Le bureau du directeur : une étrange missive

Accueil Forums Discussions spécialisées Professeurs et étudiantes Le bureau du directeur : une étrange missive

  • Ce sujet contient 106 réponses, 6 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Anonyme, le il y a 4 années et 11 mois.
15 sujets de 46 à 60 (sur un total de 107)
  • Auteur
    Messages
  • #7628
    Misty
    Participant


    Misty fit de son mieux pour compter les coups suivants et répéter à chaque fois la phrase que lui avait donnée le directeur et qu’elle détestait tant. Elle s’efforçait de ne pas trop geindre et de parler d’une voix claire et bien audible, par fierté. Mais plus la canne striait son derrière, plus il lui était difficile de ne pas bouger et de ne pas crier. Par moment, elle tapait du pied et se cabrait sous la douleur. Elle fut tentée de tricher au dix-septième coup en prononçant le nombre dix-huit afin d’écourter la cuisante punition qui lui semblait durer des heures, mais elle se ravisa de peur d’aggraver son cas.
    La dernière zébrure sur son derrière rouge et endolori fut la plus douloureuse de toutes. Elle se redressa, les yeux plein de larmes contenues en massant ses fesses meurtries. Elle n’avait qu’une envie : aller se réfugier dans sa chambre et ne plus paraître de la journée.

    #7633
    Monsieur No
    Participant


    “Je n’ai pas souvenir de vous avoir autorisée à masser votre fessier” déclara le directeur d’une voix sèche. Reprenez place parmi vos camarades.”

    Soucieuse de ne pas aggraver son cas, Misty mit un terme aux efforts entrepris pour dissiper la terrible brûlure. Elle finit de se redresser et, sans même y réfléchir, commença à remonter sa culotte, qui était presque descendue au niveau de ses genoux.

    “Je ne vous ai pas non plus autorisée à remonter votre petite culotte, jeune fille. Cessez de prendre des initiatives de ce genre… sauf bien sûr si vous désirez un supplément de coups de canne.”

    C’est donc d’un pas hésitant, en tâchant d’empêcher sa culotte de tomber au sol, que la demoiselle franchit les trois ou quatre mètres qui la séparaient de ses camarades et s’agenouilla.

    “Bien, poursuivons” dit le directeur.

    #7637
    Fraise Des Bois
    Participant


    Fraise regarda Misty avec tout la sincère compassion possible. Elle se dit que compte tenu du faible rôle qu’avait tenu sa camarade dans cette triste affaire, 20 coups de canne étaient déjà un fort sévère tribut. Les larmes lui montèrent aux yeux quand elle imagina la fessée sans doute plus dure encore que recevrait Liberty qui était un peu plus impliquée que Misty, et quand elle pensa à la sienne. Car elle ne se faisait aucune illusion, elle allait goûter une seconde fois à la colère de monsieur le directeur… Elle se mit à sangloter silencieusement, regrettant autant sa stupide idée de rébellion que d’avoir cru bon de s’ouvrir au chef d’établissement.

    "Fi des femelles décharnées, vive les belles un tantinet rondelettes !"

    #7646
    Anonyme
    Inactif


    Liberty s’efforçait de ne pas paniquer face à la sévérité intransigeante du directeur, mais on pouvait lire dans son visage combien elle était pétrifiée. Elle avait l’impression d’avoir vécu la correction de Misty à sa place, ne devinant que trop bien l’humiliation et la douleur ressentie par sa condisciple, mais elle était davantage inquiète pour son sort. Elle jeta un bref coups d’œil vers Fraise qu’elle crut entendre pleurer discrètement, et par contagion, laissa couler quelques larmes sur ses joues empourprées.

    Le directeur toisait les demoiselles avec ce même regard sombre et résolu, faisant augmenter la pression de par son silence.

    Liberty s’attendait à être la prochaine. Du moins elle l’espérait, tant l’attente lui était insupportable. Elle prit une grande inspiration avant de lever doucement la tête pour croiser le regard intimidant de Monsieur No, avec un air à la fois interrogateur et inquiet.

    #7659
    Monsieur No
    Participant


    “Mademoiselle Liberty…” énonça le directeur, en insistant sur chaque syllabe et en adressant à la jeune fille un regard réprobateur.

    Il se positionna juste devant la jeune fille agenouillée, la toisant de toute sa hauteur, sans que celle-ci ose lever les yeux. Il reprit :

    “J’espérais pourtant que l’époque où vous passiez davantage de temps courbée sur ce bureau qu’en salle de classe appartenait au passé. Tant et tant d’heures passées à vous fouetter pour vous apprendre l’obéissance et le respect ! Je vous croyais définitivement réformée et vous comptais au nombre des plus belles réussites de cet institut. Eh bien… il semble que je me sois montré trop optimiste. Levez-vous..”

