Nuit torride dans le Midi…

Accueil Forums Discussions générales Récits Nuit torride dans le Midi…

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
  • Auteur
    Messages
  • #53571
    Stan/E.
    Participant


    (parce que Gainsbourg…)

    “Une grande résidence de vacances du Sud, long bâtiment anonyme blanc dans laquelle à peine la moitié des appartements sont occupés, quelques semaines avant l’été. Une nuit de mai.

    Il fait chaud dans le petit studio du second étage, loué pour la semaine. La porte-fenêtre du balcon est ouverte. La copropriété est silencieuse, à part le bruissement des pins agités par un léger mistral… À présent, ils dorment, repus. Ils sont rentrés de ce petit restaurant du port juste après le dîner, ont fait l’amour dans un envol d’habits à présent épars autour du lit. Moiteur de corps à corps, commençant fébrilement puis lentement, tendrement accouplés pour faire durer le plaisir. Une apogée atteinte aisément en même temps, ils se sont assoupis, essoufflés l’un contre l’autre quelques dizaines de minutes.

    C’est elle qui a rouvert les yeux la première. Jeté un œil sur le cadran lumineux du réveil… Deux heures à peine. Avec délicatesse, presque machinalement, ses doigts virevoltent, espiègles. Elle commence à caresser la verge de son homme, lui redonnant peu à peu une rigidité brûlante, le sortant de sa torpeur. Il se redresse.

    Sa bouche remplace sa main… Lui bande désormais entre ses lèvres et du coup ouvre les yeux, se sentant absorbé, avalé, mouillé de salive brûlante. Elle le suce…

    Il se lève, la queue tendue et humide battant au vent.

    En silence, il lui prend la main, l’entraîne hors du lit. Elle le suit sur le balcon avec un sourire complice. Ils sont nus. Personne ne peut les voir du dehors. Elle jette un œil vers l’extérieur, devinant à peine les arbres dont les branches se découpent dans la nuit comme dans Blanche-Neige, quand la gamine fuit le couteau du chasseur dans la forêt…

    … Il l’embrasse, l’enlace, caresse ses fesses. Puis sans crier gare, lui coupant le souffle, l’empoigne, la courbe sous son bras, la soulevant presque avant de lui claquer fortement trois ou quatre fois le cul, sans se soucier de la résonance, de l’écho qui se répercute dans toute la pinède, dans le silence de la nuit…

    Dans les autres appartements, pas un bruit. Écoutent-t-ils, ou dorment-t-ils tous ? Ils s’en foutent ! Ce n’est pas un “plus” excitant qu’ils souhaitent érotiser cette nuit…

    Il l’embrasse à nouveau en lui mordant les lèvres, plus goulûment cette fois, palpe à pleines mains ses fesses à présent un peu marquées. La refesse d’une vingtaine de bonnes claques qui lui arrachent quelques plaintes, sur la fin… Puis, sans un mot, il l’agenouille, la contraint à se prosterner, à offrir sa croupe brûlante et garance désormais.

    Cette nuit, face à la lune, il la prend lentement, ouvrant ses fesses pour la saillir à longs traits. Il l’encule, se gargarise du mot qu’il prononce à haute voix, lui fait répéter dans un souffle balbutié quelques insanités senties qui la bouleversent avant de se répandre en elle au fond de ses reins, avec l’impression d’entendre en fond sonore les voix conjointes de Gainsbourg et Birkin susurrer amoureusement les paroles de “je t’aime, moi non plus…”

    "Au fil des Jours..."

    #53572
    SandrineG🍑
    Participant


    Ben là, fait chaud aussi dans le grand ouest…envie de mistral d’un coup…

    "Et mes fesses, tu les aimes mes fesses" 😉

    #53573
    salamboflaubert75
    Participant


    J’aime beaucoup la passion ressentie dans ce texte. Le côté charnel et immédiat des envies  cuisantes ou plus animales voir langoureuses et bestiales… Ainsi que la sincérité et l’authenticité qui en ressortent.

    Cela réchauffe le cœur et pas seulement.

    #53574
    Dundee
    Participant


    Bravo Beau reçu Stan. Était ce à Bandol aux Engraviers ?

    Épicurien, grand voyageur, adepte de la fessée OTK

    #53575
    Badine79
    Participant


    <p style=”text-align: left;”>Super stan merci j aime ce type d envies</p>

    #53576


    Gainsbourg n’aurait jamais dû être à Séville

     

    #53577
    Stan/E.
    Participant


    Était-ce à Bandol aux Engraviers ?

    Très exactement… Bravo.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 3 jours par Stan/E..

    "Au fil des Jours..."

    #53581
    salamboflaubert75
    Participant


    Quand et   pourquoi?@mariposasdechocolate

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com