La révélation d’une soumise

Accueil Forums Discussions générales Récits La révélation d’une soumise

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 25)
  • Auteur
    Messages
  • #53761
    Victor
    Participant


    Bonjour,

    J’ai retrouvé  sur mon disque dur un long récit que  j’avais  écrit pour  moi.  En  voici les  premières lignes…  La  suite si vous  restez  sages  😉

    ***********

    Le recrutement

    Cela faisait 8 longs mois que je cherchais désespérément du travail. Mes  économies s’amenuisaient de jour en jour. J’avais donc décidé malgré mon CV d’informaticienne de répondre à une petite annonce pour un poste d’employée polyvalente auprès d’un couple. L’annonce précisait que des compétences en informatique étaient recherchées. Alors je m’étais  dis « pourquoi pas ? ».

    Je fus convoquée et reçue pour un entretien d’embauche. Je me rendis donc à l’adresse indiquée et découvrit alors la propriété de mon futur employeur. Il s’agissait d’une immense propriété enclavée en ville,  ceinturée d’un mur de clôture en pierres maçonnées. Le mur était superbement entretenu, du lière  grimpait par ci par là, mais  il était  taillé proprement. Ce matin là, je fus accueillie par une élégante femme  brune tout de noir vêtue. Elle m’ouvrit la porte et m’indiqua que nous étions dans une dépendance  de la maison. Elle s’appelait  Kathy et étaient  la DRH de la maison. Elle portait un pull à col roulé très ajusté, une jupe qui  lui couvrait les chevilles. A ses  pieds, je devinais des escarpins brillants. Kathy m’indiqua que nous allions faire mon entretien d’embauche dans cette  dépendance et que si cela se passait bien, elle m’emmènerait ensuite à mon poste de travail dans la maison.

    Elle me proposa un café, fit un peu la conversation avant de m’emmener dans son bureau. Elle avait un élégant bureau recouvert  de cuir pourpre et gaufré des armoiries de la maison.  Il s’agissait de deux index, pointés en travers, têtes bêche, couverts  de  deux « M » tête  bêche, entrelacés, cerclés de chainette. Cela m’intriguait.

    L’entretien se déroula parfaitement bien, j’étais à l’aise et Kathy semblait satisfaite.  Elle  me précisa bien les missions principales qui  m’occuperaient : perfectionnement  informatique du couple, jardinage, cuisine, vaisselle, service, ménage, repassage, lingerie, rangement. Epuisé  par les recherches infructueuses d’emploi, j’acceptai d’aller plus loin  sur ce poste de bonne à tout faire. J’épuisais mes économies depuis 3 mois et payais régulièrement des agios à mon très cher banquier. Il étais hors de question de  continuer ma vie sans travail plus  longtemps.

    Kathy m’indiqua que pour des raisons pratiques il y avait une particularité dans les  conditions  d’embauches. Je devrai rester sur la propriété 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 pendant  6 mois minimum avant mes premiers congés. J’étais alors logé,  nourrie, blanchie, et des loisirs me  seraient accessibles  depuis  la  propriété.  Célibataire, curieuse, et à  court de fonds, je  n’hésitai pas longtemps à accepter cette contrainte.  Je préviendrai bien la famille de cette aventure.

    Kathy m’indiqua qu’il y avait dans  la maison une vingtaine d’autres employées comme moi au service de Monsieur et de Madame. Cela m’avait abasourdi. Ainsi soit-il. La maison doit être immense. Kathy m’indiqua qu’elle était satisfaite de l’entretien et  que j’avais  réussi la première partie. Elle m’indiqua que la  seconde partie reposait sur des critères physiques. Elle me précisa  que le poste officiellement inscrit dans mon contrat serait « mannequin polyvalente au service  de l’entretien de la maison ». Le mot « mannequin » permettait de recruter sur critères physiques sans que cela ne soit illégal.

