Mille et une façons

Accueil Forums Discussions générales Causons fessée Mille et une façons

Étiqueté : 

11 sujets de 1 à 11 (sur un total de 11)
  • Auteur
    Messages
  • #82062
    Christal
    Maître des clés


    Il y a mille et une façon de recevoir une fessée, mais il y a pourtant un petit quelque chose qui vous caractérise vous particulièrement : C’est votre manière de vous mouvoir ou non quand les premiers coups tombent.

    Alors, êtes-vous de celles qui restent stoïques et qui encaissent les claques en restant immobiles. A peine un pied qui bouge lorsque cela commence à être le début de votre limite ?

    Ou bien faites-vous parties de celles qui ont besoin de battre des jambes et des bras. De se la jouer anguille et qu’il faut maitriser fermement dès le début ?

    Il y a évidemment entre ces deux cas de figures, d’innombrables façons d’être. Racontez-nous la vôtre…

    Et vous, Messieurs ou Mesdames les Domina, est-ce qu’il y a une manière qui vous émeut ou vous attire plus qu’une autre ?

    #82072
    lunapower
    Participant


    J’aime beaucoup quand ma partenaire accepte sa “punition” avec courage, une certaine fierté et surtout beaucoup de naturel (je ne suis pas très brats qui vont hurler à la première claque). Quelques trémoussements, ses pieds qui glissent sur le parquet sont des choses qui peuvent m’émouvoir et m’indiquent où la demoiselle en est.

    https://lesaventurescuisantesdecamille.blogspot.com/

    #82081
    louviere
    Participant


    Bonsoir

    Moi j aime être sage ,sur les genoux du fesseur,être à son écoute,de ses sermons,de ses reproches contre moi . Les jambes bougeront un brin au fur et mesure du piquant de la fessée mais pas plus ,j aime rester sage ,pendant ce moment et déteste être un asticot.

    Louviere

    #82092
    Rolina
    Participant


    Pour ma part, j’aime quand elle est sage, qu’elle accepte sa punition, qu’elle ne bouge pas trop sauf quand cela devient pénible et surtout quand elle gémis… 🙂

    #82144
    Yves
    Participant


    En ce qui me concerne en tant que tuteur, j’aime à l’entendre dire qu’elle est désolée, me demander pardon pour ce qu’elle a fait. Cela signifie d’ailleurs en général la fin de la punition. Je la prends alors dans mes bras en lui assurant que je n’étais pas fâchée contre elle mais contre ce qu’elle a fait, que je l’aime et que je lui pardonne sa faute. Je la rassure aussi sur le fait qu’elle peut progresser dans ses propres objectifs. C’est un long moment de tendresse et de réconfort. Je soigne aussi souvent ses fesses douloureuses. Bref, je prends soin d’elle.

    Mesdames, mesdemoiselles, mon propre plaisir passe par le vôtre

    Blog : histoires-jr33.blogspot.com

    #82584
    FrenchTouch
    Participant


    Je suis très sensible à l’acceptation de la punition, et au fait qu’on ne cherche pas à s’y soustraire. Que le trouble ou la difficulté se manifestent par des frissons, des sursauts, des gestes pourquoi pas mais vite réprimés (une main qui protège par exemple, un genou qui fléchit). Une rébellion plus franche et ce serait l’escalade 🙂

    #82610
    Eva
    Participant


    C’est pour ma part très aléatoire.Cela dépend totalement de mon état d’esprit. Et je parle bien de l’état d’esprit et non pas de ce que je peux vouloir ou pas.

    Je peux m’absenter de mon corps des les premiers coups, rester parfaitement stoïque, et encaisser sans broncher. A contrario je peux avoir des réactions totalement instinctives: ruer, saisir l’instrument, me carapater, couler littéralement jusqu’à me fondre dans mon support.

    Je ne le contrôle pas. Je ne sais pas avant comment je vais réagir. D’ailleurs plus j’anticipe, moins je tiens. Le conditionnement ne marche pas très bien avec moi^^

    Se révèle être "comme une boule de flipper,qui roule qui roule...".

