Le ruban de satin gris clair

Accueil Forums Discussions générales Récits Le ruban de satin gris clair

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Auteur
    Messages
  • #61321
    anatole
    Participant


    C’était pour une occasion quelconque, fête, anniversaire, ou autre chose, je ne me souviens plus…mais je venais de lui offrir ce qu’elle désirait, un superbe et si délicat immense plaid au pelage tellement doux. En fait, c’était bien un cadeau fort égoïste, car j’avais bien l’intention de l’inaugurer avec elle. Cette grande étoffe si soyeuse allait nous permettre de nous étendre nus par terre en évitant la froideur du carrelage ou du parquet, quelque soit l’endroit où nous pouvions nous retrouver, et de nous y rouler à loisir en mélangeant nos corps.

    Quelques jolies pépites inondèrent son regard à la vue de l’objet que je le tendis alors qu’il était encore entouré d’un long ruban de satin gris clair.

    L’or qui valorisait si besoin son doux regard était magnifié par la dizaine de grosses bougies que j’avais disposées tout autour de la pièce de nos futurs ébats, et que je venais d’allumer avant de lui offrir ce présent, histoire de créer une petite ambiance festive, même si, à chaque fois qu’on se rencontrait, il n’en était nul besoin, tellement c’était toujours la fête entre nous. La lueur changeante au gré des flammes qui dansaient donnait une impression étrange, majorée je l’avoue par la musique que j’avais mise sur le lecteur de cd….C’est juste un peu plus tard que j’eus l’impression d’être dans un de ces films érotiques des années 70…..

    Elle s’empara de son…notre….cadeau, me remerciant d’un petit bisou sur les lèvres, et le palpa longuement avant de commencer à défaire le nœud qui fixait le long ruban de satin gris clair et emprisonnait le tissu sur lequel elle se voyait déjà allongée nue. Lentement, elle ôta l’obstacle et déploya le plaid, jetant le ruban à mes pieds. Assis sur un fauteuil, je ne perdais pas une miette du spectacle qu’elle allait m’offrir.

    Après l’avoir déplié doucement, elle étala calmement le plaid au sol, s’avisant de l’étendre sans aucun repli, puis ôta de façon tellement sexy ses escarpins, avant de poser doucement comme une caresse ses pieds nus sur le tissu dont elle tâta longuement la douceur et la suavité. La courte jupette qu’elle portait….encore….dévoilait le galbe de ses cuisses et la finesse de ses jambes, mais le manège de ses pieds sur notre futur terrain de jeu était terriblement sexy. Bien que ne désirant rien perdre de son manège, je fermai les yeux quelques secondes, imaginant qu’elle massait autre chose que du tissu de la plante de ses pieds joints….

    Posée calmement au centre du plaid, elle leva enfin ses yeux vers moi et me dit :

    « -Merci….c’est magnifique…Je fais quoi maintenant ? »

    Je venais de me pencher et de récupérer le long ruban de satin gris clair dont je parcourais la texture l’air de rien…juste pour me donner une prestance….

    « -Devine…..

    -Hum…Toute nue je présume ?

    -Absolument….je te regarde…. ».

    Elle ferma les yeux un instant, semblant s’emplir du désir que je venais de formuler, peut être même de commencer à rêver de la suite, voire de l’imaginer…Les yeux toujours fermés, elle défit le crochet qui maintenant sur le bas de ses reins sa petite jupette et la fit glisser au sol, enfin…sur ce joli plaid bleu foncé, l’envoyant valser d’un joli coup de pied à quelques centimètres. Elle se tourna doucement, toujours aussi élégante, me montrant ses fesses encore recouverte d’une culotte ultra sexy que je lui avais offerte quelques semaines plus tôt, remonta juste un peu son chemisier et glissa ses doigts fins sous l’élastique de la culotte, la faisant glisser le long de ses cuisses, avant de se retourner et de croiser mon regard…..

    « -Oui, je sais….tu préfères que les filles montrent leur cul et leur sexe avant le reste….. ».

    Se baissant juste à temps avant que la culotte ne soit au sol, elle l’attrapa d’un geste vif et me la lança au visage….

    « -Tiens, c’est pour ta collec…. ».

    Son manège m’amusait tellement….On se connaissait si bien….

    Je chopai la culotte au vol, et comme bien souvent, je la portai au niveau de mon nez, histoire de m’emplir les narines de ses senteurs….La texture m’en parut déjà bien humide, mais je ne le lui fis pas remarquer.

    J’avais baissé les yeux quelques secondes et déjà son corsage s’était ouvert en totalité et elle l’avait posé juste au bord du plaid. Ses mains étaient dans son dos et en deux secondes, ses seins nus s’offrir à mon regard. Sans hésiter elle jeta son soutien gorge loin dans la pièce, et commença à s’avancer vers moi, aussi nue que possible.

    J’avais posé sa culotte humide à mes pieds et trifouillait de nouveau le ruban de satin gris clair.

    Totalement nue face à moi dans la lueur dansante des bougies, son corps était sublime.

    Je posai une main douce sur le haut d’une des hanches, n’osant même pas l’attirer vers moi. Sa peau si fine était chaude et mon désir grandissait à vue d’oeil….A vue d’oeil est une expression…la réalité ne pouvait se cacher….Elle s’agenouilla devant moi et posa sa joue contre mon sexe tellement tangiblement visible malgré mon pantalon….Dans un souffle elle me dit :

    « -Tu veux que? ».

    Je relevai doucement son visage, l’obligeant à me regarder.

    « -Non….Reste à genoux, mais tourne toi, et mets tes mains dans le dos ».

    Elle obéit gentiment….

