Savoir trouver la bonne rime….

Accueil Forums Discussions générales Récits Savoir trouver la bonne rime….

  • Ce sujet contient 5 réponses, 3 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par AnonyMiss, le il y a 1 mois.
6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
  • Auteur
    Messages
  • #54863
    anatole
    Participant


    Dans les jeux qui exacerbent les papilles les plus ludiques des sens, il faut savoir trouver la rime riche.

    Ce soir là, mon amie de cœur et de martinet avait décidé qu’elle viendrait faire un peu le ménage dans mon local professionnel. Le Covid n’existait pas à cette époque, et il est vrai que la personne que je payais bien trop cher pour s’acquitter du nettoyage de mon cabinet n’en foutait pas une ramée, et que je la laissai (ne rien) faire puisqu’elle n’allait jamais farfouiller dans les placards de mon bureau dans lesquels je planquais plus ou moins le matériel qui me servait à punir mes charmantes copines de jeu.

    Donc à l’époque, pas de Covid, et on était moins regardant sur le petit surplus de poussière qui s’accumulait en l’arrière des chaises de ma salle d’attente.

    Mon amie de ce soir là s’était emparée du seau rempli d’eau savonneuse, du balai brosse, et avait donc revêtu la tenue parfaite de la soubrette, petit tablier noir et blanc. Comme elle était arrivée en tenue de ville, elle s’était changée dans le local cuisine, et avait totalement omis de porter sous ses atours de bonne femme de ménage le moindre sous-vêtement, hormis, ce qui peut quelque peu interpeller un porte-jarretelles qui tenaillait deux bas noirs ornés de petits nœuds roses…

    Elle vint se présenter à moi qui l’attendait sagement assis sur une des chaises de ma salle d’attente pour me demander ce qu’elle devait faire….Je lui expliquai alors qu’il fallait nettoyer là, et là, et surtout là…oui, tout l’escalier dont les marches avaient été souillées par tous ces patients qui étaient venus dans la journée et qui étaient cradingues….Mais juste avant qu’elle ne commence son dur labeur (pour lequel, vue sa position…en parlant de position de copine de jeu…mais je ne vais pas déflorer la suite immédiate, elle ne toucherait pas un Kopek), je lui demandai de venir se mettre de dos juste face à moi, et de se pencher en avant….Lorsque je soulevai sur le bas de ses reins la jolie tenue noir de soubrette qu’elle venait de mettre, j’eus (ce que je désirai bien sût!) la vision de son cul totalement nu….de ses jambes gainées de soie noire, avec ces petits nœuds roses …le porte-jarretelles étant la cerise sur le gâteau de ses reins…Je lui demandai alors d’écarter les jambes et je me permis, sans lui demander l’autorisation, d’introduire dans son si mignon trou du cul un joli petit rosebud en forme de diamant bleu….Bien sûr jouant le jeu, elle se récria…juste ce qu’il fallait, objectant que ce n’était pas compris dans le contrat de travail…. quelques claques sur ces fesses nues si joliment ornées eurent tôt fait de la remettre dans le droit chemin, celui qui conduisait vers l’escalier, d’autant que je fis mine d’être furieux quant à sa tenue qui n’était vraiment pas celle d’une femme de ménage digne de ce nom….tu parles la mienne, la vraie, je veux dire, 60 balais type aussi large que haute….enfin bref, pas de sexysme……..

    Je pris un certain plaisir, voire un plaisir certain à la voir gravir les marches, tirant sur le bas de cette si courte tenue, tentant maladroitement (mais bon en bonne comédienne, elle ne faisait pas beaucoup d’effort!) de rabaisser le tissu qui ne voilait que très partiellement, voire à chaque degré gravi, pas du tout son cul si nu. Cela étant dit, elle s’affaira comme il faut, et je dois avouer que cet escalier n’avait (et ne fut!) jamais été aussi soigneusement nettoyé….chaque recoin fut profondément soumis au passage du balai brosse, et lorsque je disais, là au fond à droite je vois encore une trace noirâtre, elle se cambrait encore un peu plus pour aller traquer la vilaine poussière, offrant à l’objectif de mon appareil photo une image encore plus sexy, hormis les reflets du flash sur le rosebud qui voilaient parfois les délicats reflets de son sexe !

