Le carnet de punitions

Accueil Forums Discussions générales Causons fessée Le carnet de punitions

Mots-clés : 

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 31)
  • Auteur
    Messages
  • #5505
    Monsieur No
    Participant


    Dans un autre fil de discussion, mesdemoiselles @liberty et @fraise ont évoqué la pratique consistant à obliger une demoiselle à tenir un carnet de punitions, dans lequel elle doit inscrire toutes ses fautes et qu’elle doit présenter à la personne chargée de la châtier lors des séances disciplinaires. Le sujet ayant de nouveau été évoqué par l’un de nos nouveaux membres, @dobbins, qui a consacré un site internet à ce sujet, le moment me semble idéal pour creuser la question…

    Que pensez-vous des carnets de punition ? Avez-vous déjà de l’expérience dans ce domaine ? Est-ce une chose qui vous attire ? Qu’y inscrivez-vous ?

    Je compte écrire prochainement un article sur le sujet, et vos remarques me seront donc extrêmement précieuses. 🙂

    #5564
    Sia
    Participant


    Moi j’en ai un ! Vierge ? (ou quasi)

    https://call-me-glynda.blogspot.fr

    #5567
    Anonyme
    Inactif


    J’en ai eu un mais en fait on a du changer et prendre un menhir pour pouvoir tout écrire 🙂
    Trêve de plaisanterie, j’en avais un et lors de nos rencontres je devais lui présenter et lire ce qui était inscrit dessus puis demander la punition ensuite, beurk !
    Néanmoins, je trouve que tenir un carnet permet de se canaliser parce-qu’on peut le lire de temps à autre et se dire ouh là là, il vaut mieux que je me calme ça va trop barder….

    #5588
    Fraise Des Bois
    Participant


    J’en ai un. J’aime bien Je déteste ! On s’en sert par période, pas tout le temps, sinon, c’est comme tout, la routine s’installe… C’est un petit cahier d’écolier, gros carreaux, avec une marge. C’est lui qui décide évidemment, si je dois y inscrire quelque chose. Parfois il dicte en choisissant des mots bien sévères, parfois il me demande de rédiger moi-même. Si j’édulcore, je recommence l’exercice jusqu’à ce que cela lui convienne. On peut noter la teneur de la punition décidée, ou non. Et on note toujours la date où je reçois ladite punition (dans la marge, c’est à cela qu’elle sert). j’y écris généralement à la plume de ronde et à l’encre (sauf nécessité, ou si j’ai égaré mon matériel… on ne rit pas !)

    Pour le cérémonial du cahier non plus, rien n’est figé : il lit pour lui, ou tout haut, ou me fait lire. En revanche, son contenu étant parfaitement explicite, je n’ai jamais souhaité le faire sortir de la maison. On ne sait jamais, un accident, un vol à l’arrachée… et ce serait assez catastrophique pour moi. Du coup, je n’ai jamais testé le coup de la lecture implicite dans un salon de thé.

    "Fi des femelles décharnées, vive les belles un tantinet rondelettes !"

    #5637
    Monsieur Méchant
    Maître des clés


    Le carnet de punition ou le journal intime participe à ce lien que l’on tisse avec le fil de nos envies.
    Cet ouvrage est précieux et je rejoins fraise en ce qui concerne l’importance du moment et du cérémonial qui accompagnent sa lecture. Par exemple et en ce qui me concerne 😉 :

    “Mademoiselle,

    Je vous donnerai le bain à 20 heure, il n’y aura juste que le clapotis de l’eau et les poses silencieuses que vous prendrez en écho aux injonctions douces et fermes de ma voix pendant que je vous savonnerai.
    Ensuite, je vous rincerai avec application, comme on rince un poupon et vous sècherai en tamponnant vos zones les plus intimes avec une serviette en coton.

    Sur le tapis de bain, je vous frictionnerai les cheveux avant de les démêler.
    Puis, je vous emmènerai par la main vers la chambre où je prendrai tout mon temps pour vous enduire le corps d’une huile parfumée aux senteurs de fleurs d’oranger.

    Quand vous serez prête, vous irez chercher votre journal.
    Vous me tendrez avec une mine contrite ce carnet coloré où vous mentionnez chaque jour vos envies, vos bêtises, vos peurs, vos punitions et vos pensées les plus intimes.
    Je poserai ce carnet à coté de moi et attraperai dans le tiroir de la commode une petite pince.
    Cette pince est spéciale, son ressort de rappel est suffisamment souple pour qu’elle se ferme avec une pression raisonnable et délicate.

