Le contrôle en question

Accueil Forums Discussions générales Causons fessée Le contrôle en question

  • Ce sujet contient 4 réponses, 3 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Cerebro, le il y a 7 mois.
5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Auteur
    Messages
  • #55630
    Cerebro
    Participant


    Bonjour à toutes et tous !

    La notion de contrôle ou de perte de contrôle me semble être un des éléments clé dans le désir et le plaisir de fesser ou d’être fessé.

    Pour le fesseur il y a le désir et le plaisir soit d’obtenir l’obéissance de la punie si cette dernière est insubordonnée, soit de voir la punie accepter totalement sa punition en obéissant sans résister.

    Pour la punie le désir et le plaisir provient de la perte de contrôle qui accompagne la fessée. Elle n’a plus qu’à obéir et à endurer sa punition sans avoir à penser à autre chose.

    Cette notion de contrôle ou de perte de contrôle est présente pendant toute la fessée mais est plus saillante à certains moments clés d’une fessée : lors du deculottage, lors de la fin de la fessée quand la douleur est à son paroxysme ou encore lors de la mise au coin.

    Qu’en pensez vous ?

    Est-ce que c’est quelque chose qui vous attire dans la fessée en tant que fesseur ou fessée ?

    "Le désir est l'essence même de l'homme." L'Ethique (1677), Livre III de Baruch Spinoza

    #55636
    Biloba
    Participant


    Fouette clocher, Laureloge, l’église au milieu du village. Déjà ne p’assagir sous le goût de la colère. Être mètre de soie même, un bon mètre car entent d’eux. Un joli maux de passe-passe (moi le celle) pour la magie de l’amour, afin que le qu’ondrôles conti….nus sur m’aime longueur d’ondes.

    #55671


    S’emballer semble être l’un des secrets du plaisir. Mais entre nos désirs purs et les barrages du désir que la culture nous donne, il y a toujours une confrontation. Donner le contrôle à une «autorité» qui vous «oblige» à céder à vos souhaits, neutralise ces barrières de répression elle-même, car cela enlève la responsabilité.

    C’est bien expliqué par un de vos compatriotes, un certain Jacques Lacan. Lacan distingue entre le plaisir et la jouissance: «le plaisir est quelque chose qui s’ajoute à la vie, la jouissance est quelque chose qui échappe à la mort».

    #55787
    Cerebro
    Participant


    Fouette clocher, Laureloge, l’église au milieu du village. Déjà ne p’assagir sous le goût de la colère. Être mètre de soie même, un bon mètre car entent d’eux. Un joli maux de passe-passe (moi le celle) pour la magie de l’amour, afin que le qu’ondrôles conti….nus sur m’aime longueur d’ondes.

     

    Je note, en tout cas, un certain contrôle de la langue 😉 !

    Le contrôle de soi du côté du fesseur est en effet primordial.

    Sans celui-ci la personne fessée ne pourra accorder sa confiance à celui à qui elle donne le contrôle de cet instant partagé.

    "Le désir est l'essence même de l'homme." L'Ethique (1677), Livre III de Baruch Spinoza

    #55790
    Cerebro
    Participant


    S’emballer semble être l’un des secrets du plaisir. Mais entre nos désirs purs et les barrages du désir que la culture nous donne, il y a toujours une confrontation. Donner le contrôle à une «autorité» qui vous «oblige» à céder à vos souhaits, neutralise ces barrières de répression elle-même, car cela enlève la responsabilité. C’est bien expliqué par un de vos compatriotes, un certain Jacques Lacan. Lacan distingue entre le plaisir et la jouissance: «le plaisir est quelque chose qui s’ajoute à la vie, la jouissance est quelque chose qui échappe à la mort».

    Atteindre ses désirs en donnant la responsabilité de l’atteinte des ces derniers à l’autre pour échapper à une sorte d’auto-censure provoqué par la culture … Je n’y avais pas encore pensé mais c’est une idée intéressante.

    Cependant, le désir étant l’essence de l’Homme et la réalisation de ce dernier  l’augmentation de sa puissance d’exister (Éthique, Spinoza), je ne sais pas si le fait de devoir compter sur une autre personne pour s’autoriser à l’atteindre ne signifie pas plutôt que ce n’est pas vraiment un désir.

    Par exemple, dans le cadre d’une personne souhaitant être fessée, le fesseur pourra peut-être aider cette dernière à allé plus loin dans son désir de fessée mais il ne pourra pas la pousser à accepter d’en parler et par la suite de se rencontrer pour la recevoir. Elle doit être active dans la réalisation de son désir.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 7 mois par Cerebro.

    "Le désir est l'essence même de l'homme." L'Ethique (1677), Livre III de Baruch Spinoza

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com