Punitions à Distance

Accueil Forums Discussions générales Journal de punitions Punitions à Distance

Vous lisez 9 fils de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #64360
      Monsieur Méchant
      Maître des clés


      J’allais répondre au topic de l’autopunition mais j’ai réalisé que je n’étais pas vraiment dans le sujet (et que je ne me suis jamais puni, je suis trop sage pour ça -de l’art de fréquenter des vilaines mythomanes…-)

      a

      Alors je lance un topic complémentaire: La punition à distance (sorte d’autopunition avec une complicité tutélaire)

      En ce qui me concerne, l’autopunition me plait dans la mesure où j’y assiste et que je peux y prendre part en sermonnant en grondant et en imposant la sanction.
      Je sais que pour elle c’est humiliant, presque grotesque mais en se soumettant à cette punition que je lui impose, elle s’en remet un peu plus à mon autorité sur elle et ça m’excite terriblement.

      Et la liste des corrections que je peux lui imposer est longue : Un châtiment corporel (à la brosse, à la main, etc..), des pinces à linge insidieusement portées (sur le bout des seins, sur la langue pour son insolence), des tenues (absence de sous vêtement, culotte trouée, le port d’une éponge dans la culotte, coté vert contre le sexe, écriture sur le corps, etc..), des épreuves (l’interdiction de se toucher, de jouir, de s’épiler le sexe, d’aller faire pipi (oui, je suis un psychopathe et alors ?), etc..), des lignes sur un cahier, des déclarations de contrition en vidéo ou en audio, etc… etc… etc…
      Autant dire qu’avec de l’imagination la liste des punitions est infinie car la punition doit s’adapter à la faute qu’elle sanctionne…

      Je crois qu’on dépasse le grotesque et qu’on touche au sublime, quand le lien est là, bien réel et que la complicité fantasmatique et humaine qui unit l’un et l’autre, transcende tout ce qui se passe en un plaisir jouissif très cérébral qui peut balayer la distance.

      En revanche, d’une manière ou d’une autre, il me faudra assister à la déchéance de la petite princesse que j’éduque sur l’autel de l’Obéissance et de mon autorité; une photo, une vidéo, sa voix au téléphone, la webcam…

      Voilà.

      Et vous? comment vivez vous la punition à distance?

      Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

    • #64361
      Plume
      Participant


      Un grand méchant sadique donc ^^

      Pour ma part, c’est photos, vidéos, écrits (plus ou moins impudiques ou dirigés …)
      Il ordonne et j’exécute (plus ou moins rapidement, et en râlant ou pas …).
      Malgré la distance, il arrive souvent à me faire rougir … Mais j’essaie de toujours prendre ça comme un jeu pour ne pas ressentir de honte ou d’humiliation ou de grotesque … C’est au mental que ça fonctionne et c’est juste une question d’état d’esprit …
      (Mes limites sont plus facilement atteintes à distance …)
      Bien sûr, je préfère évidemment jouer de visu, qu’il puisse me forcer un peu la main et moi, n’avoir rien d’autre à faire qu’obéir (un peu), être docile …
      Mais quand la réalité ne le permet pas, j’apprécie toujours qu’il prenne un peu de temps pour moi 😇

    • #64533
      Chelonia
      Participant


      La punition à distance…

      N étant pas soumise ni exclusive je pratique peu… Il faut vraiment une certaine alchimie et ne pas avoir de genoux à disposition 😂

      Ca reste un moment d excitation car évidemment voulu et maîtriser de ma part… Je choisis la sévérité même si Mr me donne certaines instructions comme la tenue, la position, les instruments, le nombre de coup…

      Comme j aime maîtriser mon image il est plus facile pour moi d envoies photos et vidéos après coup…

      Aucune honte… En général je fini plutôt par un plaisir solitaire 😇

      La honte et le trouble sera plus présent si Mr est au téléphone et entend les coups et commentes ou me parle en même temps…

      On peut arriver à de jolies couleurs en auto fessée mais ça ne va pas aussi loin que lors d’un jeu à 2…

      Pièces jointes:
      Vous devez être connecté pour voir les fichiers attachés
    • #64550
      Christal
      Maître des clés


      Être soumise ne pas l’être, être exclusive ou non. C’est une sémantique qui relève de chacun. Enfin moi, j’ai un dictionnaire avec des définitions qui me sont propres et elles sont loin d’être communes à l’ensemble des gens ici.

