Hommage à un maître de la fessée.

Accueil Forums Discussions générales Causons fessée Hommage à un maître de la fessée.

12 sujets de 1 à 12 (sur un total de 12)
  • Auteur
    Messages
  • #82827
    Rony
    Participant


    Tempus Fugit

    Ce qui suit n’est pas à proprement parler un récit, plutôt une suite de pensées et de souvenirs qui concernent notre obsession commune et certaines vidéos commerciales qui la mettent en scène.

    Je viens d’apprendre récemment le décès de monsieur China Hamilton. Il est mort en 2018 à l’âge vénérable de 72 ans mais je viens seulement d’apprendre la nouvelle.
    Mr Hamilton était un artiste anglais, poète et photographe qui a beaucoup évolué dans le domaine du fétichisme.
    Vous allez me dire, pourquoi il nous fait tout un fromage de ce type ?
    Il se trouve que sir China Hamilton a participé à une série de vidéo fétichistes de la fessée que je trouve (à mon humble avis bien-sûr) parmi les plus réussies et excitantes jamais créées.
    En 2007, la société américaine Firm Hand spanking a en effet produit une série de douze courtes vidéos érotiques nommées « Spanking exposé ».
    China Hamilton y tient la vedette avec la divine Amelia Jane Rutherford. Si vous ignorez qui est cette star du domaine de la fessée et du fétichisme (honte à vous) sachez qu’il s’agit d’une grande blonde british aux jambes interminables, à la poitrine très menue et doté d’un fort joli minois. Mais la particularité physique qui en a fait une célébrité, que dis-je, une légende, c’est son cul. Un derrière magnifique, énorme, incroyablement rebondi et ferme, sculpté par des années de ballet. Comme le disait une amie qui avait découvert des photos de la bête : « un cul de BD, un cul à la Manara, mais en vrai ». Je mets quiconque au défi de ne pas avoir envie de lui coller une bonne fessée, à ce cul (la même amie, pourtant farouchement hétéro, m’avoua que si elle devait fesser une fille ce serait Amelia Jane Rutherford).
    Et la demoiselle, depuis sa tendre vingtaine, a connu une carrière à succès dans le domaine des vidéos de fessées. Elle a reçu un nombre incalculable de corrections, dans toutes les positions et toutes les situations, en collaborant avec tous les studios possibles et imaginables. Au fil des années, elle est légitimement devenue une légende du domaine, couverte de reconnaissance. Je serais très étonné que vous ne l’ayez pas croisée en action sur le net dans une vidéo ou sur des photographies si vous vous intéressez un tant soit peu au sujet de la fessée (et vous êtes là pour ça, non? Non ?).

    Bref, quand la série de vidéos est sortie, je me suis dit que la rencontre de Hamilton, vieux monsieur respectable, et de la jeune starlette promettait d’être intéressante. Je me trompais .
    Ce fut épique.

    « Spanking exposé » est l’enquête menée par une jeune journaliste qui décide d’infiltrer sous couverture un établissement scolaire destiné aux jeunes femmes issues de la jeunesse dorée et de l’aristocratie anglaise. Des rumeurs persistantes courent sur un usage immodéré des punitions corporelles de la part du proviseur, un certain Mr Jackson. Amelia Jane Rutherford, journaliste feelance, a décidé d’en avoir le coeur net et se fera passer pour les trois mois à venir pour une étudiante au sein de l’établissement. Equipée de micros et caméras cachées, elle sera en mesure de dire s’il y a bien usage de châtiments corporels dans cette école.
    SPOILER ALERT : oui, il y en a (et beaucoup) et Amelia va très vite en faire l’expérience, pour notre plus grand bonheur.

    Au delà ce de concept débile, on admirera quand même les efforts des producteurs pour raconter une sorte de récit et ne pas se contenter de filmer des scènes de cul à la chaîne.
    Au fil des douze vidéos de la série, la jolie Amelia fera donc connaissance avec Monsieur Jackson (China Hamilton) et ses méthodes d’éducation incroyablement vieux jeu et sévères.
    De par son caractère effronté et une légère allergie à l’autorité, la jeune journaliste sera en effet fessée à de multiples reprises par le proviseur, et ce dès son arrivée dans les lieux.

    Comme bien souvent chez Firm Hand Spanking, la sévérité des punitions va grandissante. On commence par une fessée sur les genoux, puis la strap, le paddle, etc. Et généralement, la cane anglaise est l’apothéose de la correction (ce sera d’ailleurs le cas ici).
    Spanking exposé n’est pas le premier film à mettre ce genre de phantasmes en scène, évidemment, mais il le fait si bien que cette série de vidéos est pour moi une vraie petite merveille. Et ce pour de multiples raisons.

    _Les décors : une charmante demeure au charme typiquement british. Carrelage ouvragé, boiseries, riches décorations. Tout concourt à créer une ambiance raffinée et un peu surannée. Qui plus est, l’éclairage des scènes est très correct et met en valeur les décors et acteurs. Ca a beau être de la vidéo, on sent que ça n’a pas été baclé.