    Quelques minutes plus tard, elle se tenait face à moi, le seau d’eau rempli d’eau dégueulasse dans une main, le balai brosse dégoulinant dans l’autre.

    « -C’est bon Monsieur, Ca vous va comme ça ? Je peux partir maintenant ? Vous me payez ?

    -M’ouais …pas mal…vous avez bien bossé….Mais….

    -Mais quoi ?

    -Posez ce seau et ce balai, tournez vous et penchez vous en avant…. »

    Elle obtempéra, en gentille « salariée » soumise…

    « -Dites, cet objet ne vous appartient pas….Et vous pensiez repartir avec ? ».

    Vous l’aurez deviné, ce si vilain patron tripotait le rosebud qu’il avait lui-même enfoncé le plus profond possible dans les entrailles de la jolie dame !

    -Mais non…arrêtez enfin de….c’est pas moi qui….

    -Chut !! Ca suffit…. ! Avec quoi pourrait on faire rimer ménage ?

    -Mais arrêtez enfin…euh … je ne sais pas …pesage ?

    -Allons…vue votre morphologie, je ne me permettrais pas cet affront….

    -Tripotage ?

    -Vous en voulez encore plus ?

    -Euh…ouiiii…enfin non….aïe…. ».

    Quelques claques sur son cul offert devant mes yeux venaient d’égayer un peu cette discussion longuette….

    « -Pelotage ?

    -Putain t’es conne ou tu le fais exprès….allez… avoue…ce dont tu rêves…. ».

    J’espérais que quelques claques supplémentaires suffiraient à lui faire dire la rime dont nous savions très bien ce qu’il en était….

    Elle s’était affalée par terre à plat ventre en riant..malgré la violente méchanceté de mes claques…

    « -Toilettage ?

    -Voilà…tu y es presque…. ».

    Elle murmura juste dans un souffle, alors que ma chaussure s’était posée sur une de ses fesses déjà bien rougies par mes claques…

    « -Euh…rasage ? »

    Ma voix fut douce, alors que ma chaussure se relevai…

    « -Eh ben tu vois …quand tu veux trouver, tu fais un effort…Lèves toi et va t’allonger à plat dos sur la table basse là-bas…. ».

    La moitié du scenario prévu de cette soirée venait de s’achever ….

    A suivre donc….

    Je me sentirais vieux le jour où mon sexe ne me servira plus qu'à pisser

    #54883
    AnonyMiss
    Participant


    Rire ! Putain t’es con et tu le fais exprès !

    Vivement la suite, car ce scénario de rasage figure au panthéon de mes fantasmes… Par contre pour le ménage, tu peux te brosser, vieux débauché (c’est seulement pour la bonne rime hein, puisque c’est le sujet).

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par AnonyMiss.

    Promenons-nous dans l'émoi (et moi !)... http://anonymouspankingxstory.blogspot.com/

    #54893
    anatole
    Participant


    Merci pour ce commentaire qui n’est pas…..seau….

    Je me sentirais vieux le jour où mon sexe ne me servira plus qu'à pisser

    #54895
    Paulparis
    Participant


    Mais après la séance de rasage… peut-être y aura-t-il une autre séance… de dressage cette fois 🙂

    #55099
    anatole
    Participant


    Je m’éclipsai quelques instants, allant chercher dans mon bureau de quoi immobiliser cette si gentille et obéissante femme de ménage. Obéissante, en fait pas toujours, ou plus exactement pas toujours immédiatement.

    Elle était assise sur une des tables basses de la salle d’attente, la tête enfouie dans ses genoux pliés. Certes, je ne le lui avais pas dit, mais je l’aurais espérée allongée totalement et la petite tenue remontée sur son ventre.

    « -Tu crois que je vais pouvoir le faire comme ça ? ».

    Elle leva la tête et me jeta un drôle de regard….Envie mêlée d’inquiétude.

    Je m’approchai, et elle me suivit des yeux pendant que je rapprochai deux autres tables basses que j’alignai avec celle sur laquelle elle avait posé ses fesses.

    « -Allez, sois raisonnable et coopérante…allonge toi comme je t’ai demandé, sur le dos, et mets tes mains au dessus de la tête. »

    Elle obéit enfin, lorgnant sur les quatre menottes de cuir que j’avais dans les mains.

