Première recontre : des mots aux actes !

Accueil Forums Discussions générales Récits Première recontre : des mots aux actes !

12 sujets de 1 à 12 (sur un total de 12)
  • Auteur
    Messages
  • #55731
    Cerebro
    Participant


    Après avoir longuement échangé sur nos désirs communs, Marie et moi avions convenu de nous retrouver chez moi pour passer des mots aux actes.

    J’étais en train de lire « Les Fleurs du Mal » quand soudain l’interphone sonna. Le moment tant attendu était arrivé.

    Une voix timide me demande si je suis bien la personne avec qui elle a longtemps échangé et convenu dernièrement de ce rendez-vous. Je note sa réticence à utiliser le mot « fessée ».

    Je la rassure en lui disant qu’elle est au bon endroit et je lui ouvre la porte de la résidence. Je pu ensuite entendre ses pas se rapprocher.

    Toc Toc Toc ! Mon cœur s’accélère !

    Je saisi la poignée, ouvre la porte, l’accueil avec un grand sourire qu’elle me rend et l’invite à rentrer. Elle est habillée d’un chemisier, d’un jean moulant et d’une paire de baskets.

    Pour détendre l’atmosphère je lui demande si elle veut boire quelque chose et nous engageons la conversation en parlant de tout et de rien.

    Une fois que je sens que le courant passe bien entre nous je recentre notre échange sur la raison première de ce rendez-vous. Je ne voudrais pas qu’elle échappe à sa punition en me déconcentrant !

    • « Pourquoi mérites-tu une fessée Marie ? » je lui demande volontairement de manière abrupte pour marquer une rupture dans la conversation.

    Je remarque que ce changement de ton la déroute quelque peu mais elle finit par répondre après avoir repris consistance :

    • « J’ai été impatiente et désagréable avec mon entourage sans raison valable. » me dit-elle.
    • « Cela mérite en effet une bonne fessée déculottée. » dis-je en appuyant sur le mot déculotté.

    Son visage s’empourpre légèrement et elle me répond en bredouillant :

    • « Oui je crois. ».
    • « J’en suis même sûr ! » je lui rétorque. Et j’enchaine : « Enlève tes chaussures et tes chaussettes et va te mettre au coin les mains sur la tête », en lui montrant un angle de la pièce !

    Elle dénoue ses lacets, enlève ses chaussures et ses chaussettes et se rend pieds nues à l’endroit que je lui ai indiqué.

    • « Les mains sur la tête j’ai dit !» je suis obligé de lui répéter !

    Je profite de cet instant pour prendre une chaise que je déplace au milieu de la pièce en faisant un peu de bruit pour qu’elle puisse comprendre ce que je fais.

    Je m’assois et j’attends quelques minutes pour que la future punie puisse bien réaliser ce qui va se passer.

    • « Marie, tu peux venir maintenant. » je lui annonce d’une voie ferme.

    Je sens un instant d’hésitation puis elle se retourne et se place devant moi.

    Je lui prends le bras et la guide sur mes genoux. J’attends qu’elle se positionne convenablement et je pose ma main sur ses fesses, encore recouverte de son jean et de sa culotte, tout en la prévenant :

    • « Maintenant tu vas être punie comme tu le mérites Marie. ».

    Pas de réaction.

    Je lève ma main et lui administre une première série de claques en augmentant petit à petit leur intensité. Je peux sentir ses légères contractions tentant de prévoir le prochain impact de ma main.

    J’enchaine trois séries sur son pantalon en variant le rythme. Sentant que les réactions de la punie restent modérées je décide de procéder à un premier effeuillage.

    • « Lève-toi Marie s’il te plaît. »

    Elle se place devant moi les bras le long du corps. Je déboucle sa ceinture, déboutonne les boutons de son jean et descend la fermeture éclair. Elle n’a pas bougé mais son visage a pris une jolie teinte rose et ses mains sont crispées. Je la regarde dans les yeux, glisse mes doigts entre son jean et sa culotte et descend lentement son pantalon le long de ses cuisses, de ses mollets et l’arrête à ses chevilles.

