Nina, nouvelle expérience.

Accueil Forums Discussions générales Récits Nina, nouvelle expérience.

Mots-clés : 

3 sujets de 46 à 48 (sur un total de 48)
  • Auteur
    Messages
  • #69929
    Yves
    Participant


    Dans cet épisode, je vais laisser un peu Nina de côté pour m’attacher un peu à Léa, sa secrétaire qui vient de recevoir la première fessée de toute sa vie. Ce fût une expérience inédite pour elle. Voici donc son histoire.

    [SUITE : Léa]

    Léa quitta l’appartement de Nina assez tard ce soir là, les fesses encore un peu chaude de cette première fessée reçue de Marc. Elle avait également vu Nina en recevoir une carabinée. Cela l’avait impressionnée, mais elle avait aussi ressenti autre chose en la voyant. Une sorte d’excitation mentale particulière. Elle réfléchissait à tout ça sur le chemin du retour, un peu rêveuse. Finalement, cette fessée n’avait pas été un moment si désagréable, se surprit-elle à penser, elle se caressait machinalement les fesses.
    Une fois rentrée, elle se prit une bonne douche, admirant la couleur rosée de son postérieur. Pas vraiment une grosse fessée se dit-elle. Elle se mit une bonne claque sur chacune de ses lunes, juste pour se rappeler la sensation. Puis elle recommença, cela lui mit des papillons dans le bas ventre, alors elle recommença encore et encore, cela l’excitait franchement. C’était trop, elle finit par se caresser pour atteindre l’orgasme. Elle poussa un gémissement bien involontaire lorsque celui-ci se produisit.

    Lundi matin : le travail reprenait au cabinet. Nina arriva à son heure habituelle, ponctuelle.
    « Bonjour Léa.
    – Bonjour Maître Thiriet.
    – Ah ? Plus de Nina, tu es fâchée contre moi ?
    – Non, pas du tout, Maître mais j’ai compris que je vous devais un peu plus de respect, au moins dans le travail.
    – Léa, je ne veux pas que nos habitudes de travail changent. Il y a eu un incident, par ma faute qui plus est. Mais nous avons réglé cela, et mes fesses s’en souviennent encore. Alors s’il te plaît, peut-on reprendre nos habitudes ?
    – Oui, Nina, d’accord, désolée.
    – C’est rien. J’espère que tu ne m’en veux pas pour cette fessée…
    – En fait… Non, Nina, pas vraiment et même… J’en garde un assez bon souvenir. D’ailleurs… Tu crois que je pourrais renouveler l’expérience ?
    – Hein ? Fit Nina surprise. Avec Marc ?
    – Ben je sais que ça fait bizarre, vu que c’est ton homme.
    – Hmm, j’ai peut-être une autre solution pour toi…
    – A quoi tu penses ? Interrogea Léa.
    – Bon, voilà, tu sais qu’avant de rencontrer Marc, j’étais…
    – Toute seule, oui.
    – Mais non ! Avant, idiote ! Répliqua Nina en éclatant de rire. J’étais avec Jack Rambert.
    – Oh ? Maître Rambert ?
    – Tu le connais, Léa ? S’enquit Nina.
    – Qui, de ceux qui ont fréquenté les tribunaux ne connaît pas Maître Rambert ! Jeune, beau, à la verve certaine, à la plaidoirie convaincante !
    – Et à la main ferme, crois-moi. Mais c’est quelqu’un de doux et compréhensif. Tu veux que je l’appelle, que vous vous rencontriez ? »
    Léa réfléchit un moment. Prendre une fessée, ok, mais en prendre régulièrement… C’est pas la même chose ! Après tout, elle peut bien tenter l’expérience quitte à l’arrêter si ça ne lui plaît pas.

    « Ok, appelle-le ! Demanda Léa à sa patronne.
    – Bon, attends un peu, je l’appelle depuis mon bureau. »

    Nina rejoignit son bureau et ferma la porte capitonnée servant en temps normal à garantir la confidentialité entre ses clients et elle. Léa n’entendit donc pas le coup de fil passé à Jack. La jeune avocate sortit de son bureau avec un post-it qu’elle remit à sa secrétaire. Dessus était noté le numéro de Jack et son adresse.

    « Arrangez-vous entre vous, et amusez-vous bien ! » Léa, n’en revenait pas. Elle avait le numéro personnel de Maître Rambert et son adresse. Depuis le temps qu’elle l’admirait. C’est même à cause de lui qu’elle était devenue secrétaire juridique, et qu’elle se retrouvait dans le cabinet de Nina, par un pur hasard. Nina partit au tribunal pour plaider une affaire, Léa profita de ce moment pour appeler Jack.
    « Allo ? Bonjour Maître Rambert, Léa Lemercier, secrétaire juridique de Maître Thiriet.
    – Bonjour, répondit Jack, que puis-je pour vous ?
    – Maître Thiriet vous a, je crois, parlé de moi pour … une certaine chose…
    – Oh oui, j’y suis, je peux vous appeler Léa, dans ces conditions et appelez-moi Jack.
    – Oui, bien sûr. Puis-je me permettre de vous demander si on pourrait se rencontrer ?
    – Pas de problème. Vous avez mon adresse, je crois, que diriez-vous de ce soir dix-neuf heures ?
    – Parfait, répondit Léa. A ce soir, donc.
    – Je vous attends. A ce soir. » Ainsi se clôtura cette première prise de contact.

