Réveil progressif du dimanche matin

Accueil Forums Discussions générales Récits Réveil progressif du dimanche matin

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #75857
    Docteur Clack
    Participant


    Il entrouvre les yeux et aperçois sa silhouette allongée à ses côtés, bras et jambes légèrement repliées, lui tournant légèrement le dos. Elle somnole paisiblement. Il soulève doucement la couette et dévoile ses superbes fesses galbées. Attiré par la douceur de la peau satinée il y dépose un baiser léger, un frôlement, puis pose une main sur le léger duvet invisible qui recouvre ces rondeurs enchanteresses.

    C’est dimanche matin. Sa barbe de deux jours l’inspire. Il pose délicatement la joue contre sa peau nue et frotte délicatement. Elle sort doucement de sa torpeur. La caresse légèrement rugueuse l’électrise. Elle allonge ses jambes et cambre légèrement ses reins. Il continue ses caresses délicates. Il glisse le menton entre les deux globes fermes et se promène de haut en bas et rebrousse chemin, tout en guidant son visage avec ses deux mains ouvertes qui effleurent la peau tout en douceur. Elle soupire d’aise. Une légère vague de sensations diffuses se répand depuis ses fesses et son entrejambe à travers son dos, sa nuque, et son ventre jusque dans ses bras et ses jambes. Ses mains se referment doucement et ses pieds s’agitent légèrement. Elle est éveillée mais se laisse aller.

    Il continue à passer son visage sur ses formes frémissantes. Ses mains suivent le chemin des frissons le long de la peau duveteuse. Elle a le sentiment d’être complètement enserrée dans un cocon de soie délicate qui flotte sur sa peau. Sa respiration monte en intensité.

    Alors il contemple chaque parcelle de peau qu’il a parcourue avec sa barbe et applique une première claque légère et sèche. Elle tressaille, faussement surprise, la sensation de l’impact se mêlant avec celle de la caresse légèrement irritante du visage qui revient pile au même endroit. Il enchaîne des claques légères avec les doigts fermes et une demi paume qui ne s’enfoncent pas dans la chair, mais la mettent tout juste en mouvement. Et après chacune d’elle vient frotter doucement son menton et sa joue rêches sur la peau légèrement vibrante. Ses mains parcourent ensuite l’onde nerveuse en glissant du bassin aux épaules et aux bras, ou le long cuisse puis d’une jambe jusqu’au cou de pied.

    Elle s’impatiente. Ce chatouillis appuyé lui donne envie d’être bousculée plus fort mais elle garde les yeux fermés pour savourer la chaleur qui se répand sur toute sa peau. Entendant l’appel subtil il accélère. Il se décale légèrement pour se placer en travers de son dos afin de donner plus d’élan à son bras tout en gardant son visage à proximité de son centre d’attention.

    Les claques se font plus intenses et plus rapprochées. Elles prennent désormais chaque fesse à pleine main en s’attardant sur la rondeur délicate en base de chaque fesse au -dessus de la jointure avec les cuisses et à côté de l’entrejambe. Il pose moins souvent son visage irritant mas le frotte plus intensément et sa main libre marche désormais sur la peau pour se promener au lieu de voleter doucement.

    Elle n’est plus dans le sommeil mais elle refuse de s’éveiller, s’abandonnant complètement à cette chaleur et cette irritation qui l’inonde entièrement. De petits cris légers accompagnent chaque claque.

    Il se déplace à nouveau, la faisant tourner pour que se genoux descendent délicatement du lit, changeant la physionomie des fesses qui se détendent et offrent désormais plus de surface tendre et délicate. La fessée devient sérieuse avec des claques bien appuyées et régulières qui rebondissent sur ce derrière rosissant et vibrant. Il approche de temps en tant son visage pour souffler sur les braises et bloquer avec sa joue râpeuse les ondulations des globes en feu. Sa main libre tient maintenant fermement le bras de sa victime ensommeillée, l’autre main étant bloquée par le poids de son corps. Elle n’arrive pas à se débattre et se refuse aussi à protester. Après tout elle dort et veut profiter de ce demi-sommeil qui lui permet de se focaliser sur chaque sensation.

    La fessée accélère. La douleur monte. Elle veut fuir mais n’ose pas supplier. Sa dignité s’y oppose et c’est si bon de sentir cette brûlure qui irradie depuis le bas du dos. “Vais-je tenir ?” se demande-t-elle. “C’est trop fort !” La peau n’a pas le temps de se reposer entre deux claques. La douleur s’accumule dans le bas de ses fesses devenant aussi insupportable que le désir humide qui se développe à proximité.

    “Je t’en prie ! Viens!” dit-elle le souffle coupé. Il continue encore un peu pour qu’elle perde encore un peu plus la tête, puis remonte ses genoux sur le lit en lui cambrant le dos. Il s’agenouille derrière elle et rejoint son intimité comme elle lui a demandé. Il claque encore légèrement le haut des fesses en rythme et se cramponne au sommet du bassin saisissant fermement la peau pour s’accrocher.

    Ils exultent presque ensemble quand elle donne le signal. Puis ils se rallongent l’un sur l’autre, visage contre visage, souffle contre souffle, les mains dans les mains, et la torpeur revient.

    C’est le moment de préparer le petit déjeuner !

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com