Raconte-moi la punition qui te fait fantasmer aujourd'hui…

Accueil Forums Discussions générales Causons fessée Raconte-moi la punition qui te fait fantasmer aujourd'hui…

13 sujets de 91 à 103 (sur un total de 103)
  • Auteur
    Messages
  • #55061
    AnonyMiss
    Participant


    Sujet fort inspirant, et je suis ébahie par toutes les contributions qui me laissent toute complexée de la plume et du fantasme ! Il faut dire que les participant.e.s rivalisent d’érotisme et de verve pour le servir avec talent, générant moiteur et… mutisme. Je laisse donc faire celles et ceux qui savent si bien nous inviter à les suivre, pourvu qu’elles et ils continuent.

    Promenons-nous dans l'émoi (et moi !)... http://anonymouspankingxstory.blogspot.com/

    #55081
    Biloba
    Participant


     

    Celle-ci aimante ma main depuis certain ce matin :

     

    14? mars? 202. ?

     

    La maintenant, tout de “sweet”.

    Mathilde est sous la chaise. Elle vient de baisser elle-même pantalon et culotte au niveau des genoux. Serrées entre mes jambes, ses fesses claires sont absentes, dans son songe improbable où tout ceci n’aura pas lieu.

    “7 fois Mathilde vous y avez droit, je vais abuser de mon autorité et de mes Ressources Humaines comme vous venez de le faire”.

    “vous avez été injuste, je sais qu’au fond de vous-même cette petite voix intérieure déplaît à votre orgueil”

    Un silence. Je lève le bras, Mathilde crispe les fesses en attendant qu’il sonne pour rompre enfin l’attente.

    Rien ne se passe qu’un autre temps de silence. Je sermonne à nouveau : “vous avez rougi, c’est aveu, en commettant cette injustice, vous rougirez 7 fois plus en l’expiant. Je vous donne dix minutes pour y réfléchir, après quoi vous recevrez votre dû”.

    Mathilde, fesses moins unies, commence à compter ses secondes. Elle ignore qu’elle n’ira pas au bout du sablier.

    Je fais semblant de me pencher, pour ramasser les clés qui viennent de tomber de sa poche. La première claque frappe par surprise. Impitoyable métronome, je gifle plusieurs fois au même endroit. Mathilde met un point d’honneur à ne crier ni trop bouger. C’est froid, c’est même glacial, sous les néons du bureau.

    La glace est pourtant le feu : quatre minutes sans autre parole que celle de ma main qui corrige, ce rouge au postérieur qui lui monte au visage, et ce rouge du visage qui flambe son remords.

    “Nous sommes quittes. Quitte ? à recommencer si vous recommencez”.

    “Une fois rentrée chez votre conjoint, tournez 7 fois votre langue dans sa bouche et surtout, aimez vous dans le noir. Dans le noir et puis le rouge, il n’y verra que du feu”.

     

    Après “Malthilde !”, mathildit.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 6 mois et 1 semaine par Biloba.
    #55872
    Saku 😋
    Participant


    La tout de suite maintenant, j’ai envie que cesse ce confinement

    La tout de suite j’ai envie de déroger aux règlements, me sentir hors la loi pour vous rejoindre comme je l’ai fait par le passé.

    La tout de suite j’ai envie de sonner a votre porte après avoir parcouru ces kilomètres qui nous séparent et me jeter dans vos bras

    Mais je sais que la, dans un premier temps vous ne serez pas contents mais peu m’importe

    Je suis la maintenant et je sais aussi que vous ne me ferez pas sortir et parcourir le chemin inverse

    Du coup,

    La tout de suite, maintenant, vous me serrez dans vos bras.

    Mais…

    La tout de suite, tes doigts agrippent mes cheveux, tes yeux noircissent, tu me sermonnes !

    « nous sommes heureux de te voir, mais encore une fois tu te sens invincibles, dans la prise de risque, rappelle-moi ton taff ! tu as encore eu de la chance de ne pas te faire contrôler, mais dis toi que les 135 euros ce n’est pas en billets que tu vas les payer, a la sueur de ton front, non, plutôt à la chaleur de tes fesses »

    La, après m’avoir fait reculer d’un pas ta main vient heurter violemment ma joue, j’ai mal, j’ai chaud, je suis sure de porter l’empreinte de tes doigts, je n’en suis pas surprise, presque souriante de sentir ta presence.