    J’acceptai. Il fallait bien que je reconstitue un petit pécule si je voulais me payer mes cours de pilotage. Je rêvais de devenir pilote d’avion. Alors s’il fallait faire la jolie boniche quelque temps, je m’en accommoderai bien. Kathy me demanda ma taille de sous-vêtements. Elle chercha dans un de  ses tiroirs de son partner-desk et  déposa sur le bureau une culotte en coton noire et un soutient gorge  noir lui aussi. Elle m’indiqua au fond de la pièce un paravent, me demanda de me déshabiller et de revenir uniquement vêtue  de cette tenue légère. J’acceptai. Je revins alors en  petite tenue devant  cette  DRH aux  cheveux bouclés. Avant  que je ne m’asseye, elle me demanda de  reste debout, d’écarter les pieds de la  largeur des hanches et  de mettre les mains sur la tête. Elle vint me tourner autour  et me demanda si elle pouvait toucher  tout mon corps pour s’assurer de sa fermeté. J’acceptai. Elle  me pelota les fesses, une main ferme appuya sur mon sexe par dessus la culotte. Puis elle se mit derrière moi et serra mes seins.

    Jamais  une femme ne m’avait touché comme ça. Elle était particulièrement élégante et agile de ses mains. J’appréciais ses gestes précis. Elle me mit une petite claque sur la fesse  droite avant de  regagner son bureau.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 8 mois et 1 semaine par halo.
    Pièces jointes:
    Vous devez être connecté pour voir les fichiers attachés
    #53765
    EmmaLu
    Participant


    Pouh, il fait chaud dans mon lit d’un coup. Merci j’avais besoin de ça, ça m’évitera d’allumer le chauffage tout de suite. Sinon, j’adore l’emblème de la maison. Il est à mourir de rire. “La suite, la suite, la suite” <3

    #53766
    Victor
    Participant


    Demandé si gentiment…

    *******************

    La lecture du contrat de travail

    Après cette surprenante mais non désagréable palpation, Kathy m’autorisa à me rasseoir et sorti un contrat de travail vierge. Elle m’indiqua que j’avais un joli corps ferme et musclé, et que je conviendrais certainement à la maitresse de maison et à Monsieur. Elle m’indiqua la suite du protocole de recrutement.

    • Bien. Pour la suite de l’entretien, je vais vous poser des questions mademoiselle. Au fur et à mesure des questions, je vous indiquerai le fonctionnement de la maison. Fonction de vos réponses, je vous emmènerai ou non vous présenter à notre maitresse de maison qui décidera finalement de votre embauche ou non.
    • Bien Madame.
    • Les employées sont susceptibles de travailler en tenue légère, en sous vêtements, en nuisette, mais la plus part du temps nues lorsqu’elles ne sont pas en contact avec des anonymes. Seuls la DRH, le gardien, et le concierge peuvent être amenés à porter quelques vêtements.  Acceptez vous ce point ?
    • J’accepte Madame.

    J’étais déjà en culotte devant elle pour l’entretien d’embauche, à l’aise avec mon corps et naturiste à mes heures. Il m’arrivait de passer des journées entières, nue dans mon appartement ou lors de vacances en camping naturiste. Alors si Madame et Monsieur veulent me voir nue à leur service, pourquoi pas.

    • Puisque vous acceptez, je vais me déshabiller un peu  pour respecter un peu plus le dress  code de la maison. Comme vous, je me mets en sous-vêtements moi aussi.

    Elle se leva, ôta ses escarpins, tomba sa jupe et enleva son pull à col roulé. Elle portait aux chevilles des chevilleres en métal brillant pourvues chacune d’un anneau. Ses fesses étaient recouvertes d’une culotte noire en coton, épaisse, très couvrante, taille haute. A ses poignets,  elle avait aussi des fers avec un anneau et à son cou qui jusque là était caché d’un col roulé, elle portait un collier en fer brillant plat muni d’un anneau. Le collier était légèrement plus épais sur le cou et plat sur la nuque.