    En quelques secondes, ses poignets furent attachés et fixés sur les pied de la table du haut. Avant de faire subir le même sort à ses chevilles, il me fallut lui demander de creuser les reins afin que je soulève le tablier et le remonte sur le plus haut de son ventre pour pouvoir avoir accès à l’objet convoité….son sexe à raser !

    Je lui intimai l’ordre d’écarter les cuisses et attachai ses chevilles tout comme ses poignets. Je la sentis frémissante…mais…obéissante….elle n’avait guère le choix….J’avais, débordant de la poche de mon pantalon, le martinet aux lanières de cuir qu’elle ne connaissait que trop bien nettement visible…il faut savoir émettre parfois quelques arguments silencieux pour pouvoir se faire obéir.

    Je tirai vers moi un tabouret à roulette et vins me poser face à ses cuisses largement ouvertes, observant mon futur terrain de manœuvre. Elle tirait un peu ses sur chevilles entravées, tentant par pur réflexe d’opposer une minime résistance.

    « -Alors voyons voyons….allons, soit raisonnable n’essaie pas de te soustraire….et encore pour le moment c’est pas bien grave, mais dans quelques minutes, quand je vais avoir le rasoir en main, il va falloir que tu te calmes et te laisses faire, et aller… ».

    Elle émit un petit gémissement et son corps se détendit. Je remontai encore un peu plus le tablier de soubrette , dégageant totalement son ventre et mes doigts vinrent se poser sur sa petite toison pubienne. Elle en prenait toujours soin, mais ne se rasait totalement qu’exceptionnellement, et là, connaissant ce qui avait été déterminé quelques jours plus tôt, elle avait laissé les poils joliment repousser. Il y a avait juste assez de travail pour moi! Je laissai mes doigts divaguer quelques instants, parcourant la longueur des grandes lèvres de son sexe légèrement velues avant de venir se poser sur le Rosebud toujours bien ancré là où il le faut.

    « -Hum….je pense qu’on peut le laisser en place….Allez, je vais chercher le matos…. ».

    A ces mots, instinctivement, ses cuisses se resserrèrent un tout petit peu.

    Debout, je laissai ma main déjà un peu humide vu les endroits où elle avait traîné glisser sur son ventre….Oh et puis merde, après tout, cette tenue de soubrette, c’est moi qui l’avais achetée, et j’avais bien le droit d’en faire ce que je voulais….En un mouvement brusque, j’en saisis la partie inférieure roulée sur son ventre et la déchirai jusqu’en haut, dévoilant ses seins nus…..

    Elle cria, surprise par ma manœuvre…Pourtant elle savait bien à quel point j’adorais déchirer les fringues !!!

    « -Hum…charmant spectacle…j’adore….ça rajoute un petit côté non consentante….excellent…. ! »

    Mon appareil photo prit acte de ce déshabillage obligé et du décolleté total.

    Je partis ensuite dans l’office, et revins de longues minutes plus tard.

    Je déposai au sol une petite cuvette blanche remplie d’eau tiède, et sortis de mes poches une bombe de mousse à raser ultra douce, un rasoir intime spécial femme, une lotion apaisante, et quelques lingettes, avant de reprendre ma position stratégique entre ses cuisses ouvertes. Sous les lueurs des spots du plafond, une belle irisation de la peau de ses seins et de son ventre traduisait une petite suée..l’appréhension sans doute….l’excitation aussi peut être ?

    Elle me l’avait dit….jamais personne n’avait fait ça auparavant….

    « -Je ne demande pas ton avis, mais par principe, es tu prête ? ».

    Ce fut un léger souffle qui me répondit, au sein duquel je crus reconnaître un « oui »…mais bon, c’eut été un « non » que la suite aurait été la même….

    Je lui avais dit….promis….que je ferais plein de photos tout au long du processus….c’était vraiment le bon début…clic clac, une image de son sexe en gros plan, juste avant que les hostilités ne débutent. Les jolis poils ornant son mont de Venus et le délicat duvet sur ses grandes lèvres étaient bien apparent sur l’image….mais bon, ce n’était pas le moment de lui montrer….dans la suite de l’évènement, je verrais si…

    « -Alors, c’est parti mon kiki…ou ta zézette….oui, bon, Ok, je sais c’est pas finaud, mais….allez pschitttt…. ».