      Je ne suis ni soumise et ni exclusive semblerait-il et pourtant, j’ai pratiqué la punition à distance.
      Et je suis d’accord avec @chelonia sur l’alchimie et la confiance dans l’autre sans ça, aucun intérêt.

      Je ne suis pas excitée par une punition ou en second lieu. C’est d’abord, la déception qui l’emporte et qui peut me laisser un certain vague à l’âme en fonction de la raison. Si la faute n’est pas si terrible que ça, la petite honte de se punir soi-même ou d’exécuter chaque ordre demandé se transformera en plaisir. Si la faute est plus grande, c’est l’automatisme de mon besoin d’obéissance qui se met en marche. J’exécute uniquement pour me faire pardonner et finalement me pardonner à moi même d’avoir été en-dessous du moment.

      Je ne maîtrise rien d’une punition à distance, il est le marionnettiste et moi la poupée.Et le moment, le plus fort, c’est quand il me dit que je suis “pardonnée”.

      J’ai longuement verrouillé mon image, fait attention aux photos que j’envoyais, aux mots et à mes pensées puis l’histoire et la confiance qu’il m’avait permis d’avoir a fait que j’ai été plus naturelle et que le lien s’est consolidé…

      Quant à prendre du plaisir après une punition à distance, c’est clairement non, je lui donne beaucoup de moi lors d’une punition à distance, il en va de notre histoire alors après je suis claquée :p

      Rien n'est acquis, tout est fragile...

    • #64551
      Saul
      Participant


      J’allais répondre au topic de l’autopunition mais j’ai réalisé que je n’étais pas vraiment dans le sujet (et que je ne me suis jamais puni, je suis trop sage pour ça -de l’art de fréquenter des vilaines mythomanes…-)

      a

      Alors je lance un topic complémentaire: La punition à distance (sorte d’autopunition avec une complicité tutélaire) En ce qui me concerne, l’autopunition me plait dans la mesure où j’y assiste et que je peux y prendre part en sermonnant en grondant et en imposant la sanction. Je sais que pour elle c’est humiliant, presque grotesque mais en se soumettant à cette punition que je lui impose, elle s’en remet un peu plus à mon autorité sur elle et ça m’excite terriblement. Et la liste des corrections que je peux lui imposer est longue : Un châtiment corporel (à la brosse, à la main, etc..), des pinces à linge insidieusement portées (sur le bout des seins, sur la langue pour son insolence), des tenues (absence de sous vêtement, culotte trouée, le port d’une éponge dans la culotte, coté vert contre le sexe, écriture sur le corps, etc..), des épreuves (l’interdiction de se toucher, de jouir, de s’épiler le sexe, d’aller faire pipi (oui, je suis un psychopathe et alors ?), etc..), des lignes sur un cahier, des déclarations de contrition en vidéo ou en audio, etc… etc… etc… Autant dire qu’avec de l’imagination la liste des punitions est infinie car la punition doit s’adapter à la faute qu’elle sanctionne… Je crois qu’on dépasse le grotesque et qu’on touche au sublime, quand le lien est là, bien réel et que la complicité fantasmatique et humaine qui unit l’un et l’autre, transcende tout ce qui se passe en un plaisir jouissif très cérébral qui peut balayer la distance. En revanche, d’une manière ou d’une autre, il me faudra assister à la déchéance de la petite princesse que j’éduque sur l’autel de l’Obéissance et de mon autorité; une photo, une vidéo, sa voix au téléphone, la webcam… Voilà. Et vous? comment vivez vous la punition à distance?

