Princesse Lilie ou Lilie la peste

Accueil Forums Discussions générales Récits Princesse Lilie ou Lilie la peste

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)
  • Auteur
    Messages
  • #81856
    Karinette35
    Participant


    Il était une fois, non loin de là, un roi et une reine vivant comme vous l’avez déjà deviné, dans un charmant petit château situé en forêt de Brocéliande, le fameux château de Trécesson. Ils étaient les heureux parents de 4 enfants:

    Léonard, 30 ans marié depuis peu à Lucille

    Jean, 28 ans fiancé à Nora

    Samuel, 25 ans éperdument amoureux de Bertille

    3 garçons bien éduqués, doux, posés, respectueux et respectés par tous les sujets du royaumes et les villageois.

    Et puis il y avait Lilie…ah Lilie…vaste sujet…unique fille du couple arrivée après 3 garçons, elle était depuis toujours idolâtrée par son père. Personne n’était autorisé à la contrarier ou la réprimander ce qui avait eu pour effet de faire d’elle une enfant tyrannique,  capricieuse et indisciplinée. les habitants l’avaient d’ailleurs surnommé Lilie la Peste.

    Au niveau vestimentaire rien n’était simple non plus car quand ses belles soeurs et autres demoiselles portaient robes, dentelles et jupons, elle préférait les pantalons de son plus jeune frère qu’elle s’empressais de récupérer quand ces derniers ne lui allaient plus. Ses parents refusant de commander, des pantalons plutôt que des robes auprès de leurs couturiers personnels.

    Elle était d’une beauté naturelle rare. Ses cheveux frisés, longs d’un roux flamboyant, lui donnaient un côté rebelle et son visage, joliment recouvert de tâches de rousseurs, un air malicieux, ce qui s’accordait à merveille, vous le reconnaîtrez, avec les traits de sa personnalité. Elle était petite et fine auprès de ses frères, qui eux tenaient de leur père et étaient de puissants jeunes hommes, grands et charpentés. Mais elle s’en moquait bien et elle n’hésitait pas à les taquiner ou les malmener par ses réflexions moqueuses et désobligeantes.

    Lilie avait tout juste 20 ans et depuis déjà 2 ans, son père essayait en vain de lui trouver un fiancé. Mais la demoiselle, prenait un malin plaisir à les rembarrer systématiquement, se moquant ouvertement d’eux, les humiliant, les rabaissant avec un plaisir non dissimulé.

    Le roi était désespéré, fatigué et découragé. Il commençait à se faire une raison…” Ce n’est pas grave, dit il un jour à son épouse, notre fille restera célibataire puisque c’est son choix, la forcer ne mènerait à rien à part aller tout droit vers un mariage malheureux.”

    Les mois passèrent et un beau matin, une missive arriva au château provenant du meilleur, ami du roi:

    Mon cher ami,

    Comme vous le savez mon fils Andréa a passé de nombreuses années durant sa jeunesse, en Ecosse où il a pu recevoir une éducation stricte et soutenue. Aujourd’hui c’est un homme. Il a 30 ans. Ayant eu vent de vos difficultés avec votre jeune et indisciplinée petite Lilie, je viens vers vous et me permets de vous proposer ceci:  la venue mon fils afin qu’il puisse vous soulager et vous conseiller en ce qui concerne l’éducation de votre fille bien aimée. Ne voyez là aucun jugement de ma part sur votre façon de faire mais juste une main tendue par un ami fidèle et dévoué.

    De plus mon fils étant célibataire nous pourrions joindre l’utile à l’agréable si par bonheur Lilie trouvait mon garçon à son goût.

    En attendant impatiemment votre réponse, je vous souhaite bon courage et espère vous revoir très bientôt.

    Votre ami dévoué, le Comte Philippe Alphonse de Novellara.

    Cette lettre arrivée à point nommé, le roi avait épuisé toutes les solutions et se trouvait effectivement dans une impasse concernant sa fille. Il accepta donc la proposition de son ami.

    Le rendez vous fut donc pris et le jeune homme arriva sans crier gare, le roi s’étant, cette fois bien gardé de prévenir la princesse de l’arrivée de ce potentiel “sauveur”.

    Ce matin là, la princesse était au meilleur de sa forme…et son pauvre percepteur était en train d’en faire les frais. Le prince qui venait de pénétrer dans le hall du château, sut de suite à quoi s’attendre. Effectivement, le percepteur venait de débouler en trombe, rouge de colère et criait à qui voulait l’entendre que plus jamais il ne remettrait plus jamais les pieds ici tant que cette petite demoiselle qui “sait tout et à tout vu tout fait” ne changerait pas de comportement. Le pauvre roi essayait tant bien que mal de calmer le malheureux qui ne voulu rien entendre et claqua la porte du château sans se retourner.

    Le jeune homme un peu gêné d’être témoin de cet incident lui dit:

    “Apparemment je n’arrive pas au bon moment!”

