Quand l’envie est là…

Accueil Forums Discussions générales Récits Quand l’envie est là…

13 sujets de 1 à 13 (sur un total de 13)
  • Auteur
    Messages
  • #53597
    Eva
    Participant


    Le  possible d”une  première fois…

     

    L’organisation de ce rdv a déjà été une épreuve de patience. Entre sautes d’humeur, claquages de portes, retrait aux pays des doudous, et j’en passe.

     

    Mon portable sonne. Elle est en retard !

     

    Je sens directement la colère m’envahir, un frisson glacé me parcourir. Je « balance » mon téléphone d’un geste rageur dans mon sac.

     

    Non mais franchement ! Faut le faire là ! je suis excédée.

     

    Je ne veux pas aller boire un café, je ne veux pas retourner à l’hôtel non plus. Je regarde autour de moi, je me « repère », inspire et traverse la rue pour gagner la barrière verte et la grille en fer forgé d’un petit parc avoisinant le lieu de rdv.

     

    Retrouver du « vert » au cœur de la ville, m’apaise, et je choisis un poste d’observation pour la regarder arriver la Vilaine !

     

    Quinze minutes après je la vois passer le coin de la rue. Elle a les cheveux détachés, un peu « foufous », porte un joli caban, et…un pantalon !

     

    Je lève les yeux au ciel. Elle plaisante là ??!!En moins de temps qu’il ne me faut pour l’écrire, je retraverse la rue et arrive à sa hauteur.

     

    Je la saisis par le bras et accorde mon pas au sien comme si nous nous connaissions depuis toujours et marchions de concert depuis quelques kilomètres.

     

    Elle me jette un regard surpris et un « Bonjour Eva » un peu timide, tout en continuant à avancer le bras saisi.

     

    -Je grommelle, tu abuses là ! Tu te pointes en retard, en pantalon….

     

    Je la sens se crisper, tenter de se dégager, ma réaction semble la surprendre, moi pas !

     

    Elle tente un :..t’es sérieuse là ? Tu sais le train, et puis il fait froid.

     

    Je crispe la machoire, je préfère me taire, sachant que si je commence, je vais gronder aussi fort qu’un orage.

     

    L’arrivée jusqu’à la chambre je n’en profite même pas. Je suis trop en colère pour ça, qu’elle ne fasse pas d’effort me fait siffler et presque bouillonner.

     

    Tu me chauffes ? Attention petite, une lame peut être dans son fourreau, ou chauffée à blanc.

     

    Je suis saisie, justement. J’ai envie, profondément envie de lui claquer le cul.

     

    Cela me prend à la nuque, descend le long du tronc cérébral, arrive sur mes épaules et enfin à mon bras et ma main.

     

    Cette dernière se serre, sur la manche de son manteau. Je feule :

     

    -Tu me cherches tu me trouves ! Déshabilles toi !

     

    Elle me regarde bouche bée cette fois. Non, je ne joue pas là, et non je ne plaisante pas. Pas maintenant, elle a déjà lancé les dés en fait. (choix de la tenue,+retard+pas d’excuses…on atteint le quota et la limite de ma patience là).

     

    Elle le sent.

     

    Elle pose son sac sur le guéridon de l’entrée, déboutonne son manteau. Ses mains joliment manucurées se posent sur le bouton de son jeans, l’ouvrent, écartent les pans. Elle fait glisser ses pouces le long du tissu jusqu’à rejoindre la hanche et dégager ses fesses. Je lui intime de baisser la culotte avec. Elle s’execute d’un geste très gracieux. Elle cambre les reins dès que l’air entre en contact avec sa peau.

     

    -Le haut aussi.

     

    Elle ote alors son petit pull à motifs, et ajouré, dégrafe son soutien-gorge en glissant les mains dans son dos et se retrouve nue.

