L’été indien…

Accueil Forums Discussions générales Récits L’été indien…

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Auteur
    Messages
  • #95573
    Maître Altha
    Participant


    L’été indien offre ses douceurs automnales, joignant aux lumières joueuses sa douce chaleur.

    C’est l’occasion d’une belle promenade en moto. Attention, pas un de ces engins pour les pseudos motards, ivres de vitesse et de sensations fortes, non. Une belle moto de biker, au moteur vrombissant et qui permet de belles ballades à des vitesses modérées.

    Mimi n’est jamais venue avec moi encore, cela ne fait que quelques mois que nous sommes ensemble…

    Avec un peu d’appréhension, elle monte derrière moi, m’enlace fermement, et je lui rappelle les consignes…

    J’ai choisis un chemin désaffecté, pour son côté bucolique, mais également pour la sérénité de n’avoir pas à gérer les autres véhicules…

    Au bout d’une heure, j’avise un petit parking naturel en cailloux, et décide d’une pause.

    Mimi retire son casque, relâche sa magnifique chevelure noire, et m’adresse un regard magnifique…

    « Je ne pensais pas aimer ça, mais finalement, j’adore ! Même si ta bécane est un peu poussive, je découvre le plaisir de la chevaucher ! » me lâche-t-elle nonchalamment, certainement persuadée de me faire plaisir.

    Ma « bécane » ??? « Poussive » ???

    Je décide de ne pas réagir. J’ai l’intuition que les évènements vont se mettre en place sans que j’ai besoin de les provoquer…

     

    Mimi se rapproche de moi, tout en se délestant de sa veste de moto, trop chaude pour la supporter par ce temps radieux…

    « En tous cas, toutes ces vibrations, ça m’a donné quelques idées, moi… Pas toi ? » Me lance-t-elle d’un ton enjôleur, tout en m’embrassant tendrement.

    « Avec tout cet attirail, ça ne va pas être simple… Encore que… Ici, personne ne risque de venir nous déranger… » Je rentre dans son jeu…

    Mimi entame de retirer son pantalon de moto, retire sa tunique et s’installe nonchalamment sur le cuir de mon siège… Elle porte de très jolis sous-vêtements noirs, qui mettent savamment en valeur ses formes. De petite taille, avec des yeux de louve aux reflets gris, elle est dotée d’une poitrine simple mais bien ronde, qui s’allie parfaitement avec un fessier cambré comme je les aime.

    Nous n’avons jamais abordé le sujet de la fessée. Passion de ma vie, je lui ai bien administré quelques claques sur les fesses, mais je suis resté discret sur cet aspect de ma vie. Du moins, jusqu’à ce jour…

    « Tu comptes me laisser attraper la crève ou quoi ? Je te rappelle que je suis d’Ardèche, moi, je ne suis pas habituée aux fraicheurs jurassiennes ! » me balance l’impatiente, pendant que je m’empêtrais à me défaire également de ma veste et de mon sur-pantalon de moto…

    Je me rapproche de ma douce…Non. De l’Insolente, à vrai dire. Je sais que mon regard brille d’une lueur spéciale, lueur qu’elle pense savoir interpréter, mais si elle savait…

    Je l’enlace tendrement, caresse gentiment ses lèvres avec les miennes, préambule cruel à mes intentions…

    « Alors comme ça, tu as besoin que je te réchauffe, ma petite ardéchoise frileuse ? » lui demandais-je, d’un faux air coquin.

    « Oh oui, réchauffe-moi, mon ours jurassien, je t’en supplie ! » me réponds la naïve enfant…

    Sans mot dire, je l’attire contre moi, afin de l’obliger à se relever, puis je la fais pivoter en la saisissant par la taille, et enfin, je l’allonge sur le cuir de ma « bécane », les fesses bien centrées sur le siège, l’obligeant à tendre les bras et se maintenir au sol.

    Mimi pousse un petit cri. De surprise et d’attente mêlées.

    Mais lorsque, loin d’entreprendre les préliminaires auxquels elle pensait prétendre, je m’installe à califourchon sur le siège passager, prenant appui sur mon sissi bar (Pour les néophytes, c’est le dossier du passager moto), elle me jette un regard étonné.

