Le cerveau dans la fessée, oui mais comment?

Accueil Forums Discussions générales Causons fessée Le cerveau dans la fessée, oui mais comment?

10 sujets de 16 à 25 (sur un total de 25)
  • Auteur
    Messages
  • #49283
    RichardRP
    Participant


    Oui Karima, l’ambiance et les émotions ressenties détermineront une magnifique fessée.
    Pas si simple pour y parvenir et beaucoup échouent. Les qualités nécessaire : prendre son temps, écouter sa partenaire et engager un échange authentique. Dans l’action, des gestes précis, de l’expérience et surtout ne pas outrepasser le désir de l’autre…

    Fesseur expérimenté, région parisienne, je cherche établir de vraies complicités et suis prêt à écouter votre demande. Réponse promise.

    #49286
    Warren
    Participant


    Bonjour,
    Entièrement d’accord avec les commentaires précédents : il y a l’avant fessée. C’est à dire la faute commise, la promesse de punition qui fait frissonner la soumise, la mise en scène, etc.

    #49398
    Amarante
    Participant


    @paulparisfr , je vous ai bien évidemment immédiatement dénoncé à la LPCM (Ligue de Protection des Coussins Maltraités – ou Méritants, on ne sait plus très bien). Quoique quand on y pense, le gros avantage du coussin, c’est que l’on peut réellement “l’envoyer au coin” au sens littéral du terme… et ça défoule! 😉

    #49399
    SandrineG🍑
    Participant


    La cerebralité va finir par un massacre de coussins…
    😅

    "Et mes fesses, tu les aimes mes fesses" 😉

    #49402
    Princesse Sarah
    Participant


    Bonjour,

    J’ai remarqué, suite à vos commentaires, mais depuis un bon moment aussi, que je n’avais pas les mêmes sensations que ce qui semble être la “normale”. Je mets entre guillemets car chacun a sa manière de pratiquer et chacune est acceptable du moment que c’est fait dans l’acceptation et sans porter préjudice à l’autre. Disons donc que ce qui semble être la majorité plutôt.

    Bref personnellement je n’ai pas l’impression que le cerveau a une place si importante que ça, ou plutôt sur un autre type d’émotions et de pensées.
    Je n’ai jamais vraiment ressenti de gêne, ou d’embarras, ou surtout de honte à prendre la fessée. Ou de remord pour mes actions. Toutes les “fautes” qui peuvent être dites avant ne sont que des prétextes pour moi. Le fesseur n’est pas un éducateur (ou alors par jeu). Je ne me sens pas vraiment punie, même si j’aime que la fessée soit longue, assez corsée, et avec instruments, et attachée aussi.
    Le coin a souvent été là, mais il ne m’apporte rien mentalement. ça m’est égal. Par contre j’adore la fessée, sinon je ne serais pas là!! J’adore cette sensation, les différentes positions… Cela m’apporte beaucoup mais je n’y vois pas de “punition”. Même si je ne pense pas que les fessées que je reçois soient du type érotique. Beaucoup de fessées que j’ai reçu n’allaient pas plus loin après, ou pendant.

    Je n’ai jamais pleuré lors d’une fessée, comme je le lis souvent, par honte par exemple. Au début je le regrettais, maintenant je suis très satisfaite de la pratique que nous avons avec mon fesseur, donc que demander de plus?

    Pour moi ce qui est important aussi mentalement c’est l’égalité entre le fesseur et la fessée (et non la soumise). Je peux me “soumettre” par choix le temps de la fessée, mais une fois cette dernière terminée la balance se remet à l’équilibre. Il n’y a pas d’abandon mental. Peut être est-ce dû au fait que je sois switch, donc je peux changer de rôle et d’état d’esprit.

    Voilà, la place que le cerveau a dans ma pratique de la fessée. Il est présent mais moins que pour d’autres.