    • Toutes les employées portent comme tu le vois des fers et un collier. Ces équipements nous permettent d’être attachées la nuit à notre lit ou lors de punition. Nous sommes toutes obéissantes aux ordres de Madame et de Monsieur.

    J’avais remarqué un renflement sur l’avant du collier côté cou. Intriguée je me renseignais :

    • Pourquoi le collier est-il plus imposant à l’avant ?
    • Il est muni d’un petit générateur de courant électrique. En cas de manquement au règlement intérieur, Madame peut pointer une télécommande en notre direction et nous faire subir une décharge électrique afin de nous rappeler à l’ordre. Acceptes-tu de te conformer à ce code vestimentaire ?

    J’avais essayé une fois l’électro stimulation. Je n’avais pas trouvé cela si douloureux que ce qu’en disait les spécialistes, alors je me laissai porter.

    • Oui Madame.

    Alors elle prit dans son bureau 4 fers et un collier comme les siens. Elle les nettoya devant moi à l’aide d’une lingette tamponnée d’alcool, se  leva  et vint derrière moi.  J’étais stupéfaite,  intriguée mais voulait cet emploi, alors s’il fallait obéir… Elle me fit lever, me cercla les chevilles puis les poignets et me posa le collier sur le cou. Elle verrouilla les dispositifs  à l’aide d’une  petite clé.

    • Tu es belle ainsi. Si tu acceptes toutes les conditions suivantes, Madame devrait t’embaucher après t’avoir poser les dernières questions. Rassieds toi.

    Elle pointa une télécommande vers moi. Je me crispai. Je me doutais bien qu’elle allait m’électriser un petit coup pour me faire tester les punitions. Et en eet, elle m’indiqua d’une voix douce :

    • Simple vérification, me dit-elle avant de m’envoyer une décharge électrique dans le cou. Voilà ça marche.

    Je fus pris de quelques fourmillements et compris immédiatement qu’il vaudrait mieux pour moi que je me montre obéissante. Moi qui n’en faisait bien souvent qu’à ma tête, j’allais devenir bonne de maison, soumise et obéissante. L’entretien se passait bien et commençait à réellement m’exciter. Je n’avais jamais coucher avec une femme mais cette jolie DRH me faisait de plus en plus envie…

    • Comme je te l’ai dit, les employées de maison dorment attachées mais aussi bâillonnées. Le soir tu seras conduite au dortoir,  tu seras langée au cas où tu aies une envie nocturne, tes mains seront attachées à la tête de lit, tes pieds aux pieds de lit. Acceptes tu ?
    • Pourquoi doit-on porter une une couche ?
    • Parce que tu seras attachée pardi ! répondit-elle avec un petit sourire. Tu ne pourras donc pas te rendre aux toilettes.

    Mon lit restait intact la nuit et cela depuis bien longtemps. Je savais me lever la nuit si nécessaire comme tout le monde. Cependant, curieuse, je n’en était pas aux dernières questions de l’entretien et me disais que je pourrais éventuellement mettre fin à l’entretien en répondant non à la prochaine question.

    • Oui, j’accepte.
    • Les employées de la maison n’ont le droit à aucune intimité. Les douches sont communes. Tu auras la compagnie d’autres employées et tu seras douchée avec d’autres employées par des employées plus anciennes. Acceptes-tu ?

    Si toutes les femmes de la maison sont aussi jolies que la DRH et moi, je commençais à penser que j’allais rapidement me découvrir une certaine bisexualité tellement ces mots résonnèrent en moi.

    • Oui Madame, dis je docilement.
    • Tu n’auras pas le droit de te laver ni de te sécher ni de t’essuyer. Tu seras douchée attachée  les mains en l’air. Acceptes tu ?
    • Et au p’tit coin ?
    • Non plus. Il nous est interdit de nous toucher : même pas la poitrine. La masturbation nous est interdite lorsque nous travaillons au manoir. De même que les rapports sexuels nous donnant du plaisir entre nous. Acceptes tu ?

