Le tiroir secret des lettres de consignes…

Accueil Forums Discussions générales D/s Le tiroir secret des lettres de consignes…

Mots-clés : 

  • Ce sujet contient 54 réponses, 16 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Christal, le il y a 3 mois.
15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 55)
  • Auteur
    Messages
  • #9931
    Monsieur Jones
    Maître des clés


    Dans ce tiroir “secret” d’un boudoir, on trouve des lettres de consignes, comme des petites confidences.
    Une lettre de consignes, c’est une invitation à ouvrir une porte, on y suggère la possibilité d’un ailleurs où tout reste à écrire.

    Celle qui la reçoit a le choix: la déchirer et la mettre au panier ou bien répondre à son invitation en s’aventurant jusqu’à la lisière d’une forêt dense et fraiche. Et là, se laisser emporter par ses envies encore floues, à sa propre rencontre.
    “Promenons-nous dans l’émoi, pendant que le loup est là”

    Ce petit topic est là pour que celles et ceux que ça tente y déposent des lettres de consignes.
    Que ces missives aient servi ou qu’elles soient imaginaires, peu importe, promenons-nous dans l’émoi….

    Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

    #9932
    Monsieur Jones
    Maître des clés


    Mademoiselle,

    Demain, je vous retrouve et c’est comme si une année entière s’était écoulée depuis notre dernière rencontre tant ces jours passés à l’écart de votre peau m’ont paru interminables.

    Demain, c’est à grande vitesse que j’avalerai les kilomètres enneigés qui me séparent de votre cul, afin de vous repousser contre la table où je mettrai fin à mon sevrage.

    Dois-je vous rappeler que vous serez punie pour les raisons que vous savez. Si je suis un sale type, vous n’en êtes pas moins une petite garce et ma ceinture saura vous le rappeler.

    Mademoiselle, demain soyez lisse, infiniment lisse. Les sales types aiment glisser la pointe de leurs langues entre les cuisses des petites garces, à l’affût d’un poil orphelin oublié par la cire. Dois-je vous préciser que je ne veux en trouver aucun.

    J’arriverai à 18h précise.
    Je veux que vous soyez vêtue d’un corset rouge et d’une jupe noire. Vous aurez des bas, des chaussures à talons hauts et votre collier autour du cou. L’absence de culotte soulignera que vous êtes prête pour l’inspection que je mènerai en temps voulu.

    Quand je frapperai, vous irez vous immobiliser au centre de la pièce.
    J’irai alors abreuver la soif que j’ai de vous à la source de vos lèvres.
    Mademoiselle, ne bougez pas d’un millimètre quand j’attacherai vos mains dans le dos puis pincerai sur votre jupe et votre corset, les petits grelots qui moucharderont vos déplacements.

    J’irai ensuite sous la douche, profitez de ces derniers instants solitaires pour passer en revu ce texte que vous devrez me restituer par cœur et sans l’ombre d’une hésitation :

    Si…
    Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie
    Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
    Ou perdre d’un seul coup le gain de cent parties
    Sans un geste et sans un soupir ;
    Si tu peux être amant sans être fou d’amour,
    Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre
    Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,
    Pourtant lutter et te défendre ;

    Si tu peux supporter d’entendre tes paroles
    Travesties par des gueux pour exciter des sots,
    Et d’entendre mentir sur toi leurs bouches folles
    Sans mentir toi-même d’un seul mot ;
    Si tu peux rester digne en étant populaire,
    Si tu peux rester peuple en conseillant les rois
    Et si tu peux aimer tous tes amis en frère
    Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi ;

    Si tu sais méditer, observer et connaître
    Sans jamais devenir sceptique ou destructeur ;
    Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,
    Penser, sans n’être qu’un penseur ;
    Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
    Si tu peux être brave et jamais imprudent,
    Si tu sais être bon, si tu sais être sage
    Sans être moral ni pédant ;

    Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
    Et recevoir ces deux menteurs d’un même front,
    Si tu peux conserver ton courage et ta tête
    Quand tous les autres les perdront,
    Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
    Seront à tout jamais tes esclaves soumis
    Et, ce qui est mieux que les Rois et la Gloire,
    Tu seras un homme, mon fils.

    Rudyard Kipling

    Ainsi sont vos consignes pour demain.
    Elles sont simples même si le poème demande à être “travaillé”.
    Elles ne souffriront d’aucune dérogation.
    Je compte sur vous.

    Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

    #9988
    Anonyme
    Inactif


    J’adore, et avec la musique et la voix de Lavilliers on le retient facilement 😉 voilà, je dis ça pour rendre service quoi …

    #9989
    Monsieur Jones
    Maître des clés


    C’est vrai que Lavilliers a une voix terrible ! 😉
    Et votre contribution personnelle, alors?

    Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

    #61578
    Christal
    Maître des clés


    Je ne me souvenais pas de ce sujet ! Je l’aime beaucoup. Je le fais donc remonter 🙂

    @monsieurmechant, pouvons-nous déposer une lettre même si nous sommes de l’autre côté de l’autorité ???

    Rien n'est acquis, tout est fragile...

    #61580
    Anonyme
    Inactif


    Merci @christal d’avoir fait remonté ce délicieux sujet! j’adore!

     

    #61581
    Monsieur Jones
    Maître des clés


    @christal, vos désirs sont désordre ! 🙂

    ” Mademoiselle,

    Depuis quelques jours je me sens habité par une houle intérieure, et j’attends avec impatience ce moment ou je vais mettre le pied à terre ou plutôt la main sur votre terre.

    Votre peau m’a manqué et votre souffle, qui s’affole quand je suis en vous, m’a mordu de son absence.
    J’ai envie de vous aimer, contrainte et livrée, j’ai envie de votre honte et de votre excitation en écho à mes exigences et à mes fantaisies amoureuses.

    Je veux vous aimer Femelle et Petite pour mieux vous aimer Femme.

    C’est un terrible désir qui m’inonde à mesure que les jours nous rapprochent.
    Je parle d’une obsession, limpide et cristalline, sous le joug de laquelle je me suis embastillé.
    J’attends urgemment la célébration de ma délivrance et ses instants où je vais vous punir, vous outrager et vous aimer à ma façon.

    Est-ce le sel de vos yeux et le feu sur votre cul coupable que je désire ?
    Ou juste le carmin sur vos joues alors que votre sexe salive ses humeurs démonstratives ?
    Est-ce votre souffle qui s’emballe, alors que vos gémissements annoncent une perte de contrôle, que je convoite ?
    Ou juste votre bouche domestiquée qui me verbalise son inoxydable servilité ?

    Troublants paradoxes, raisonnablement déraisonnables.

    Mademoiselle, mes pensées font l’objet d’un terrible désordre.
    Je me vois perdre pied pendant que vos lèvres parcourent mon cou puis, dans une renaissance, vous adouber de l’outrancier collier qui vous fera mienne.

    Pour nos retrouvailles vous aurez dans votre sac le corset et la jupe que vous venez d’acquérir ainsi que des bas et les escarpins noirs qui sanglent finement vos chevilles.

    Vous aurez aussi un bandeau.

    Mademoiselle, apportez les deux livres dont nous avons parlé et de l’huile de massage. Je laisse l’arnica à votre discrétion (grand sourire).

    J’arriverai, en fin d’après midi.
    Je vous enverrai un texto avec le numéro de la chambre.
    Vous devrez vous y rendre nue sous votre manteau, douchée, parfumée, un rouge ostentatoire sur les lèvres.

    La porte sera entrouverte, vous n’aurez qu’à la pousser et suivre les consignes qui se trouvent dans l’enveloppe posée sur la chaise… ”

    Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

    #61582
    Christal
    Maître des clés


    J’aime bien le désordre ;), mais je n’arrive à vos chevilles que si j’avoue ne pas avoir votre talent pour écrire ce genre de missive donc je m’incline ^^

    Encore un joli moment dont vous nous faites part. Merci Monsieur le conteur.

    Rien n'est acquis, tout est fragile...

    #61584
    Provocation
    Participant


    Voilà un sujet tout à fait intéressant, je vais essayer de me pencher dessus. 🙂

    Merci MM même si effectivement c’est difficile d’égaler ces jolis exemples.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 année et 5 mois par Provocation.
    #61585
    Christal
    Maître des clés


    Merci MM. Et moi ???

    J’ai fait le job le plus dur ! Descendre dans les bas fonds et remonter à bout de souffle, ce magnifique sujet pour le remettre en lumière.

    Je mérite aussi le merci, ma petite @provocation 😀

    Penche toi… on te regarde ^^

     

    Rien n'est acquis, tout est fragile...

    #61587
    Provocation
    Participant


    Sourire merci @christal  d’avoir fait remonter ce sujet, je ne vois pas la lettre de consigne que tu voulais écrire, celle que tu aimerais recevoir peut-être? De l’inspiration?

