On punit comme on aime

Accueil Forums Discussions générales Récits On punit comme on aime

  • Ce sujet contient 5 réponses, 4 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Atalyon, le il y a 1 semaine.
6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
  • Auteur
    Messages
  • #62446
    Monsieur Méchant
    Maître des clés


    Elle avait les habitudes des horloges en retard, il fallait la remettre à l’heure tous les matins pour récolter en soirée les heures travaillées dans la journée.
    « Internée » dans ses cours, cette demoiselle trouvait sa vie bien monotone et le monde bien injuste de l’avoir ainsi ensevelie sous tout ce savoir qu’il lui fallait répertorier inlassablement sur des fiches bristol, jusqu’à la date du concours.
    Mais elle passait quand même son temps le regard à travers la fenêtre, perdue dans ses rêveries, attendant que quelqu’un fasse vibrer son téléphone afin de s’étourdir le plus longtemps possible pendant cette évasion digitale.

    Comme une tour de contrôle, il fallait continuellement ramener cette rêveuse au long court sur terre, à l’embarcadère d’où elle s’envolait régulièrement faire l’école buissonnière.

    « Alpha Bravo Charlie Delta, vous atterrirez à l’heure et roulerez jusqu’à l’aérogare n°9 où vous attend encore une punition ! »
    Ainsi donc, la brosse à cheveux, les pinces sur les seins ou la langue, la solitude du coin, l’humiliation des mots ou le cuir d’une ceinture convoquaient régulièrement cette petite glandeuse en transit.

    Mais parfois, c’était un rosebud, un vibromasseur ou des exercices sexuels qui la récompensaient, quand elle se montrait sage et Obéissante et s’appliquait à étudier.

    Cette demoiselle si délicate et espiègle, avec ses airs de scout à la confesse avait des rêves encombrants.
    Les rêveuses s’injectent le monde d’Alice en intraveineuse mais elle, c’est avec l’univers d’un chapelier pervers qu’elle irriguait tout son sexe.
    Alors la nuit venue, ses mains s’y agrippaient, comme ses rêves cramponnés aux petits radeaux qu’elle lançait à la dérive sur des océans où le grand méchant loup rudoyait ses fesses, s’amusait de son petit trou ou l’exposait, immobile…

    Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

    #62456
    salamboflaubert75
    Participant


    @monsieurméchant ce sujet est très intéressant et j’espère ne pas trop digresser.

    Il m’interpelle (bien au-delà du fait que je n’y connaisse pas grand chose en noeuds hormis les marins, je n’ai guère de patience et les attaches pré préparés ou faites ou une main ferme me conviennent pour le moment). Peut on «  bien » ou efficacement punir quand on aime « trop » ( façon de parler il n’y jamais trop d’amour) donc cela serai plus dans le maintien de l’intransigeance et de la fermeté, je me suis souvent et longuement posé cette question qui m’est revenu à l’esprit très récemment.
    Je crois que c’est tout à fait possible mais compliqué assurément.
    En même temps peut on « bien » punir sans aimer un peu ( donc connaître beaucoup ) les émois, les failles, , les désirs, les troubles de l’autre ce qui le/la fera se donner ou prendre entièrement et pleinement.
    D’un côté ou de l’autre j’avoue ne pas être parvenue à y répondre réellement mais je sais maintenant que je ne peux rien vivre dans l’indifférence donc il faut nécessairement en plus du désir, de l’envie/besoin, une certaine affection, une grande complicité, de la tendresse, de l’authenticité…
    Est-ce moi qui suis trop entière et passionnée ou vous aussi messieurs dames cette affection/attention particulière vous est essentielle dans ce type de relations ( ou dans les relations plus généralement d’ailleurs)?
    Mais est-ce qu’être « trop » impliqué émotionnellement peut tempérer fermeté, sévérité et intransigeance ?

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 2 jours par salamboflaubert75.
    Pièces jointes:
    Vous devez être connecté pour voir les fichiers attachés

    Sal

    #62593
    FrenchTouch
    Participant


    Je lis avec un temps de retard ce joli texte, dont le titre m’avait intrigué (oui je m’étais arrêté au titre, tsss…) : “on punit comme on aime” m’a fait penser à une variation de “qui aime bien châtie bien”.

    Pour proposer une réponse, très personnelle, à la question de Salambo : “qui aime bien châtie bien” m’a toujours semblé fonctionner aussi dans l’autre sens. On ne punit bien que celles qu’on aime, l’amour étant pris ici dans un sens un peu large peut-être (celles qu’on aime, qu’on pourrait aimer, qui nous séduisent, nous intéressent, qu’on admire, bref celles pour lesquelles on a une forme d’affinité).

    Voilà. C’était ma minute fleur bleue. Brrr. Je ne me reconnais plus. Je redeviens un pervers cynique sur le chat dans un instant 🙂

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine par FrenchTouch.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine par FrenchTouch.

    Adepte du tout répressif

    #62612
    Monsieur Méchant
    Maître des clés


    Ah mais je rejoins mon ami FrenchTouch dans cette brillante analyse.
    J’aime dire qu’on punit comme aime et que celles qui ne se sentent pas punies (sous entendu alors qu’elles l’ont mérité) ne se sentent pas aimées !

    En vous lisant Salambo, je décode pour vous la difficulté de punir et d’être dur parce qu’on est tout « enguimauvé » dans l’amour de l’autre.

    En ce qui me concerne, c’est le contraire !
    Si je suis capable de punir ponctuellement une demoiselle sans sentiment pour elle, cela n’aura jamais la saveur qui me convoque quand il y a un « je ne sais quoi », un « presque rien » entre elle et moi qui changent tout !

    Je crains qu’il me faille aussi un vrai supplément de sentiments pour rentrer en résonance, dans une relation suivie où l’autorité et l’exigence flirtent avec l’intransigeance et la bienveillance.
    J’ai besoin de l’aimer à ma façon, d’être sous le charme et qu’elle m’invite (souvent malgré elle) à sa rencontre.

    Et plus je l’aime, plus elle me charme, plus je deviens ce grand méchant loup, investi dans son éducation comme si il en allait de l’avenir du monde…

    Pour le dire autrement, celle qui m’enguimauve prendra une sacré raclée !!!!

    Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

    #62619
    salamboflaubert75
    Participant


    Non je n’ai pas de difficultés à punir même si j’aime et il me faut une dose de sentiment pour partager quelque chose avec un/une partenaire affection ou autre peu importe finalement…

    Mais j’ai pu constater que ce n’est pas toujours le cas en fonction des personnalités sans  remettre en cause le côté  « dominant/fesseur » cela peu aussi je crois changer un peu la donne mais en y veillant on peut aussi l’empêcher je pense…

    Sal

    #62620
    Atalyon
    Participant


    De mon côté, mettre de l’énergie pour punir une personne pour laquelle je n’aurai aucun intérêt (à prendre au sens large et pouvant recouvrir bienveillance, tendresse, attirance, ….) n’est tout simplement pas envisageable.

    A quoi bon engager ce dialogue sans la moindre parcelle d’atome crochu.

    L’autre condition sine qua non est le retour reçu de l’autre.

    C’est sentir que mon action atteint la dame, la fait tressaillir dans son être,  qui me  donnera envie de pousser la correction…. Que celle-ci soit douce ou plus intense ce qui me guidera sera … A quoi reagit-elle le plus ?

6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com