Parce que tu me manques

Accueil Forums Discussions générales Récits Parce que tu me manques

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 15)
  • Auteur
    Messages
  • #61127
    Prunille
    Participant


     Debout devant la grande baie vitrée, le regard semi-perdu sur le littoral agité, l’oreille attentive au moindre bruit, j’attends patiemment que mon tuteur daigne enfin me punir. Cela fait quinze minutes, peut-être un peu plus ou un peu moins, je perds un peu la notion du temps dès que je suis en position d’attente. Dévêtu de toute étoffe, je reste immobile. Le dos bien droit faisant en sorte que la poitrine soit un peu relevée, mains dans le dos, jambes un peu écartées et les cheveux remontés par une queue-de-cheval haute laissant quelques mèches rebelles et sauvages s’évader le long de ma peau.  

     Le temps dehors est maussade. Le ciel est sombre, les nuages sont gris avec plusieurs nuances allant du gris foncé voire noir à des nuages quasiment blancs. les couleurs se mélangent et se rencontrent par un vent fort, un peu comme toutes les pensées qui me passent en tête en ce moment. 

     Le bruit d’une page que l’on tourne doucement m’accompagne par un long frisson tout le long de mon échine. Mon tuteur est assis sur un fauteuil à quelques mètres derrière moi et lit mon carnet de punition. Je n’en mène vraiment pas large. Nous, nous ne nous voyons pas aussi souvent que nous le voudrions dû au nombre de kilomètres qui nous séparent et de nos vies respectives. Des soupirs de la part de mon fesseur, ne me disent rien qui vaille. J’avoue que j’ai pas mal cumulé depuis notre dernière rencontre. Les fautes qui reviennent le plus souvent sont mon impatience et ma tendance à la procrastination dès qu’il s’agit de la paperasse. La plus grosse est d’avoir osé dire non lors d’une punition et d’avoir piqué une crise avant de me résoudre à la faire.  

     Il pose le carnet et se lève, mon cœur s’emballe. Je tente de deviner par quel côté il va arriver, je regarde à droite et à gauche. Rien ! Pourtant je le sens tout proche. C’est frustrant, stressant et excitant à la fois. 

    – Il me semble que vous avez oublié de marquer une de vos bêtises sur votre carnet, jeune fille. dit-il d’une voix calme et autoritaire. 

     Je souris malgré moi.  Je tente de me mordre la lèvre pour réprimer ce sourire avant qu’il ne s’en aperçoive et que la sanction s’alourdisse. Quoique ?! 

    – Cela vous amuse a priori, profitez-en, je crains que cela ne dure pas. 

     Non finalement c’est une mauvaise idée, arrête de sourire immédiatement Clémence. Je me mords la joue intérieure et tente de reprendre le contrôle de mes émotions. 

    – J’attends mademoiselle. 

     Mince rien ne lui échappe, j’avais la flemme d’écrire cette punition sur mon carnet et ensuite j’ai “oublié” contrairement à lui. 

    – Vraiment ? Vous êtes certain que j’ai oublié d’en noter une Monsieur ? Je dois avoir la mémoire qui flanche…

     Oh que tu es vilaine Clémence de jouer une telle comédie, souffle ma conscience. Une claque s’abat sur ma fesse gauche, me faisant sursauter au passage. Elle n’est pas douloureuse, mais assez appuyée pour me rappeler à l’ordre. Ma respiration change de rythme et augmente légèrement. Son corps se rapproche du mien. Mon corps réagit, la chair de poule me parcourt modifiant ainsi la surface de mon épiderme. Mes seins pointent plus que nécessaire. J’aime sa présence contre moi, sentir son souffle doux et chaud contre mon oreille, son odeur qui chatouille mes narines et la façon dont il laisse mes fesses brûlantes après son passage pour notre bien à tous les deux. Il me corrige, me permet d’être une meilleure personne en échange, je lui offre ce dont il a besoin et que sa femme ne peut lui offrir. Ce besoin de contrôler et de punir une vilaine. Pendant ses quelques heures, je suis à sa merci. Je lui appartiens autant physiquement que mentalement et nous nous libérons mutuellement. 

    – Vous me cherchez et vous allez me trouver Clémence! Vous savez très bien que faute avouée n’est pas à moitié pardonnée avec moi. 