    Je ne lui laisse pas le temps d’autre chose que d’ouvrir la bouche, et lui claque gentiment chaque fesse.

    « Alors comme ça ma « bécane » est un peu « poussive » ? » lui demandais-je d’un ton sec.

    Et la malheureuse de me répondre, sans mesurer les conséquences de ses paroles : « Bah oui…. Mais c’est quoi le rapport ? »

    Ronondidjou ! Tout mon sang se met à bouillir !

    « Tu connais la devises des motards, ma chérie ? questionnais-je, tentant, fort mal, de dissimuler ma colère.

    • Euh non… me répondit-elle d’un ton perdu et désorienté, tout en tenant de se redresser
    • Souviens-toi, sois prudente ! lui dis-je tout en la bloquant avec ma main fermement.

    Et comme tu as manqué de prudence, je me dois de te donner une leçon « poussive » mais méritée ! »

    Mimi commença alors à réaliser qu’il allait se passer quelque chose… Elle m’avouera plus tard avoir vaguement eu un semblant d’idée… Mais non… Il n’oserait pas…

    « Ma frileuse ardéchoise, je m’en vais te réchauffer ton joli postérieur avec une fessée qui te fera passer le goût de traiter ma moto de « bécane poussive ! » »

    Et joignant le geste à la parole, je me mis en veine de réchauffer cet insolent postérieur par une belle dizaine de fessées bien ciblées sur les bords noirs de sa jolie culotte.

    « Mais ! Aieu ! Mais nan ! Mais arrêtes ! Mais, ça fait mal ! » protesta ma belle victime avec son accent chantant qui déchantait fort.

    Sur le bord de ses fesses se dessinaient la timide rougeur qui venait trancher avec le noir satin du tissu, et le soleil malin avait choisi de participer au spectacle en éclairant, et en réchauffant également, ce magnifique derrière cambré.

    Je décidai d’une pause. Caresses rassurantes… Apaisantes… Où le joufflu se détend, s’offre même, réclamant encore et encore ce toucher électrisant… Je la regardais… Elle tendais vers moi un regard tout à la fois noir de colère et rose de désir…

    Décidant que son silence valait consentement, mes mains s’envolèrent à nouveau pour une série de fessée plus appuyées, plus ciblés encore sur la chair apparente qui rosissait de plaisir au contact de mes paumes. Aucune réaction. Silence absolu de ma douce et tendre provocatrice…

    « C’est tout ? Y a pas que la bécane qui est poussive, finalement… » entreprit-elle de me lancer sur un ton qu’elle voulait anodin, mais qui trahissait quelques tremblements… Naïve enfant… Que n’avait-elle pas fait là ?

    Pour toute réponse, je lui soulevais la taille, et baissais d’un coup sec le satin noir, afin qu’il se dépose juste en-dessous du galbe fessier.

    « Nooooooon ! Pas ma cu…. » tenta-t-elle de protester alors même que le délit était achevé…

    Sur le fond noir du cuir de ma moto s’offrait ses magnifiques fesses blanches auréolés de rose, soulignée avec élégance par le sourire de sa culotte abaissée. Le soleil renvoyait les frémissements de sa peau, le vent taquin venait jouer sa partition en  effleurant le superbe fessier ainsi offert. Je ne pouvais pas la laisser prendre froid, aussi je repris une belle série de fessée, centrée cette fois-ci sur le cœur des deux lunes. Existe-t-il en astrologie une lune rose ? Je l’ignore, mais rapidement les siennes créèrent l’évènement tout en se dandinant savamment, accommodées de quelques « aie », « ouille » de moins en moins convaincants.

    Constatant qu’en fait, Mimi se dandinait plus pour m’offrir chacune de ses joues fessières que pour échapper à sa punition, je décidais de passer aux choses sérieuses.

    De mémoire de papillons dirait notre ami Brassens, il n’y eut jamais spectacle plus insolite dans ce coin reculé du Haut-Jura. Les sapins se relayaient à se passer le bruit des fesses ainsi maltraitées, comme pour mieux amplifier l’effet même de la punition. La roche calcaire semblait-elle aussi s’amuser de ce son nouveau, et le renvoyait d’échos en échos.