    Je vous demanderai de me faire face, debout et immobile, le sexe sagement présenté.
    J’observerai votre bouche qui se tord pendant que je vous signale que je distingue une humeur démonstrative dans le sillon de votre vulve.
    Je saisirai alors les lèvres de votre sexe, entre le pouce et l’index, en les plaquant l’une contre l’autre afin d’y placer très délicatement la pince, pour qu’elle les scelle.

    Je vous ferai signe de vous assoir sur mes genoux, les cuisses légèrement ouvertes et vous dirai:
    “bébé, je viens de fermer ton sexe, le temps de parcourir ton journal.
    Nous verrons ensuite si je l’ouvre à nouveau afin que tu ais ta récompense ou si je le laisse fermé dans l’attente que je te corrige… ”

    Je commencerai ensuite la lecture de votre journal en silence.
    Et vous, nue et assise sur mes cuisses, les yeux délicieusement baissés, vous m’observerez à la dérobée, à l’affût de tout ce qui pourrait trahir mes pensées et cette suite à venir que vous connaissez déjà….

    Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

    #5686
    Monsieur No
    Participant


    Lorsque j’impose un carnet de punition à une demoiselle, celle-ci en est intégralement responsable. Elle doit y faire figurer toutes ses méconduites, de la plus sérieuse à la plus insignifiante. Chaque entrée dans le carnet doit être datée, et la faute doit être exposée de manière précise et circonstanciée. Les justifications n’y ont pas leur place.

    Je ne dicte donc pas à la demoiselle ce qu’elle doit inscrire dans son carnet. Il est bien évident que, si j’ai connaissance d’une faute et que cette dernière n’apparaît pas dans le carnet, la jeune fille s’expose à un châtiment exemplaire. Je n’exige pas, en revanche, qu’elle me tienne informée de ses méconduites au jour le jour : c’est au carnet qu’elle doit les confier. Elle peut bien entendu choisir de m’en parler, afin d’éviter que je découvre au dernier moment des fautes graves…

    Je découvre généralement le contenu du carnet au début de la séance de punition mais, comme l’a mentionné @liberty dans une autre discussion, il m’est arrivé de le parcourir dans un salon de thé où nous nous retrouvions parfois. C’est évidemment très embarrassant pour la demoiselle, surtout lorsque, une fois ma lecture achevée, j’exige qu’elle énonce elle-même la nature de la punition qui s’impose.

    Au début de nos rencontres disciplinaires, la demoiselle se place devant moi, à genoux, et me présente respectueusement son petit carnet. Elle est parfois déjà troussée et/ou déculottée à ce stade de notre entretien, afin d’accentuer sa honte, et ainsi de renforcer l’efficacité de la punition. Une fois que je me suis saisi du carnet, elle doit placer ses mains au sommet de sa tête pendant que je lis ce qu’elle a écrit.

    Je classe alors les fautes par ordre de gravité : je commence toujours par examiner les fautes les plus légères avant de me pencher sur les plus sérieuses. Je demande souvent à la demoiselle de lire à haute voix l’entrée correspondant à la faute pour laquelle elle va être châtiée. Je lui demande ensuite de se justifier et la sermonne sévèrement si j’estime ses justifications insuffisantes. Elle est ensuite corrigée pour la faute en question.

    À la fin de la punition, j’envoie la demoiselle au coin en lui demandant de réfléchir à la leçon qu’elle a reçu, et de la synthétiser en une ou deux phrases. Après quelques minutes elle revient devant moi, à genoux, mains sur la tête, généralement nue à ce stade de la punition, et me propose sa petite synthèse. Si j’en suis satisfait, elle l’inscrit sur une nouvelle page de son carnet. Dans le cas contraire, elle s’expose à une nouvelle punition. Afin que cette leçon se grave bien dans son esprit, j’exige généralement qu’elle la copie vingt fois. Il arrive que je la fesse ou la fouette pendant cet exercice d’écriture.

    Le carnet de punitions est, somme toute, un outil formidable. Il me semble particulièrement utile lorsque la demoiselle et le monsieur n’ont pas la possibilité de se voir très régulièrement, le carnet permettant alors de s’assurer que nulle faute ne demeurera impunie. 🙂