    _ Les acteurs : Il y a une alchimie évidente entre les deux comédiens, Hamilton est parfait dans son rôle de père fouettard débonnaire et pince-sans-rire qui se doit de remettre sans cesse dans le droit chemin une étudiante effrontée. Rutherford, quand à elle, excelle (comme bien souvent) dans son personnage de jeune femme rebelle qui finit par se plier à une autorité masculine. Le duo fonctionne ici particulièrement bien, les réparties fusent, les dialogues sont drôles et sur un point de vue graphique le contraste entre ce vieux monsieur bedonnant et la belle plante anglaise ajoute une pointe de sel.

    _ Les fessées : Parce que oui, on est venu pour ça, hein. Douze fessées dont l’intensité et la sévérité vont crescendo. L’acteur principal a une poigne de fer mais Amelia a une capacité à encaisser des corrections incroyables, et Hamilton n’hésite donc pas à aller vraiment loin lors de certaines punitions. Nul doute que beaucoup de filles auraient fini en pleurs, mais ici ça n’est pas le cas, Amelia est très coriace et on reste malgré tout dans une ambiance détendue et finalement assez bienveillante. Le proviseur Jackson fera même souvent part de son admiration à Amelia, face aux progrès en matière de discipline de la jeune femme.

    _Les instruments et uniformes : Spanking exposé est une série dédiée à l’éducation anglaise. Et je confesse une attirance folle pour cet univers. Les étudiantes désobéissantes en jupes plissées et soquettes qui sont vertement corrigées par de vieux messieurs, je ne sais pas pourquoi mais ça me fait bander. Et ici, je suis servi. Amelia passe l’essentiel de la série en uniforme d’écolière anglaise avec jupette, longues chaussettes et culotte de coton blanche. Tout-à-fait charmant, même s’il lui arrive d’être dans des habits « civils » voire dans le plus simple appareil.
    Côté instruments la jeune journaliste subira l’intégralité de la gamme anglo-saxonne classique à base de tawse et cane, mais aussi quelques trouvailles plus exotiques comme des verges, un fouet de dressage ou un petit martinet français. A ce sujet, cette vidéo est sans doute une des meilleures de la série. Le proviseur Jackson (Hamilton, donc) y fouette les fesses d’Amelia avec une maestria impressionnante. Je me souviens notamment d’un geste que je n’avais jamais vu auparavant. Alors que la jeune fille est cambrée sur une table basse, les fesses nues et offertes aux lanières du martinet, le proviseur vient tirer sur la peau des fesses de la belle, pour s’assurer que la peau du cul est bien tendue et que le fouet donnera ainsi un effet optimal. Divin.
    Ca n’est qu’une des nombreuses démonstration techniques de Hamilton ponctuant l’ensemble de la série, mais clairement le monsieur sait donner des fessées et maîtrise son sujet, quel que soit l’instrument utilisé. On dit souvent que la fessée est un art, je crois que c’est en voyant Hamilton en action que j’ai compris que l’expression n’était pas galvaudée.
    Il y a notamment un moment imprévu qui démontre son professionnalisme hors pair. Amelia est à quatre pattes sur une chaise, sa robe de soirée relevée au dessus des reins, un simple mini slip rose protège son intimité. Hamilton lui administre une fessée à la cane anglaise, quand soudain, un bout de l’instrument de discipline se détache ! Notre proviseur est pour le moins interloqué et il connaît quelques secondes de flottement. Mais plutôt que de couper la scène, il s’assure que la badine ne présente pas de danger pour la punie, et une fois rassuré, il continue la correction comme si de rien n’était. Si c’est pas du flegme britannique, ça…
    Bref, douze fessées différentes, certaines assez soft, d’autres très sévères, appliquées par un artiste sur une actrice magnifique, avec une complicité visible des deux acteurs.

    Mais voilà, le fait d’apprendre la mort de ce vieux maître m’a filé un petit coup de blues et m’a rappelé que le temps file. Je voulais donc partager avec vous ces émotions et souvenirs, et pourquoi pas encourager certains d’entre-vous à découvrir cette série si ça n’est pas déjà fait. Vous m’en direz des nouvelles !
    J’espère que là où il est aujourd’hui, China Hamilton continue de fesser de jolies filles impertinentes, un sourire aux lèvres, flegmatique.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 3 mois par Rony.

    Pourvu qu'elles soient rouges.

    #82838
    louviere
    Participant


    Bonjour

    Je ne connaissais pas cette femme, lui me parle plus ,et le texte est magnifiquement écrit, c est un vrai plaisir à lire et apprendre, moi j adore apprendre tous les jours , merci ,et comprends votre peine ,en effet ,un grand Mr dans ce sujet ..

