Première fois …

Accueil Forums Discussions générales Récits Première fois …

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
  • Auteur
    Messages
  • #66404
    Plume
    Participant


    Je tourne et me retourne dans mon lit, mais rien à faire : Morphée refuse obstinément de m’emporter.
    Après quinze longues minutes à chercher la meilleure position et le sommeil, j’abdique et rallume la lumière. Les ombres dansent sur mon mur ; comme une gosse, je m’invente des histoires de monstres qui font peur. Tout ça pour juste une chose : éviter de penser à demain. Demain. Peut-être le jour où je prendrais ma première … fessée. Rien que d’y penser, je rougis comme une vierge effarouchée. Ridicule ! Je m’étais pourtant promis d’assumer et d’arriver à dire ce mot – mot terrible, s’il en est ! – avant de vous rencontrer, Monsieur … Mais force est de constater que je n’y arrive pas et je sais d’avance que vous vous délecterez de mon trouble comme un gros chat devant sa soucoupe de lait ! J’en frémis déjà, je n’ai pas envie de ravaler mon humiliation en me buttant, tout ça pour masquer ma gêne, pourtant je crois que je ne saurais avoir d’autre réaction.

    Je vous avais crânement assuré que l’approche de la date fatidique ne me faisait ni chaud, ni froid – vous en sembliez vexé d’ailleurs … à moins que vous aussi ne simuliez ? – et que je ne voulais rien projeter de crainte d’être déçue car après tout, le feeling pourrait ne pas être aussi évident de visu … Eh bien, Monsieur, je suis en train de manquer à ma parole : mes pensées me ramènent inexorablement à une certaine histoire de paume épousant ma croupe.
    Comme si inconsciemment je vivais ce moment depuis toujours, la scène se déroule devant mes yeux et mon alter ego se fait corriger comme jamais.

     

    Réveillée en sursaut quelques minutes avant mon alarme, je maugrée en me frottant les yeux. J’aurais pu dormir huit minutes de plus, je suis vraiment bête de stresser d’être en retard de la sorte. D’humeur grincheuse, je tente de profiter encore un peu de la chaleur de mon édredon, mais le cœur n’y est plus et il n’est pas déjà sept heures, que je suis déjà frustrée … Une belle journée en perspective donc ! L’horloge tourne et je traîne encore un peu au lit … Regardant une énième fois mon réveil, je me résous à me lever : j’ai déjà perdu une heure à paresser.

    Bravo Clarisse, je te félicite !

    Je fais chauffer la bouilloire et constatant le malheureux quignon restant, j’ouvre un paquet de gâteaux. Je mâchouille mes madeleines en attendant que mon thé brûlant refroidisse mais l’appétit ne vient pas en mangeant, le dicton est faux et on me ment depuis mon enfance ! Une fois mon petit-déjeuner vite expédié, ma couette me rappelle, sous le prétexte fallacieux de digérer au calme. Mais je résiste miraculeusement et me glisse sous le jet brûlant d’une bonne douche. Après des ablutions dignes de la plus grande reine d’Égypte, je m’habille. Je refuse d’être l’une de ces filles qui sortent toutes leurs affaires de leur penderie avant un rendez-vous et qui se lamentent car elles n’ont rien à se mettre ! Je fais comme si aujourd’hui était un jour comme les autres, comme si je pouvais tromper mon anxiété en agissant normalement. Un coup d’œil à l’horloge m’indique qu’il me reste beaucoup de temps à tuer et m’empêchant de réfléchir à ce qui se passera (sûrement ?), je décide sur un coup de tête de briquer de fond en comble mon petit studio. Au moins, ça m’occupera ! Après avoir tout nettoyé et rangé, je m’assois pour contempler mon travail : je suis satisfaite. Un peu fatiguée, j’ai la tentation de m’allonger cinq minutes lorsque mes yeux se posent sur mon réveil, je me relève d’un bond : je vais être en retard. Un comble pour une fille qui aurait pu être en avance vu l’heure à laquelle je me suis réveillée. Machinalement, je passe une main sur mon visage, consternée par mon mauvais timing : mes doigts et mes habits sentent le détergent et ce n’est pas franchement sexy. Je file me changer et me savonner les mains, j’en profite pour mettre un peu de parfum pour masquer un peu l’odeur d’eucalyptus. Un passage éclair devant le miroir me renvoie une image à peu près acceptable. Je secoue la tête, j’ébouriffe mes cheveux mais ça n’a pas le résultat escompté alors je tire la langue à mon reflet pour me donner du courage. En dévalant les escaliers de ma résidence, je ne peux m’empêcher de penser à la fessée promise, si d’aventure, j’ose vous tirer la langue tout à l’heure. Un frisson électrique me parcourt l’échine et je m’ébroue : bouge-toi, ce n’est pas le moment de rêvasser !