    La journée de travail était terminée pour Léa, elle courut rejoindre son appartement, s’habilla décontracté, jean et t-shirt, culotte de jeune fille, pas de string, et un petit soutient gorge, qui aurait pu ressembler à un haut de maillot de bain. Léa se sentait redevenir ado à l’idée de cette rencontre. L’heure approchait. Elle quitta son domicile et fit le trajet vers l’appartement de Maître Rambert. Elle arriva, ponctuelle, comme à son habitude. Jack l’accueillit avec beaucoup de simplicité, ce qui surprit Léa.
    « Installez-vous, Léa, je vous en prie. On peut se tutoyer, cela simplifiera nos rapports, voulez-vous ?
    – Avec plaisir, répondit la jeune fille.
    – D’accord. Peux-tu me résumer pourquoi tu viens me voir, Nina a été assez vague, sur le sujet.
    – En fait, suite à un différent avec Nina, disons que je me suis retrouvé sur les genoux de Marc les fesses à l’air.
    – Je vois. Qu’attends-tu de moi ? Questionna Jack.
    – Eh bien, c’était ma première. Elle n’osait pas prononcer le mot fessée, elle avait trop honte. Ce fut, certes douloureux, mais en même temps, j’ai ressenti, disons, un certain…
    – Plaisir ?
    – Oui, on peut dire ça. Je crois que c’était le fait de me sentir punie, comme une gamine.
    – Je comprends. L’aspect psychologique dans une fessée est important. C’est pour ça que je ne donne pas de fessée sans raison.
    – Ben, j’y ai pensé. Je suis inscrite à la fac de droit pour préparer mon concours d’entrée, ayant déjà mon master. Mais je sens que j’aurais besoin d’être coachée, car parfois je me décourage dans cette préparation.
    – Bien, je pense effectivement pouvoir t’y aider. Mais attention, je pourrai être exigeant.
    – Je n’en attends pas moins, répondit Léa tout sourire.
    – D’accord. Je pense qu’il faut que tu saches à quoi t’attendre avec moi. Donc je vais te montrer ce que tu risques si jamais tu ne respectes pas mes consignes, tu es d’accord ?
    – Maintenant ? Hummm… D’accord » Répondit-elle d’une voix mal assurée.

