Le tchat de dimanche

Accueil Forums Discussions générales Récits Le tchat de dimanche

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)
  • Auteur
    Messages
  • #61609
    Anonyme
    Inactif


    Les participants sont Corrigée Délivrée, Chelonia, Clio, Thomas 7241 alias M. sucré et moi Sombrelle d’après une idée de départ de Mystic

    Après une dure ascension les voilà au sommet admirant les vues. En quoi a-t-elle méritée la fessée à venir ? Des menottes étaient glissées dans son sac à dos. (Désolée si je ne rends pas justice à votre texte, @mystic78, avec mon résumé maladroit vous connaissez mon souci de mémoire…)

    A vous de conter cette histoire

    Après s’être reposé un instant en observant la vue et en s’hydratant d’un breuvage bien frais…
    Il était temps de passer aux choses sérieuses
    Lui énoncer les faits, prononcer la sentence et enfin lui passer les menottes et la corriger telle qu’elle le mérite ! (Et dieu sait que les menottes seront utiles…)

    Elle n’avait mérité cette fessée que parce qu’il en avait décidé ainsi… Et c’est comme cela qu’elle se retrouva, sur son ordre, allongée sur un rocher, le nez au vent et les ongles plantés dans la mousse pendant qu’il la déculottait. Le vent frais lui donna la chair de poule. Mais bientôt les claques qui s’abattirent sur ses fesses firent monter en elle une douce chaleur. Une brûlante chaleur qui se propagea pour commencer dans tout le bas de son ventre, pour monter jusqu’à sa gorge d’où s’échappaient de langoureux soupirs… Quand la brûlure sur ses fesses se fit presque insupportable il s’arrêta et la retourna sur le dos. La fraîcheur de la pierre faisait un contraste délicieux avec la cuisante chaleur qui se dégageait de ses fesses. Il l’observa un instant, avant de la prendre furieusement là sur cette pierre. Il était libre de la posséder où il le voulait. Elle était sienne, sur ce sommet comme partout ailleurs…
    Il s’était contenté de lui prendre uniquement la chatte… il sorti un rosbud du sac… il le mouilla en l’insérant dans la chatte de la belle puis l’enfonça dans son anus qui était resté vierge de toute pénétration jusqu’à présent.

    La belle se rhabilla mais elle savait que ce n’était qu’un échauffement
    Elle aperçut ce qui se trouvait dans le sac.
    Ils reprirent leur marche et à chaque pas elle sentait le rosbud bien présent,
    Et elle redoutait la suite

    Leur escapade les amena dans une superbe forêt.
    Au détour d’un sentier ils aperçurent une jolie petite ruine de pierre, elle osa un regard furtif vers lui, juste le temps de capter un bref sourire carnassier se dessiner sur ses lèvres. Evidement il avait tout prévu ! Elle appréhenda d’autant plus ce qui semblait se rapprocher inexorablement.
    « C’est joli, non ? Allons voir à l’intérieur ! » son ton ne souffrait aucune discussion.
    Elle tenta bien un “On est quand même au bord du sentier, d’autres randonneurs pourraient arriver”. Mais il lui saisit la main fermement pour la faire entrer.
    L’intérieur était sombre, des poutres affaissées permettaient de s’asseoir et de déposer les affaires.
    “Alors, après ce petit échauffement, par quoi allons-nous commencer ?” fit-il semblant de s’interroger, en sortant les menottes et un martinet de son sac.
    Ses fesses encore échauffées et serties d’un rosebud hésitaient entre appréhension et légère excitation.

    Tu vois cette fenêtre a barreaux ? Va te placer face à elle et ne bouge plus un cil !

    Elle entend le cliquetis des menottes derrière son dos mais n’ose pas se retourner, ses fesses lui cuisent encore et visiblement c’est loin d’être fini, alors elle reste immobile.
    Les lanières du martinet effleurent sa peau, frôler chaque parcelle de son corps dénudé. Ses sens s’affolent.
    Sa main sa main chaude reprend la sienne avec douceur, la garde un instant puis elle sent le bracelet de cuir se refermer sur son poignet. Il soulève son bras avec douceur, lui fait déposer la main sur un des barreaux et reproduit le même manège avec son autre main.