    Cela me paraissait bien longs six mois sans masturbation, ni rapports mais j’avais besoin  d’argent et le corps de ma recruteuse me faisait de l’oeil. Elle  était très belle et je pensais  déjà  au moment où je serais attachée et elle en train de me laver. J’étais de plus en plus excitée par  ce coté domination.

    • Oui Madame.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 8 mois et 1 semaine par halo.
    Pièces jointes:
    Vous devez être connecté pour voir les fichiers attachés
    #53768
    Miss Whimsical
    Modérateur


    Elle accepte tout bien vite cette vilaine demoiselle ! :p

    Du coup, le chapitre 3 ? 😀

     

    https://missw-s-bonnet.blogspot.com/

    #53769
    EmmaLu
    Participant


    han la la la, bon bah j’ai plus qu’à ouvrir la fenêtre moi…

    Super bien écrit en plus ce texte !!

    #53770
    Victor
    Participant


    Bon bon les gourmandes. Vous allez faire une overdose. Allez Chapitre 3 du coup mais on va pas tenir 20 jours à ce rythme là. Va falloir que je me remette au clavier.

    ***************

    La soumission pour devise

    Kathy continua la lecture du contrat et l’interrogatoire.

    • Le matin, tu seras dénudée, nettoyée et envoyée à la douche avant de prendre ton service. Tu ne seras dénudée que si ta culotte est bien humide. La journée, pour aller au p’tit coin, tu demanderas l’autorisation à une supérieure hiérarchique qui t’y conduira et t’attacheras les mains en l’air. Lorsque tu auras fini, elle s’attardera à te rafraichir.

    Cela m’intimidait vraiment de devoir faire dans une couche la nuit allongée dans mon lit comme une gamine ou de me laisser faire mais le reste ne me posait pas plus de problème que cela : alors :

    • J’accepte Madame.
    • Si tu désobéis à une supérieure, à Monsieur, Madame ou leurs amis, tu subiras des châtiments corporels.
    • Des fessées ?
    • Des fessées oui, mais la plus part du temps avec des coups de cane, de martinet, de fouet etc…. Ce sont des punitions. Tu auras mal et demanderas à ce que cela cesse mais les coups te seront bien tous donnés.

    L’un de mes ex m’avait déjà fessée pour être arrivée en retard à un rendez-vous. Je l’aurais étoué sur le coup ce jour là. Mais après cette correction, j’avais reconnu ma faute et avais finalement été touchée par  cette punition. En rentrant, il m’avait fait l’amour comme un dieu.  Alors régulièrement je me montrai désobéissante. Dommage cependant, nous nous ayons fini par nous séparer.

    • J’accepte, je me montrerai obéissante Madame, dis-je très sérieusement et pensant déjà à désobéir.
    • Afin de prévenir toute désobéissance, tu recevras des châtiments préventifs. Cela veut dire que

    tu seras battue moindrement et régulièrement.

    Le mot « battue » était moins sensuel d’un coup. Cependant, je comprenais le principe et ne trouvait pas cela dérangeant. J’avais lu des histoires de discipline domestique et cela m’avait fait mouiller ma culotte plusieurs fois de lire ces histoires de principes préventifs.

    • J’accepte Madame.
    • Tu auras donc les fesses rougies une  première  fois peu après la signature de ton contrat et  ces rougeurs seront continuellement entretenues. Tu prendras tes repas en silence, à table parfois, bien souvent à quatre pattes, sans couverts dans une gamelle, attachée, sans pouvoir te servir de tes mains. Notre maitresse décide chaque jour qui a le droit de passer à table.

    Je n’en pouvais plus. Je crois bien que je commençais à mouiller la chaise sur laquelle j’étais assise.

    • J’accepte Madame. Je mangerais comme il plaira à la maison.
    • Bien, tu es une jolie petite soumise prête pour l’emploi que nous orons je pense. Il est tant  que je te déshabille et que je te conduise à notre maitresse.