    Le roi lui rétorqua:

    “Vous ne pouviez pas mieux tomber. Au moins cette petite scène résume à elle toute seule ce que nous subissons depuis trop longtemps. Soyez le bienvenu, dit-il avec son plus beau sourire de soulagement. Suivez moi je vais vous présenter ma charmante petite famille”

    Le roi l’entraîna vers l’immense salle principale de sa demeure où étaient réunis sa femme et leurs 4 enfants.

    J’ai le plaisir de vous présenter, Andréa, le fils de mon fidèle ami, le Comte Philippe. Il vient passer quelques temps avec nous afin de partager avec nous ses diverses connaissances et nous conter ses aventures en Ecosse. Se retournant vers ses enfants: En échange, je compte sur vous pour lui faire découvrir notre belle région et nos coutumes bretonnes.

    Lilie resta, là, les bras ballants, bouche entrouverte, ce qui était fort rare!…car elle ne put s’empêcher de remarquer le charme que dégageait ce bel inconnu. Il était grand, ses cheveux d’un noir intense, ses yeux d’un vert foncé, lui donné un regard pénétrant et sincère. Sa démarche assurée la troubla…déstabilisée par la prestance de cet invité, Lilie, resta, pour une fois muette.

    Son frère, Jean remarqua son trouble et lui décocha un coup de coude accompagné d’un clin d’oeil.

    Oui elle était troublée…oserais je dire…charmée par le magnifique jeune se tenant devant elle et qui lui tendait la main pour la saluer, depuis quelques secondes déjà…

    “Heu…oui… excusez…bonjour Andréa, Lilie, enchantée.”

    Si le roi avait donné la véritable raison de la venue d’Andréa, il est clair que Lilie ne l’aurait pas accueilli de cette manière..et le roi s’en félicité intérieurement.

    La reine et les garçons ainsi que Lucile( l’épouse de Jean) se présentèrent à leur tour. Les présentations d’usage étant faites chacun retourna à ses occupations. Le major d’homme montra sa chambre à Andréa et Jean lui fit visiter le château.

    A l’heure du déjeuner tout le monde se retrouva devant un bon repas durant lequel chacun put échanger sur divers sujets. On aborda également la soirée prévue pour fêter l’arrivée du jeune homme.

    Lilie: “Vous pourrez faire la connaissance de mes futures belles soeurs Nora et Bertille”… elle eut un sourire moqueur et rajouta..”Bertille dit Berthe aux grands pieds!!!”

    Son frère Samuel eut un soupire et levant les yeux aux ciel lui dit: “Tu ne peux pas t’en empêcher hein??? Toujours à te moquer!!! vivement que père  te trouve un mari qui saura te remettre à ta place!!! petite peste que tu es!!!”

    “Oh grand frère je rigole!!!”

    Andréas ne put s’empêcher de répondre: “il est vrai que cette remarque complétement inutile, est blessante et idiote”

    “Idiote!!??? ma remarque!!! vous ne manquez pas de culot vous! à peine arrivé et vous vous permettez de vous mêler de ce qui ne vous regarde pas!”

    “Je ne suis, effectivement là que depuis quelques heures et ma main me démange déjà!!!”

    “Que voulez vous dire???”

    “Vous comprendrez ce que je veux dire, à mon avis, dans très peu de temps petite demoiselle!!!”

    Sur ce, Lilie se leva et quitta la table malgré les supplications de sa mère lui demandant de revenir prestement!!!

    Le roi dit alors:

    “Je suis désolé, fatigué, complétement désabusé…je ne sais plus comment agir avec cette enfant!”

    Andréa: ” Et bien ne suis je pas là pour y  remédier? Vous verrez j’arriverai rapidement à remettre cette demoiselle dans le droit chemin , faites moi confiance!”

    Le repas se termina dans le calme. Comme le temps était clément Léonard proposa à Andréa de l’accompagner en promenade afin de lui faire découvrir par la même occasion le domaine familial. Il put également lui raconter les divers agissements inappropriés de sa petite soeur…Andréa n’en perdit, évidement, pas une miette. Sur le chemin du retour il croisèrent Lilie perchée dans un arbre sifflotant un air joyeux.

    “Vous pouvez encore une fois constater le comportement indigne de la fille d’un roi…” dit-il à Andréa dans un soupir,  complément blasé.

    “BLA BLA BLA ET BLA BLA rétorqua l’insolente demoiselle…retourne à tes occupations ennuyeuses de Prince à la noix!!! et laisse moi vivre ma vie!”

    Andréa:”Je crois que je vais vraiment me plaire ici et que je vais pouvoir vous être vraiment utile” dit-il d’un air malicieux…sourire au coin des lèvres.

    Lilie fit mine de pas entendre mais se demandait vraiment où cet individu si sûr de lui voulait en venir!

    Le reste de la journée se passa sans encombre jusqu’au moment du dîner où toute la famille fût réunie en l’honneur d’Andréa. Les femmes avaient revêtu leur plus jolies toilettes sauf Lilie bien entendu qui portait comme à son habitude un pantalon.