      je te rejoins sur la nécessité d’une preuve de résultat de la punition

      Suite sans doute à mon post récent, je reçois des sollicitations de fesseurs. donc pour éviter ses importuns avec lesquels je ne me connecterais je précise immédiatement que je suis HETERO, donc messieurs passez votre chemin MERCI

    • #64554
      FrenchTouch
      Participant


      J’ai assez peu pratiqué les punitions à distance. Déjà parce que j’ai eu peu de relations à distance qui se prêtaient à ce genre de choses, aussi parce que je reste un inconditionnel du physique et du « presentiel », comme on dit. Et puis ce n’est pas pour tout le monde. Il faut, peut-être pas de la soumission, mais une base d’obéissance dans la relation sans laquelle ça devient vite une farce.

      Mais. On n’est pas toujours avec sa partenaire, et c’est une belle façon de créer et de garder du lien entre deux rencontres. Et comme je suis un despote qui aime être obéi, j’y trouve aussi du plaisir, bien plus que ce que j’aurais imaginé au départ.

      Cela permet de pardonner certaines petites choses aussi, qu’on ne peut punir soi-même parce qu’on est absent au moment où il faut. Pour les plus grandes choses, il n’y a que mes mains sur elle qui permettent de passer l’éponge, de remettre les compteurs à zéro. Parce qu’une punition qu’on donne, même scrupuleusement exécutée, n’est jamais là même chose qu’une punition qu’on inflige.

    • #64566


      Les punitions à distance peuvent être essentielles pour entretenir une relation, mais sans juger qui que ce soit et avec respect, je dirai que pour moi, punir à distance ne consiste pas à donner une fessée au corps, il s’agit à donner une fessée à l’esprit.

    • #64567


      Donc comme des idées efficaces et comme un exemple

      -Copier des lignes
      -Écris une histoire
      -Couvre feu
      -Restriction des plaisirs (je ne veux pas dire uniquement sexuel, par exemple interdire de manger du chocolat ou de regarder votre émission de télévision préférée)
      -Porter des culottes pour enfants sous des vêtements pour adultes
      -Ne pas porter de culotte (ça peut être très dérangeant d’aller travailler comme ça par exemple)
      -Etc..

      Que si, une partie de la grâce des punitions au loin, c’est qu’elles peuvent être démontrées, à travers une photo par exemple.

    • #65454
      severemaisjuste16
      Participant


      Merci Monsieur Méchant pour ce formidable topic ! Quelle diversité dans vos punitions, vos raisons de punir, vos motivations propres à chacuns et chacunes et vos réactions face à ces outrages ou ces délices. J’admire comment, chacun ici se livre totalement et avec générosité, c’est un réel plaisir de vous lire.
      Je me retrouve un peu dans chacun de vos témoignages, même si pour ma part j’aime le mélange des genres et je ne suis pas forcément cohérent dans mes décisions… Je peux tout autant réprimander pour décourager une désobéissance qu’infliger une punition arbitraire pour mon propre plaisir. Tout dépend de ma partenaire, son caractère et l’objectif recherché. Je peux punir par plaisir pour moi-même ou pour elles, mêlant douleur et onanisme simultanément, interdire ou bien même encourager un comportement ou un devoir dû.
      Je vous retrouve sur un point, que je partage (confiance et bienveillance) c’est ma seule règle immuable. Lorsque l’une de mes partenaires, m’offre le contrôle de son corps et ses désirs ainsi que sa confiance (seule façon d’induire un authentique lâcher prise), je mets un points d’honneur à améliorer le sort de ma soumise, profitant de mon emprise pour lui imposer des tâches certes parfois pénibles mais toujours dans un but d’épanouissment (cela peut aller de l’arrêt du tabac, à la perte de poids, à l’atteinte d’une performance physique, ou la résolution d’un trauma ou d’un problème qui dure depuis longtemps, l’obtention d’une promotion, d’un poste, ou d’une indépendance, , l’apprentissage d’une langue ou tout autre but en accord avec les désirs profonds de ma soumise qui le plus souvent se trouvent bien au delà de sa zone de confort). C’est incroyablement valorisant pour elle de parvenir à cet objectif, d’autant plus que la motivation et la discipline d’ordinaire si difficile à s’imposer soi-même devient presque agréable lorsque consciente de mes motivations à son égard, c’est son maître qui lui impose les tâches nécessitant des efforts. Tout le monde conviendra qu’il est beaucoup plus aisé de dispenser conseils éclairés et actions positives à autrui qu’à soi-même. La punition à distance peut donc tout autant devenir un outil de motivation (lorsqu’elle est réellement pénible) qu’une récompense (lorsque ma partenaire trouve une jubilation dans la douleur; la honte ou l’humiliation légère) ^ ^’
      Je retiens particulièrement l’éponge scotch-brite dans la culotte (excellent :))
      Voici quelques une de mes punitions à distances préférées (toujours guidées par moi-même en temps réel par téléphone) :