    #7662
    Anonyme
    Inactif


    Liberty était humiliée. Les mots de Monsieur No avaient eu raison du peu de dignité qui lui restait. Elle était devenue le centre des regards et aurait souhaité s’enfoncer dans le sol. Qu’allaient penser Fraise, Misty et Sia désormais qu’elles connaissent son passé secret?  Elle s’était montrée si hautaine envers ses camarade ces derniers jours qu’elle n’osa espérer quelconque compassion de leur part…    cela étant, elles ne se connaissaient pas encore très bien et peut-être que cette expérience commune les rapprocherait… Elle en doutait cependant et se disait que si ses condiscilples étaient en train de jubiler sur son sort, elle l’avait cherché.

    Liberty était en train vivre ce moment comme une leçon d’humilité. Ou plutôt un rappel. Il lui avait suffit d’entrer dans ce bureau pour laisser tomber toute sa vanité déplacée.

    Elle se leva, comme indiqué par le directeur dont le regard réprobateur la tourmentait. Elle était plus angoissée que jamais à l’idée d’affronter la déception et la colère de celui qui avait fait d’elle une jeune fille disciplinée. Face à ce dernier, qui la toisait toujours du haut de sa taille supérieure à la sienne, Liberty avait gardé les mains au sommet de sa tête, le regard baissé. C’est d’une voix timide qu’elle osa prononcer ces quelques mots :

    – Monsieur, je ne nie pas les révélations de ma consoeur. Vous êtes probablement déçu de me savoir impliquée dans ce vandalisme et je sais que je mérite une correction exemplaire. Me permettriez-vous avant cela quelques explications ?

    #7663
    Monsieur No
    Participant


    “Je vous écoute” répondit le directeur tout en dégrafant la jupe de la jeune fille, qui tomba à ses pieds, révélant sa petite culotte de coton blanche.

    #7667
    Fraise Des Bois
    Participant


    Fraise fut stupéfaite de constater que la sage Liberty, l’élève modèle Liberty, l’exemple qu’elle avait décidé de suivre, était coutumière de se faire déculotter et vertement fesser. Elle ne put s’expliquer pourquoi, mais ce constat la soulagea un peu : si Liberty allait se faire punir aujourd’hui, c’était certes un peu de sa faute, mais ce n’était pas une première ; visiblement sa camarade n’avait pas besoin de son aide pour mériter et recevoir des corrections. Fraise se dit qu’elle avait des chances de bien s’amuser cette année avec cette copine là et esquissa un imperceptible sourire.

    "Fi des femelles décharnées, vive les belles un tantinet rondelettes !"

    #7669
    Anonyme
    Inactif


    L’embarras de Liberty venait de franchir un palier, mais elle se dit qu’elle n’était pas au bout de ses peines.

    Dans le but de temporiser la colère du directeur, elle prit le courage de conter sa version des faits:

    – Monsieur, je ne me remets pas en cause les révélations de Fraise, elles sont factuelles. Mais il me semble que le contexte mérite votre attention…
    Lorsque Fraise nous a demandé de trouver un slogan, j’ai réagi de façon impulsive, sans réfléchir aux conséquences… J’étais tellement heureuse à l’idée de me faire de nouvelles amies que je me suis laissée emportée par l’effervescence du groupe. Pourtant, aussitôt après avoir émis ces infâmes slogans, j’ai tout de suite regretté. D’une part parce que je ne pensais pas du tout ce que je venais de prononcer et avais conscience qu’il s’agissait d’un manque de respect passible d’une punition. D’autre part parce que j’étais loin d’imaginer que ce slogan aurait été validé derechef et le plan de Fraise mis à exécution. Enfin, je voulais seulement amuser mes consoeurs, vous savez, ces petites camaraderies de récréation… Je ne pensais pas que cela irait aussi loin. J’étais contre cette idée, Monsieur, sachez le, j’ai même tenté de raisonner les autres… Cela ne m’excuse en rien, je le sais bien, et je mérite un châtiment exemplaire. Mais je tenais à ce que vous le sach…

    Monsieur No lui coupa la parole :

    -vous dites, mademoiselle, que vous avez essayer de dissuader vos camarades de commettre cet acte de vandalisme? Qu’avez-vous fait exactement ?

    Comme hypnotisée, Liberty répondit aussitôt, sans réfléchir à ses propos :

    – Je leur ai suggéré de réfléchir à un plan plus élabo…

    Liberty s’arrêta net. La malheureuse venait de s’enfoncer davantage, trahie par son honnêteté incontrôlable face au charisme dominant de Monsieur No.

    #7670
    Fraise Des Bois
    Participant


    Fraise manqua de s’étouffer ! Elle toussa bruyamment pour tenter de masquer la voix de Liberty. Mais que diable lui était-il donc passé par la tête pour dire une chose pareille !?

    "Fi des femelles décharnées, vive les belles un tantinet rondelettes !"

    #7672
    Fraise Des Bois
    Participant


    Ce que Liberty veut dire, Monsieur, c’est que bien qu’elle a fourni l’idée du slogan, elle a tout de suite perçu que c’était une mauvaise idée de passer à l’action !