    #5688
    Anonyme
    Inactif


    Il y a quelque chose qui m’a fortement gênée dans l’utilisation dudit carnet lors de mon expérience.
    Je notais tout comme vous me dites monsieur no mais parfois on ne se voyait que 2 mois plus tard.
    Il était pour moi très difficile de tirer un bénéfice d’une punition qui tombe 2 à voire 3 mois après la faute celle ci étant oubliée depuis…
    De plus mon fesseur de l’époque me fessait très sévèrement pour chaque faute donc imaginez que parfois il y en avait 10 voire 15 et on se voyait z ou 3 jours maximum.
    Donc en gros je prenais 5 fessées magistrales par jour et je peux vous dire qu’à force cela a plutôt renforce mon côté rebelle car je vivais cela comme une injustice voire un passage à tabac
    Ce n’était pas objectif et du coup pas profitable c’est bien dommage
    D’autant que faute insignifiante ou grave était chatiée aussi sévèrement alors autant en faire une grosse …..ce procédé à donc des côtes compliqués et je pense doit être utilisé de façon juste par le mentor….
    Si j’ai une autre expérience ( non non ce n’est pas un appel aux fesseurs lol ) Je vous en ferai part
    J’avoue que j’ai un peu peur de me relancer dans une relation disciplinaire après celle vécue et pourtant c’est bien celle que je souhaite depuis fort longtemps. …

    #5690
    Anonyme
    Inactif


    J’ai bien une question en tète: y a-t-il accumuler plusieurs fautes dans un carnet de punition afin de condencer d’aventage la punition??? C’est comme faire le compte des toutes les bétises commises à la fin d’une période et punir en fonction de cela !!!!

    #5694
    Monsieur No
    Participant


    @succube
    Si ces punitions ressemblaient à “un passage à tabac“, la relation que vous aviez avec cet homme n’avait rien à voir avec une relation disciplinaire saine, et je suis heureux que vous en soyez sortie. 😯

    Assurément, le fait de châtier une demoiselle pour les fautes commises sur une longue période n’est pas idéal, et il est préférable de la punir régulièrement. On sait cependant que ce n’est pas toujours possible. Il est alors de la responsabilité du fesseur de donner à sa partenaire une punition juste et mesurée.

    @mainfroide
    Navré mais je n’ai rien compris à ce que vous vouliez dire. 😕

    #5730
    Anonyme
    Inactif


    @monsieurno : oui je vais maintenant prendre le temps et trouver ou pas un fesseur digne de ce nom 🙂
    Je ne manquerai pas de partager mes expériences et ainsi éviter des déconvenues, mon manque d’expérience en relation disciplinaire m’a coûté “cher”
    Je suis rassurée et ravie de voir que des fesseurs disciplinaires existent et qu’ils sont justes et sains 🙂

    #5754
    lunapower
    Participant


    Moi je l’utilise de temps en temps, par contre je n’impose jamais rien… Je pense que ça dépend du type de relation et du type de jeu 🙂
    Sinon je fais marquer à la demoiselle sa faute avec la date et la punition est décidée ultérieurement selon le nombres de bêtises et leurs importances afin de décider d’un juste châtiment. Faire noter de suite la punition, c’est à double tranchant comme dit diablotine soit on peut arriver à une accumulation dangereuse soit l’autorité du fesseur peut-être remise en cause si il n’effectue pas les punitions prévues… Ou bien il faut trouver d’autres punitions que la fessée à faire marquer dans le carnet afin que ça reste un jeu et pas “un passage à tabac”

    J’utilise aussi dans une relation de fessée ludique un vrai carnet de correspondance de collège ou ce petit bon 😀
    qui doit être présenté humblement, la chipie doit en faire la lecture et demander à être punie

    bon disciplinaire

    #5758
    Anonyme
    Inactif


    @lunapower excellent le bon j’avais encore jamais vu ?

    #5759
    Sia
    Participant


    @lunapower j’adore! Bien trouvé ?

    https://call-me-glynda.blogspot.fr

    #5761
    Dobbins
    Bloqué


    super ton bon @Lunapawer :), je l’avais déjà vu quand tu l’avais sortie sur un autre site. Le résultat attendu a la bon goût de ne pas aller plus loin que le rouge.

    J’affectionne beaucoup le carnet de punition (papier). Ça me rappel le carnet de correspondance au collège qui donnait des nœuds au ventre à beaucoup. Quand je l’ai mis en place je le lui disais ce qu’elle devait y mettre et elle était libre d’y ajouter des confessions. De mon coté je notais certaines choses dans mon propre carnet pour pouvoir contrôler que le sien était correctement rempli.

    C’était aussi un moyen de recentrer le sujet lorsqu’on c’était dispersé en lui demandant de me l’apporter.

    La question de l’accumulation c’est aussi posé (je crois qu’elles ont toute tendances à accumuler :D), ce qui fait qu’à de rares exceptions je ne donne pas de « tarif » arrêté pour une faute, on fait le point et c’est un ce moment que je lui explique ce qui va lui arriver.

    #5762
    Monsieur No
    Participant


    Tout à fait d’accord avec @lunapower et @dobbins : le châtiment ne doit être décidé que lorsqu’on a pris connaissance de l’ensemble des fautes présentes dans le carnet.

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 31)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com