    La voilà maintenant menottée aux barreaux métalliques de la fenêtre

    Il s’approche alors d’elle pour lui souffler à l’oreille
    – Je vous lie et j’aime ce que je vois, es tu prête a avoir quelque supplice dit t’il”
    Oh.. mais de quels supplices parlez-vous?

    je ne sais pas cher demoiselle je ne sais pas *fait un petit coup de martinet l’air de rien*

    Elle frémit. Oh, pas trop fort s’il vous plaît…
    Il s’approche de son oreille : Ne vous en faites pas ce n’’est que le début puis lui remet un coup de martinet, lui caresse le fessier juste après

    Vous voyez je peux être doux quand je le veux et se met à rire un tout petit peu

    Elle se cambre un peu plus, avec l’espoir qu’il ne lui caresse pas que le fessier…Il s’approche de sa vulve avec sa main et commence à la caresser tout doucement*

    Elle écarte un peu plus les jambes, pour laisser plus de place à sa caresse si agréable

    Et rentre un doigt sans prévenir.
    – Oh… laisse-t-elle échapper dans un petit gémissement. Il commence à la caresser tout doucement, lui retire le plug déjà en place et lui met un plus gros et lui chuchote dans l’oreille : comment te sens-tu?
    – J’ai froid… Et un peu peur…Froid extérieurement mais je brule intérieurement de me sentir ainsi prise!

    – mmmmh très bon à savoir!

    – Oooh… Mais je préférerais être prise par vous…
    -vous êtes sur ?

    il lui retire alors le plug et rentre en elle tout doucement
    -comme cela ?
    -Oh… Oui… Comme cela…

    En souriant il lui met une laisse et un collier pour amplifier les sentiments.
     
    Tiens, pense-t-elle, il a oublié qu’il allait me punir du coup..
    – Un peu de patience mais bon comme tu insistes, lui met un violent coup de martinet
    Elle n’insiste pas hein, elle le pense seulement, il semble lire son corps.

    Surprise par le coup inattendu elle sursaute

    Je t’ai fait peur on dirait ?

    – C’est que… Je ne m’y attendais pas… Ces mots le font sourire

    – Mince alors on dirait qu’il lit dans mes pensées

    il caresse le fessier et se retire, fait un câlin : comment te sens -tu ?
    – Oh.. Je vous voudrais encore en moi… cela me dévore..

    – Oh j’en ai oublié le bijoux je m’excuse
    je te remet le plug en toi et chuchote : une chose après l’autre mademoiselle. Pff… Vous êtes dur avec moi…mais hummmm c’est délicieux.
    – Pas dur, ferme!

    J’aime quand vous êtes ferme…hummm oui ferme!
    il lui met une grosse fessée par grosse envie!

    La suite : La claque résonne entre les murs de pierre

    Il aime ce son et continue à lui en donner  !
    Soudain elle voit par la fenêtre un groupe de randonneurs passer sur le chemin…
    -oh des randonneurs ! chuchote-telle
    -Pas un bruit ! J’ai dit pas un bruit ! sinon bâillon en bouche !! dit-il en le lui montrant.
    -Mais s’ils venaient par ici ? S’inquiète-t-elle à haute voix
    L’entendant il lui met le bâillon en bouche et se cache dans un coin.
    *main sur la bouche*
    Bon je dirais que j’ai été capturée par un tordu! Se dit-elle pour se rassurer
    -Un tordu qui ne veut que ta jouissance ! chuchote-t-il
    Décidément il lit vraiment dans mes pensées !
    -Ils approchent ! Voudrait-elle crier. Mais le bâillon l’en empêche.
    Il les laisse passer l’air de rien.
    L’un d’eux regarde en direction de la fenêtre
    Lui se cache dans un coin de la maison, la laissant menottée aux barreaux de la fenêtre sans vitres.
    Si on me voit je ferais semblant d’être prisonnière, pense-t-elle. Tant pis pour lui ! Il a qu’à pas se cacher.
    Il s’est rapproché pour lui tirer un petit peu les cheveux, en souriant
    Le randonneur la regarde, il l’a vu, d’un seul coup il crie un truc et pointe le doigt…

    …Dans la direction opposée.

    S’étant cru découvert il s’était mis crier : vous voulez venir ? et à rire

    Tout le groupe tourne le dos à la petite cabane, les bruits s’éloignent.

    Heureusement qu’ils n’ont pas entendu son cri, pense-t-elle

    -Ouf! Ils ne viendront pas par ici
    Il chuchote : ” il ne fallait pas paniquer” avec un sourire narquois
    Elle lui lance un regard de rage
    – Du calme, lui dit il en lui caressant la joue.
    Mais elle continue de lancer un regard haineux et lui continue à lui caresser la joue.
    Il l’embrasse sous ton ball gag. On se calme a présent ?
    Elle ferme les yeux. Ill l’embrasse à nouveau et profite du moment tendresse.

    La suite au prochain épisode ?

    #61610
    thomas7241
    Participant


    content d’avoir participer a cette petite aventure imprévue du dimanche soir 🙂 au plaisir ! 🙂

     

    #61614
    Anonyme
    Inactif


    Merci @thomas7241 de votre participation 😉

     

    #61615
    Saku 😋
    Participant


    Merci @laurette pour ce partage 🙂

    - Ne rate jamais une occasion de faire une bêtise

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com