      • Dans le cadre d’une découverte de la tige clitoridienne (pour les non-initiés cf livre “Jouissance Club”), imposer lors d’une masturbation guidée de la tige à deux doigts entre la pulpe du pouce et l’index (attention aux ongles trop longs), au moment ou ma partenaire me demande l’autorisation de jouir, je lui demande de pincer sa tige fortement (cela perturbe les signaux électriques envoyés au cerveau, interrompant l’orgasme… jusqu’à ce que je lui ordonne de relâcher ce petit tube), cris entre frustration, douleur et plaisir garantis 🙂 Est-ce une punition ou une récompense ? La question se pose vraiment.
      • Dans le cadre d’une découverte du plaisir anal, une partenaire particulièrement sensible à l’humiliation. Trouver une petite cuillère métallique aux bords arrondis, et lui ordonner d’en insérer le manche lubrifié dans son fondement. La conserver ainsi de longues minutes et à l’issue de sa masturbation guidée par mes soins, lui refuser plusieurs fois l’orgasme, pour enfin lui autoriser de jouir uniquement à l’aide de la petite cuillère. Terriblement humiliant et efficace car ajouté à l’humiliation (encouragée par mes commentaires salaces, oui je suis pervers lorsqu’il le faut et pas que d’ailleurs ^^’) le métal ayant pris la température du corps en quelques minutes, rentrer et sortir la cuillère de son fondement, ou bien la tourner, la sensation d’inconfort laisse place au plaisir. Encore une fois, punition ou récompense, à vous de juger 🙂
      • Ma soumise actuelle, profondément vanille, s’est découvert une réelle affinité avec la douleur de la poitrine, plus précisément les jeux d’impacts. Agenouillée face à un miroir, cuisses écartées, portable sur skype la cadrant dans cette position, je la guide dans différentes actions, pose de pinces à linge sur ses grandes lèvres, puis claques sur la poitrine, par en dessous pour les faire tressauter. Elle m’a expliqué que la douleur, autant que la vision de sa poitrine ainsi malmenée la rend folle. Elle approche de l’orgasme ainsi, me suppliant ensuite de se masturber furieusement avec un magic wand sur le clito ou un gode par derrière. Si je veux la punir, edging sans accorder la satisfaction du plaisir. Si je souhaite la récompenser, je lui autorise l’orgasme.