    – Ce serait bien la première fois que vous trouvez une chose du premier coup Monsieur, ose-je dans un pur moment de folie. 

     Ma tête est basculée en arrière d’un coup, son visage apparaît au-dessus du mien, je fais moins la maligne, non je ne la fais plus tout. J’ai été trop loin, mais une si belle perche, je ne pouvais pas la laisser passer. Il caresse mon visage. Il me toise. Il étudie les réactions de mon corps, celles que je ne veux pas avouer verbalement. J’ai du mal à soutenir son regard, cependant si je romps le contact, j’aggrave mon cas à coup sûr. 

     Il me tire en arrière et me pousse sur le lit sans tendresse. Pas besoin de douceur pour ce qui va suivre. 

     Il m’ordonne de me positionner à plat ventre. La moitié du corps repose sur le lit, les jambes tendues, la pointe des pieds contre le carrelage et les mains tendues droit devant moi. J’exécute ses instructions à la lettre. Il positionne bien mes jambes de façon à ce qu’elles ne soient ni trop écartées, ni trop serrées, chaque détail compte. Comme le ferait un artiste avec sa muse pour pouvoir commencer à créer son œuvre. je suis la toile, il est le pinceau, nous ne faisons qu’un. 

     Il énonce mes erreurs. Ah oui quand même…

     En temps normal, je n’aurais porté qu’une petite culotte et il m’aurait ordonné de m’agenouiller à ses pieds. Les mains sur la tête, le regard baissé, j’aurais énoncé moi même mes erreurs. Il m’aurait alors expliqué ce qui allait s’ensuivre, mais aujourd’hui c’est différent. Je suis complètement nue, le corps offert à son regard, les fesses mises en évidence laissant apparaître légèrement mon intimité. Je me sens si vulnérable. Mon rythme cardiaque a considérablement augmenté lorsque j’ai entendu le cliquetis de sa ceinture puis le chuintement de la ceinture qui passe dans les passants. Les battements de mon cœur résonnent si fort contre mes tempes, aussi puissamment que les vagues qui heurtent les falaises du littoral en ce moment. Il teste la ceinture en broyant l’air autour de nous puis contre la paume de sa main avec pour seul but de me faire comprendre ce qui va suivre.

     Je déglutis difficilement et prie pour qu’il commence enfin à me fesser tant l’attente en devient insupportable.  

     Le premier coup tombe, il est sec, fort, mais encore supportable. J’arc mon dos pour seule réponse. j’ai cette tendance à vouloir essayer de deviner où va tomber le deuxième coup et je me trompe la plupart du temps. Le deuxième coup est un chouia plus fort, une de mes jambes tressaute. Je la repositionne aussitôt avant qu’il ne me le demande. Les autres coups s’ensuivent, avec toujours une petite pause de quelques secondes entre chaque coup. Je commence à vraiment sentir passer les coups. Des interjections commencent à sortir de ma bouche de façon anarchique. Plus la punition avance, plus les interjections s’éternisent et finissent avec des pleurs. Je remarque que je dois avoir un problème technique, les réflexes gestuels, les cris et les pleurs ne sont pas du tout coordonnés comme si l’image et le son étaient en décalage. 

     j’ai tellement crispé mon visage, serré les fesses au début comme pour atténuer la morsure du cuir, ce qui bien entendu n’a servi à rien, je me retrouve à avoir mal aux fesses et à la tête. La douleur est cuisante, je sens la chaleur se dégager de mon joli postérieur à la couleur rouge carmin. 

     Il pose la ceinture, le matelas s’affaisse sous son poids. Il décide de finir cette fessée à la main sur ses genoux. Il me caresse mes deux lobes avant de commencer. Ce contact m’électrise. Il admire son œuvre. Bien qu’une fessée à la main soit bien moins douloureuse, celle-ci n’est pas tendre tant mes fesses sont sensibles. Je me laisse aller, je me sens si bien une fois corrigé.

     Il m’aide à me relever, et m’emmène au coin afin que je réfléchisse à mes erreurs. Être face au mur, les mains sur la tête et le dos bien droit sans bouger n’est pas chose aisée. Je suis censé réfléchir à mes erreurs mais cette position inconfortable me donne surtout envie de bouger. Je tente quelques regards rapides, tente de l’amadouer avec un regard de chien battu et une petite moue. Rien n’y fait! Il me repositionne  ma tête contre le mur avec une claque bien appuyer sur les fesses. Je souris légèrement. Je tente une dernière fois un regard vers lui. Il claque sa langue sur le palais et revient vers moi. 