    Elle se leva et vit ma culotte mouillée. Elle me fit remarquer la tâche sur la culotte ce qui ne manqua pas de me faire rougir et baisser les yeux. Elle me déculotta, m’enleva mon soutien gorge. Je du mettre les mains sur la tête. Elle enleva son soutient gorge elle aussi mais resta en culotte. Elle me mit en laisse et me dit :

    • Le manoir est relié à cette dépendance par un tunnel sous le jardin. Il conduit jusqu’au bureau

    de notre maitresse qui va te poser les questions finales. Si tu acceptes tout, tu seras embauchée immédiatement et notre service juridique s’occupera avec toi de maintenir le paiements de ton loyer et enverra une équipe sécuriser ton domicile que tu ne reverras pas avant 6 mois. L’embauche est immédiate ou ne se fait pas.

    • J’accepte madame.

    Je n’avais qu’un petit appartement en location, pas de voiture, quasiment pas d’attache, plus d’argent alors j’étais prête à devenir employée de Madame sur le champ.

    • Tu me suis, et tu gardes tes mains sur ta tête.

    Elle ouvrit la porte au fond de son bureau, et je la suivi : nous descendîmes les escaliers pour passer sous terre. Sur le chemin je remarquai sous sa culotte une structure rigide qui lui fendait les fesses. Je n’osais lui demander de quoi il s’agissait. Cela remontait sur ses hanches mais impossible de savoir de quoi il s’agissait. Sa culotte taille haute cachait tout.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 8 mois et 1 semaine par halo.
    Pièces jointes:
    Vous devez être connecté pour voir les fichiers attachés
    #53772
    Victor
    Participant


    Si une âme charitable veut bien faire les illustrations, ça pourrait finir en mi BD mi nouvelle 🙂

    #53773
    Léonora
    Participant


    Il fait chaud sur le forum ce matin dis donc! Ah c’est pas le forum c’est moi! lol

    Merci pour ce magnifique partage! Et on a le droit à la suite s’il vous plaît!!!! 😇😇

    Moi, joueuse et provocante?! Non, Naturelle! 😀

    https://lesvoyageshautsencouleurs.blogspot.com/

    #53774
    salamboflaubert75
    Participant


    Je viens de voir qu’il a les chapitres 2 et 3 comme c’est aimable à vous de ne nous laisser sur notre faim.

    Merci Victor

    Sal

    #53775
    Victor
    Participant


    Bon alors passons au 4

    *********************

    4-L’entretien d’embauche

    Arrivée dans le bureau de Madame, Kathy m’attacha les mains au plafond à des chaines et me mit entre les pieds une barre d’immobilisation.

    • Madame, je vous présente Estelle MEKO, prête à servir sous vos ordres sous conditions des dernières réponses.
    • Merci Kathy. Déculotte toi que notre nouvelle sache à quoi s’attendre.
    • Bien Madame répondit Kathy.

    Kathy s‘exécuta et déposa sa culotte sur un banc à côté du bureau de Madame. Elle se mit debout à côté de Madame et mis ses mains sur la tête.

    • Comme tu le vois Estelle mes employées portent une ceinture de chasteté. Cette ceinture est munie d’un godemichet en acier et d’un plug anal. Ils sont longs et procurent des sensations nuit et jour. Ils vous rappellent que toute activité masturbatoire ou sexuelle sans ma permission est proscrite. Les seules que tu auras pendant les 6 prochains mois ne seront pas résultantes de ton choix mais conséquences de mes ordres, de ceux de mon mari ou de nos amis. Acceptes tu de porter la ceinture de chasteté 24h sur 24,  7 jour sur 7 et de satisfaire nos  désirs sexuels ?

    J’hésitais, une question me turlupinait. Etre « contrainte » à des relations sexuelles ne me faisait pas plus peur que cela. J’étais libertine et m’envoyait en l’air régulièrement avec plusieurs partenaires vanilles ou non.

    • Puis je vous poser une question ?
    • Bien sur ma chère, c’est un entretien : pas une série d’ordres. Du moins pas pour l’instant.
    • Comment va-t-on aux toilettes avec cette ceinture ?
    • Kathy,  vient  voir  par ici, met toi à quatre pattes sur mon bureau et montre tes fesses à Mademoiselle…
    • MEKO madame, fis je.