    Au cours de nos nombreux échanges, Monsieur, vous avez particulièrement insisté sur cette vertu que vous révérez : la ponctualité. Évidemment, je n’ai pu me retenir de vous taquiner en vous promettant d’être en retard pour vous faire plaisir, ce à quoi vous avez répondu froidement que dans ce cas, il valait mieux pour moi de savoir compter jusqu’à cent à haute et intelligible voix. Je n’en menais pas large, pourtant j’ai préféré fanfaronner en vous disant que les chiffres n’étaient pas ma came et qu’il n’était pas né celui qui y arriverait. Vous avez alors tenu le pari et à présent sur le chemin de la gare, je sais que je n’aurais peut-être pas le dernier mot, cette fois.

    Les dieux de la SNCF sont pour une fois avec moi : votre train est annoncé sur le panneau d’arrivées avec quinze minutes de retard. Vous ne m’attendez que depuis cinq petites minutes. Heureusement. Je crois que même sans avoir vu votre photo, je vous aurais reconnu. En tout cas, lorsque je croise pour la première fois votre regard, je bénis le port du masque obligatoire, il vous empêche de constater mes joues en feu et mon sourire niais qui squatte mes lèvres. Nous nous saluons de la tête gentiment puis les choses sérieuses commencent. D’un ton pince-sans-rire, vous me reprochez mon retard et ne sachant sur quel pied danser, je choisis la désinvolture et vous rappelle qu’avec une ardoise aussi remplie, on ne va pas chipoter pour quelques minutes. Je sens que mon audace vous plaît. Vous plaira-t-elle autant lorsque tout à l’heure, sur vos genoux, j’oserai encore ergoter ? Rien n’est moins sûr !

    Devisant agréablement, nos pas nous mènent dans le petit square à côté de chez moi. Je pensais que nous nous poserions sur un banc mais non, nous faisons le tour du parc et puis arrivés, à l’entrée vous me regardez d’un air entendu et je hoche timidement la tête. Je continue à babiller, comme si de rien n’était, tout en nous emmenant chez moi. Je vous ai prévenu que ce n’est pas grand mais vous n’avez pas l’air de vous en formaliser. Je vous propose ma chaise de bureau et vous sers un verre d’eau puis je vais me poser nonchalamment sur mon lit. Je feins excellemment bien la décontraction, en tout cas, pour le moment. Nous bavardons encore un peu, mais l’ambiance change imperceptiblement. Vous vous êtes levé pour vous resservir un verre. Vous occupez l’espace à arpenter ainsi mon studio, et assise en tailleur sur mon lit, je me sens toute petite. J’ai envie de rentrer ma tête dans mes épaules mais fièrement, je m’en empêche et adopte une attitude détachée. C’est bien simple, même un Anglais envierait mon flegme !

    Mais vous non plus, vous ne vous démontez pas. Vous buvez distraitement, tout en ne manquant pas de m’interroger sur tel ou tel sujet. Habilement, vous prenez le contrôle : vous posez les questions et puis moi, je réponds, docilement. Parfois mon ton est légèrement impertinent mais vous ne relevez pas pour le moment. Une autre chose vous chiffonne : vous me demandez alors pourquoi ai-je poussé la provocation à avoir mis mon sarouel et mes tongs dont vous avez une sainte horreur. Seul mon sourire irrépressible vous répond. Vous posez votre verre à côté de l’évier. Je sens que le jeu peut enfin commencer. À présent immobile et d’une voix qui ne souffre pas de réplique, vous m’ordonnez d’approcher. J’obéis prudemment.

    « Plus près Clarisse ! »

    Je sais alors pertinemment que je suis dans de sales draps, j’obtempère en soufflant car je sens bien que si je renâcle, ça risque de doubler la mise.
    Enfin à votre hauteur, vous me giflez.

