Le tourbillon de la vie

Accueil Forums Discussions générales Causons fessée Le tourbillon de la vie

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)
  • Auteur
    Messages
  • #74383
    Ô.Céane 🍑
    Participant


    Je ne trouvais pas une autre place pouvant correspondre à mon témoignage. Peut-être n’est-ce pas la bonne rubrique…

    “On s’est connu, on s’est reconnu

    On s’est perdu de vue, on s’est r’perdu de vue

    On s’est retrouvé, on s’est réchauffé, puis on s’est séparé

    Chacun pour soi est reparti dans le tourbillon de la vie”

    Il est des histoires qui ressemblent à des chansons. Ou des chansons qui ressemblent à nos histoires…

    La vie est un tourbillon souvent inattendu.

    Une histoire débutée ici, alors que tout nouvelle, je cherchais le chemin de mes désirs profonds. Un mot, une phrase, des échanges qui ont bouleversé mon monde intérieur qui m’était presque inconnu. Je savais ces envies, ces besoins, là, ancrés, profonds… mais était-ce normal ?

    Il m’a parlé d’émoi, de place, de sensualité, d’autorité, d’obéissance, de fessées, d’être cul nu, d’être punie, d’être protégée… et tout prenait sens… Des mots qui faisaient un tel écho, étaient déroutant. Mon premier lâcher prise était là, me laisser embarquer dans cette aventure, presque sensorielle, à la recherche de mes désirs si ancrés.

    Et puis… cette voix. Une voix qui résonne en moi comme contenante, puissante, rassurante, écrasante, menante… Nos échanges étaient intenses, puissants… Et puis, se sont espacés, pour s’interrompre parfois et reprendre… un peu.

    J’ai avancé, rencontré, de bonnes et moins bonnes rencontres, mais toujours enrichissantes. Et toujours mon fil rouge un peu là, parfois moins.

    Deux ans plus tard. Un autre site, je m’inscris. Sans aucune conviction. Ne souhaitant pas utiliser mon prénom sur tous les sites, je choisis un pseudo moins indentifiable, que j’utilisais déjà ailleurs.

    Il est inscrit aussi, avec le même pseudo, très identifiable pour moi, donc. J’avais galéré à rédiger la page de mon profil, et je dépose quelques mots en guise de présentation, qui me définissent (très) succinctement, mais clairement. En gros : femme, besoin de cadrage, désirs.

    Un premier contact. Dans l’idée « de voir » et d’une petite revanche de ses longs silences, parfois, je dois bien l’admettre. Je laisse venir. Je réponds, donne le change.

    Puis, rapidement, nos échanges prennent une tournure, dont je retrouve la puissance, l’essence des premiers, deux ans plus tôt. Je me prends au jeu et je n’ai pas envie que cela s’arrête. C’est trop chouette ! Ils sont bien différents des premiers. Je connais mieux mes désirs, les assume totalement, et ai pu vivre quelques expériences. La connivence est forte. Je culpabilise un peu, bien sûr, et suis frustrée aussi de ne pas pouvoir dévoiler qui je suis.

    Je relis ses mots : fessées, cul nu, punition, contraintes, autorité, cadre… Ils me font le même effet que les premières fois.

    Je connais mon interlocuteur et, au bout d’un mois,  je vois poindre le moment où l’on aborde le sujet de la voix. Dont je connais la suite : le coup de téléphone. Aïe. Comment je gère ça, maintenant…

    Je prends un peu les devant, et préviens que cela peut être décevant, un peu surprenant.

    Un message instantané : « je vais t’appeler maintenant »… Ah…

    Il appelle. Je réponds. J’ai chaud.

    Quel bonheur d’entendre cette voix…

    Je ne masque pas la mienne, je ne change rien. Et je suis persuadée que ça passe crème…

    Il me fait comprendre qu’il m’a reconnu… J’ai très chaud.

    Il ne m’en veut pas, nous discutons une bonne demi-heure.

    Je suis contente d’avoir pu avoir ces échanges avec lui, sous un autre prisme. Contente qu’il puisse constater que j’ai évolué. Sans lui, je n’en serai sans doute pas là.

    Ces échanges « anonymes » m’ont permis de me rendre compte où j’en étais moi aussi.

    Peut-être lira-t-il ce billet. Merci d’être là. La vie ne nous permet pas de nous connaitre davantage, mais nous a donné l’occasion de nous rencontrer deux fois. Avec une intensité à chaque fois aussi forte.

    Ce petit épisode m’a fait penser à cette chanson. J’ai choisi cette interprétation de Jeanne Moreau et Vanessa Paradis, parce que je la trouve forte… Comme ce que j’ai écris plus haut.

    https://www.youtube.com/watch?v=tKuw-F5COtQ

    • Ce sujet a été modifié le il y a 2 semaines et 1 jour par Ô.Céane 🍑.

    "Et mes fesses, tu les aimes mes fesses"
    Mes récits ne sont pas forcément le reflet de ce que je recherche...juste une inspiration...

    #74397
    lafessée83
    Participant


    Je me suis retrouvé et reconnu dans cette chanson   Lol

     

    Pratique la fessée depuis plus de 30ans, recherche rencontres, amitiés

    #74401
    Biloba
    Participant


    Merci RougePhile.

    C’est la pluie ce matin qui vous applaudit au carreau, qui frappe à la porte Ô.Céane vers un ballet d’écume.

    Serge Rezvani a vécu ce tourbillon avec celle dont la mémoire flanchait, danse de Cyrus avec son cirrus, âges nus dans les nuâges. À la recherche de l’instant unique et pourtant si jumeau.

    Tout est fragile, qui fuit dès lors qu’on aimerait le saisir, le figer pour l’éternité.

    #74442
    Ô.Céane 🍑
    Participant


    Merci pour vos gentils commentaires…

    "Et mes fesses, tu les aimes mes fesses"
    Mes récits ne sont pas forcément le reflet de ce que je recherche...juste une inspiration...

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com