     

    C’est très troublant, tant pour elle que pour moi. Oui, je la désire, mais ce que je désire encore plus là dans l’instant c’est lui coller une fessée magistrale. Parce qu’elle la mérite et parce que ça me plait.

     

    Je la saisis par la nuque telle une petite chatte, la regarde droit dans les yeux et serre. Elle me regarde dans un premier temps dans les yeux mais doit y voir une colère froide, et baisse les siens vers le sol.

     

    Je fume littéralement, après avoir bouillonné, j’ai l’impression d’avoir pris un sceau d’eau glacée, cela m’a galvanisée.

     

    J’agis instinctivement. La gifle part et vient s’abattre sur sa joue. Je la saisis par la hanche, la retourne et lorsque je frappe sur ses fesses c’est fort. Sans préchauffage, je veux la marquer. Je veux qu’elle crie et la connaissant c’est un sacré défi…

     

    C’est de la folie, furieuse. Et j’adore ça.

     

    Je la vois se cambrer alors qu’elle pose ses mains sur le mur pour prendre appui, elle offre ses fesses à mes claques.

     

    Elle ne dit rien, ne bouge pas, mais je la sens vibrer. Quant à moi, je suis envie, j’aime cette énergie. Je sens à un moment sa fesse tenter de se dérober, Ah quand même ! quand à elle, je l’entends presque penser : aïe mais elle me fait mal !je la sens se crisper, souffler, anticiper les coups.

     

    Oh oui, mes petites mains sont fermes, et quand le bras est animé par le tronc cérébral il est implacable.

     

    Elle se penche au fur et à mesure de mes battements, je la tiens toujours aussi fermement par la nuque et la tire ainsi vers le fauteuil. Je la penche dessus.

     

    Tu as mérité cette punition ! Tu provoques constamment, tu fais des caprices, et tu te permets d’arriver en retard à notre premier rdv !Tu te fiches de moi !Ne bouge pas. Elle respire fort, et je suis surprise par la couleur de ses fesses.

     

    Je m’éloigne pour chercher mon martinet. Je regarde ses lanières et les pose d’abord sur ses reins. Je la vois frissonner à leur contact. Lorsque je lève la main, je ne le fais plus en fonction de moi, je vais sur son curseur, et je frappe fortement, une fesse puis l’autre. Je regarde les lanières laisser leur marque provisoire, rougir sa peau et la cingler fortement. Ses mains sont crispées sur les accoudoirs, alors qu’elle recoit mon message particulier, adressé, marqué, une vraie fessée.

     

    Au moment où je ne l’attendais plus j’entends son : Excuse moi ! Je te présente mes excuses pour mes impertinences et mon retard !

     

    Mon bras reste levé, en suspens, je repose doucement le martinet sur le lit.

     

    -Va au coin, reins cambrés, mains remontées au milieu du dos, et je ne veux pas te voir bouger.

     

    Au bout de dix minutes, je sens que ma colère s’est apaisée, que elle-même a pensé. Je vais la chercher pour l’enlacer. J’ai envie maintenant  de la caliner, de l’embrasser, de la baiser, de la faire crier…

     

    Encore…plus fort…

     

    Se révèle être "comme une boule de flipper,qui roule qui roule...".

    #53600
    Monsieur Méchant
    Maître des clés


    Heu, c’est caliente le forum, ce matin !

    r

    J’ai tout à fait imaginé la situation!
    je crois que cela lui ferait le plus grand bien…

    Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

    #53606
    salamboflaubert75
    Participant


    Eva tes mots m’ont emportés et donnés des envies ( nouvelles ? ) merci j’adore commencer  le journée en ayant chaud!

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 3 jours par salamboflaubert75.
    #53608
    SandrineG🍑
    Participant


    J’avoue que ce récit me touche, l’idée de recevoir une fessée par une femme faisant son chemin dans mon petit cerveau bouillonnant…

    Merci pour ce partage…

     

     

    "Et mes fesses, tu les aimes mes fesses" 😉

    #53609
    Stan/E.
    Participant


    Et c’est une seconde version, non ? (l’axiome “donnée par un homme à une femme” a vécu…)

    Moi j’adore, hein.

