Le Reculottage

Accueil Forums Discussions générales Récits Le Reculottage

  • Ce sujet contient 12 réponses, 11 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par M.Tanneur, le il y a 11 mois.
13 sujets de 1 à 13 (sur un total de 13)
  • Auteur
    Messages
  • #87271
    jjack
    Participant


    Le Reculottage… 

    Bonjour à toutes et tous. Dans le cadre de notre activité préférée, on parle souvent de déculottage, car il est vrai qu’une vrai fessée se donne cul nu.

    Lorsque cette bonne fessée est terminée, que votre compagne d’un jour ou de toujours se retrouve les fesses écarlates, viens le moment du coin pour certaines, puis ensuite du reculottage… 

    J’aime particulièrement ce moment, et plusieurs cas de figures s’affrontent.

    Le cas ou la demoiselle est entièrement nue, elle part à la recherche de ses atours, les rassemblent et s’habille en prenant grand soin de son postérieur au passage de la culotte.

    Un cas très intéressant aussi, où c’est le fesseur qui reculotte sa « victime » … c’est d’ailleurs le moment d’admirer un travail bien fait et de congratuler sa chipie avec ses rougeurs qui dépassent de la culotte.

    Le cas où la punie remonte elle même sa culotte tentant désespérément de retrouver une certaine intimité, c’est d’ailleurs souvent le cas où la culotte n’est pas ajustée et se retrouve dans la raie des fesses.

    Viens aussi ce moment, où, bras dessus bras dessous, le binôme décide de se restaurer, ou bien de boire un verre. Quel plaisir d’être le seul à savoir que sa chérie, qui est en face de soi, a les fesses rouges et marquées. Cependant c’est une erreur, nous sommes deux à le savoir en comptant l’intéressée, c’est d’ailleurs pour cela qu’elle se dandine un peu sur sa chaise…

    Après cette cuisante tempête, les demoiselles peuvent réagir de moult façons :

    • L’espiègle, qui se reculotte devant la glace en contemplant ses fesses, du genre « même pas mal » en tirant la langue d’un air de défi. Une combine pour avoir du rab ?
    • La rêveuse qui semble ailleurs en se reculottant et qui pense frénétiquement à la prochaine.
    • La gourmande qui rabaisse immédiatement sa culotte en demandant « encore ».
    • La coquine qui exhibe une certaine humidité et qui se dit « tu vas quand même pas me laisser partir dans cet état? »
    • L’inquiète qui prend des positions improbables devant le miroir afin de constater les dégâts et qui prie afin que son mari ou compagnon ne s’en rende pas compte… Et qui finit à la pharmacie pour demander s’il n’ont pas de l’émoclar.

    Tout cela pour dire qu’a mon humble avis, ce moment est vraiment un partage de complicité entre les deux partenaires, ce moment de calme où les barrières tombent, ce moment propice aux câlins et autres confidences.

    La liste n’est bien sûr pas exhaustive et libre à vous toutes et tous de la compléter, photos à l’appui pour ces dames.

    Excellente journée à tous.

    #87278
    Linette
    Participant


    Humm que dire après tout ça,juste qu on n’a plus envie de se faire reculotter tout simplement…l espiègle,la rêveuse,la gourmande,la coquine un bien jolie coktail tout et dis et y en n’a pour tout les goûts,a chaque un son parfum,d une subtilité et d une finesse,merci pour ce partage agréable, très bonne journée également Cher Monsieur ????

    #87305
    louviere
    Participant


    Bonjour

    En effet magnifique sujet et tout aussi intéressant que le decullotage, j ai beaucoup aimé votre texte avec les différentes façons et possibilités de la punie pour remettre son bout de tissu sur un fessier brûlant.

    Merci ,louviere

    #87325
    Paulparis
    Participant


    Il me semble qu’on pourrait ajouter à cette belle liste de cas de figures (ou de derrières) le cas ou la demoiselle préfère ne pas se reculotter et passer le reste de la journée sans culotte pour éviter tout contact avec la peau rougie et, si elle est en jupe, permettre le bon contact entre l’air frais et la peau meurtrie

    #87343
    lunapower
    Participant


    Très sympa ton petit texte @jjack69

    On peut aussi confisquer la culotte de la demoiselle, la glisser dans sa poche et aller se balader ou déjeuner avec et la sortir discrètement afin de lui rappeler un peu qu’elle est cul nu^^

    Ce qui est sympa aussi je trouve c’est une fois que la demoiselle est reculottée. Laisser passer un peu de temps et la redéculotter pour vérifier l’état de ses fesses et lui remonter sa culotte de manière assez enfantine, éventuellement lui mettre un peu de crème^^

     

    https://lesaventurescuisantesdecamille.blogspot.com/

    #87372
    Christal
    Maître des clés


    En lisant ce post, je me rends compte que je ne peux absolument pas me mettre dans une des propositions citées. Tout simplement parce que je ne sais absolument pas ce qui me traverse l’esprit quand je me reculotte après une fessée. Du coup, je rajoute : l’amnésique, tellement chamboulée et prise dans ses émotions que son cerveau fait les choses machinalement.