    Le fessier de rose était passé à rouge. Je stoppais, et déposait une main guérisseuse sur chaque galbe, pour en constater la chaleur. Mais, au moment où j’interrompais la punition que j’estimais suffisante, et surtout sévère pour une nouvelle initiée, j’eus le temps d’entendre un bruit. Discret. Etouffé. Et pourtant non, je n’avais pas rêvé. Mimi avait bien tenté de dissimuler un gémissement qui, pour son malheur, ne s’était pas coordonné avec la dernière claque, et avait résonné dans tout le sous-bois. Chipie d’ardéchoise !

    « Alors ? Tu n’as rien à dire ? – la questionnais-je, redevenu calme

    • Je retire ce que j’ai dit ! Pardon ! Ta belle moto n’est pas poussive du tout ! ma rétorqua -t-elle, essoufflée
    • Bon ! Je préfère ça, sinon j’aurais dû continuer de te réchauffer !
    • Ah non, stop ! J’ai compris, mon chéri, promis, je ne recommencerai pas ! »

    Alors qu’elle tentait de se redresser, je l’arrêtais :

    « Non, non, non ! Attends encore avant de quitter la position, tu veux ? Je dois vérifier quelque chose avant…”

    Sans lui laisser le temps de la réponse, je fit glisser ma main de son fessier au triangle sacré. Zone humide. La demoiselle tentait de me dissimuler qu’elle avait pris plaisir à cette première mais copieuse fessée !

    « Dis-moi Mimi, à ce que je constate, tu as pris du plaisir à recevoir cette belle fessée !

    • Hein ? Euh non ! ‘fin…
    • Faut-il que je continue pour que tu passes aux aveux ?
    • Ah nan, pitié ! Oui, oui, je suis trempée d’avoir été ainsi fessée, je l’avoue ! »

     

    Octobre dessinait dans les arbres les ombres alanguies d’une journée qui s’achevait en douceur. Monsieur Écureuil par la scène attisé a-t-il eu l’idée de fesser sa dame, afin de collecter plus de noisettes pour le rude hiver ? L’histoire ne le dit pas.

     

    #95574
    Lisa
    Participant


    Quand je disais qu’il fallait un nouveau récit je ne pensais pas si rapidement ahah

    Bravo un très agréable récit à lire une fois de plus ! Est ce une histoire vraie ? Je suppose que oui

    Très belle façon d’initier une nouvelle personne à la fessée, est ce que cette fessée à donnée suite à d’autres fessée ?

    #95575
    Maître Altha
    Participant


    Quand je disais qu’il fallait un nouveau récit je ne pensais pas si rapidement ahah Bravo un très agréable récit à lire une fois de plus ! Est ce une histoire vraie ? Je suppose que oui Très belle façon d’initier une nouvelle personne à la fessée, est ce que cette fessée à donnée suite à d’autres fessée ?

     

    Oui, ce récit est réel, et ma chère Mimi a su apprécier d’autres belles fessées, dont je vous ferai peut-être le récit prochainement…Si vous êtes sages !!!

    Merci de vos commentaires, sincèrement.

    #95577
    Ocean et Nathy
    Participant


    On ne dira jamais assez les risques associés aux promenades en moto. Enfin si la belle avait son casque, les règles ont été respectées. Pour faire echo à votre récit, ma mimi à moi ( Nathy), s’est retrouvée dans la meme situation mais au milieu des marais salants de Guérande. Si ses fesses ont piqué pour un bon moment sur la selle de la moto, ce n’était pas à cause du sel…

     

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 2 jours par Ocean et Nathy.
    #95579
    Yves
    Participant


    J’ai bien aimé ce récit, étant motard moi-même, je ne puis qu’appuyer lourdement sur la raison de la fessée reçue par mademoiselle. On ne dit pas à un motard que sa moto est poussive, pffff !

    🤣🤣🤣🤣

    Mesdames, mesdemoiselles, mon propre plaisir passe par le vôtre

    Blog : histoires-jr33.blogspot.com

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com