


    Je discutais avec elle depuis plusieurs semaines. Une gentille fille étudiante, assez branchée fessée semblait il. Malgré nos discussions sympa et courtoises, elle refusait mes ….avances, voire propositions de… sévices depuis le début, arguant une différence d’âge que nanani, nanana !

    Elle me trouvait cependant pugnace et je n’avais qu’une envie, le lui prouver. En fait non, ce n’était pas la seule chose que j’avais envie de lui prouver.

    Tout en poursuivant nos dialogues intermittents, parlant de choses et d’autres, voire de fessée et plus si affinités parfois, j’avais presque abandonné l’idée de croiser en chair et en os cette jeune femme un jour.

    Mais par un beau matin, ou plutôt milieu de matinée, alors qu’elle était quasiment au saut du lit, je lui proposai de lui apporter quelques viennoiseries. J’avais grosso modo deux heures à perdre une fois l’aller retour vers sa chambrette effectué, et finalement, ça me faisait une belle occasion de lui prouver que, des mains certes un peu âgées pouvaient officier comme il le fallait sur un cul beaucoup plus jeune.

    Il me fallut batailler voire galérer un peu pour qu’elle finisse par accepter….

    Des précautions s’imposaient….Jeune fille dans une résidence étudiante aux parois minces et peu filtrantes sur le plan sonore….je promis que, et encore que, et tout ça et bien plus….

    C’est malgré tout avec une certaine appréhension que je toquai à la porte de sa chambre un petit moment plus tard. Certes, vu mon âge avancé, ce n’était pas première fois que je rencontrai une nouvelle pénitente, mais, ça faisait quelques années que ça ne m’était pas arrivé.

    Lorsque la porte s’ouvrit, je fus conquis au premier regard….

    La fille était jolie, fine et mince comme je les ai toujours aimées.

    Sa tenue était cependant tout sauf sexy, ce que je réprouvai instantanément…Un jogging et un sweat qui masquaient tout ce que j’avais envie de deviner de son anatomie, mais cela ne fit qu’enfler mon désir de savoir ce qui se cachait en dessous.

    Elle s’effaça d’un pas et me laissa rentrer, mon sac de viennoiseries à la main.

    Je découvris sa chambrette d’étudiante, juste en bordel comme j’aime, et mon regard en fit rapidement le tour, cherchant tout de suite un endroit et un moyen de l’attacher les bras en l’air….c’est mon truc, et ce n’était pas à cette occasion que j’allais changer mes habitudes…

    Une armoire un peu pourrie était collée contre un mur face à la fenêtre et je me dis que la porte entrouverte puis refermée suffirait à l’immobiliser….En un instant , après l’avoir regardée et jaugé son corps, je l’imaginais déjà attachée ainsi, son pantalon de jogging baissé aux chevilles et son vieux sweat remonté sur les épaules…Il était encore tôt pour elle et je me pris à imaginer qu’elle ne portait rien en dessous.

    Je passerais rapidement sur le café pas vraiment bon et la dégustation des quelques viennoiseries que j’avais apportées. Mais, le café était vraiment dégueu….

    « -Alors, c’est tout ce que tu as à offrir à un invité….Je sais tu en es au petit déj, mais il est déjà onze heures et moi, c’est l’heure ou je commence l’apéro…un petit alcool ?

    -Non, désolée, je n’ai pas ça ici, mais je peux vous refaire un café…

    -Ah ben non alors,….Mais dis moi plutôt…les petits croissants et pains au chocolat, c’est bien, mais tu sais très bien pourquoi je suis venu te voir….

    – Une séance, mais….je ne suis pas sûre d’en avoir encore envie….désolée….vous pouvez vous en all… ».

    Elle n’eut pas le temps de finir sa phrase….Il faut savoir accepter et aller au bout de ce qu’on fait semblant ou pas de désirer. Non, je n’étais pas que le vieux livreur de croissant.

