Masque et distanciation sociale…d’un autre temps….

Accueil Forums Discussions générales Récits Masque et distanciation sociale…d’un autre temps….

  • Ce sujet contient 7 réponses, 5 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Anonyme, le il y a 3 années et 9 mois.
8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
  • Auteur
    Messages
  • #52446
    anatole
    Participant


    e vous parle d’un temps que les moins de un an ne peuvent pas connaître…et pour cause…de plus, vu ce que je vais raconter ci après n’est pas à mettre devant des yeux innocents….
    Masque et distanciation sociale donc…il va en être question….
    En ce temps là, le masque se portait plutôt sur les yeux.
    Et par cette chaude soirée d’été, c’était d’ailleurs le seul vêtement qu’elle portait !
    Comme d’habitude, avec la totale confiance qu’elle avait en moi, elle ne savait absolument pas à quelle sauce elle allait être mangée, voire dévorée, mais avait accepté de s’allonger nue sur le drap qui recouvrait le lit d’examen. Après avoir déposé le masque sur ses yeux, j’avais déposé aussi un baiser doux sur ses lèvres puis lui avait demandé de me confier ses poignets l’un après l’autre pour que je les lie le long de son corps de chaque côté du lit. Elle se laissa faire également lorsqu’après avoir grimpé sur un petit marche pied afin d’ ouvrir deux dalles du faux plafond et d’en extraire deux cordes, je les nouai autour de ses chevilles jambes tendues et cuisses ouvertes. Je tirai suffisamment sur les liens pour que ses fesses décollent un peu du lit.
    Dans la pièce voisine, le rythme lancinant du Boléro de Monsieur Ravel était le fond sonore que j’avais choisi pour ce début de jeu.
    J’approchai un siège du pied du lit et m’allumai tranquillement une clope, profitant du spectacle totalement indécent de cette belle femme nue offerte intégralement à mes yeux toujours aussi fascinés par ce corps que je connaissais tellement bien. Les légers arrondis de l’intérieur de ses cuisses débouchaient sur les replis de son sexe déjà offert, mais mes doigts restèrent calmement plantés sur la longueur de ma clope qui se consumait doucement. Relevant un peu mon regard, j’avais une vue plongeante sur ses deux seins si orgueilleux qui dardaient leurs pointes malgré la position allongée…C’était la preuve (comme si j’en avais besoin…!) que cette situation et cette pose l’excitaient déjà autant que moi…Et encore, elle ne savait pas…moi…si….Elle aimait que je prenne les choses en main (tout comme moi d’ailleurs…j’aimais qu’elle prenne mes…choses…en mains), je veux dire par là qu’elle aimait que je l’emmène dans des endroits qu’elle n’osait même pas s’imaginer…que je l’emmène…là bas….là, ou plus rien d’autre ne compte que nos émotions, nos sensations, nos ivresses….
    Seules, la mélopée arabo-andalouse et nos respirations meublaient le silence.
    Elle n’avait aucune idée de ce qui l’attendait…
    Je soulevai enfin la toile que j’avais disposée sur la petite table à roulette voisine afin de dissimuler les petits joujoux que j’avais préparés un peu plus tôt et écrasai mon mégot dans le cendrier.
    Je me levai et m’approchai de son flanc.
    Elle entendit de nouveau une allumette craquer…En d’autres moments, elle m’aurait dit que je fumais trop, mais s’abstint alors de tout commentaire.
    Je posai deux doigts sur le côté de son sein droit, le plus proche de moi, appuyant légèrement,, tendant la peau si douce, faisant saillir encore un peu plus son mamelon. Quelques secondes plus tard, une petite tâche rouge vint orner la peau blanche de son sein, la faisant tressaillir et grimacer. Je n’avais pas allumé de clope, mais une longue bougie rouge que je tenais de mon autre main un mètre au dessus de son sein, suffisamment inclinée pour que la cire dégouline très doucement…D’autres petites flaques rouges vinrent vite consteller sa peau…Elle connaissait déjà cette sensation et l’avait déjà approuvée et appréciée, mais c’était la première fois qu’elle la subissait les yeux bandés et sans avoir été prévenue…
    Je recommençai ce petit jeu deux ou trois fois, faisant glisser les gouttelettes de cire chaude tout autour de son mamelon puis vers le milieu de son ventre, inscrivant de jolis dessins sur sa peau blanche, repérant à chaque petit impact la crispation de sa main liée tout contre ma cuisse.
    Ce jeu peut vous paraître très cruel, mais effectué avec « délicatesse », en particulier en respectant les mesures sanitaires habituelles….un mètre de distance….distanciation sociale oblige (oui, bon ok, à l’époque, tout comme le masque, la question n’était pas tout à fait la même !), la sensation procurée, autant physique qu’intellectualisée s’avère particulièrement jouissive….autant pour le donneur que le receveur, ce dernier pouvant de plus laisser libre cours à ses talents artistiques !
    Effectuer de jolis tracés sur une peau immaculée, un petit rond par ci, une petite croisée par là, décorer, réfléchir deux secondes au prochain trajet de la cire brûlante et se demander si c’est trop ou pas assez…enfin jouir de son pouvoir….
    Peut être pensait elle que je m’étais un peu aventuré en lui expliquant que ce serait un nouveau jeu qu’elle ne connaissait pas encore….
    Nous avions déjà eu l’occasion de jouer avec des bougies, en particulier lors d’une grande soirée japonaise où elle s’était déguisée en geisha, et n’avait pas revêtue que le costume, mais s’était également glissée dans la peau du personnage, offrant son corps à des liens multiples dans des positions variées au gré de mon humeur de cette jolie soirée…son corps avait enduré des traitements raffinés comme nos amis japonais sont capables d’inventer, et avait été constellé de tâches de cire multicolores, alors qu’elle tournoyait dans des cordes suspensives….
    Mais pour ce soir, un autre plaisir était sur le point de la surprendre….Quelques éclaboussures de cire chaude marquèrent un peu plus son ventre et le devant de ses cuisses, balancées au rythme orgiaque et jouisseur de la fin du Boléro….
    Ce sont les jolies mélodies improvisées sur son clavier par Keith Jarret qui accompagnèrent la suite…
    Son sein gauche était encore vierge de toute trace et, ressentant ma présence sur son flanc gauche, elle dut penser que la brûlure légère et jouissive allait se poser à cet endroit.
