Moment de grâce

Accueil Forums Discussions générales Récits Moment de grâce

6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
  • Auteur
    Messages
  • #71704
    Docteur Clack
    Participant


    Elle est britannique. Elancée avec des fesses toniques et superbement dessinée. Son sourire ne quitte pas ses lèvres et elle parle beaucoup, s’excuse, supplie et prise comme un félin tout au long de la sérieuse fessée que je lui administre avec fougue alors qu’elle est allongée, alanguie sur mes genoux sur un confortable canapé. Bref nous sommes en phase.

    Les mouvements de ses fesses sous mes claques fuient autant qu’ils se rapprochent tantôt de ma main, d’une brosse à cheveux et d’une strap court en cuir. Sa respiration et son flot de parole s’accordent à merveille au rythme soutenu qui s’abat sur son derrière écarlate.

    Puis je ressens une baisse de la frénésie par un changement imperceptible dans ses réactions. Je devine qu’elle a atteint un climax sensuel et je risque de cesser d’être en phase si je poursuis ainsi. En effet nous étions d’accord pour une fessée jeu et non une vraie punition. Donc pas question de la pousser dans ses retranchements ni de la contraindre, mais de la guider et l’accompagner dans son plaisir.

    Alors je ralentis le rythme et ma main s’assouplit. Les claques restent fermes mais s’attardent sur la peau comme des caresses furtives. Elles frappent autant qu’elles glissent. Je cale le rythme sur sa respiration qui ralentit. Elle rayonne d’un sentiment d’apaisement immense. Elle ne parle plus mais elle pousse de doux miaulements modulés et passionnés. Son fessier détendu monte vers ma main et avale les claques avec gourmandise. Elle croise ses bras et y cale son visage en creusant le dos comme si elle voulait d’endormir. Sa cambrure est sublime.

    Et soudain j’entends la phrase suivante sortir de ses entrailles avec une tonalité plus rauque que d’habitude:

    “Ooooooooooow that’s the best after punishment ! …..Ever….”

    Est-ce un aveu, un compliment, un remerciement ?

    Un cadeau. Sûrement.

    Je poursuis mon oeuvre en douceur. Le son diminue et je suis de plus en plus caressant. Les impacts légers provoquent des soubresauts intenses sans rapport avec leur intensité. Ce sont presque ses fesses qui viennent frapper ma main et s’y frotter. Elle soupire profondément à chaque fois. Elle est en voyage à l’intérieur d’elle-même et me raconte son périple par son souffle court et le langage de son corps.

    Puis elle décide de ne pas s’endormir, de peur d’être égoïste me dira-t-elle. Elle se redresse et me prend dans ses bras, le visage contre mon épaule et me chuchote :”It was so good. I could stay the whole night like that, but I don’t want to leave you alone”.

    Nous restons enlacés ainsi. L’éternité s’invite avec nous. Si le bonheur existe je crois qu’elle et moi l’avons éprouvé à ce moment là.

    #71720
    Rogue
    Participant


    Quel beau récit ! C’est rare de voir un fesseur exprimer son jeu sans y mettre le côté “pouvoir” “autorité” au premier plan. Il existe, il est là et pourtant ce qui domine le récit c’est l’émotion musicale joué de l’allegro au largo. Très beau choix stylistique.

    #71729
    Paulparis
    Participant


    Vous avez mille fois raison. La fessée doit procurer un intense plaisir aux deux partenaires… Sinon on n’atteint pas le but recherché.
    Merci pour cette belle description.

    #71766
    Docteur Clack
    Participant


    Quel beau récit ! C’est rare de voir un fesseur exprimer son jeu sans y mettre le côté “pouvoir” “autorité” au premier plan. Il existe, il est là et pourtant ce qui domine le récit c’est l’émotion musicale joué de l’allegro au largo. Très beau choix stylistique.

    Réflexion intéressante. Le pouvoir du fesseur se doit d’être consenti, et celle qui reçoit se livre à celui-ci. Mais comme l’indique Paulparis, le plaisir réciproque reste essentiel. Et en effet dans cette partition qui m’a beaucoup ému, le largo a délivré des accents d’autant plus sublimes que l’allegro et l’andante avaient été intenses.

    Mais en musique ce sot souvent les mouvements lents qui délivrent le plus d’émotions. Merci d’y avoir été sensible.

    #71824
    Biloba
    Participant


    Moment de grâce : vous ouvrez la porte de l’été indien. Le vent naît en vos mains et fait poindre les rouges de l’automne sur les blancheurs d’Albion. D’ouvres apparaît dans son manteau de brume et ses falaises se parent du collier des feuilles tourbillonnant. Merci

    #71854
    Docteur Clack
    Participant


    Merci Biloba pour cet écho tout en poésie !

6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com