Le coin des songes

15 sujets de 46 à 60 (sur un total de 61)
  • Auteur
    Messages
  • #67799
    Plume
    Participant


    Humeur.

    Ce matin, le ciel est gris
    Comme mon esprit
    Peut l’être
    J’ouvre la fenêtre
    Nuage de pluie
    Au-dessus de ma tête
    Je grille une cigarette …

    Je me languis de vous, Monsieur,
    De ces mots que je tairais
    Et que pourtant vous entendrez,
    De ces jeux qui n’appartiennent qu’à nous,
    De votre petit geste impatient
    Lorsque je vous taquine,
    De mon petit air mutin,
    De vos regards intransigeants
    Quand j’essaie de vous échapper
    Par quelques pirouettes
    Dont j’ai le secret,
    Je me languis de ce qui n’est qu’à nous,
    De vos mains lorsqu’elles me guident,
    De nos joutes sans concession,
    De mes espiègleries badines,
    De vos doigts possédants,
    De nos combats silencieux,
    Je me languis de nous, Monsieur …

    Rafale de vent
    Frissons
    Vasistas vite refermé
    Ma clope se consume dans le vide
    S’éteint.

    “C’est bien la pire folie que de vouloir être sage dans un monde de fous.” Érasme

    #67839
    Mia
    Participant


    Je pense à vous.

    Je chéris chaque moment que nous partageons. Quand vous me menacez sans jamais avoir à hausser la voix ou à perdre votre sang-froid. Le cocktail enivrant d’excitation et de peur qui me donne des frissons. Votre concentration lorsque vous guettez le moindre changement d’inflexion dans ma voix, ou que vous élaborez le nuancier de couleurs sur votre toile. Pourtant, le moment dont je raffole le plus est celui où j’arrête de lutter contre la douleur et je me laisse emporter par la marée qui me rapproche inévitablement de vous jusqu’à ce que je sois étreinte de votre tendresse.

    Je pense à vous.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 4 semaines par Mia.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 4 semaines par Mia.
    #67864
    lunapower
    Participant


    Joli les filles @lou @miamia et @plume 🙂

    https://lesaventurescuisantesdecamille.blogspot.com/

    #67941
    Plume
    Participant


    Tapie.

    Il y a quelque part dans le creux de mon ventre
    Une envie dévorante
    Qui hurle comme une démente

    De ma caverne secrète,
    De mon antre
    Elle veut s’affranchir
    Se moquant
    Éperdument
    Des conséquences pourtant évidentes

    Dois-je l’écouter
    Ou lui obéir,
    Moi qui depuis la nuit des temps
    Soutiens que jamais je ne me laisserai enchaîner ?

    Là dans mes questionnements,
    Je m’aperçois pourtant
    Que la bête sauvage s’est faufilée
    Sous mon crâne,
    Une nuit alors que je me reposais
    Dans les bras de Morphée
    La traîtresse, la fourbe !
    N’a-t-elle donc point d’honneur pour ainsi ruser,
    Et me duper ?

    Toujours est-il qu’elle me glisse des songes insanes,
    Devenue maîtresse de mes rêves, je m’imagine alors esclave fouettée
    Ou garce corrigée
    Cette sauvageonne sait appuyer
    À chaque fois, là où cela me troublera

    Désormais, gardienne de mes obsessions,
    Elle mène la danse d’un bon pas,
    Elle crée et façonne mes hallucinations,
    Je m’enflamme alors comme une allumette,
    Tantôt, sous son bras, il me courbe,
    Tantôt, je suis attachée, menottée, cravachée …
    Je me réveille alors déboussolée,
    D’où me viennent ces pensées ?
    C’est à ce moment
    Que la sauvageonne riant
    Comme une hyène
    Esquisse sa plus jolie révérence …
    Elle part, me laissant là
    Avec ces idées qui n’étaient que les siennes …

    À présent, ouverte,
    Cette boîte de Pandore,
    Dois-je tenter de la refermer
    Ou bien attendre qu’elle me dévore ?
    Là dans mes réflexions,
    Je fais alors ce pari fou,
    Cette exploration
    Doit valoir le coup !

