L’Abbaye de Fontevraud

Accueil Forums Discussions générales Récits L’Abbaye de Fontevraud

Vous lisez 4 fils de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #40758
      Anonyme
      Inactif


      Première partie:
      20 Aout 2019… Abbaye de Fontevraud …16km de Saumur…
      Lat. 47.1810532°
      Long. 0.0517741°

      C’est en ces lieux tragiques et majestueux (fondés en 1101 par Robert d’Arbrissel un prédicateur itinérant, un fanatique de Saint Benoit) que se trouve la nécropole de la dynastie des Plantagenets. Il est alors facile pour les puristes passionnés d’aller se recueillir quelques instants sur les gisants polychromes de Richard Cœur de Lion et de sa mère Aliénor d’Aquitaine. On dit même que certains soirs de pluie, poussé par le vent et des lambeaux de brumes, on peut entendre le hurlement de terreur qu’il poussa lorsqu’il fut terrassé par un carreau d’arbalète.

      Mardi… 19h30… les visites sont terminées depuis longtemps. Les touristes sont repartis, retrouvant pour un temps la douceur de leur foyer et la candeur de leurs vacances. L’abbaye, elle, redécouvre sa fraîcheur et sa superbe saturant l’ensemble du site de son silence religieux.
      Son silence ? Pas tout à fait… j’entends des pas diffus qui se rapprochent, des pas qui avancent et qui martèlent désormais, avec classe et fébrilité les dalles de la salle Capullaire, des pas qui se dirigent doucement vers le cloître du Grand Moutier.
      Finalement, elle est venue… je n’y croyais plus….elle n’aurait pas du…elle ne le sait pas encore mais elle n’oubliera jamais ce moment.
      Je me dirige discrètement vers le confessionnal des pénitents et j’attends qu’elle m’y rejoigne. Elle hésite, elle cherche des signes de présence, n’en trouve pas et fait marche arrière. Mais elle se ravise aussitôt et finit par rentrer et s’asseoir sur le petit banc de Borromée. Son regard s’arrête sur un fouet de cuir noir suspendu à un mur blanchi à la chaux. Il évoque un serpent venimeux qui ondule à la verticale. Il ne ressemble pas à celui que possédait son grand père, mais il rappelle les mêmes sensations : souffrance humiliation et plaisir. Son grand père, lui utilisait un knout, une corde tressée pourvue de nœuds, destiné à mater les paysans moujiks. Elle détourne son regard de l’objet abhorré et détaille désormais le cloître….

      Je devine à cet instant les battements saccadés de son cœur, je peux sentir sans difficulté, l’odeur de sa peur, mélangée à son parfum de femme derrière le claustrât de l’isoloir. Elle toussote presque imperceptiblement comme pour m’annoncer sa présence. Je ne lui réponds pas, je profite de l’instant. Elle se décide d’une voix effarouchée.
      « Mon père c’est affreux, j’ai tellement honte ».
      « Soyez forte mon enfant, je vous écoute».
      « Non je ne peux pas ! C’est trop horrible, je vais brûler pour l’éternité sous les affres de la culpabilité »
      « Allons ! Allons ! Ma fille, un peu de courage. Dieu est aussi clément et miséricordieux qu’il peut être impitoyable. Parlez en toute franchise, il vous guidera par sa lumière ».
      « Mais mon père…vous ne comprenez pas… J’ai fauté…J’ai péché par intention. J’ai rêvé qu’un autre homme que mon mari posait ses mains puissantes sur mon corps… J’ai rêvé et pire…j’ai aimé ça….je ne suis qu’une catin…la dernière des dernières…une moins que rien…je mérite d’être excommuniée sur le champ »
      « La faute est très grave je ne peux le nier, mais la cause n’est pas désespérée. C’était la première fois que vous faisiez ce songe au moins mon enfant? ».
      Je sens alors une culpabilité infinie poindre dans sa voix et des sanglots à peine voilés. La pauvre petite doit se sentir tellement coupable. Elle rétorque abattue :
      « Hélas ! Non mon Père, je fais et refais ce rêve invariablement toutes les nuits. Je vois une silhouette sombre et diffuse qui me prends par les hanches qui me déshabille et….et….et…. et….je me réveille en sursaut trempée, vidée, le bas du ventre en feu, avec des courbatures »
      En effet depuis des mois elle ne pouvait chasser cette idée. Des mains puissantes se posant délicatement sur sa taille. Sous sa jupe, la chair était comme une promesse chaude et vivante. Une sensation qu’elle croyait enfouie à jamais. L’échancrure de son chemisier s’était accentuée. Sous la finesse du tissu, on devinait la coupole des seins dressée comme à l’assaut du ciel. La peau à l’intersection de la poitrine avait une odeur frémissante pareille à l’écume d’une vague d’été.
      « STOOPPPP…n’en dite pas plus mon enfant, j’ai compris l’essentiel. Le mâlin s’est emparé de vous, vous si pure, si chaste, si fragile aussi. Vous avez bien fait de venir…il était plus que temps. Quelques jours de plus et c’était trop tard. Je vais être obligé de pratiquer sur vous l’exorcisme de Saint Michel.
      « Tout ce que vous voudrez mon père, ne ménagez pas votre peine, mais de grâce, je vous en supplie, délivrez moi de tout mal et redonnez la paix à mon esprit »
      « Vous avez apporté ce que je vous avez demandé ? »
      « Le petit foulard de soie noire ? Oui bien sur, mais pourquoi faire»
      « Parfait ! Retirez immédiatement votre culotte donnez la moi, mettez le foulard soigneusement autour de vos yeux et suivez moi sans un mot jusqu’à la crypte octogonale….le temps presse…il ne faut pas s’attarder ».
      « Mais…

    • #40759
      Christal
      Maître des clés


      Tiens donc mais c’est “mon” Abbaye ça ?.
      Pour me promener régulièrement là-bas et connaître son histoire. Je trouve ça plutôt chouette de pouvoir y faire dérouler une ” petite” histoire de notre monde rose.
      On attends la suite !

      Rien n'est acquis, tout est fragile...

    • #40760
      Vincent flâneur
      Participant


      J’ai toujours adoré les histoires de pénitentes punies par leurs confesseurs… Confesseurs… Dommage que ce mot qui finit si bien commence si mal… à moins de prendre « con » dans son joli sens initial. Bon… je m’égare… Oui, vite la suite de ce beau récit @arpege !

    • #40761
      Anonyme
      Inactif


      Tiens donc mais c’est “mon” Abbaye ça ^^


      @christal
      : Tiens donc!!! Quelle surprenante coïncidence ^^. Il s’y passe des choses pas très… comment dire…pas très catholiques par chez vous… et encore, je ne parle même pas des roches troglodytes^^.
      Néanmoins, toute ressemblance avec une personne existante, ou ayant existé ne serait que purement fortuite.


      @vincentflaneur
      : merci pour vos commentaires toujours très classe(s) et bienveillants.

    • #40763
      Automne
      Participant


      La suite la suite s’il vous plaît

Vous lisez 4 fils de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com