    Louviere

    #82839
    Rony
    Participant


    Merci, Louviere.
    Ravi de vous faire découvrir cette petite série 🙂

     

    Pourvu qu'elles soient rouges.

    #82852
    Jérôme
    Participant


    Bonsoir

     

    J’ai déjà vu Amelia Jane Rutherford dans des films de spanking, mais le nom de China Hamilton m’est inconnu. Au moins maintenant, j’en connais un peu plus sur le bonhomme. Merci de nous avoir fait partager ta publication!

    #82853
    Rony
    Participant


    Merci de m’avoir lu, Jérôme.
    Pour le reste, il faut admettre qu’en matière de vidéo de fessées, les producteurs communiquent essentiellement sur les filles et leurs atouts 🙂
    Dans ces films, l’homme n’est généralement qu’un instrument destinée à rougir de jolies fesses. Mais ça doit être un boulot sympa, faut admettre.

    Pourvu qu'elles soient rouges.

    #82860
    Paulparis
    Participant


    Merci de m’avoir donné envie d’aller voir cette jeune femme, drôlement bien faite ! Des petits seins menus et de jolies fesses bien attrayantes !

    https://fr.xhamster.com/videos/amelia-jane-rutherford-gets-an-intro-to-the-institute-more-12221874

     

    #82863
    Rony
    Participant


    C’est un fait, elle a des fesses  assez incroyables 🙂
    Content de vous avoir fait découvrir ce cul de légende !

    Pourvu qu'elles soient rouges.

    #83604
    Mr Darcy
    Participant


    J’aime beaucoup Amelia… Au-delà d’un des plus beaux popotin du « Spanking Game », elle a surtout une présence (et un humour !!) des plus réjouissant. Elle aime vraiment ce qu’elle fait et ça transparaît dans son travail.

    Sexy et drôle. Down to earth et mutine. elle me rappelle un peu Amber Pixie Wells en plus racée…

     

    je ne connaissais pas Hamilton. Merci beaucoup pour la découverte Rony !

    #83673
    Rony
    Participant


    Merci MrDarcy, et comme vous le dites si bien,c’est vrai que Amelia Rutherford semble prendre un plaisir très communicatif à se faire punir depuis toutes ces années 🙂
    Il est vrai que son ton mutin et parfois un peu moqueur incite à une certaine sévérité, pour notre plus grand bonheur (et le sien, donc).
    Je ne sais pas exactement dans combien de films elle a joué, mais ça doit être assez vertigineux. Pour le coup, elle aura vraiment eu une carrière légendaire.

    Pourvu qu'elles soient rouges.

    #83678
    Grosminet
    Participant


    Ah oui, en effet, c’était un must des films fessée !
    Sa jeune actrice de prédilection (que je suis sur le net depuis plus de 10 ans) a des expressions qui collaient bien aux scènes et un superbe cul, qu’elle tendait parfaitement vers son tourmenteur.

    Eva : Mais vous êtes un affreux sadique Grosminet !
    Plume : Vous êtes un vilain affreux sadique Grosminet !
    Prunille : Nan, mais vous avez vu la vierge en 3D le vilain Rominet !
    Nush : Vade Retro Satanas!

    #83681
    Rony
    Participant


    C’est vrai qu’il y a une belle alchimie entre les deux, Grosminet. Et j’avoue que c’est assez rare de voir une fille jouer correctement la comédie dans ce genre de productions. Mon seul regret : que les films aient été tournés dans une résolution assez faible qui les a fait mal vieillir.
    Et je n’aurais pas non plus été contre un épisode (ou plusieurs ?) un peu plus “sexuel” avec doigtage, voire fellation. Ce serait cependant sans doute trop éloigné de la politique de la maison de  production FirmHand qui s’en tient strictement aux fessées.
    Mais, qui sait, peut-être qu’en coulisses la jeune Amelia  aura su contenter son tourmenteur ? Je me prends à imaginer des façons très humiliantes pour elle de prolonger ces punitions 🙂
    Je vais aller prendre une douche froide, moi.

    Pourvu qu'elles soient rouges.

    #83683
    Grosminet
    Participant


    Ce serait cependant sans doute trop éloigné de la politique de la maison de  production FirmHand qui s’en tient strictement aux fessées.

    Oui en général les actrices du circuit spanking en restent à ce circuit.

    Et cette chère Amelia Jane Rutherford est toujours active; elle se fait aussi fesser par des femmes et pas rien que par des papy-fesseurs.

    https://www.firm-hand-spanking.com/20200110/amelia-rutherford-is-back-with-an-all-new-series-of-spanking-adventures

    Eva : Mais vous êtes un affreux sadique Grosminet !
    Plume : Vous êtes un vilain affreux sadique Grosminet !
    Prunille : Nan, mais vous avez vu la vierge en 3D le vilain Rominet !
    Nush : Vade Retro Satanas!

12 sujets de 1 à 12 (sur un total de 12)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com