Les jeux innocents de Valérie

Accueil Forums Discussions générales Récits Les jeux innocents de Valérie

  • Ce sujet contient 1 réponse, 1 participant et a été mis à jour pour la dernière fois par Coquine06, le il y a 2 mois.
2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Messages
  • #72393
    Coquine06
    Participant


    Valérie Gerbier, trente ans, rentre dans une boutique de sous vêtements, car en passant devant la  vitrine elle a vu un joli ensemble. Elle se l’est acheté car ce mois-ci elle a eue une petite prime à son travail de secrétaire. 

    En sortant de cette boutique, elle ne fait pas attention et elle bouscule un homme. Paul Vautier petite cinquantaine d’années, avec une certaine prestance, vêtu d’un costume clair sur une chemise foncée. Une jolie  cravate, une paire de mocassins aux pieds. 

    ” Pardonnez moi Monsieur, j’avais la tête ailleurs, s’excusa-t-elle.

    – C’est un peu court Mademoiselle comme excuses. Vous pensez  que vous pouvez vous en tirer aussi facilement ?

    – Que voulez-vous dire Monsieur ? Je vous ai bousculé, je vous ai présenté mes excuses. Quoi de plus ?

    – Êtes vous joueuse Mademoiselle ?

    – Oui Monsieur.

    – Donc je vous donne ma carte de visite, et si vous voulez en savoir plus venez demain à cette adresse à quatorze heures. Mademoiselle, viendrez vous ?

    – Non ! Nous ne nous connaissons pas, de quel droit me demandez-vous ça ?

    – Bien réfléchissez, et nous verrons cela demain.”

    Le lendemain Valérie se lève vers neuf heures, elle n’a pas beaucoup dormi. Elle a beaucoup réfléchi à ce qui c’est passé la veille. Que lui voulait cet homme ? que signifiait tout cela ? 

    Elle regarde la carte de visite que l’homme lui à donné. Finalement, elle décide de se rendre dans le septième arrondissement rue Clerc. Elle se fait la remarque ” beau quartier “. Elle demeurait rue des Innocents dans le premier arrondissement, à environ quinze minutes de la rue où elle a rendez-vous. Pour être sûre de ne pas être en retard elle va partir une demie heure plus tôt. Elle avale tranquillement son petit  déjeuner, prend une douche, et se dirige vers son dressing, où elle fouille pour chercher la tenue idéale pour ce mystérieux rendez-vous.  Elle choisit un tailleur de couleur crème, des chaussures à talon pratiquement plat. Coiffe ses cheveux longs châtain foncé qu’elle laisse retomber sur ses épaules. 

    Elle prend son sac à main et elle quitte son domicile. Elle se dirige tranquillement vers la station de métro ” Châtelet ” pour se rendre à la station ” École Militaire “.  Très en avance, elle flâne jusqu’à l’heure dite, cela ne se fait pas d’arriver en avance à un rendez-vous.

    Treize heures cinquante, elle se dirige en direction du quinze de la rue Clerc. Quatorze heures pile, elle arrive devant la porte de la demeure de Paul Vautier. Elle sonne à la porte et l’homme lui ouvre. Ils se saluent, il l’invite à entrer, referme la porte, et lui fait signe de se rendre dans le salon.

    Il l’a débarrasse de sa veste et de son sac à main, qu’il accroche  à la patère de l’entrée. Tous les deux sont maintenant dans la salle à manger. Il lui demande de l’attendre,  il sort de la pièce. Valérie fait le tour de celle-ci et avise le plateau sur lequel se trouvent trois tasses ainsi qu’une cafetière, un sucrier et trois petites cuillères. Elle se dirige vers la bibliothèque et regarde quelques titres de livre, lorsque Paul entre a nouveau dans la pièce avec une femme. 

    A suivre

    blog où vous trouverez la suite : Blog de Coquine06

       

    Je vis mes fantasmes et je les assume.

    #72394
    Coquine06
    Participant


    La suite…

    La femme qui entre dans la pièce, Sylvie, est une  magnifique femme de quarante ans. C’est l’épouse de Paul. Elle porte un pantalon de toile noire, et un chemisier blanc une paire d’escarpins à talon haut. Valérie la salue poliment et regarde la femme s’asseoir avec distinction.

    Paul regardait les deux femmes, sans rien dire. 