    Je descends le regard et peux maintenant voir sa jolie culotte blanche sur laquelle je crois apercevoir une légère marque d’humidité. Je n’y prête pas vraiment attention et la redirige sur mes genoux. Je peux voir aux extrémités de sa culotte que la peau de son joli postérieur a déjà commencé à rosir.

    • « Tu es bien consciente que cela n’était que l’échauffement Marie ? » je lui demande !
    • « Oui je sais monsieur. » me répondit-elle d’une voix dans laquelle je peux sentir une certaine appréhension.

    Je lui caresse lentement les fesses par-dessus son slip. Je peux déjà sentir un début de chaleur.

    Soudain je lève ma main ! Sa réaction ne se fait pas attendre et je devine son fessier se contracter au travers des plis de sa culotte ! Culotte ne présentant finalement qu’une faible protection ! Je décide de l’ignorer et j’abats ma main à rythme régulier jusqu’à ce que Marie ne puisse plus maintenir cet effort musculaire au moins de manière continue.

    Ses réactions de Marie sont maintenant beaucoup plus visibles et audibles. Ses jambes, bien qu’elles soient entravées par son jean au niveau de ses chevilles, commencent à gigoter et elle ne peut réprimer quelques gémissements lorsque j’accélère le rythme de mes claques et en augmente l’intensité.

    Puis je diminue petit à petit le rythme et je lui laisse le temps de reprendre un peu ses esprits en lui caressant doucement les fesses et les cuisses. Je lui redemande de se lever fasse à moi. Je sens un instant d’hésitation, surement parce qu’elle appréhende ce qui va se passer ensuite, mais elle finit par s’exécuter sans avoir besoin de lui répéter.

    • « Enlève-moi ton jean s’il te plaît ! » je lui ordonne !

    Comme soulagée elle se penche et libère ses chevilles de cette entrave et se retrouve devant moi avec son chemiser, son slip et ses jambes complètement nues.

    Éphémère soulagement cependant !

    • « Comment donne-t-on une bonne fessée à une gamine pas sage comme toi Marie ? » je la questionne !

    Long moment de silence !

    • Je l’interpelle : « J’attends Marie ! ».

    Je sens que son désarroi est grand !

    • « Allons, une chipie comme toi doit bien savoir ! »
    • « On lui donne une fessée déculottée. » marmonne-t-elle de manière incompréhensible.
    • « Je n’ai pas entendu Marie. » dis-je.
    • « On lui donne une fessée déculottée. » dit-elle de façon plus audible.
    • « Oui c’est tout à fait ça Marie ! Une bonne fessées cul nu ! Comme une vilaine fille ! » je lui réponds en insistant sur chacun des mots !

    Mes mains se rapprochent de sa taille mais les siennes s’interposent ! Je me lève, lui saisis le bras, la retourne et lui administre une bonne série de claques sur ses deux fesses et me rassois.

    • « Si tu ne me laisses pas te déculotter la punition n’en sera que plus cuisante Marie ! Je te préviens ! » lui dis-je froidement !

    Mes mains se rapprochent à nouveau de sa taille et cette fois si pas de résistance. Le message semble être passé !

    Mes doigts s’immiscent entre sa peau et l’élastique de sa petite culotte qui laisse maintenant clairement apparaitre une trace de son excitation. Mes yeux bleus plongent dans les siens alors que je baisse lentement le dernier rempart de son intimité ! Son visage n’a jamais été aussi rouge !

    Une fois sa petite culotte ayant atteint ses genoux je la repositionne sur mes cuisses et j’admire ses fesses bien rouges et totalement offertes à ma main ! Cette dernière en profite pour les caresser lentement et en ressentir la douce chaleur qu’elles produisent !

    • « C’est maintenant que tu vas réellement recevoir la correction que tu mérites jeune fille ! » je la préviens !
    • « Pas trop fort s’il vous plaît » me supplie-t-elle !
    • « Ça il fallait y penser avant Marie » je lui rétorque !