    « Ça, c’est pour ton sarouel. »

    Vous m’aviez prévenue, plusieurs fois, que je risquais d’en prendre une si j’osais mettre ces frusques honnies par vous, mais elle me désarçonne malgré tout. C’est une claque pas si forte que cela et pourtant mon ego est blessé.
    Puis, sans préavis, vous me penchez sous votre bras et vous me mettez une première bonne petite fessée.

    « Ça, pour ton retard, jeune fille. »

    Puis, vous vous asseyez, me basculant sur vos genoux. Je suis tellement surprise que je n’ai même pas le temps de protester. Vous attrapez une de mes tongs et vous me fessez avec. Plus fort, plus appuyé. Okay, j’ai compris le message, je m’habille autrement la prochaine fois.

    « Et ça, pour tes tongs, petite garce ! »

    Vous me libérez et je me remets debout, évitant soigneusement votre regard. Je retire machinalement la tong que j’avais encore au pied. Et vous en profitez pour me demander de faire de même avec mon sarouel. J’ai un moment d’hésitation : je m’apprête à obéir quand je prends enfin conscience de ce que cela implique … Je vais me retrouver en culotte devant vous, vous que je n’ai vu que depuis quelques heures mais vous que j’ai déjà la sensation de connaître pourtant. Je suspends alors mon geste, perdue dans mes pensées.

    « Tu veux de l’aide, princesse ? »

    Brutalement sortie de mes tergiversations, je vous fusille du regard.

    « Je te conseille de baisser les yeux immédiatement. »

    Votre voix est calme et pourtant je sens l’orage arriver. Vous vous approchez de moi et vous baissez mon pantalon. Je ferme les yeux. J’encaisse l’humiliation en silence. Mais lorsque vos mains remontent sur ma taille et que vous faites mine de vouloir retirer mon haut, je ne peux retenir un pas en arrière. Juste un réflexe qui me fait reculer presque malgré moi. Nos yeux s’accrochent pour une fois. Vous vous avancez, un peu. Je comprends bien que je n’ai pas vraiment intérêt à me dérober encore, alors je me force à rester statique. Vous me prenez par le bras, gentiment mais fermement, pour me ramener jusqu’à mon tapis au milieu de la pièce. Nos dernières conversations me reviennent alors en mémoire et je comprends aussitôt ce que cela signifie. Et comme prévu, je n’y coupe pas.

    « À genoux, Clarisse. »

    Bien que je m’y attendais, votre voix me fait l’effet d’une bombe. Je n’obéis pas. Je ne sais pas comment faire. Je ne sais même pas si j’ai envie de le faire. Je reste debout sur mon tapis ne sachant pas vraiment comment cette partie va se jouer.

    « Obéis ou ça risque de vraiment faire mal. »

    Je savais bien que cette première séance ne serait sûrement pas une sinécure. Ma note s’est rapidement transformée en ardoise et à présent, elle ressemble plus à un tableau d’amphi. Vous avez envie d’être sévère et je crois que je partage cet avis. Soudain, me surprenant moi-même, je me laisse tomber à genoux brusquement. Le tapis atténue le choc dans un bruit sourd. Mes rotules n’ont pas dû apprécier mais c’est le cadet de mes soucis pour le moment. Je suis à genoux devant un mec que je rencontre pour la première fois : je me traite mentalement de folle. Je ne connaissais pas cette posture, eh bien c’est chose faite, à présent ! J’essaie d’oublier votre présence, de faire le vide dans ma tête, mais cela reste difficile.

    « Bien. Cela fait plusieurs mois maintenant que tu me défies à distance, Clarisse … Tu conviendras donc avec moi que tu mérites une punition, n’est-ce pas ? Alors accepte le et demande la moi gentiment comme la gentille fille que tu deviendras après ta correction. »

    Vous me parlez comme à une enfant, articulant exagérément comme pour mieux imprimer ces mots dans ma caboche. Mais bien évidemment, je reste muette, occupée à fixer une tache imaginaire sur le carrelage. Carrelage immaculé que j’ai nettoyé le matin même.