    Là tout de suite mon oreille est pincée, tirée, mon nez face à un mur blanc ;

    De dos, ta main vient déboutonner mon jean, d’un coup sec tu agrippes la ceinture de mon pantalon et l’élastique de ma culotte

    D’un mouvement bref et ferme le tout viendra rejoindre mes chevilles.

    Non, moins délicatement ta main viendra s’abattre a plusieurs reprises sur mon fessier

    La je compte les petites imperfections dans le mur, pas besoin de réfléchir pourquoi je suis ainsi punie, je le sais pertinemment, donc oui je m’ennuie, la les mains sur la tete, j’ai envie de discuter, de me retourner, mais chaque tentative se soldent de niveau par une série de claques bien appuyées, quand ce n’est pas l’un c’est l’autre. La magie de la « guidance » par un couple !

    La, bah là, tout de suite maintenant, je sens que ca va chauffer, joignant les gestes à la parole je me retrouve au travers de la table, les fesses à l’air les jambes écartées.

    «  tes progrès étaient flagrants ces derniers temps, ta sagesse exemplaire, nous n’étions donc pas à l’abri de nouveaux débordements, tu sais pourquoi tu es ainsi en place, donc oui nous allons te punir et te montrer comme nous sommes heureux de te revoir après cette longue coupure, et seulement ensuite nous profiterons de ton passage de « délinquante » »

    Là, tout de suite, maintenant, la ceinture claque mon fessier, un petit échauffement au préalable aurait été le bienvenu, mais je vous vois un peu trop contrarié, pour vous en faire la demande.

    Donc là, je commence a serrer les fesses, les dents, les poings, à « grogner », mais en vrai même si cette ceinture commence réellement a me marquer, et me faire plier les jambes, je n’ai aucun regret.

    Là tout de suite maintenant, cela vient de cesser, mes fesses sont un brasier, mes yeux me piquent, j’ai senti votre mécontentement au travers des coups portés, mais bien que désolée, si c’était à refaire je le referai.

    Alors là, maintenant, tous deux me câlinez….

    - Ne rate jamais une occasion de faire une bêtise

    #55878
    salamboflaubert75
    Participant


    Comme je te comprends @Saku!

    Dans un sens je suis moins «  frustrée » que pendant le premier confinement mais mon envie évasion et mes désirs n’en sont que plus puissants et difficiles à réprimés …^^

    Pièces jointes:
    Vous devez être connecté pour voir les fichiers attachés

    Sal

    #55884
    salamboflaubert75
    Participant


    Il me faudrait une fessée sévère, ferme et bienveillante.

    Que sa voix m’apprivoise à nouveau ainsi que sa paume.
    Que je me sente totalement sous son emprise ou son joug pendant ce moment pour aller au-delà où je serais allée de moi-même par habitude ou par confort.
    En se tenant la main nous allions vers des contrés qui nous sont encore inconnus.
    Juste un peu plus loin, cet endroit où ma rémission entière et totale rejoindrait mon abandon et je serais entièrement et pleinement moi et il lui aussi glisserait dans ce moment pour que l’apothéose sexuelle et sauvage soit à la hauteur de la correction cuisante que mon séant aurait reçu…

    Pièces jointes:
    Vous devez être connecté pour voir les fichiers attachés

    Sal

    #57684
    Miss Betty
    Participant


    “Aujourd’hui, là, tout de suite, maintenant…”

    J’aimerai le voir débarquer à la maison sans avertissement. Qu’il fasse tant de kilomètre en si peu de temps pour me flanquer une bonne raclée.

    J’ai besoin de sentir qu’il est sévère comme jamais il ne l’a encore été. De sentir la force de son amour lorsqu’il me corrige. De lui tenir tête, effrontée, mais qu’il me corrige jusqu’à ce que je m’abandonne entièrement à lui.