    Ma main se lève à nouveau et s’ensuit une très longue série de claques alternées de caresses qui poussent Marie à gigoter de plus en plus et à émettre des petits cris. Elle en oublie toute pudeur et dans ses tentatives d’éviter mes claques elle me dévoile par moment ses lèvres intimes que je devine humide.

    Je fini par arrêter une fois que ses gigotements prirent fin, signe de l’acception totale de sa punition, et que j’eu entendu ses premiers sanglots de contrition.

    Une fois la fessée finie je demanda à Marie de s’assoir sur mes genoux et je la pris dans mes bras pour la réconforter.

    Enfin, après un moment au coin, elle se rhabilla et nous discutâmes jusqu’à prendre congé l’un de l’autre en nous promettant de nous revoir pour résoudre ses futurs écarts de conduite !

    "Le désir est l'essence même de l'homme." L'Ethique (1677), Livre III de Baruch Spinoza

    #55733
    Lou
    Participant


    Très joli texte, j’ai l’impression de revivre , un peu “ma première fois”… 🙂

    #55736
    Cerebro
    Participant


    Très joli texte, j’ai l’impression de revivre , un peu “ma première fois”…

    🙂

    Merci beaucoup Lou 😃 ! Très heureux qu’il t’ai fait revivre d’une certaine façon ces instants 😉 !

    "Le désir est l'essence même de l'homme." L'Ethique (1677), Livre III de Baruch Spinoza

    #55737
    salamboflaubert75
    Participant


    Très joli texte et rafraîchissant on se croirait à notre première fessée avec Marie.
    Merci du partage Cérébro…

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 5 jours par salamboflaubert75.
    Pièces jointes:
    Vous devez être connecté pour voir les fichiers attachés

    Sal

    #55740


    Très joli texte, j’ai l’impression de revivre , un peu “ma première fois”…

    🙂

    Je plussoie, j’ai eu le même ressenti. En tout cas, c’était très bien écrit 🙂 Un plaisir à lire !

    Fesse-mpi, si tu peux !

    #55743
    Cerebro
    Participant


    Très joli texte et rafraîchissant on se croirait à notre première fessée avec Marie. Merci du partage Cérébro…

    Un grand merci Salambo 😃 ! Cela me fait très plaisir que ce récit t’ai plongé dans ces souvenirs 😉 ! La photo est très évocatrice !

     

    "Le désir est l'essence même de l'homme." L'Ethique (1677), Livre III de Baruch Spinoza

    #55748
    Léonora
    Participant


    Un très joli récit qui évoque effectivement, certains souvenirs

    Moi, joueuse et provocante?! Non, Naturelle! 😀

    https://lesvoyageshautsencouleurs.blogspot.com/

    #55750
    LotharioGrimm
    Participant


    Exactement la fessee que j aimerais vivre comme fesseur 😍 !!!

    Je suis un homme de 44 ans habitant en région centre. Attiré par la fessée depuis mon adolescence.

    #55755
    Cerebro
    Participant


    Exactement la fessee que j aimerais vivre comme fesseur

    😍

    !!!

    Content de te l’avoir fait vivre au travers de ce récit alors 😉 !

    "Le désir est l'essence même de l'homme." L'Ethique (1677), Livre III de Baruch Spinoza

    #55757
    Cerebro
    Participant


    Un très joli récit qui évoque effectivement, certains souvenirs

    Merci beaucoup Léonora 😃 ! Cela me motive pour poursuivre les aventures de Marie !

    "Le désir est l'essence même de l'homme." L'Ethique (1677), Livre III de Baruch Spinoza

    #55805
    Sminu
    Participant


    Elle est chanceuse, elle =) ^^

    #55816
    Cerebro
    Participant


    Elle est chanceuse, elle =) ^^

    Mais je suis prêt à faire de n’importe qu’elle demoiselle une chanceuse 😉 !

    "Le désir est l'essence même de l'homme." L'Ethique (1677), Livre III de Baruch Spinoza

12 sujets de 1 à 12 (sur un total de 12)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com