    J’avais juste besoin de tendre le bras pour attraper ses poignets et sortir de ma poche de pantalon la corde que j’avais pris soin d’apporter….Bien sûr j’aurais pu la glisser dans le paquet de friandises, mais tout de même…la prochaine fois peut être…s’il y devait y avoir une prochaine fois….à moi de faire ce qu’il fallait pour cela….

    La corde entoura vivement ses poignets au dessus de sa tête et mon autre main emprisonna sa bouche par laquelle les premiers cris commençaient à sortir.

    « -Chutt…ma belle…tu m’as dit, tes voisins….ne pas les ameuter….détends toi….et laisse moi faire….Je suis sûr que tu ne vas pas le regretter…. ».

    Ses yeux me fixaient, un peu inquiets, et je me mis à genoux en travers de son ventre l’immobilisant sur le canapé.

    « -Alors, soit gentille….plus tu va te débattre et plus je risque d’être méchant, mais au fond, tu me connais un peu….je ne vais pas me battre….On fait un deal ? Je te promets…je n’irais pas plus loin que ce que je sais de tes envies, mais juste, je vais enlever ma main de ta bouche et te bâillonner doucement avec un petit foulard…et ensuite on va jouer gentiment … Ça te convient ? Cligne juste deux fois des yeux pour me dire oui…. ».

    Il se passa quelques secondes pendant lesquelles mes 95 kilos pesaient sur son ventre gênant quelque peu sa respiration. Je relâchai un peu la pression de ma main qui obturait sa bouche mais sans la quitter cependant…Elle finit par adoucir son regard et cligna deux fois des yeux.

    Ses petits seins soulevaient le tissu épais de son sweat et attiraient mon regard. Pouvais je lui faire confiance ? En gros je n’avais pas trop le choix et le risque était minime. Lorsque j’aurais ôté ma main de sa bouche pour aller quérir le foulard enfoui dans l’autre poche de mon pantalon, soit elle se mettait à hurler et je me tirais vite fait, soit elle restait clame et on allait pouvoir commencer à jouer…

    Sa bouche s’entrouvrit, déjà le temps de reprendre son souffle, avant de proférer dans un murmure :

    « -Ok, mais ne soit pas trop méchant.. »

    Je lui offris mon plus beau sourire avant de soulever sa tête et de fermer de nouveau ses lèvres avec le foulard….

    Je me soulevai de son ventre et du canapé et la remis debout en tirant violemment sur la corde qui enserrait ses poignets, la tirant vers moi et plaquant son ventre contre le mien. Je resserrai rapidement le foulard autour de ses lèvres pour être sûr qu’elle ne broncherait pas…Enfin si, elle allait pouvoir broncher, crier, hurler, personne ne pourrait rien entendre.

    Mes yeux se plongèrent dans les siens, de nouveau un peu exorbités sous la violence de mes derniers gestes.

    Je tirai fortement ses bras en arrière par la corde enroulée sur ma in et la plaquai contre moi de l’autre main….

    « -Tu as accepté….j’espère que tu as un peu peur….voire plus….Il faut savoir accepter ses désirs….tant pis….ou tant mieux….pour toi je ne sais pas….pour moi je pense que oui, ça va me plaire….tu crois me connaître….mais va savoir…. ».

    Je quittai son regard dont je n’avais plus grand chose à faire, tirant sur la corde pour l’amener vers l’armoire. La porte fut ouverte, et sans qu’elle puisse faire quelque mouvement de recul, le lançai l’extrémité sur le haut de la porte , tirant fortement, avant de la claquer….la porte…son cul, pas encore….J’eus un peu de mal à refermer la serrure mais elle fut enfin immobilisée comme je l’avais souhaité dès les premiers instants.