    “Demain je rejoins ma cousine, Mathilda pour aller prendre le goûter dans notre salon de thé préféré”

    Jean: “La dernière fois que tu as rejoins Mathilda soit disant pour aller boire un thé, nous vous avons retrouver grâce à des villageois, dans un PUB complétement ivres en train de chanter des chansons paillardes debout sur une table avec des piliers de bar du village!”

    Léonard: “exact donc Andréa et moi même nous vous accompagneront pour être sûrs que tout ce passe dans les règles!”

    “Quoi!!??? nous n’avons aucunement besoin de chaperons!! Nous irons seules que ça te plaise ou non! ET ton avis tu peux te le garer où je pense!!”

    “Suffit!! dit le roi, il en sera ainsi! ton frère et Andréa vous accompagneront! c’est non négociable!”

    Andréa ne put retenir un sourire en voyant la tête de la princesse se décomposer en entendant les paroles de son père, qui osait pour la première fois s’opposer à ses désirs.

    Elle regarda Andréa et lui dit: “ça vous amuse hein??? vous pensez que je vais obéir sans broncher et me coltiner deux pots de colle aussi facilement!!!”

    Andréa: “Amuser? pas vraiment plutôt dépité, choqué devant tant d’insolence!!!”

    Lilie: “Je…”

    Mais Andréa ne la laissa pas terminer sa phrase, il leva une main en l’air et dit: “TAISEZ VOUS!!! Je pense et ne le prenez pas mal Monsieur, dit-il en regardant le roi, que si vous aviez reçu une bonne fessée à chacune de vos insolences ou incartades nous n’en serions pas là aujourd’hui!!!”

    Et Lilie osa rétorquer pour son grand malheur…et avec le plus grand des sourires et en le fusillant du regard: “Dit celui dont la fiancée, n’a rien de rien de trouvait mieux que d’aller ce vautrer dans le lit conjugal avec son valet de pied!!! laissez moi rire, monsieur le Marquis de Sade de pacotille !!!”

    Le visage d’Andréa changea instantanément et là pour la première Lilie compris qu’elle était allée trop loin mais il était trop tard. Un frisson, telle une alarme lui parcouru tout le corps…SAUVE TOI…VA TE METTRE A L’ABRIS…si tu en as encore le temps! lui dit une petit voix dans sa tête.

    Elle se leva d’un bon et commença à se diriger vers l’escalier menant à sa chambre…elle n’avait plus qu’une idée en tête parvenir jusqu’à sa chambre et s’y enfermer à double tour.

    Andréa livide se leva à son tour en disant au roi: “Si votre majesté veut bien m’excuser mais cette fois les limites en ce qui me concerne ont été franchies ! et je ne peux rester sans réagir!”

    ” Faites lui dit le roi, vous avez carte blanche.”

    Lilie quand à elle était arrivée seulement à la moitié de l’escalier! c’est que c’est grand l’escalier d’un château!!!!

    Andréa se lança à sa poursuite, monta 4 à 4 l’escalier à sa suite. Lilie arrivait sur le palier et courrait le plus vite possible dans le couloir menant aux chambres …ouf la voilà enfin arrivée devant la porte de ses appartements mais …au moment où elle referma la porte derrière elle, Andréa bloqua cette dernière avec son pied et là ce fût la panique totale dans l’esprit de Lilie…elle eut beau essayer de lui échapper il parvint en un éclair à la saisir par le bras, l’entraîna vers le lit sur lequel il pris place, la jeta en travers de ses genoux en la coinçant sous son bras puissant.

    Adieu pantalon, culotte de dentelles … en quelques dixièmes de secondes Lilie était fesses nues livrée à la main experte de son bourreau, ses jambes bloquées entre les siennes.

    “Pratique au final ses pantalons , les jupons auraient été fort encombrant pour que je puisse accéder à votre postérieur!!!” dit-il d’un air moqueur.

    Et là les claques commencèrent à tomber…

    Elle hurla, cria, appela à l’aide:

    “N’y a t’il aucun domestique pour venir à mon aide!!! hurla t’elle!”, “bande d’incapables, traites, collabos!!!!” “père faites quelques chose!!!”

    Plus elle criait et plus les claques étaient fortes…le bruit de chaque coup résonnait dans tout le château au grand bonheur de tous ses occupant, ces derniers se réjouissant de ce qu’il espéraient, attendaient, depuis si longtemps!!! le FESSEUR SAUVEUR du royaume était enfin là!!!

    a suivre…

     

     

     

     

     

     

    • Ce sujet a été modifié le il y a 2 semaines par Karinette35.
    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 semaine et 6 jours par Karinette35.
    #81866
    Mystic78
    Participant


    Quel belle histoire annonce cette introduction, maintenant que le decort est planté Damoiselles Damoiseaux, laissez vagabonder votre esprit et immagination dans les méandres de ce château. Merci Karinette et bon courage à Andrea pour recadrer cette princesse insolente. 

    #81867
    Gabrielle
    Participant


    La suite la suite la suite ……

    je préfère masquée

    #81869
    jjack
    Participant


    La fessée au service de la monarchie… vaste débat ! En tout cas l’appel d’un pro…fessionnnel est fort louable afin de punir comme il se doit cette dévergondée… vivement la suite

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com