    Jack s’absenta un moment et revint avec un coussin moelleux et assez gros. Il le posa sur le canapé en place gauche et s’assit à sa droite.
    « Bien, viens en face de moi, Léa. » Elle s’exécuta. « Bien, je vais t’expliquer. Tu vas recevoir une fessée pour te motiver dans ton travail, elle sera assez sévère car je ne veux pas que tu te laisses aller, je veux que tu te donnes à fond dans cette préparation. Je vais demander à Nina qu’elle ne te surcharge pas trop de travail durant cette période. Donc tu n’auras pas l’excuse du boulot pour te préparer. Est-ce clair ?
    – Oui, Jack, répondit-elle.
    – Bien. Donc, dans un premier temps, tu vas te mettre face au mur, les mains dans le dos, et tu vas réfléchir à ce tutorat, à ce que tu dois faire et te préparer à la fessée que tu vas recevoir. »
    Léa se mit dans la position demandée par Jack. Elle se sentait redevenir l’adolescente de quatorze ans, espiègle et un peu paresseuse. Si elle n’avait jamais été fessée, elle avait écopé de quelques heures de retenues et de sermons par ses parents. C’est ce même sentiment qui l’habitait en ce moment même. Dix minutes se passèrent ainsi, elle était obéissante et silencieuse. Jack apprécia cela. Visiblement, il n’aurait pas trop de problème d’autorité avec elle. Il la fit revenir en face de lui.
    « Tu comprends pourquoi je vais te donner cette fessée ?
    – Oui, répondit-elle, pour me motiver pour mon concours.
    – Oui, et ?
    – Euuh… » Jack la fit pivoter de profil et lui mit deux claques modérées sur son jean. Léa fut un peu surprise par ce rappel à l’ordre immédiat.
    « Tu reçois cette fessée aussi pour que tu saches ce que tu risques si tu ne respectes pas les consignes que je te donne.
    – Oui, Jack.
    – Viens ici et penche-toi en travers de mes genoux. » Elle hésita un instant, et elle s’allongea sur les cuisses de Jack.
    « Prends le coussin dans tes bras, cela évitera que tes mains traînent là où il ne faut pas et t’aidera à gérer tes sensations. »
    Il commença à lui donner quelques claques sur son jean avec un bon rythme mais pas vraiment fortes, pour voir comment elle réagit. Léa ne bougea pas, toute occupée à ressentir ce qu’il lui arrivait, tachant de discerner où était la douleur et le plaisir, tant la frontière était ténue. Elle sentait clairement une excitation s’emparer d’elle, tandis que la main de Jack continuait à tomber sur ses fesses. Puis il s’arrêta. Il fit relever Léa et la fit placer à nouveau en face de lui.
    Elle savait ce qui l’attendait, mais elle l’appréhendait. Jack lui baissa le jean jusqu’aux cuisses, puis la rallongea sur ses genoux. Il recommença à la fesser un peu plus fort sur sa culotte. La sensation était effectivement différente, ça piquait, ça brûlait, ses fesses commençaient à faire mal. Mais en même temps il se passait des choses entre ses cuisses. Des choses pas franchement désagréables. Mais ses fesses chauffaient de plus en plus et si elle mouillait sa culotte, la douleur prenait le dessus, elle gémissait doucement en serrant le coussin de plus en plus. Jack s’arrêta et la fit remettre, une fois de plus en face de lui. Il vit les yeux humides de Léa. Il fallait que ce soit une punition. Donc il fallait aller plus loin. Alors qu’il attrapa l’élastique de la culotte, les mains de Léa s’y opposèrent.
    « Léa, enlève tes mains !
    – Nooon ! »
    Sans attendre, il se leva, saisit la jeune fille sous son bras gauche, tira sa culotte vers le bas brutalement et lui mit une volée de claques assez fortes pour lui tirer quelques cris.
    « Aïeeeeeuuuh aïe aaah ! Stooop ! Stooop ! Aaaaïe !
    – Jamais tu ne me désobéis ! Est-ce bien compris ?
    – Ouiiii aïeuh !
    – Maintenant tu fais ce que je te dis !
    – Ouiiii ! » Il la repencha sur ses genoux et reprit la fessée qui était prévue. Léa avait vraiment mal, maintenant. Elle ne pouvait plus résister et éclata en larmes. Ses fesses brûlaient. Mais dans son fort intérieur, elle savait que c’est ce qu’il lui fallait pour réussir son concours. Elle devait craindre cette fessée, donc ça devait faire mal, et c’était le cas. Jack voulait que cette fessée soit dissuasive alors il augmenta la force de ses frappes. Les fesses de Léa étaient franchement rouges et Léa bougeait ses jambes pour tenter d’éviter les claques mordantes. Elle pleurait de plus en plus. Elle suppliait Jack : « Stooop ! Sto oo oo o op ! Aaaaah ! Ou uuuuh ! Aaaaaaaaaïe ! S’il te plaaaaaaaît….. aaa aah ahh ! Sto o oo oo p ! J’ai compriiiiiis ! Je travailleraiaiaiaiai ! Promiiiiis !»
    Les fesses de Léa étant suffisamment rouges et cette dernière montrant une réelle douleur, Jack cessa la fessée et frotta le postérieur de la jeune femme. Léa pleurait à chaudes larmes. Jack la prit dans ses bras et la consola. Léa se calma. Elle se frotta les fesses.
    « Tu veux toujours de ce tutorat, Léa ? Demanda jack.
    – Oui, plus que jamais, car la crainte de reprendre une telle correction va pour sûr me faire avancer. Ça marche !
    – D’accord, alors nous nous verrons tous les quinze jours et fera le bilan de tes avancées. Si cela ne me satisfait pas, alors tu referas un tour sur mes genoux, c’est clair ?
    – Très clair, Jack. » Répondit-elle.

    Ils se quittèrent après avoir discuté des modalités et des objectifs du tutorat. Elle rentra chez elle les fesses brûlantes, cette fessée était compliquée à supporter, mais il fallait qu’elle soit mémorable et pour sûr elle l’était, et n’avait pas envie d’en reprendre une autre comme celle-là, voire pire. En tout cas,,, pas tout de suite, non, jamais, se dit-elle.

    Elle arriva chez elle, et se prit un bon bain, histoire de soigner ses fesses. Comme pour la première fessée, elle regarda ses fesses et les admira. Et comme pour la première fois, cela l’excitait, elle se remémorait la sensation ressentie durant cette dure fessée. Finalement peut-être pas si dure. En vrai, c’est comme si ça l’avait libérée de quelque chose. Le quoi n’avait pas d’importance, juste la sensation d’un poids en moins. Elle prit son bain avec une vraie paix intérieur et des espoirs de réussite à son concours. Si une personne pouvait l’aider, c’était bien Jack. Elle rejoignit son lit toujours dans cet état et s’endormit sans aucune difficulté hormis ses fesses encore douloureuses…

    [A SUIVRE]

    Mesdames, mesdemoiselles, mon propre plaisir passe par le vôtre

    Blog : histoires-jr33.blogspot.com

    #69931
    Coquine06
    Participant


    👍👍

    Je vis mes fantasmes et je les assume.

    #69932
    Coquine06
    Participant


    Le retrouve les belles histoires de Nina.

    Je vis mes fantasmes et je les assume.

3 sujets de 46 à 48 (sur un total de 48)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com