    Répondant à la pression de mon index, la mousse à raser super douce fit pschittt et inonda de mousse blanche l’endroit de mon futur forfait. Moi quand je me rase, ça me fait une légère fraîcheur sur la peau des joues. Là, j’avoue que je n’ai aucune idée de la sensation qu’elle put ressentir, mais elle cambra ses reins et tenta maladroitement de resserrer les cuisses….

    Avant que mes doigts n’étalent et ne jouent un peu avec la mousse, une nouvelle prise de vue s’imposait….Je me levai et vins mettre l’appareil photo devant ses yeux…

    « -Tuvois ? C’est mimi comme tout non ? ».

    Elle répondit….oui…j’avais bien entendu….Fuck ….ou quelque chose d’assimilé….Ma main encore pleine de mousse passa sur son sein dénudé et j’en massai délicatement le mamelon qui était dans un état….suffisant pour que malgré mes doigts glissants je réussisse à m’en saisir et à le tordre juste ce qu’il faut pour la faire grimacer….

    « -Ne me redis jamais ça….sinon…enfin tu sais bien…. ».

    Elle esquissa un mince sourire…qui voulait dire autant va te faire foutre que vas y fais ce qu’il te plaît…je choisis la seconde option….

    Je retournai vers mon poste de travail et mes doigts massèrent son mont de Venus étalant la mousse blanche sur tous les poils disponibles, puis descendirent vers les grandes lèvres dont il faudrait que je m’occupe en fin de séance…J’avoue n’avoir pas hésité longtemps avant d’enfourner ces doigts dans ce qui leur était si facilement offert, et il est évident qu’ils pénétrèrent sans aucune restriction le vagin de la dame de ménage ! Elle n’avait pas attendu que je déverse la mousse à raser sur son sexe pour que celui ci soit déjà prêt à l’importe quelle pénétration, pourvu qu’elle soit profonde.

    Cela dit, on rigole, mais peut être finalement que je n’en menais pas plus large qu’elle…Certes, c’était la première fois pour elle, mais, moi aussi…Me raser les joues tous les deux jours, Ok, c’est fastoche, raser le sexe d’une femme, je n’avais encore pas plus souvent fait qu’elle…Il me fallait un maximum de délicatesse pour ne pas mélanger ne serait-ce qu’une petite goutte de sang à la blancheur de la mousse…et cet épiderme si délicat…Mais il faut savoir tenir son rang quand on a expliqué qu’on savait faire….

    Quelques images volées sur mon appareil photo du sexe blanchi en totalité et des lèvres bien ouvertes me permirent de me ressourcer et de maîtriser la suite…

    Je me levai de nouveau et m’approchai de son visage, lui plantant sous les yeux le joli rasoir tout rose duquel j’ôtai le plastique de protection….

    « -Allez, Taïaut…sus aux poils…. ».

    Revenu en place, je posai ma main gauche sur le plus bas de son ventre, étirant la peau juste ce qu’il fallait, et ma main droite armée du rasoir se posa sur l’orée de sa toison…et je donnai le premier coup de rasoir….l’ajuster franc pour ne pas avoir l’air de trembler…deux centimètres vers le centre….critch cratch…difficile de reproduire le son de la lame de rasoir ..mais les poils noyés de mousse s’accumulèrent comme prévu sur les lames….Repasser un petit coup au même endroit…ça va j’avais compris le geste, et je repassai juste sur la peau, pour récupérer les petits poils récalcitrant à ma première….tonte…Ma main gauche posée sur son ventre dut peser un peu plus, car le passage des lames pour la première fois sur cet endroit déclencha ce que je ne voulais surtout pas…malgré les liens aux chevilles, ces cuisses se tendirent et se durcir…tentant de se soustraire..

    « -Hola..calme toi….si tu t’agites comme ça ça ne va pas être possible… ».

    Paf..une petite photo…montrant le rasoir et les poils déjà défunts…

    « -Voilà…regarde…tu veux que je continue ? ».