    “C’est bien la pire folie que de vouloir être sage dans un monde de fous.” Érasme

    #68044
    CoDée
    Participant


    Son regard que je ne pensais plus jamais recroiser,

    Je l’avais presque oublié.

    Ses mots faussement flatteurs

    Ont jeté un froid dans mon cœur.

    Sa prise sur mon bras,

    Comme s’il estimait avoir des droits sur moi,

    Je ne m’y attendais pas.

    De sa présence détestée j’ai cette fois réussi à me défaire,

    Et de cela j’en suis fière.

    J’ai dû m’isoler, me cacher,

    Je ne voulais surtout pas être retrouvée.

    Portières closes, en boule dans ma voiture,

    Je suis en sécurité. Elle est mon armure.

    Encore une fois je suis seule, personne pour me réconforter.

    Comme toujours je suis une âme abandonnée.

    Que c’est dur parfois, de ne pas se sentir aimée, entourée, protégée.

    Demain sera, je l’espère, un jour meilleur,

    Mais pour le moment, je pleure.

    #68071
    Biloba
    Participant


    @corrigeedelivree :

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    #68105
    CoDée
    Participant


    J’ai reçu depuis ce matin un bel élan d’attentions, de soutien, d’affection, et même d’amitié.

    Enfin je n’étais plus seule, je ne me sentais plus abandonnée. Cela m’a fait un tel bien de me sentir ainsi entourée.

    Elle est vraiment belle cette communauté, je suis heureuse d’en faire partie.

    Merci ❤

    #68214
    Miss Betty
    Participant


    Insomnie

    Longue

    Parfois belle

    Parfois source d’inspiration

    De fantasmes

    D’addiction

    Lectures qui nous replongent doucement dans un rêve

    Rejoindre Morphée une fois rassasié

    Mais cette nuit

    Elle a un goût salé

    Parce-qu’une étoile est née

    Et fait resurgir des souvenirs

    Qui enlèvent mon sourire

    Insomnie

    Quand tu hantes mes nuits

    J’aimerai juste pouvoir dormir

    Simplement pour tout oublier

    A jamais

     

     

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 3 semaines par Miss Betty.

    On a deux vies. La deuxième commence quand on se rend compte qu'on n'en a qu'une !

    #68278
    Plume
    Participant


    Délire sous endort-fines

    Vieille maison
    Poutre apparente
    Attachée à ce mât
    Je me rêve marquise
    De l’Ancien Régime
    Enlevée
    Par des Corsaires du Roy
    À moins que ce ne soit
    Des pirates
    Des mers
    Inhospitalières …
    Ils me somment
    De leur donner mon nom
    Afin de réclamer une rançon.
    Mais exposée,
    Cheveux aux vents et marées
    Devant ces goujats,
    Je reste fière
    Et à toutes leurs questions,
    Je ne leur oppose que le dédain
    De mon silence,
    Même en haillons …
    Ils en ont alors assez,
    De qui se moque-t-on ?
    Et font chercher le fouet
    Pour ma langue délier
    Et mon insolence me faire payer …
    Aïe !
    Alors tu dors pendant une correction ?
    Ne t’en fais pas
    Je vais m’appliquer à te réveiller !
    Chose promise …
    Tu m’intimes
    De compter les coups qui aussitôt
    Pleuvent en représailles
    Sur mon dos.
    Après quelques minutes
    Sous tes assauts,
    Sur le chemin de la résipiscence,
    Je gémis en fin
    Ma repentance
    Et confesse l’irrespect
    De mon affront.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 3 semaines par Plume.

    “C’est bien la pire folie que de vouloir être sage dans un monde de fous.” Érasme

    #68544
    Plume
    Participant


    Invitation.