    J’ai besoin de laisser la soupape s’ouvrir et que toute la colère que j’ai à l’intérieur de moi s’échappe grâce à lui et à cette magistrale correction. J’ai besoin de lâcher et de retrouver le calme à l’intérieur de moi. J’ai besoin de lui.

    Et quand je me serais entièrement abandonnée , il sera toujours là pour me porter et me rassurer, me consoler, m’aimer.

     

    On a deux vies. La deuxième commence quand on se rend compte qu'on n'en a qu'une !

    #59531


    Aujourd’hui, là, tout de suite, maintenant… (En fait, non, depuis plusieurs jours maintenant)

    Fesse-moi, si tu peux !

    #59533


    Aujourd’hui, là, tout de suite, maintenant… (En fait, non, depuis plusieurs jours maintenant)

    Je veux une fessée en retour de soirée, un retour un peu pompette. Je sais ce qu’il m’attend ; il a dû me prévenir plusieurs fois. Mais, le sourire aux lèvres, le regard insolent, j’ai joué et je me suis resservie à plusieurs reprises. Après tout, ce sont les fêtes de fin d’année. Monsieur ne le voit pas de cet œil là bien qu’il adore mon air un peu trop joyeux.

    Main dans la main, nous rejoignons notre appartement, puis d’un toux doux, mais sévère, il m’expédie dans ma chambre afin que je me mette en pyjama. Je tombe nez à nez avec joli emballage sur le lit. Je peux facilement deviner ce qui s’y cache.

    Ce soir, je vais danser sous les coups de cette jolie ceinture. Un cadeau de lui à lui ou de lui à moi ? Surement, un peu des deux.

    Le nez contre le mur, les mains sur la tête, me voilà à l’attendre, à appréhender les coups. Mais ce soir, je veux danser et crier pour lui. Je veux sentir ses doigts sur mon cul rougi et brulant. Je veux finir par me réfugier dans la douceur de ses bras.

    Fesse-moi, si tu peux !

    #62708
    Christal
    Maître des clés


    Aujourd’hui, là, tout de suite, maintenant…

    J’aimerais que mes photos et mes mots vous touchent assez pour que vous ayez envie de prendre le premier train pour me retrouver. Que mes tentatives ne soient pas vaines et que dans mes maladresses vous y voyez l’envie que j’ai de vous plaire et de garder cette petite petite place dans vos fantasmes.

    Là, maintenant, tout de suite, j’aimerais vous trouvez à mes côtés, alors que je sors de ma sieste. J’aimerais que votre regard m’habille d’envies alors que je remonterais le drap par pudeur sur ma nudité. J’aimerais que votre bouche vienne déposer un baiser sur mon front et que vous me disiez : que vous êtes là même quand vous ne l’êtes pas. J’aimerais que mon haussement d’épaules à ses mots soit pris pour l’ultime provocation qu’elle est.  Que vous m’ordonniez de me mettre à 4 pattes et que vous mordiez mon cul avec la ceinture, sans préalable… Que vos mots me bousculent alors que mes poings se serrent et que mes yeux se ferment pour retenir le flot ambivalent de mes sentiments.

    Là maintenant tout de suite, j’aimerais pouvoir dire qui je suis pour vous. Le dire du premier coup sans que vous ayez à répéter la question. Le dire avec l’évidence même de l’envie et du manque de vous, du manque de nous.

    Rien n'est acquis, tout est fragile...

    #62956
    Gabrielle
    Participant


    Aujourd’hui, la, tout de suite, maintenant…. j’aimerai qu ‘on « s’occupe de moi »…être avec Monsieur …. ne plus penser être juste la, obéir à ces ordres pour mon plaisir, le sien aussi. J’aimerai être son unique préoccupation. Sentir ces mains sur moi… pour me montrer qu’il est la. Les yeux bandés. Plus rien de compte. Je suis dans ma bulle, je suis à lui. Je n ‘ai qu’à obéir… et lâcher prise. C’est lui qui penses pour nous. Je suis bien j’ai confiance…. je sais que je vais être punis pour des tonnes de choses légitimes …. mais je m’en fiche j’assume … je voulais être là! Mais je n ‘ai pas employé la bonne méthode …. j’en paie le prix mais j’en ai envi…. j’en brule d’envi comme va en bruler mes fesses … mais au moins on s’occupe de moi! C’est un jeu sérieux Monsieur!

    je préfère masquée

    #63239
    lunapower
    Participant


    Là tout de suite maintenant, tu as été d’humeur maussade toute la journée te montrant particulièrement désagréable et insolente et ce malgré multiples avertissements. Je t’entends encore râler et insulter la boîte du CD que tu cherchais et qui est désespérément vide… Je me lève et m’approche de toi en te lançant un regard évocateur.