    « Ton silence est évocateur, jeune fille. Bien, comme tu voudras. Lève les bras ! »

    Votre ton est plus ferme qu’auparavant. Une petite voix dans ma tête continue à me dire que je suis folle, que c’est un jeu pas drôle, juste une mascarade ! Elle s’emballe et me rappelle que je peux me lever quand je le veux et me rhabiller. Je veux que tout cela s’arrête, ne plus être là … Et pourtant, mes yeux vous regardent craintivement, Monsieur. Et mes bras se lèvent. Mon corps vous obéit mais mon esprit vous résiste encore. Au lieu de vous précipiter de crainte que je ne change d’avis, vous prenez votre temps. Et c’est dans cette lenteur que vous asseyez le rapport de force. Mon T-shirt finit par quitter mon corps. Il est à présent entre vos mains, comme pour me rappeler que vous l’aviez simplement voulu.

    « À présent, jeune fille, que mérites-tu ? »

    Je rougis bêtement. Il me reste que ma petite culotte. Et je suis devant un inconnu. Pourtant, mes pensées sont ailleurs : j’espère seulement que les voisins ou les passants du couloir n’entendent pas comment vous vous adressez à moi. C’est ridicule. Dans quelques instants, je vais recevoir une sacrée tannée et je m’inquiète pour quelques mots. Je n’arrive pas à vous demander la fessée que je mérite. Pas uniquement par défi … J’ai trop intériorisé la situation pour savoir encore comment produire un son.

    « Comme tu voudras. Lève-toi ! »

    Comme un jouet mécanique, je me mets debout. Je manque de perdre l’équilibre mais vous me retenez gentiment. Votre douceur me déboussole, elle contraste avec vos menaces et autres promesses …
    Vous vous asseyez sur mon lit et me placez sur vos genoux.

    « Je te préviens, Clarisse : tu vas prendre la fessée que tu mérites à la main et à la canne … »

    Et chose dite, chose faite. Les claques tombent. Pas si doucement, d’ailleurs. Mais, je sers les dents et j’encaisse. J’essaie de m’évader mais vous m’en empêchez, votre voix et vos questions me ramènent inexorablement hic et nunc … Mon palais mental m’est alors inaccessible.

    « Ça, tu n’y couperas pas ma petite. Par contre, si tu tiens à recevoir du cuir aujourd’hui, tu devras te faire violence et me le demander poliment, à genoux … Sinon, tant pis pour toi ! Je n’ai pas dit que ce serait facile, mais ce sont mes conditions. »

    Mais quel connard ! Jouer sur mes points faibles ainsi ! Je suis novice en la matière pourtant je sais instinctivement que je n’aime pas le bois. Et que le cuir me rendra électrique …

    La fessée redouble d’intensité et je commence à la sentir. Ce n’est que le début, en plus. Vous continuez votre office, Monsieur mon bourreau. Puis vous me remettez debout.

    « Les mains sur la tête. Et baisse les yeux, je te prie. »

    Je vous lance un regard assassin mais j’obtempère en soupirant. Une claque sur la cuisse me rappelle à l’ordre. Vos doigts font glisser lentement ma culotte le long de mes jambes. D’un simple geste, vous me signifiez que je peux la retirer complètement. Alors, je la chasse avec mon pied. Et j’essaie d’oublier qu’à présent je suis complètement à poil … ma chatte exposée et presque à la hauteur de vos yeux. Vous me demandez d’écarter les jambes et j’obéis … un peu.

    « Plus ! »

    Votre ordre claque dans le silence de ma chambre. Peut-être même plus qu’une tape, d’ailleurs ! Tout en me demandant pourquoi je ne vous envoie pas balader une bonne fois pour toute, je m’exécute, pourtant.

    « Bien, Clarisse. Tu vois quand tu veux ! »

    Oui, bon n’en rajoutez pas trop quand même … Vous risqueriez de m’énerver. Mon sourire crispé est ma seule réponse à votre pique. Vous promenez, l’air de rien, vos mains sur mon corps. Puis vous me demandez quel effet ce début de séance me fait. Mes joues se colorent violemment. Je ferme les yeux en baissant la tête et lorsque je les rouvre, c’est pour planter mes prunelles dans les vôtres.

    « Aucun, Monsieur. »

    Évidemment, ce n’est qu’une bravade et vous n’êtes pas dupe, pourtant, vous vous prenez au jeu.