    #82627
    Monsieur Jones
    Maître des clés


    Je pense qu’avec le temps, j’ai mille et une façons de faire.
    Bien sûr, quand je suis entré en religion disciplinaire, au commencement, je m’étais construit une image mentale très stricte et cadrée de ce que devait être une punition. Je la reproduisais sans doute, de rencontre en rencontre.
    Des positions répétées, une façon progressive de la punir pour inviter les endorphines à la table de sa repentance, des instruments fétiches, etc…

    Et puis avec le temps, je me suis mis à profiter de l’émotion de l’instant présent, en me laissant porter par le moment et en usant des chemins de traverse qui pouvaient amplifier l’émoi, le trouble, le plaisir, la transe…
    User des chemins de traverse pour moi, c’est aller vers celle que je punis, comme elle vient à moi.
    C’est essayer de la rencontrer au plus proche de ce qu’elle attend.
    Je peux être terriblement sévère dans certaines circonstances, utiliser un martinet sur l’ensemble du corps jusqu’à la transformer en une petite torche suppliciée, comme je peux prendre un plaisir infini en la grondant et en la corrigeant, basculée en travers de mes cuisses, à la main.
    Dans ces moments, je peux rencontrer une dimension sadique de ma personnalité comme je peux planter ma tente dans quelque chose de plus régressif et plus doux. Tout dépend d’elle et de ce qui se joue en moi.

    J’ai l’impression que plus j’acquière de l’expérience, plus je sais que je ne sais rien, comme dirait l’autre.
    Que cet univers est infini.
    On pousse une porte, elle est là. Que va-t-il se passer ? Découvrons-le ensemble…

    Et ce que j’aime au delà de tout, et à chaque fois, c’est cette petite partie de mon cerveau qui observe le moment présent, enregistrant chaque détail, porté par ces ” je sais quoi “ qui changent tout et qui me dit à chaque fois : « Oh, ça, il faudra que tu le refasses, c’est dingue !!! »

    Et pourtant, à chaque fois, c’est une nouvelle pièce qui se joue dans cet univers où on ne joue pas…

    Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

    #82634
    Paulparis
    Participant


    Vous avez tellement raison, cher camarade de jeux. Rien de pire qu’un scénario parfaitement “rédigé” à l’avance, avec des positions programmées qui s’enchainent comme s’il n’y avait pas de place à l’émotion. Or c’est bien l’émotion qui fait le sel de nos rencontres humaines et qui font qu’une rencontre n’est jamais la même !

    #82641
    Nush
    Maître des clés


    Ma version de ma façon : attentive, concentrée et silencieuse.

    Economie de mouvements. Bander mes muscles. Ou au contraire essayer d’être totalement détendue.

    Pour commencer la punition.

    En tout cas c’est ainsi que je me veux et me perçois.

    Mais ce n’est que mon ressenti.

    Je m’abandonne à la punition sans en contester la validité. C’est ainsi.
    Je ne trépigne pas, je ne négocie pas (en tout cas pas au début) je ne m’agite aucunement.

    J’obéis et abandonne mon pouvoir.
    (Mais est-ce si vrai que cela….mirage de l’abandon?)

    Ensuite ça peut déraper un peu, beaucoup, à la folie… ?! ….

    Mes partenaires et seigneurs me disent que je peux être tout cela.

    Après tout, faites-vous votre propre idée.

    C'est la nuit qu'il est beau de croire en la lumière.
    #82658
    laurentfrou-ge1
    Participant


     

    Je viens de tomber sur des feuillets embarrassants. 15 ans minimum. Pas à l’aise j’avais noirci une page A4 de turpitudes pour elle. Son visage, ses lèvres, son pull qui sentait fort l’assouplissant, sa chaleur le poids de son corps, bref, oublié l’A4, probablement une fessée idéale s’en est suivie. Idéale sur le moment avec elle.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par laurentfrou-ge1.
11 sujets de 1 à 11 (sur un total de 11)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com