    Je m’éloignai d’un pas et la regardai longuement…

    Son visage tournoyait, tentant de suivre mes mouvements, et je suspectai, voire savais, l’ayant déjà souvent vécu avec d’autres personnes, à quel point elle devait se sentir perdue, se demandant pourquoi elle avait accepté de se retrouver ainsi.

    Bien que totalement sadique, je ne la laissai pas trop longtemps ainsi, m’approchant enfin d’elle et tirant fermement son pantalon de jogging sur le bas de ses chevilles.

    J’avais eu le temps de voir qu’elle portait une culotte de coton basique que l’épaisseur de son futal m’avait masquée, mais mon visage était déjà collé contre son cou et je lui murmurai quelques mots à l’oreille.

    « -Tu sais j’aime les filles sexy, qui prennent le temps de s’habiller comme il faut pour attiser l’envie des mâles quand elles les attirent chez elles pour se faire punir….toi, c’est pas ton genre…tant pis…mais finalement, j’aime bien….tu es sexy tout de même et j’aime déjà l’idée de fouetter ton cul…. ».

    Je ressentis le mouvement violent de son ventre se plaquant contre la porte de l’armoire alors qu’une de mes mains se posait sur ses fesses et que de l’autre que je tirai violemment sa tête en arrière en agrippant ses cheveux….

    Ma voix était encore plus douce, se coulant contre son oreille…

    « -Oui, on avait parlé de fessée, mais là je vais te fouetter à coups de ceinture….la prochaine fois, soit tu m’ouvriras la porte toute nue, soit tu t’habilleras mieux que ça…. ».

    Je relâchai sa chevelure et me reculai d’ un pas. Mon bras était cependant suffisamment proche pour abaisser violemment sa culotte en travers de ses genoux, me dévoilant enfin la rondeur de son cul.

    « -Oui…maintenant que je vois ça….la prochaine fois…et il y en aura forcément une….tu m’ouvriras la porte à poil….fais moi voir tes seins ….allez un petit effort…ah oui, c’est vrai tu ne peux pas vraiment….je vais me débrouiller…. ! ».

    Deux claques retentirent dans la petite chambrette, mais je suis sûr que les hypothétiques voisins n’y portèrent pas attention…et puis, à ce moment, je n’en avais que cure….

    Par contre, son cul réagit violemment à cette première attaque…Sa peau de blonde marqua instantanément , et l’empreinte de mes doigts s’inscrivit sur sa peau laiteuse, la marque des mes empreintes y étant incrustée. Je me dis qu’un médecin légiste aurait peu peut être y déceler mes empreintes digitales au cas où…mais pour l’heure, j’avais envie de voir la féminité totale de son corps.

    En un instant, son sweat fut relevé sur ses épaules et ses seins furent entourés de mes mains….enfin entourés….Elle se cabra sous la caresse plutôt douce de mes mains, mais réagit bien vite lorsque mes doigts firent rouler ses mamelons dont la tension fut tellement perceptible lorsque je les tordis….

    J’abandonnai ces proies trop faciles. La sueur commençait à dégouliner le long de sa colonne vertébrale…

    « -Allez, il est temps maintenant… ».

    Elle tourna son visage vers moi, me regardant dégrafer la ceinture de mon pantalon et l’enrouler autour de ma main….

    « -Dis moi juste quand tu en auras assez…ah oui, c’est vrai je t’ai bâillonnée…bon tant pis je fais à ma guise alors… »

    Et le premier coup de ceinture cingla son cul en travers…ce si joli petit et jeune cul dont je pus voir les trémoussements sous le premier coup…ces muscles fessiers qui se contractent et se relâchent…et le corps qui tournoie dans la corde…le regard inquiet porté vers l’homme qui arme sa ceinture pour le second coup….

    Il y en eut tant d’autres, octroyés sans aucune pitié…

    Me recevoir pour la première fois en jogging…et un café imbuvable….il y a des choses qui doivent se payer….

    Je me sentirais vieux le jour où mon sexe ne me servira plus qu'à pisser

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com