    Perverse…rire

    #61588
    Christal
    Maître des clés


    @provocation, qui ne suit pas comme d’habitude ^^ donc je traduis les mots de MM,

    @monsieurmechant, ne souhaite pas que je modifie la règle donc je ne peux écrire moi-même une lettre de convocation (même si sur le coup, j’ai vraiment cru que mes désirs étaient des Ordres :)) mais je peux de façon très générale dire comment je suis réceptive à ce genre de lettre…

    Convoquez-moi et je serais…

    Obéissante si c’est votre désir,

    Joueuse si vous voulez tester mes limites,

    Rebelle si vous me poussez dans mes retranchements,

    Poupée, si vous éveillez la petite qui se tapit dans l’ombre,

    Quelle que soit la consigne, je serais à notre rendez-vous et comme toujours je ferais en sorte d’accrocher des étoiles dans vos yeux comme vous le faites dans les miens.

    Je n’ai qu’une requête à formuler, ne m’aimez pas d’amour, aimez-moi de toute votre perversité.

    Et faites de mon corps, le plus beau des langages.

    (c’est écrit “au kilomètre”, et ça n’a pas la prétention de rivaliser avec la plume du Maitre des Lieux, ni avec ceux qui nous feront le plaisir de nous dévoiler la manière dont ils/elles convoquent leur partenaire pour les “conditionner” à ce qui les attends).

    Rien n'est acquis, tout est fragile...

    #61590
    Saku 😋
    Participant


    Bonne idée @christal que de remonter ce sujet . Joli texte aussi . Bel appel à la convocation 😉

    - Ne rate jamais une occasion de faire une bêtise

    #61591
    Monsieur Jones
    Maître des clés


    Ravi que ce petit sujet qui était resté calme se réveille un peu. 🙂
    Pour la peine, je vous mets une lettre de “lendemain”. Il n’y a pas que les consignes qui peuvent faire objet de missive…

    “Mademoiselle,

    Vous dépassez les bornes. Vous savez très bien que je mène un combat rude et quotidien contre l’animal sans manière qui se cache en moi et s’invite, sans crier gare, quand je tombe en amour d’une garce.

    Je suis un type bien, alors pourquoi me mâle mener ainsi ?
    Pensez-vous que je ne suis pas conscient de vos manigances quand vous tirez doucement le fil qui détisse la camisole où j’ai banni du monde le rustre bestial et sans scrupule qui est en moi. Je suis atrocement gêné de ce que je vous dévoile quand vous décadenassez, l’une après l’autre, les pulsions sauvages que je peine à réfréner.

    Encore hier, j’avais prévu une soirée romantique, je voulais que nous partagions un bain à la lumière d’une bougie, j’aurais ensuite massé chaque millimètre de votre peau avec une douce application.
    Malheureusement, à mon arrivée, vous étiez dans une tenue insidieusement vénéneuse et, quand mes lèvres ont touché les vôtres, je n’ai pu contrôler ma main qui s’est glissée sous votre jupe pour visiter votre entrecuisse. Et là, Mademoiselle !!! là, votre sexe, orphelin de votre culotte, inondait tout l’intérieur de vos cuisses avec une irrésistible indécence (convenez-en !).
    Alors forcément, confronté à votre chair et sa mouille qui m’imploraient si fort, j’ai sombré ! Livré en pâture à mes mauvaises manières.

    Je me souviens que vous étiez allongée sur le dos, les jambes écartées, l’enroulement d’un large ruban en plastique vous liait chaque avant-bras aux cuisses, vous étiez ouverte immobilisée, totalement accessible et disponible. Un bâillon vous réduisait au silence et le rustre que vous aviez libéré jouait avec votre sexe et un vibromasseur quand la langue de sa cravache ne vous inspectait pas de la tête au pied.

    Tout le reste est flou dans ma tête…
    Sans doute l’ai-je, par un mécanisme d’autodéfense, enfoui au delà de ma conscience.

    Cette conduite est inqualifiable, je vous l’accorde, mais à qui la faute ? Je vous le demande.
    Je suis convaincu que vous en portez l’unique responsabilité et j’espère que vous avez honte pour ces épreuves que vous m’imposez en vous jouant de ma vertu et de ma moralité.

    J’ai l’espoir qu’un jour, dans l’accalmie de vos déchainements pervers, vous regretterez tous vos traquenards qui ne visent qu’à dégoupiller ce Mister Hyde embastillé, pour qu’il vous outrage à l’insu de mon plein gré… “

    Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

    #61598
    Anonyme
    Inactif


    Que j’aime toujours à lire vos textes @monsieurmechant! Merci!

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 55)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com