    – Clémence! Dernière fois! 

    – Je veux un câlin! tenté-je de dire avec un petit air boudeur. 

     Son corps se colle contre moi. Il me positionne à nouveau avec plus de fermeté. Il passe son index sur mon intimité, oh mon Dieu, c’est si humiliant!

    – Et en plus vous êtes trempé! Vous n’avez vraiment pas honte d’être aussi excité alors que je vous corrige?! 

    Bien sûr que non, c’est vous qui avez allumé le feu! Je garde cette réflexion pour moi-même. 

     Je décide de rester sage cette fois-ci et ma punition prend fin. Il me prend dans ses bras. Il me berce, me caresse les cheveux et les embrasse. Je me sens si bien, aucun mot ne peut décrire ce sentiment de plénitude.  

     

     

    *** *** ***

    Soyez indulgent avec moi, c’est la première fois que je partage un texte ici. 🙂

    #61128


    Pas besoin d’indulgence : ce récit est magnifiquement bien récit. J’ai eu l’impression de le vivre, encore un peu je sentais carrément mes fesses chauffer tellement tu nous as immergée dedans 🙂

    Fesse-moi, si tu peux !

    #61129
    lunapower
    Participant


    hum une bien jolie histoire @prunille 🙂

    #61134
    Prunille
    Participant


    Pas besoin d’indulgence : ce récit est magnifiquement bien récit. J’ai eu l’impression de le vivre, encore un peu je sentais carrément mes fesses chauffer tellement tu nous as immergée dedans

    🙂

    merci c’est gentil 😊

    #61137
    maître fesseur
    Participant


    Très beau récit très bien écrit bravo

    #61140
    Miss Betty
    Participant


    Whaouu, c’est un récit superbe.

    Je l’adore. On se projette à la place de Clémence et certains détails me rappel de bons souvenirs.

    Merci pour ce partage et très belle première 😘

    On a deux vies. La deuxième commence quand on se rend compte qu'on n'en a qu'une !

    #61141


    Il n’y a pas d’indulgence à avoir. Ton récit est vraiment très agréable à lire! On s’y voit! N’hésite pas à en partager d’autres, c’est un vrai plaisir !

    #61144
    Lord Stephen
    Participant


    Agréable surprise @prunille que ce magnifique récit. Félicitations et vivement le prochain.

    Tout comme @missbetty il me rappelle de bons souvenirs.

    Un homme n’est rien sans une grande femme à ses côtés.

    #61145
    Toulotk
    Participant


    Joli récit! Merci!

    #61146
    Prunille
    Participant


    Très beau récit très bien écrit bravo

    merci ^^

    #61147
    Prunille
    Participant


    Whaouu, c’est un récit superbe. Je l’adore. On se projette à la place de Clémence et certains détails me rappel de bons souvenirs. Merci pour ce partage et très belle première

    😘

     

    Merci beaucoup Miss Betty, je suis contente que tu puisses te projeter à la place de Clémence et que cela te rappelle de bons souvenirs.

     

    #61148
    Karima
    Participant


    Sympa ce petit récit 🙂 bonne ambiance

    #61149
    Prunille
    Participant


    Il n’y a pas d’indulgence à avoir. Ton récit est vraiment très agréable à lire! On s’y voit! N’hésite pas à en partager d’autres, c’est un vrai plaisir !

    Merci beaucoup. J’ai beaucoup hésité avant de le partager. J’ai vraiment du mal à partager mes textes, je manque de confiance en moi.

    #61190
    Gabrielle
    Participant


    @prunille il fait partie du top 10 de tes écrits celui là. Il faut vraiment que tu arrives à accepter que tu as une belle plume. Et il n y a pas que moi qui le dits la preuve.
    et ça serait bien que le monsieur de ton texte te le fasse comprendre avec ces mots …. claquants et imprégnants😜

    je préfère masquée

    #61371
    Monsieuralex
    Participant


    Récit charmant ! Très frais et tout tendre , on revit dans vos mots les meilleurs moments de nos jeux.

    merci!

    Monsieuralex, fesseur nantais

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 15)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com