    Ce que tenait mes doigts était différent. Toujours à distance raisonnable de son épiderme, quelques gouttes de liquide gelé s’échappèrent du glaçon que j’avais pris dans la coupelle posée sur la table basse….Cette fois, contrairement à la bougie, le contact direct avec la peau est indispensable….son mamelon gauche se tendit violemment sous ce choc thermique lorsque je le déposai délicatement dessus….Je guidai le morceau de glace sur tout le tissu de son sein, jusqu’à fonte complète….
    Le vrai jeu était lancé….alternance chaud/froid…sans prévenir de ce qui allait arriver dans les secondes suivantes….un peu de cire chaude juste là, et encore là, puis le ruissellement d’eau glacée, juste à côté….et pas question d’alterner mathématiquement….Trois giclées de cire sur le ventre, un glaçon glissant tout le long d’une cuisse….puis un peu de chaud sur le sein gauche avant qu’un glaçon soit de nouveau posé sur la base de son cou….
    Au rythme de ces sensations si variées et rapprochées, son corps était maintenant livré à lui même et à des réactions instinctives, soulevé et tendu pour deux secondes, apaisé et alangui pendant les moment de paix et de latence que je laissai parfois passer….Son rythme cardiaque et son souffle étaient notablement agités, comme en témoignaient les soubresauts de sa poitrine, la crispation intermittente de ses mains, et le balancement partiel de ses jambes tendues vers le ciel.
    J’achevai les dégoulinures de la seconde bougie par une forte giclée en travers de ses seins avant de l’éteindre d’un souffle…Un petit moment de repos était souhaitable autant pour elle que pour moi…
    Elle entendit une nouvelle fois une allumette craquer, mais ce ne fut que pour une nouvelle cigarette que je dégustai suavement pendant de longues minutes, me baladant tout autour de son corps entravé. Ma main vint réajuster quelque peu les cordes que les mouvements agressifs de ses jambes avaient un peu distendues, afin que la suite du programme puisse s’effectuer dans les meilleures conditions.
    Les reflets irisés des tâches de cire collées sur sa peau avec les flaques d’eau froide inondant quelques parcelles de sa peau étaient de plus bel effet sous la lumière blafarde de la faible lumière.
    Son sexe était à l’horizontale, comme je le désirais, entrouvert par la tension des cordes sur ses jambes que je caressai lentement du bout des doigts, partant de la corde nouée sur la cheville et me promenant jusqu’au plus haut de l’intérieur de ses cuisses…Je la savais sensible à ce genre de caresse, surtout lors des moments de calme que je lui octroyai en général après le premier épisode d’un de nos jeux….Elle aimait sentir la pression variable de mes doigts dans sa chair, surtout lorsque je me rapprochai de l’endroit le plus sensible de son être….Elle apprécia particulièrement lorsque mes doigts s’enfouir dans son sexe entrouvert et déjà ruisselant, et fouillèrent cette entraille pendant quelques secondes, au rythme lancinant du piano qui swinguait à côté….
    J’avais épousseté quelques morceaux de cire collés sur la peau de ses jambes et ses cuisses, histoire de faire un peu de ménage….
    Keith Jarret attaquait la fin de son célèbre récital de Cologne, grognant comme à son habitude….Il était largement temps de passer à la suite….
    J’abandonnai pour un petit moment son vagin si accueillant et la main un peu glissante, je me saisis du martinet déposé sur la table à roulette….
    Pas besoin de préparation….c’était déjà assez chaud comme ça…et elle savait bien que j’allais en arriver là ….quelques coups légèrement dosés firent réagir autant qu’elles le pouvaient ses jambes et ses cuisses entravées….envoyant valser au passage quelques croûtes de cire…je commençai à cingler un peu plus fort, visant soigneusement son cul soulevé de la couche, histoire de lui faire comprendre que la punition obligatoire de toutes nos rencontres venait de commencer….mais….allons, j’avais un désir profond pour ce moment….et pas seulement celui qui échauffait depuis de longues minutes ma verge….
    Je stoppai tout de go ma fessée aux lanières, attrapant la dernière bougie encore vierge, en suçant un peu l’extrémité. J’avais posé mon martinet en travers du ventre de la pénitente, et une main écarta le petit trou de son cul qui accepta sans rechigner l’intromission du petit cylindre de cire que j’enfonçai suffisamment pour qu’il se tienne bien droit….
    Pshittt…Pzoufff….je ne sais pas…reproduire le bruit de l’allumette….mais elle enflamma la mêche….Je laissai le temps à la bougie de commencer son travail, et que les toutes premières coulées de cire se déposent délicatement là où…elles étaient supposées arriver….j’avais profité de ces quelques instants pour m’emparer du dernier glaçon ayant encore forme….hum….Je l’avais longuement travaillé celui là avant de le sortir du congélateur, et malgré le temps passé depuis, il avait conservé la forme adéquate….pour que je l’enfonce entre les lèvres brûlantes du sexe de mon amie de jeu…..
    Je vous laisse imaginer la réaction fort bruyante de l’hôtesse de ce god glacé….alors que la chaleur descendait sur le plus haut de ses fesses…Il était maintenant temps de mettre fin à mon scénario si pervers…la vraie fouettée de son cul allait commencer.
    Je ne retins absolument pas mes coups, zébrant allègrement ses fesses décollées du lit, appréciant et jouissant vraiment des mouvements incontrôlés occasionnés qui inondaient l’intérieur de ses cuisses et les lèvres de son sexe de cire brûlante alors que s’échappait de son vagin un liquide gelé….
    Bien plus tard, lovée dans mes bras, corps nu contre corps nu, elle me dira à quel point elle avait totalement perdu le contrôle d’elle même, soumise à tant de sensations violentes sur toute cette région si sensible….
    Keith Jarret avait fini son solo depuis de longues minutes lorsqu’en nage, j’arrêtai de fouetter son cul et ses cuisses, ôtant la bougie de son « chandelier » improvisé avant qu’elle ne soit totalement consumée….
    Impossible de vous décrire la sensation exceptionnelle que je ressentis, lorsque mon sexe brûlant pénétra un peu plus tard son vagin liquide et froid…..rassurez vous, la chaleur revint très très vite dans ce lieu magique et enfin un liquide très chaud en inonda les replis les plus intimes et profonds.