    Sans dire un mot, je t’attrape par la taille et te courbe sur mon bras. Je remonte prestement ta jupe et baisse ta culotte. Saisie tu n’oses rien dire et la situation ne te laisse pas indifférente… Les pensées se bousculent de ta tête entre colère, honte et envie… Une première gifle donnée sans retenue vient s’abattre sur tes fesses, te ramenant vite à la réalité… Les claques s’enchainent sur un rythme effréné, tu es en train de prendre une vraie fessée… Tes fesses te cuisent horriblement, tu commences à gesticuler mais il n’y a aucune échappatoire, tu es fermement maintenue. Tu commences à gesticuler, effectuant une sorte de danse sur place. Ta culotte est descendue, jusqu’à tes chevilles et tu viens de perdre l’une de te ballerines. Cette douleur vive te procure paradoxalement une forme d’apaisement évacuant les tensions de la journée…

    La fessée a cessé mais tu mets quelques instants à t’en rendre compte perdue dans ta bulle… Il te prend la main, te dégage les cheveux et te regarde. Tu baisses instinctivement les yeux, légèrement honteuse de la situation dans laquelle tu te trouves.

    Il t’emmène dans la chambre, tu le suis d’un pas mal assuré. Il te retire ta culotte et ta ballerine restante, puis il t’invite à t’allonger sur le lit. Tu entends ce son si caractéristique de sa ceinture qu’il retire, tu frisonnes… Un frisson mêlant peur et désir, tes fesses étant fort douloureuses… Tu sens le cuir caresser tes chaires et un premier coup vient réveiller la terrible brûlure, tu te mords les lèvres pour ne pas crier mais il sait exactement comment s’y prendre pour te faire chavirer, tu abandonnes bientôt toute résistance et te laisses aller. Tu pleures doucement, délivrée.

    Il cesse alors la correction, vient te caresser les cheveux et te serre dans ses bras. Il te console ainsi de longues minutes, puis te propose de passer un baume apaisant sur le brasier qui te sert de derrière. Le massage te procure un bien fou, tu t’endors apaisée et sereine…

     

    Source : tumblr

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 1 jour par lunapower.
    #63257
    Mystic78
    Participant


    Là tout de suite maintenant, j ai envi de lui bander les yeux ,de la faire monter dans le donjon en silence,de lui demander de se déshabiller, de l enchaîner bras et jambes écartées  et de la laisser de la sorte quelques minutes seul avec ses pensées.
    Je reviens,caresse son corp qui mais offert et lui demande si elle sait pourquoi elle est là, elle me répond “Oui Monsieur, c est parce que j’ai omis de faire ma punition ”
    “Bonne reponse mademoiselle ”
    J ai envi de commencer par quelques petites tapes manuelles pour préparer son fessier, puis j’ai envi de me munir d une badine en bambou et de commencer un festival de sifflement.

    Apres  un certain nombre de coup a la hauteur du deli qui ont embrasé ce beau fessier je passe ma main sous son entrejambe que je sens très humide . Je la détache donc lui enlève le bando,l’invite à me suivre sur le sofa ou je lui ouvre les bras et dans lesquels elle se blottit .🥰

    #63421
    laurentfrou-ge1
    Participant


    LE sujet (navis) qui revient en boucle sur tous les forums de fessées. (des decenies).

    Je t’admire Luna pour pouvoir encore faire le truc ….

    ça n’en reste pas néanmoins ici et là charmant à lire. Et toujours troublant. Pfffff ….

     

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 4 jours par laurentfrou-ge1.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 4 jours par laurentfrou-ge1.
13 sujets de 91 à 103 (sur un total de 103)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com