Les belles inconnues

Accueil Forums Discussions générales Causons d’autre chose Les belles inconnues

  • Ce sujet contient 2 réponses, 3 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Eva, le il y a 1 semaine.
3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)
  • Auteur
    Messages
  • #54361
    FrenchTouch
    Participant


    Cet après-midi, je m’ennuie. Quand je m’ennuie, souvent, je me ballade et aujourd’hui, en rentrant d’une de ces ballades, j’ai croisé une jolie femme. J’en ai sans doute croisé plusieurs, à vrai dire. A Paris on manque d’air mais pas de jolies femmes. Celle-ci, rencontrée aux abord du jardin du Palais Royal, a laissé une petite emprunte.

    Esquisse de portrait : trentaine d’années, de longs cheveux châtains tombant sur les épaules, des traits d’une grande finesse, les yeux bleus, l’air absent. Vêtue d’un long manteau beige lui tombant en dessous du genou, chaussée de bottes à talons qui claquaient agréablement sur le pavé. Elle semblait chercher son chemin, elle allait vers le jardin dont je venais de faire le tour. On imagine facilement un rendez-vous. On s’imagine facilement bien des choses.

    C’est son air détaché, je crois, qui m’a sorti de ma torpeur. Rien de tel qu’une femme élégante à l’air détaché pour éveiller mes pires instincts. C’est parfois un meilleur aiguillon qu’une tenue provocante.

    Je l’ai regardée rapidement, en regrettant un peu bêtement ma propre tenue, un peu trop décontractée, un peu trop campagne, un peu trop vieil homme, pour croiser une femme comme elle. Je me serais préféré un peu plus “jeune citadin”.

    Je me suis demandé si elle aimerait le genre de sévices que j’aime, moi, infliger. Pas sûr. Allez savoir. Je peux parfois avoir l’intuition de ces choses, mais cet air distant qui me plaît chez elle déjoue mon radar.

    J’ai passé mon chemin bien sûr. On passe beaucoup son chemin, je trouve, globalement, mais c’est peut-être juste moi. En revenant au bureau par les petites rues, je me suis dit que foutu pour foutu, je finirais de flinguer cet après-midi en lui dédiant un petit hommage ici. Si le cœur vous en dit, je vous laisse ajouter vos inconnues à ce petit fil innocent.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 semaine et 1 jour par FrenchTouch.
    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 semaine et 1 jour par FrenchTouch.

    Adepte du tout répressif

    #54386
    Miss Whimsical
    Modérateur


    Je salue l’initiative de ce petit fil dont le thème me parle beaucoup. Alors voilà une petite contribution  :

    Métro parisien

    “Bouh, le métro parisien ! C’est sale, ça pue, il y a trop de monde, les gens sont pressés, désagréables, se bousculent, s’insultent même, parfois.”

    Je ne m’en rends plus compte. Je suis rompue à l’exercice : je circule machinalement dans les souterrains, le pas vif, j’esquive les gens sur mon passage, je double, je dévale les escaliers, je guette la rame la moins bondée, je m’y faufile et, à moins d’avoir pitié d’un papi ou d’une mamie, je me jette sur la première place assise.

    Je n’ai pas le nez sur mon téléphone, ma tablette et je ne lis pas, comme la plupart des gens. Non, je préfère observer mon environnement discrètement.

    Il y a cette femme appuyée contre la vitre. Elle a des cheveux noirs coupés au carré, un air à la fois un peu austère et policé de notaire. Elle tient ses dossiers contre elle d’une main et pianote sur son téléphone de l’autre. Elle fronce les sourcils, puis lève le nez. Nos regards se croisent quelques secondes. Le sien est franc et perçant. Je ne peux m’empêcher de me dire qu’il me plait.

    Elle porte une robe d’été de couleur noire, vaporeuse, qui lui arrive au genou et des sandales. Est-elle aussi sage qu’elle en a l’air ?

    Elle se déplace légèrement pour laisser descendre un ado dégingandé et boutonneux (Ah, le charme de l’adolescence !)

    Maintenant, elle me tourne le dos. Je devine ses formes. Elle a une silhouette toute menue et des fesses joliment rebondies. Non, je ne rêve pas, c’est bien un tanga rouge en dentelles que je vois par transparence sous sa robe. Je peine à retenir un sourire amusé et me surprends à l’imaginer nue, attachée à une croix de Saint André, ses petits seins frottant contre le bois dur, ses fesses offertes à la sévérité d’un martinet. Il me plairait de l’entendre couiner, haleter. Il me plairait de lire de l’excitation et de la vulnérabilité sur ce visage lisse de femme d’affaire…

    A mon tour de descendre. Je tente de me reconnecter à la réalité et de me concentrer sur le planning de cette nouvelle journée de travail.

    Je croise Monsieur Big Boss dans l’ascenseur, je me force à prendre mon air aimable et professionnel, nous échangeons des politesses, tandis que je repense à ma charmante inconnue, à qui je continuerai de faire subir des sévices, ce soir, dans le métro.

    https://missw-s-bonnet.blogspot.com/

    #54389
    Eva
    Participant


    Baudelaire a écrit A une passante….connaîtriez vous le Spleen?
    Oh combien les passantes m’ont toujours bouleversé. De la jupe qui se soulève sous l’effet du frottement d’un sac, à celui choisi de la petite robe en début de printemps.
    Au bouleversement issu d’un sourire dissimulé…
    J’aime lire, j’ai toujours lu partout, comme dans une bulle, mais la bulle est transparente.et je contemple tout le reste en même temps.

    Se révèle être "comme une boule de flipper,qui roule qui roule...".

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com