    Quand Fraise croisa le regard d’acier de Monsieur No, elle se tut immédiatement, se souvenant de la leçon sur les vertus du silence qu’il avait promis de lui dispenser, s’il l’entendait parler encore une fois sans qu’il l’y ait invitée. Elle regarda à nouveau le sol, sans oser lever les yeux.

    "Fi des femelles décharnées, vive les belles un tantinet rondelettes !"

    #7674
    Monsieur No
    Participant


    Le directeur se dirigea alors à grands pas vers Fraise, la releva de force en la tenant par l’épaule et la courba sous son bras, dos à lui. Il ne lui fallut qu’un instant pour baisser violemment la culotte de la jeune fille et commencer à administrer une série de claques extrêmement sévères sur son postérieur. Il y mettait visiblement toute sa force, et il ne fallut pas plus de quelques secondes au fessier de la demoiselle pour devenir rouge écarlate.

    “Vous… apprendrez… à… garder… le… silence… quand… on… ne… vous… donne… pas… la… parole…” cria-t-il, ponctuant chaque mot d’un ou plusieurs coups.

    Les claques puissantes s’enchainèrent alors pendant plus d’une minute, à un rythme effréné. Fraise ne put retenir bien longtemps ses cris et ses larmes. Gémissante et sanglotante elle ne parvenait qu’à répéter “Pardon, pardon, pardon monsieur le directeur…“, sur un ton pathétique. La douleur était terrible, et l’humiliation la rendait plus insupportable encore. Soudain, les coups cessèrent, de manière aussi subite qu’ils avaient commencés. Le directeur libéra Fraise, qui tomba sur ses genoux.

    Vous ! dit il en la pointant du doigt. À genoux, tête au sol, dos vers moi !”

    Bien que n’ayant rien perdu de son calme, le directeur avait un regard noir et une voix pleine de menaces.

    “Et vous ! ajouta-t-il en se tournant vers Liberty. Courbée sur le bureau, culotte baissée ! Maintenant !

    #7678
    Fraise Des Bois
    Participant


    Complètement décontenancée par la magistrale et cuisante fessée qu’elle venait de recevoir, Fraise obéit sans coup férir et prit, en larmes, l’humiliante position. Ainsi placée, dos à Monsieur No, dos à ses camarades, elle n’allait rien voir de la fessée qu’allait subir Liberty. Elle ne le regrettait pas du tout, tant avoir assisté à la fessée infligée à Misty par sa faute l’avait émue et perturbée. Mais quelque chose lui disait que le son qu’elle entendrait assurément dans les instants qui allaient suivre serait très suffisant pour la plonger dans un profond embarras.

    "Fi des femelles décharnées, vive les belles un tantinet rondelettes !"

    #7685
    Anonyme
    Inactif


    Liberty ne se fit pas priée. Elle était pétrifiée par cette scène violente qui venait de se produire sous ses yeux. Elle avait énormément de peine pour Fraise qui avait tenté de la défendre et se sentit coupable de la fessée que son amie venait de recevoir.

    Mais elle angoissait davantage pour sa correction imminente.

    Quelle idée, en effet, de s’être enfoncée de la sorte! Tendre le bâton pour se faire battre, voilà ce qu’elle avait fait! ‘Quelle idiote! Mais quelle idiote!’ pensait-elle.

    Elle se courba sur le bureau et descendit sa petite culotte le long de ses cuisses. Après tout, Misty et Fraise avaient aussi été deculotées sous ses yeux.

    Monsieur No s’approcha d’elle, posa une main sur son dos pour l’inviter à laisser reposer son buste et sa tête sur le bureau, de manière à tendre davantage sa croupe callypige, offrant aux spectatrices une vue des plus compromettantes sur son intimité.

    #7688
    Monsieur No
    Participant


    Il tendit ensuite la main en direction du bureau. C’est sans surprise mais avec effroi que Liberty le vit saisir le martinet aux lourdes lanières de cuir qui y était posé. C’était un instrument que la demoiselle connaissait très bien, suffisamment pour que la perspective de la correction à venir lui fasse monter les larmes aux yeux.

    “Ordinairement ce genre de faute appelle une correction à la canne, mais nous savons bien que mademoiselle Liberty est une gamine indisciplinée qui ne comprend que le fouet. N’est-ce pas vrai, mademoiselle ?” dit le directeur.

    Liberty, humiliée, n’osait bouger. Elle tenait ses paupières fermées, comme pour échapper à la scène qui se jouait.

    “Je vous ai posé une question, mademoiselle” énonça le directeur de son ton le plus sévère.

    Liberty, ne sachant que faire ou que dire, hocha lentement la tête en murmurant un “Oui monsieur…“, entre deux sanglots.

    “Eh bien dites-le, dans ce cas” poursuivit le directeur, en se plaçant derrière Liberty et en tendant les lanières huilées du martinet.

15 sujets de 46 à 60 (sur un total de 107)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com