    « Vous êtes certaine, Mademoiselle ? »

    « Bien sûr, Monsieur. »

    Je sais bien que je m’enfonce, mais c’est plus fort que moi …

    « Vous êtes en train de me dire que si j’effleure votre intimité, mes doigts resteront secs ? »

    « C’est cela même, Monsieur. »

    Ma dernière réplique est plus hésitante. Vous avez glissé votre main dans ma toison et nul besoin d’aller plus loin pour constater l’évidence …

    « Ainsi, c’est cela que vous appelez sec … Intéressant. »

    Un petit sourire gêné vous répond. Il semble que j’aie perdu ma langue … Vos doigts continuent de parcourir ma chatte pour enfin aller au plus près de la source. Mes yeux s’écarquillent lorsque vous posez votre pouce sur mon clitoris et que votre index et votre majeur viennent s’appuyer contre l’entrée. Je coule. Vous retirez votre main que vous essuyez contre ma cuisse.

    « Ça se passe de mots, je crois. »

     

    Vivaldi se met soudain à résonner dans ma chambre. Je sursaute avant d’attraper mon téléphone pour éteindre la musique.

    Quoi ?! Déjà sept heures ! À croire que j’ai passé la nuit à fantasmer …

    Vite, il faut que je me dépêche pour ne pas être en retard ! J’allais me lever quand mon rêve éveillé me revient en mémoire : ou peut-être que si, finalement. Un sourire malicieux accroché aux lèvres, je me rallonge et me prélasse encore un peu.

    (À  suivre ? Si ma muse n’est pas trop capricieuse … – Sinon, FIN !)

    “C’est bien la pire folie que de vouloir être sage dans un monde de fous.” Érasme

    #66409
    Coquine06
    Participant


    1. quel beau rêve Plume. Il ne gay surtout pas que cela ne soit qu’un rêve.

    #66413
    Mystic78
    Participant


    La première fois où j ai endossé le rôle de fesseur c’etait avec une très bonne amie adepte de ce mouvement depuis plusieurs années. Apres en avoir parlé longuement ensemble nous avions convenu un rdv plusieurs jours avant . Pendant tout ces jours d attente,je me sentais pas bien,a la fois stressée ,anxieux, tout en ayant des papillons dans le ventre.Fallait que je prepare un scénario, que je joue un role et je ne voulais surtout pas la décevoir.
    Le jour “J “arriva,c’était un mardi matin,elle sonna à ma porte ,j’etais mal à l aise et ne savais que dire,après quelques paroles banal entre ami, je me décida a entrer dans la peau du personnage, je lui parlai sur un ton autoritaire (ce qui n’est pas dans ma nature) je ne sais plus quel était le motif,je pris une chaise pour m assoire,l’invita a venir prendre position sur mes genoux et commença à la fesser doucement et surement maladroitement. Au bout de quelques claques je lui ai demandé de se déshabiller et de bien plier ses vêtements( cela me fit drôle de la voir entièrement nu,elle etait plutot bien faite derrière son look de garçon manqué),je m’aperçus que son fessier commençais à prendre de la couleur,je lui demanda de prendre une position bien particulière sur le dossier du canapé car je me rappelais que lors d une discutions elle m’avait dit l’apprécier,elle ne se fit donc pas prier,la voilà donc ventre sur le dossier en équilibre jambes pendantes et je repris une série de claques plus assurées cette fois ci ,elle se dandina ,je du la maintenir plaqué afin qu’elle ne gigote plus,mais rien n’y faisait ,je due prendre la la décision de changer de position,je l aidai donc a remettre les pied au sol et l accompagna de l autee coté du canapé devant la table basse en verre,je lui demanda de se mettre a plat ventre sur celle ci,elle hesite et me demanda si elle allait tenir sous son poids, je lui fit une reponse positive,elle s executa donc ,la voila ventre et poitrine écrasée sur la vitre de ce petit meuble,je lui demanda d agriper les pieds en fer forgé de celui ci et les lui attacha pour ne pas être gêné par des mains envahissantes qui pourait faite obstacle dans les minutes qui allaient suivres. Je me munis du martinet que je possédais. J’étais un peu fier de mon effet de surprise, elle ne pensait pas que je possédais un tel objet,je commença donc à la fouetter tout content de mon coup,plus ca allait plus je voyais apparaître des petites rayures apparaître sur ses jolies fesses,mais en revanches aucune réaction de sa part aucune grimaces aucun gémissement meme pas un sursaut. Inquiet je me déplaça pour me présenter devant elle et lui posa la question :que se passe t il ,ça ne va pas? Elle leva la tête et me regarda en me disant avec un sourire en coin qu elle ne sentait rien limite des chatouilles et que cela apaisait le feu de son derrière, je me senti ridicule . En effet le partinet n’était pas d une grande efficacité, il était plus dissuasif pour un enfant lorsque je le sortais pour faire une bêtise plutôt que répressif (chers lecteurs ne vous moquez pas , n’oubliez pas que c’était ma première fois lol). Vexé je le posa sur le canapé, détacha la demoiselle, en lui disant qu’elle n allait pas rigoler longtemps tout en lui demandant de se relever et de se diriger vers la salle à manger,ce qu’elle fit sans broncher.