        “Maintenant Valérie ,commença-t-il, il est temps que je vous explique pourquoi vous êtes ici. Hier vous m’avez bousculé.au risque de me  faire mal, et ce uniquement parce que vous ne faisiez pas attention où vous marchiez.

        – Mais je vous ai présenté des excuses, et je ne vous ai pas blessé juste bousculé.

        – Oui effectivement mais il faut que vous appreniez à regarder où vous mettez les pieds, cela vous évitera de bousculer les personnes que vous croisez.                                        

        – Mais c’est la première fois que l’on se croise et je n’ai fait que vous bousculer, c’est tout.

        – Il faut quand même vous faire pardonner pour n’avoir pas fait attention, et vos piètres excuses ne suffisent pas.

        – Vous allez être notre servante pendant quelques heures, ajouta Sylvie.

        – Mais de quel droit.

        – Valérie, vous ai-je obligé à venir ? reprit Paul.

        – Non.

       – Quand vous vous adressez à moi, vous dites Monsieur, et ma femme vous dîtes Madame, sinon vous serez punie. Si vous êtes là c’est parce que vous avez accepté ma sentence. Et celle-ci est de nous servir durant quelques heures.

        –  oui Monsieur, et à quel genre de punition pensez-vous ?

        – Une bonne fessée.

        – ah mais euh… Dit Valérie. Paul se dirigea vers la cuisine attrapa un tablier, qu’il tendit à Valérie et lui demanda de servir le thé. Elle mit donc le tablier et commença à servir. Mais malheureusement elle renversa un peu de thé brûlant sur la cuisse de Paul, et évidemment il fut brûlé.  

    Sylvie qui jusque là s’était  contenté d’être spectatrice se lève d’un bond et réagit très vite.

            – Mais quelle gourde, vous faites ! 

    Elle attrapa une serviette pour essuyer la cuisse de Paul. Et il se dirige vers la salle de bain sans oublier de recommander à Sylvie de se charger de Valérie. En attendant qu’il revienne.     

         – Valérie retirez votre tablier ainsi que votre jupe. et mettez vous contre le mur les mains sur la tête.

           – Mais Madame…!!!

         – Je vous ai dit de retirer tablier et jupe. Si c’est moi qui vous les retire cela sera pire. 

    Valérie obtempéra et se mit face au mur, les mains sur la tête. Sylvie passa derrière Valérie lui baissa sa jolie culotte blanche en dentelle. Et lui met quelques claques bien senties sur ses fesses. Valérie gémit . 

    Et lui intima l’ordre de ne pas bouger et de garder les mains sur la tête. Ensuite elle lui remonta la culotte. Quand Paul arrive dans la pièce. Il tira une chaise au milieu de la pièce et s’assit.

            – Valérie, appela t-il.

            – Oui Monsieur.  

            – Venez ici. 

    Valérie obéit, se retourna et se dirigea vers Paul. Il l’attrapa par le bras et la coucha sur ses genoux. Et la il commença à lui donner une bonne dizaine de  claques sur la culotte. Les claques n’était pas très fortes mais elles tombait à un bon rythme. Il s’arrête de frapper, mit sa main sur le haut de la culotte de Valérie, la baissa découvrant ainsi les fesses bien roses et il reprit les claques de plus en plus fortes. 

    Valérie commença à bouger et à gémir. Paul lui ordonne de ne pas bouger. Il continua de plus en plus fort, encore une cinquantaine de claques. Valérie n’en pouvais plus. Elle pleurait comme une gamine. Quand Paul jugea que la punition fut suffisante il s’arrêta de frapper, laissa Valérie se calmer en passant sa main sur ses fesses pour soulager la douleur du feu de la fessée.

    Ensuite Paul remis Valérie sur ses pieds, elle fut autorisée à remettre sa culotte et sa jupe. Ensuite Valérie refit du thé qu’ils burent tous les trois en devisant sur ce qui venait de se passer. Mais Valérie avait bien mal aux fesses.

            – Valérie, mon mari et moi partons dans notre maison de Saint Germain-en-Laye pour la fin de semaine prochaine. Que diriez vous de venir avec nous. 

                  –  je ne sais pas Madame. 

                   – effectivement ma femme a une bonne idée. Téléphonez nous vers le milieu de la semaine pour nous donner votre réponse.  

                   – Bien Monsieur. Au revoir.”

    A suivre…

    Le Blog : Le Blog de Coquine06

    Merci de vos commentaires qui sont toujours les bienvenus…

    Je vis mes fantasmes et je les assume.

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com