    Lorsque je passai le ruban de satin gris clair autour de ses poignets ramenés dans son dos, elle se redressa juste un peu, soupirant profondément…Je regrettai juste une seconde de ne pas avoir posé un miroir au fond de la pièce pour lorgner ses seins dont je ne doutai pas que leurs mamelons soient au garde à vous….Elle murmura à peine audiblement.

    « -Je savais bien que le vrai cadeau c’était ça…. ».

    Je ne commentai pas, occupé à faire un nœud avec le si joli tissu, enserrant ses poignets contre ses reins, juste au dessus de ses fesses…

    « -Maintenant, lèves toi, et va t’accroupir au milieu du plaid… ».

    Elle s’exécuta, se redressant difficilement sans l’appui de ses mains, mais de son corps si nu que je connaissais si bien, je savais qu’elle pouvait le faire obéir à des ordres difficiles.

    A genoux au centre du plaid, je la priai de se pencher en avant et de poser ses épaules au sol, ce qu’elle fit.

    La position était divinement sexy. Son cul s’offrait à mes yeux, et son sexe délicatement entrouvert n’attendait dans sa luisance que…Ses poignets entravés contre ses reins laissaient s’écouler les longueurs du ruban de satin…Oui, il me parut possible de m’en servir pour aller lier ses deux chevilles…

    Quelques instants plus tard, elle était donc ainsi liée, mains au bas des reins, et de chaque côté un lien de satin entourant ses chevilles…la position était totalement indécente, et je ne me privai pas de l’observer ainsi longuement, offerte tout d’abord à ma vue…puis…

    C’est à ce moment que je me remémorai les situations érotiques que j’avais visionnées bien des années plus tôt dans les pornos des années 70…Les lueurs des bougies inondaient son corps nu de reflets changeants, et c’était diablement érotique, mais 30 années étaient passées, et là, c’était moi et elle…Elle nue et totalement offerte, et moi qui allait la fouetter….

    Pachelbel venait de finir son canon, mais j’avais mis l’option replay….

    C’est sur les premières mesures du recommencement que j’avais dégrafé et défait ma ceinture, la tenant fermement dans ma main et sans même lui en demander la permission, je commençai à cingler son cul en cadence…D’ailleurs, lui en aurais je demandé l’autorisation, elle n’aurait probablement pas refusé…sinon, qu’aurait elle fait ici, à cet instant, et dans cette position ?

    Lorsque je frappai un peu plus fort qu’au début, elle commença à geindre, et comme je la présumai prête à s’écrouler sur le côté, j’ôtai vivement ma chaussure de mon pied et le posai sur le bas de ses reins, histoire de la maintenir en position optimum pour la raclée que j’avais décidé de lui procurer bien avant de lui offrir un cadeau…J’offre un cadeau…je m’offre un cadeau…

    Le bas de ses reins, son cul et le haut de ses cuisses étaient superbement zébrés des traces de ma ceinture lorsque je décidai d’arrêter la sanction qui n’avait aucune raison d’être, hormis mon envie folle de la fouetter….et éventuellement qu’elle en tire un maximum de plaisir…éventuellement….

    Je poussai sur ma jambe et la fis basculer de côté….Ses yeux étaient inondés de larmes, mais, et je n’en fut même pas surpris, un grand sourire barrait ses lèvres…

    De longues secondes passèrent. Mon pied était posé sur sa hanche, moi debout, j’avais sorti mon sexe de ma braguette et il lui faisait comprendre à quel point j’étais fier d’elle, voire de moi, et de ce que je venais de faire, elle, affalée sur le plaid, reniflant, son regard posé par instant sur ma bite, et puis remontant vers mes yeux…

    « -Hum…terrible….sniff…. ».

    J’eus une seconde de compassion…

    « -Désolé, j’y suis allé un peu trop fort, je me suis un peu laissé aller…mais…

    -Fouette moi les seins et après baise moi…. ».

    Que voulez vous répondre à cette demande….

    Je ne vais pas vous détailler la suite….Juste que mes mains se firent les plus douces possibles lorsque je palpai ses seins totalement zébrés de rouge et des traces de ma ceinture alors que je pilonnait son sexe…

    C’était la troisième ou quatrième fois que Pachelbel entonnait son canon, alors que nos deux corps nus avaient fusionné et s’étaient enroulés dans le plaid aussi bleu que doux, et que …par quel miracle ??? le ruban de soie gris clair entourait ma bite de façon tellement serrée que j’en avais éjaculé contre ses reins….

    Mes doigts étalaient mon sperme qui dégoulinait contre le haut de ses fesses et je la laissai câliner doucement ma bite encore enrubannée alors que nous nous étions enveloppé dans la douceur du plaid cadeau.

    Je me sentirais vieux le jour où mon sexe ne me servira plus qu'à pisser

    #61335
    Dyonisos
    Participant


    J’adore la musique classique et je trouve qu’elle s’accorde bien en général avec une ambiance érotiques et la fessée.

    Ce récit est superbement écrit et tellement sensuel avec ce canon rythmée qu’on à l’impression de vivre cette histoire.

    La soie du ruban, la douceur du plaid, le satin de la petite culotte humide, le cuir de la ceinture, les peaux qui se mélangent, il y a de la matière en plus de la musique. Bravo.

    je suis comme vous passionné par la fessée donnée et reçue et tout ce qui tourne autour de ce fantasme.

    #61340


    Très beau et vibrant récit. Merci pour ce partage

    #61351
    Sombrelle
    Participant


    Comme à chaque fois je me régale! Merci

    Alea Jacta Est
    http://sombressensuelle.blogspot.com

    #61367
    Monsieuralex
    Participant


    Bravo pour ce très beau récit qui prends son temps comme il faut le faire dans ces jeux subtils ☺️

    Monsieuralex, fesseur nantais

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com