    Je me sentirais vieux le jour où mon sexe ne me servira plus qu'à pisser

    #52450
    Ô.Céane
    Participant


    Eh ben….Que de sensations…
    Merci @anatoleenfer!

    "Et mes fesses, tu les aimes mes fesses"
    Mes récits ne sont pas forcément le reflet de ce que je recherche...juste une inspiration...

    #52451
    anatole
    Participant


    Eh ben….Que de sensations…
    Merci @anatoleenfer!

    j’espère pour toi que tu en as déjà vécu d’aussi intenses….sinon….il faut savoir se lâcher et apprécier…

    Je me sentirais vieux le jour où mon sexe ne me servira plus qu'à pisser

    #52452
    salamboflaubert75
    Participant


    Eh ben….Que de sensations…
    Merci @anatoleenfer!

    Merci Anatole

    Sal

    #52469
    Ô.Céane
    Participant


    Le chemin des découvertes est infini…j’espère ne pas avoir tout exploré…@anatoleenfer
    Mes bougies sont arrivées aujourd’hui…^^

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 années et 9 mois par Ô.Céane.

    "Et mes fesses, tu les aimes mes fesses"
    Mes récits ne sont pas forcément le reflet de ce que je recherche...juste une inspiration...

    #52474
    Léonora
    Participant


    Un récit sublime et une plume magique. Merci pour ce délicieux partage!

    Moi, joueuse et provocante?! Non, Naturelle! 😀

    https://lesvoyageshautsencouleurs.blogspot.com/

    #52477
    anatole
    Participant


    Merci…ça fait toujours plaisir de recevoir des compliments!!!

    Je me sentirais vieux le jour où mon sexe ne me servira plus qu'à pisser

    #52484
    Anonyme
    Inactif


    Quel récit toride! En dépit des glaçons…;-p
    Merci @anatoleenfer

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com