    #49407
    salamboflaubert75
    Participant


    La cerebralité va finir par un massacre de coussins…
    😅

    Oui ou en bataille de polonchons 🤣

    Sal

    #49411
    salamboflaubert75
    Participant


    Bonjour,

    J’ai remarqué, suite à vos commentaires, mais depuis un bon moment aussi, que je n’avais pas les mêmes sensations que ce qui semble être la “normale”. Je mets entre guillemets car chacun a sa manière de pratiquer et chacune est acceptable du moment que c’est fait dans l’acceptation et sans porter préjudice à l’autre. Disons donc que ce qui semble être la majorité plutôt.

    Bref personnellement je n’ai pas l’impression que le cerveau a une place si importante que ça, ou plutôt sur un autre type d’émotions et de pensées.
    Je n’ai jamais vraiment ressenti de gêne, ou d’embarras, ou surtout de honte à prendre la fessée. Ou de remord pour mes actions. Toutes les “fautes” qui peuvent être dites avant ne sont que des prétextes pour moi. Le fesseur n’est pas un éducateur (ou alors par jeu). Je ne me sens pas vraiment punie, même si j’aime que la fessée soit longue, assez corsée, et avec instruments, et attachée aussi.
    Le coin a souvent été là, mais il ne m’apporte rien mentalement. ça m’est égal. Par contre j’adore la fessée, sinon je ne serais pas là!! J’adore cette sensation, les différentes positions… Cela m’apporte beaucoup mais je n’y vois pas de “punition”. Même si je ne pense pas que les fessées que je reçois soient du type érotique. Beaucoup de fessées que j’ai reçu n’allaient pas plus loin après, ou pendant.

    Je n’ai jamais pleuré lors d’une fessée, comme je le lis souvent, par honte par exemple. Au début je le regrettais, maintenant je suis très satisfaite de la pratique que nous avons avec mon fesseur, donc que demander de plus?

    Pour moi ce qui est important aussi mentalement c’est l’égalité entre le fesseur et la fessée (et non la soumise). Je peux me “soumettre” par choix le temps de la fessée, mais une fois cette dernière terminée la balance se remet à l’équilibre. Il n’y a pas d’abandon mental. Peut être est-ce dû au fait que je sois switch, donc je peux changer de rôle et d’état d’esprit.

    Voilà, la place que le cerveau a dans ma pratique de la fessée. Il est présent mais moins que pour d’autres.

    Je pense sincèrement qu’il n’y a pas de normalité par rapport à nos émotions et ressentis et qu’ils sont forcément subjectifs et varient en fonction des personnes… Ton ressenti et tout aussi légitime et acceptable que le mien ou celui des autres membres Princesse Sarah. Donc profite bien comme tu sembles le faire déjà…

    Sal

    #49413
    Warren
    Participant


    Oui chaque ressenti est différent.

    #49418
    Princesse Sarah
    Participant


    Je profite en effet @salamboflaubert75 🙂
    C’est pour cela que j’avais mis des guillemets à “normal” car je suis d’accord avec votre commentaire sur la subjectivité. Il voulait plutôt dire “beaucoup de monde” en fait.

    #49452
    Jan
    Participant


    Ah princesse Sarah vous me rassurez un peu (euh en fait je n’étais pas vraiment inquiet). Je me reconnais un peu plus dans votre “description”. Mais surtout, surtout, je pense qu’il n’y a aucune règle générale à respecter, aucun moule dans lequel se couler. Le point important, le seul peut-être, c’est que les deux partenaires soient à peu près sur la même longueur d’onde.
    Après, pour revenir au sujet initial, il est évident que c’est le cerveau l’organe principal dans une fessée. Comme dans toute relation sexuelle d’ailleurs. (attention je n’ai pas dit qu’une fessée s’accompagne forcément d’une relation sexuelle, d’ailleurs le plus souvent ce n’est pas le cas pour moi, pour des raisons personnelles, mais il est clair pour moi que la motivation initiale est d’origine sexuelle). Même si j’ai personnellement une pratique probablement plus “ludique” de la fessée que la “moyenne”. Mais le plaisir du jeu, quel qu’il soit, c’est dans le cerveau… Donc finalement pour moi le cerveau a une place essentielle, mais apparemment pas la même que pour nombre d’autres intervenant(e)s….

10 sujets de 16 à 25 (sur un total de 25)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com