      • Cette réponse a été modifiée le il y a 4 jours et 9 heures par severemaisjuste16.
      • Cette réponse a été modifiée le il y a 4 jours et 9 heures par severemaisjuste16.
    • #65479
      Chester
      Participant


      Complexe la notion de punition vs récompense à distance. Mesdames vous en témoignez ici, être punies vous fait de l’effet, sinon on parlerait de violence dans le couple et non de plaisirs partagés. Le dominant se doit d’entretenir la tension avec sa partenaire. Je n’ose écrire soumise parce que c’est parfois mal interprété. Pour moi il a toujours été clair que mes partenaires sont des femmes de caractère et parfaitement indépendantes dans leur vie, souvent bien plus qualifiées que moi dans bien des domaines, mais sur un regard, un mot ou même un silence, un geste, elles switchent en femelles soumises à leurs démons intérieurs (bien plus qu’à moi).
      Bref là n’est pas le propos !
      Pour entretenir cette tension, donc, que ce soit à cause d’un grand éloignement ou au cours de la journée à quelques kilomètres de distance, le Monsieur se doit d’être inventif.
      Quelques instructions ci dessous. À vous de déterminer s’il s’agit de récompenses ou de punitions.

      -Demain, pour aller travailler, tu devras porter obligatoirement ta guêpière blanche, les bas qui vont avec et ton manteau rouge. Pour tout le reste tu t’habilleras comme tu le souhaites. Consignes suivront dans la journée. Juste avant l’heure de quitter son bureau, j’envoie le texto suivant : « tu vas dans les toilettes, tu te déshabilles entièrement sauf ta guêpière blanche et les bas, sous ton manteau. » Elle a donc dû parcourir les couloirs entre les toilettes et l’ascenseur, prendre l’ascenseur avec des collègues, traverser le hall et rentrer chez elle en voiture dans les embouteillages, si peu vêtue. Mission accomplie et réussie. Flip assuré et effet “humide” garanti !

      – J’ai acheté un plug anal énooorme noir. Quand elle l’a vu elle a eu peur ! Je l’ai rassurée puis je l’ai rangé dans la commode à trésor, sans même essayer de la convaincre. Quelque temps plus tard, elle avait dû faire une grosse bêtise, alors que nous étions éloignés je lui ai reparlé du plug au téléphone, j’ai fait durer la conversation à ce sujet, en lui rappelant qu’elle en avait eu peur, que j’avais pensé lui faire plaisir vu son goût pour les plaisirs sodomites, patati patata, je la sentais dans ses petits souliers, ne sachant pas trop où je voulais en venir, ou plutôt le sachant très bien mais le redoutant. Puis j’ai dévié la conversation sur sa grosse bêtise et re patati patata. Je la sentais se détendre pensant peut-être que j’allais laisser courir.
      Puis, sèchement entre deux phrases :
      – Tu sais ce qui te reste à faire ?
      – Ben euh … tu veux quand même pas que je …. Pas la grosse bête noire !!! Mais il est énorme. Mais je ne pourrais pas !!!
      – Ça t’apprendra à faire des grosses bêtises.
      Elle est allée le chercher en grommelant beaucoup, a essayé de plaider sa cause, en vain. Nous avons commencé quelques « exercices d’assouplissement » avec ses doigts, je l’ai aidée avec quelques mots crus au téléphone (effet immédiat sur elle) et après moult grimaces et gémissements la grosse bête noire a finalement disparue du paysage … L’orgasme, que je n’avais pourtant pas autorisé mais impossible à contrôler, qui s’en est suivi, restera pour longtemps dans les an(n)ales.

      – Plus simplement nous procédons de temps en temps à l’auto punition avec une jolie baguette de bambou rouge d’1m20 de long à peu près, qui, quand elle ne sert pas à punir trône dans le salon, organisée en bouquet avec d’autres de couleurs différentes, comme objet de décoration.
      Je n’impose pas d’obligation de moyens, ni nombre de coups, ni force des coups, ni durée, non ! Juste une obligation de résultat. Quelques belles larmes et des marques écarlates bien visibles. Elle est de toute façon beaucoup plus sévère avec elle-même que je ne saurais l’être, fleur bleue que je suis.

      Et tant d’autres ….

       

      Sa tendre obéissance était haute et sereine,
      Sachant se faire Esclave tout en restant Reine.

Vous lisez 9 fils de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com