    "Au fil des Jours..."

    #53610
    salamboflaubert75
    Participant


    Moi je me suis bien imaginée la donner…

    #53614
    Christal
    Maître des clés


    je crois que cela lui ferait le plus grand bien…

    [Mode mauvaise foi activé] Et bien, c’est à espérer parce-que se prendre une fessée aussi sévère pour un train en retard ( c’est pas de sa faute au passage), et un Jean ( qui lui fait un cul d’enfer), et bien moi, je trouve ça un chouia abusé :p

    Mais comme tout le monde à l’air de trouver ça normal, on va mettre les jolis commentaires sur le coup de la “nouveauté” des fessées entre filles.

    Ça aurait été écrit par un homme on aurait crié au scandale 🙂 [mode mauvaise foi désactivé]

    Il me plaît ce texte, c’est bien écrit et les fessées entre femmes ont un goût particulier qui me plaît 🙂

    Braqueuse de rêves : https://entre-force-et-fragilite.blogspot.com

    #53628
    Eva
    Participant


    @Monsieur Méchant, c’est une évidence que cette Vilaine le mérite et que cela lui ferait le plus grand bien, je suis entièrement d’accord!


    @salamboflaubert75
    ton commentaire m’a fait sourire, si tu as des courants glacés qui te parcourent de la nuque aux épaules…c’est ça.tu as envie de donner une fessée.😋


    @Stan
    , bah…rien de nouveau sous le soleil.

    @SandrineG, contente que le récit t’ait plu


    @Christal
    , fallait bien que je trouve quelque chose d’énorme qu’elle aurait pu faire elle est tellement sage en fait:,-)et je pensais effectivement à un petit jean noir qui moulerait parfaitement son cul..mais il passe pas quand même.😉

    Se révèle être "comme une boule de flipper,qui roule qui roule...".

    #53634
    lunapower
    Participant


    Superbe récit comme d’habitude @evaeyes 🙂 On s’y croirait 🙂
    Sur ces paroles je vais aller prendre une douche froide 😁

    Et c’est une seconde version, non ? (l’axiome “donnée par un homme à une femme” a vécu…)

    Moi j’adore, hein.

    “la fessée entre adultes consentants, administrée à une femme.” et ça fait un bout de temps…

    #53636
    Christal
    Maître des clés


    fallait bien que je trouve quelque chose d’énorme qu’elle aurait pu faire elle est tellement sage en fait:,-)

    Ah bah voilà c’est tellement mieux si la fiction et la réalité s’accorde 🙂

    Elle est Sage, il faut donc revoir une partie du Récit :p

    À moins que dans la deuxième partie, la Vilaine Sage fasse payer à sa façon la Demoiselle car je suis sûre qu’elle est très douée pour coller du rouge aux joues et faire crier à sa manière ^^

    Braqueuse de rêves : https://entre-force-et-fragilite.blogspot.com

    #53637
    Eva
    Participant


    Fiction ET réalité s’accordENT!oui.des fois.tant que les Vilaines sages existent.

    Se révèle être "comme une boule de flipper,qui roule qui roule...".

    #53639
    Baccardi
    Participant


    Eva j’ai adoré. J’avoue un petit faible pour l’erotisme des jeux entre filles. Merci pour ce beau témoignage que j’ai dégusté avec delectatiions

    #53705
    Eva
    Participant


    Merci @Lunapower et @Baccardi , j’ai pris beaucoup de plaisir a l’écrire ce texte et suis contente que ça plaise.Et j’apprécie beaucoup les jeux entre femmes aussi😋

    Se révèle être "comme une boule de flipper,qui roule qui roule...".

13 sujets de 1 à 13 (sur un total de 13)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com