    Je lui ordonna de placer les paumes de main sur le plateau de la grande table où elle s’etait ,à plusieur reprises ,installé lors de repas entre ami, et de reculer pour prendre la position bras tendu ,dos cambré, jambes écartées et sur la pointe des pied. Je defis mon ceinturon a sa vue et me positionnant derrière elle. Apres plusieurs essais de prise en main de celui ci,je trouvais la bonne façon de le tenir commença à fouetter ce cul qui s’offrait à moi, en y allant doucement au départ,puis d une façon plus assurée,plus soutenue et plus forte. Je ne pourrais vous dire combien de coup ou même de temps cela a duré, mais se qui est sur c’est qu’elle avait effacé son joli sourire de ca bouche. Je me suis arrêté lorsque je vis quelques hématomes bleuâtres apparaître,ce qui me fit peur d’ailleur. Je lui caressa les fesses d’une main, et sentis une chaleur se dégager ,je l’aida à se redresser et la pris dans mes bras quelques longues minutes pour poir la rassure ou peut etre plutôt pour me rassurer moi et l embrassa. Je l’invita à se rhabiller d’un ton apaisé et alla préparer un café. Elle me rejoint mais ne pu s’asseoir sur la chaise.
    Toujours inquiet je fini lors du debriefing par lui poser la question si cela était normal et pas dangereux que cela devienne aussi bleu,limite noir, elle rigola et me dit que c’était normal et que demain ça serait pire.
    En effet le lendemain matin je reçu une photo du résultat de mon œuvre et une grosse partie de son postérieur était tout noir,mais ca ne l’inquiétait pas puisque qu’elle avait accompagné le cliché et d’un émoticône grand sourire et signé d’un grand merci .
    <!–/data/user/0/com.samsung.android.app.notes/files/clipdata/clipdata_bodytext_210701_181425_775.sdocx–> <!–/data/user/0/com.samsung.android.app.notes/files/clipdata/clipdata_bodytext_210701_181347_113.sdocx–> <!–/data/user/0/com.samsung.android.app.notes/files/clipdata/clipdata_bodytext_210701_181218_051.sdocx–><!–/data/user/0/com.samsung.android.app.notes/files/clipdata/clipdata_bodytext_210701_181128_195.sdocx–><!–/data/user/0/com.samsung.android.app.notes/files/clipdata/clipdata_bodytext_210701_181018_998.sdocx–><!–/data/user/0/com.samsung.android.app.notes/files/clipdata/clipdata_bodytext_210701_180922_382.sdocx–><!–/data/user/0/com.samsung.android.app.notes/files/clipdata/clipdata_bodytext_210701_180825_343.sdocx–>

    #66424
    anatole
    Participant


    on ne le dira jamais assez…Morphée est une vraie garce…pour ne pas dire salope…!!! tous les rêves que…enfin d’un autre côté on aime bien ça…

    Je me sentirais vieux le jour où mon sexe ne me servira plus qu'à pisser

    #66433
    lunapower
    Participant


    vraiment très bien écrit @plume ! On n’a qu’à fermer les yeux pour s’imaginer la scène, le ressenti 🙂

    https://lesaventurescuisantesdecamille.blogspot.com/

    #66502
    Sally Do
    Participant


    Un rêve est souvent révélateur, et celui-ci est extraordinairement bien raconté

    #68607
    CodeRouge
    Participant


    Il m’arrive souvent à moi aussi d’étranges rêves à la veille de donner la fessée à une protégée. Pour cela j’ai un secret : je m’endors toujours avec ma collection d’instruments de punition sous mon lit.

    #68629
    Victor
    Participant


    Ahhhh …. Quelle fin @Plume ! Je ne m’y attendais pas.

    Elle est sympa cette histoire pleine de piques et provoc’. Encore !

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com