    La prochaine fois
    Que l’on se voit
    J’ai envie
    Sans préambule
    Que tu m’encules
    Bien sûr, cet aveu
    Me brûle d’avance
    Les lèvres
    Et je ne saurai
    À jamais
    Que le taire
    Alors si
    Dans mes yeux
    Lorsque
    Tu entres en piste
    Tu lis
    Cette requête
    Muette
    Qui te supplie
    D’instamment
    Passer
    Par l’entrée
    Des artistes
    Je t’en prie
    Dans le silence
    De nos nuits
    Sans réserve
    Ni réticence
    Exaucez-moi
    Simplement
    Monsieur.

    “C’est bien la pire folie que de vouloir être sage dans un monde de fous.” Érasme

    #69161
    Lou
    Participant


    Pourquoi mes mots s’en vont, quand ton souffle promet à mes reins
    L’audace des chiennes en quête d’obéissance,
    La morsure des coups, qui dressent la jouissance

    Pourquoi mes sanglots sont longs sur tes draps orphelins
    Te boire, pour suspendre le temps un instant
    Te prendre, pour un soir et te mordre à sang

    Pourquoi mon égo se morfond, condamné à l’errance
    Apprivoiser l’absence, prolonger le chemin
    Combler tes silences, affronter les matins

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 4 semaines et 1 jour par Lou.
    #69993
    Monsieur Méchant
    Maître des clés


    Mademoiselle là, tout de suite maintenant, j’ai des envies d’envolées…
    Au petit matin, ma main empoigne votre chevelure comme l’amarre de votre joli corps d’attache.
    Comme un bateau ivre sans d’autre destination que les deux astres rougeoyants de vos iles si rondes, je hisse le grand voile, tire sur l’écoute et mets le cap sur vos récifs.
    Et les cales gorgées des sens, je m’embrase dès la première étincelle, quand ma main percute vos hautfonds et que sur votre peau, cet horizon sans fin, une marée de roses vient rouler ses épines tout contre votre épiderme.

    Et me voilà pour toujours, Robinson naufragé sur mon Elle, les mains pyromanes perdues dans l’éclat si chair d’un joli corps céleste incandescent…

    PS; t’aurais pas une petite poussée de Romantisïte, vieux?

    Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

    #70067
    Lou
    Participant


    Musique de chambre à quatre mains

    Doucement, je m’endors bercée par vos mains, sur mes reins, qui le soir guettent.
    pète ! « Votre petite chienne est prête »
    Mise à nue, à vos pieds, j’attends l’instant propice de ma jouissance,
    Faire de moi, l’objet du vice et de vos errances.
    Soliste pour un soir, le cuir bat le refrain
    «, sur ce lit, j’ai fait le rêve que ces coups durent jusqu’au matin » 
    Si votre souffle indécent me suspend hors du temps, j’oublierai ces heures,
    à Dormir sans sommeil, et sourire sans ardeur

    Allez go, direct en cure de déromantox 👀

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 3 jours par Lou.
    #70420
    Lou
    Participant


    Amnésie

    J’efface les jours, les adresses,
    Les âges, sombrant dans l’ivresse
    Des coups, gravés sur cette page,
    Blanche, en promesse de voyage.
    « Penche toi, sois sage »

    J’ignore le compte du cuir,
    Du temps, des soupirs,
    Sur mon corps, dompté à servir.
    Obéir ou jouir, c’est le sort
    De votre souffle carnivore.

    Je fige la fièvre de vos mots,
    Implorant qu’ils sèvrent d’O
    Les vestiges de mon égo.
    Et ma peau meurtrie,
    Demande à vos lèvres, l’oubli.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 jour et 18 heures par Lou.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 jour et 18 heures par Lou.
    #70423
    Monsieur Méchant
    Maître des clés


    Sacrement bien ciselé celui-là, Lou !
    On s’imagine au Flore ou au Deux Magots, pendant une lecture du soir entre initiés…Il faudrait dire sans sourciller ou alors, rougir sur les cuisses d’un matador…

    Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

15 sujets de 46 à 60 (sur un total de 61)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com