    Rien n'est jamais acquis. Tout est fragile.

    #87378
    Titi
    Participant


    Le reculottage ne devrait même pas exister 🙂

    Mains fines pour fesses délicates

    #87403
    la vilaine
    Participant


    Se reculotter, plus ou moins honteuse selon le « savoir-faire » de son méchant bourreau, lui jeter un oeil… et un « même pas mal », alors qu’il n’a pas le temps d’y répondre (retour au taf, chambre à rendre, dernier métro, etc.)

    #87427
    Anonyme
    Inactif


    Reculotte un cul bien rouges et après pour s assoir difficilement pendent plusieurs jour :]

    #87477
    jjack
    Participant


    Bonjour,

    Un grand merci pour vos réponses, les réactions de ces dames sont touchantes, et désolé d’apprendre que @christal devient amnésique… lol

    #87481
    Saul
    Participant


    Texte très drôle effectivement le reculottage est tout aussi important car il marque la fin de la punition.

    Après quelques minutes assises sur mes genoux pour un moment de consolation, j’invite la punie à se lever, à se tourner fesses face à moi, et à se reculotter elle même.

    Suite sans doute à mon post récent, je reçois des sollicitations de fesseurs. donc pour éviter ses importuns avec lesquels je ne me connecterais je précise immédiatement que je suis HETERO, donc messieurs passez votre chemin MERCI

    #87505
    Christal
    Maître des clés


    Seulement sur ce moment très précis du reculottage ;), je pense que c’est une question de cerveau. Il a trop d’infos à traiter et je ne suis donc pas en mesure de faire autre chose que du pilotage automatique. Je ne suis sûrement pas la seule à réagir comme ça 😉
    Et puis je crois que cet instant ne relève pas d’une importance folle chez moi. Ce qui m’importe c’est la manière dont il va m’accompagner dans cette redescente d’émotions au global.
    Si l’acte du reculottage revêt un caractère particulier pour lui, alors sûrement que mon petit cerveau s’en souviendra. Pas forcément dans les détails, car mes souvenirs sont souvent des souvenirs d’émotions rarement des souvenirs de l’acte en lui-même.
    Je suis, d’ailleurs, bien incapable de réécrire une fessée reçue dans les gestes et les mots exacts du vécu. Mon cerveau traite seulement l’émotionnel. Un vrai poisson rouge.

    Rien n'est jamais acquis. Tout est fragile.

    #87517
    M.Tanneur
    Participant


    Merci à Jjack pour nous avoir proposé ce sujet, qui complète en miroir celui du déculottage.

    Je suis bien très sensible à la poignante image de la punie contrite ou boudeuse remontant précautionneusement sa culotte sur son derrière éprouvé, essayant se recouver une petite part de la dignité perdu dans la fessée qui s’achève. Mais comme pour l’étape de la révélation du derrière à punir, j’apprécie de procéder moi même à son rhabillement. Cela permet de conserver jusqu’à la conclusion de la tannée,  le contrôle sur le fessier incriminé, autant de sa temperature que de son dévoilement.

    La punie se voyant jusqu’au bout confisqué sa souveraineté sur son postérieur, ne décidant pas plus de son exposition que de sa couleur.

    A cet effet, je trouve toujours savoureux de commander à la demoiselle maintenant dûment corrigée pour être reculloter, d’aller chercher et m’apporter les vêtements et sous-vêtements destinés au bas de son corps dont elle a été privée en début de fessée et dont elle avait été instruite de les plier et les ranger correctement.

    Si le déculottage fait partie des étapes intiant la fessée ,  le reculottage en est un des rituels clés de sa conclusion. Et je rabille une rougoyante paire de fesses avec la même satisfaction mais aussi leger regret qu’en fermant un livre dont j’avais apprécié l’histoire et la lecture.

13 sujets de 1 à 13 (sur un total de 13)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com