    Aurait elle dit non que je ne sais pas ce que j’aurais fait….Elle respira un grand coup et consentit à ouvrir les yeux pour voir son sexe tel que je venais de le photographier en gros plan….

    Elle approuva le fait que je continue…alors sus aux poils derechef…

    J’avais compris la technique, et dans les minutes suivantes, tout ce qui était quelques minutes plus tôt sa toison pubienne fut réduite à néant…jusqu’à quelques jours plus tard où tous ces jolis poils auraient pris le temps de repousser…

    J’avais fait le plus facile. De temps en temps je lui montrais sur mon appareil photo la progression de mon labeur, jusqu’à ce que son mont de Venus fut glabre comme un sou neuf…Elle avait fini par faire une totale confiance à la dextérité de ma main droite maniant le rasoir, et sur la quarante douzième image que je lui montrai, on voyait mes doigts débarrasser des derniers résidus de mousse mélangée aux poils ce qui était juste quelques minutes avant son sexe de femme non rasé. C’était à ce moment un sexe de jeune file impubère…voire de femme adulte rasée….

    Avant d’attaquer le côté encore plus délicat, raser ses grandes lèvres, je me permis (mais qui aurait pu m’en empêcher?) d’aller vérifier ce que ces dernières minutes avaient pu déclencher dans le plus profond de son sexe…Mes doigts trempés de mousse n’eurent aucun besoin qu’on leur explique…Tout cet endroit dégoulinait littéralement…

    J’aurais pu en profiter…après tout, j’avais fait l’essentiel…mais quand on décide d’un travail, il fat le mener à bien….Deux doigts de ma main gauche saisirent la première grande lèvre qui se présentait et le rasoir fit son œuvre…ne pas trembler…hum….hésiter une seconde, et choisir de remonter de bas en haut, juste histoire que la tension sur la dite grande lèvre agace juste ce qu’il fallait le clitoris caché un peu en dessous…et zip….Avant d’attaquer la suite, la seconde grande lèvre, je me relevai et vins admirer son corps….Ses seins nus et revêtus d’une si belle sueur…ses mamelons tellement dressés….son ventre nu et son pubis un peu rougissant sous l’attaque des lames du rasoir….

    « -Tu es sublime comme ça… ».

    Je me reculai de quelques pas et pris plein de photos de son corps attaché dans cette position, les lambeaux de tissu de sa tenue de travail déchirée de part et d’autre, ses cuisses ouvertes, et son sexe enfin totalement dénudé….

    « -Je vais finir le travail….quelques secondes encore….tu as aimé ?

    -Hum….tu ne peux pas savoir…le nombre de fois que j’ai joui, rien que dans ma tête…et dans mon corps aussi…. ».

    Putain…je ne comprendrai jamais comment une femme peut jouir uniquement dans sa tête….

    Et dans son corps aussi…et moi tellement accaparé par mon travail, je n’avais pas ressenti qu’elle jouissait aussi dans son corps…

    Je finalisai le reste de mon devoir…je ne vous parle pas de l’état de mon sexe, mais moi aussi dans la tête j’avais non pas de la jouissance mais des projets…

    Son sexe était enfin totalement dépoilé…Je pris quelques lingettes adoucissantes et épongeai les petits résidus de mousse et de poils qui traînaient par ci par là…sa peau était brûlante, et j’aspergeai tous ces endroits de la lotion apaisante….Elle apprécia ces moments, gloussant de plus en plus à chaque fois que mes doigts passaient et repassaient là où ça la chauffait le plus, mais j’épargnai volontairement son clitoris…

    J’étais persuadé qu’elle n’attendait plus que ma bite….qu’elle la pénètre le plus profondément possible….C’eut été facile….Mais…

    Je n’avais pas vraiment apprécié son aveu qu’elle ait joui tant de fois dans les moments précédents, sans que je m’en rende compte….

    Si j’avais bonne mémoire, j’avais toujours un martinet dans la poche de mon pantalon….

    Je me sentirais vieux le jour où mon sexe ne me servira plus qu'à pisser

    #55128
    AnonyMiss
    Participant


    Sueurs froides… enfin pas si froides d’ailleurs…

    Promenons-nous dans l'émoi (et moi !)... http://anonymouspankingxstory.blogspot.com/

6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com