    La jolie brune obéit sans broncher me montrant ses fesses et son sexe habillés de métal. Je voyais les extrémités des plug et du godemichet guidés dans des glissières. Madame s’approcha en les pointant.

    • Tu vois : ces glissières permettent aux accessoires de te laisse bouger. Bien sur à l’intérieur ils resserrent tes muqueuses les plus intimes. Ensuite, sur le sexe tu vois, le métal est ajouré, donc que tu sois aux toilettes ou en couche, cela ne pose absolument aucun problème. Le plug est amovible. Il n’y a qu’à le faire ôter lorsque cela s’impose. Elle me fit la démonstration en déverrouillant le plug de Kathy et en l’extirpant. Je fut stupéfaite de sa longueur.
    • C’est long, dis-je ébaillie.
    • Un peu oui, mais tu t’y habitueras comme toutes mes employées. D’autres questions ?
    • Sexuellement que m’arrivera-t-il ?
    • Tu seras soumise et tu obéiras. Tu seras à notre disposition. La désobéissance ne fait pas  partie de ton contrat. Nous n’avons pas de limites dans le nombre de partenaires que tu pourras avoir. Si tu es sage, tu auras le droit peut être à quelques moments plus doux.
    • J’accepte ces conditions Madame.

    Rien que je ne connaissais pas. Pourquoi dire non. Seule la question du p’tit coin continuais de m’agacer un peu mais je n’avais pas le choix si je voulais mettre fin à ma situation bancaire précaire. Surtout qu’en passant 6 mois aux ordres de la maison, 24h sur 24 et 7 jours sur 7 toutes mes paies partiraient directement en économies.

    • Bien sache qu’avant d’accepter, en cas de manquements graves  au règlement il existe comme dans toutes les entreprises une sanction que ne t’as pas détaillée Kathy. Je n’hésiterai pas à l’appliquer si nécessaire. Et ce ne sera pas la peine de te plaindre.

    Je  comprenais  bien  ce  que  cela  voulait  dire,  mais  il  n’y  avait  pas  de raison pour que je désobéisse gravement.

    Les mains en l’air attachées, ferrées, en collier électrique, des fers aux pieds maintenus écartés,  je relevai fièrement la tête et regardai Madame droit dans les yeux.

    • Maitresse, je vous serai obéissante, J’accepte toutes vos conditions.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 8 mois et 1 semaine par halo.
    Pièces jointes:
    Vous devez être connecté pour voir les fichiers attachés
    #53787
    Monsieur Méchant
    Maître des clés


    interdite de masturbation pendant 6 mois?
    C’est une petite mort pour certaines…
    Moi j’aurais bien proposé une salle de masturbation collective, ouverte tous les jours entre 11h et 11H05 !
    juste pour celles qui veulent mettre fin à leur sevrage évidemment…

    t

    Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

    #53790
    Victor
    Participant


    Du coup chapitre 5. 🙂


    @monsieurmechant
    j’y penserait, je vois bien la scène s’écrire. plus tard dans le récit…

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 8 mois et 1 semaine par Victor.
    Pièces jointes:
    Vous devez être connecté pour voir les fichiers attachés
    #53809
    SandrineG🍑
    Participant


    Moi je l’avais déjà lu 😊…

    C’est hard mais fantasmatique à souhait…

    "Et mes fesses, tu les aimes mes fesses" ;-)"

    #53818
    salamboflaubert75
    Participant


    J’ai beaucoup aimé malgré que tout ne fasse partie de mon univers de fantasmes et d’envies.  Ma limite serait d’être en plus du reste privée du plaisir que je peux me donner.

    Merci Victor

    Sal

    #53823
    Victor
    Participant


    Merci bien

     


    @salamboflaubert75
    patience patience cela arrive mais dans quelques chapitre

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 25)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com