Myla et Armand. Chapitre 1

Accueil Forums Discussions générales Récits Myla et Armand. Chapitre 1

  • Ce sujet contient 6 réponses, 7 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Marine, le il y a 1 mois.
7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Auteur
    Messages
  • #50185
    R-Martin
    Participant

    Armand n’en revient toujours pas. Comment a t’il osé mettre une fessée à cette jeune inconnue, Myla ? Lui qui évite les conflits, fuit les confrontations et manque de confiance en lui. Il est fière de ne s’être pas laissé faire, c’est une première et s’étonne d’avoir été si précis et sans hésitation. Il sourit encore lorsqu’il prend sa douche. Très content de lui, c’est une évidence, il est fort, masculin, il a enfin pris en compte ses envies et il aime ça.

    Myla est restée un certain temps sur le bord de la rive. figée et troublée, elle finit par rentrer chez elle. En chemin, elle songe à lui. “Je pense que l’on se reverra bientôt” cette phrase tourne en boucle dans sa tête, elle est très cérébrale, elle réfléchit beaucoup, les histoires qu’elle lit, elle s’imagine les vivre. Elle les modifie au gré de ses envies et de son intellect. Mais cette phrase, la bouleverse. Va t’elle vivre une histoire ? Sa vie sans ses livres serait triste et vide. ” Myla, redescend sur terre, ce type n’est pas pour toi. Il est beau, élégant même en sueur ! Moi je suis quelconque, la bonne copine, la boulotte que personne ne regarde. Pathétique.”
    Quand elle rentre chez elle, elle pleure. La douleur cuisante qu’elle ressent n’en est pas la cause, non elle se sent seule, laide et insipide. Elle est épuisée bien qu’il ne soit que 18:00, elle va se coucher.

    5 jour plus tard, nous sommes Dimanche.

    Myla n’est pas ressortie depuis sa rencontre troublante avec Armand. Alors aujourd’hui elle va aller se promener et lire sur un banc au milieu du parc municipal. Elle a besoin de rêver et de lever sa tristesse. Elle choisit un livre qui la perturbe, Contre ta peau de Chloé Smys. Jolie fin avec l’amour de la jeune Arielle pour l’escorte Sebastian, mais semée d’embûches, de fantasmes, et de soumission.
    Il fait particulièrement beau en ce début mai. La petite brise fait voler ces cheveux qui caressent son visage. Elle marche silencieuse, rêveuse et pour la première fois elle chemine sans lire. Elle se rappelle Armand. Sa puissance et surtout la confiance éblouissante qu’il dégage. ” Je pense que l’on se reverra bientôt” : Elle soupire, avait-elle envie de le revoir ? Impossible, elle est encore humiliée en repensant à cette fessée. Et pourtant, il lui plaisait et lui déplaisait aussi. Quelle ambivalence de sentiments !
    “ressaisis toi, ma vieille, la solitude est ta compagne, de toute façon, ce mec ne te regardera plus !” Voilà ce que Myla se dit, elle n’a jamais été avec un garçon, 19 ans vierge, qui voudrait d’une fille qui passe son temps à lire les vies qu’elle ne vivra jamais. Certainement pas ce bel homme, en plus il doit avoir plus de 30 ans, il n’irait pas s’encombrer d’une gamine inexpérimentée.
    Myla est enfin dans le parc, sur le seul banc à l’ombre, des jeunes discutent, fument. Elle ne va pas s’en approcher, alors elle en est quitte pour s’asseoir sur la pelouse et s’adosser à un des magnifiques tilleuls du parc, ce qu’elle fit. Elle ouvre son livre, elle s’arrête à chaque fin de chapitre, ferme les yeux et réfléchit. Elle se raconte l’histoire. De temps en temps elle gémit, ses pensées très érotiques la transportent.

    Armand a enfin décidé de visiter sa nouvelle ville. Il ne connaît que la voie verte, il y court tous les jours, et le supermarché local. Faut dire qu’il ne connait personne, ses collègues de travail restent des collègues. Il y a bien eu cette rencontre détonante avec la jeune Mia, mais il ne l’a pas revu, c’était peut être une touriste. Il est un peu déçu chaque jour il a espéré la recroiser. Mais que lui aurait t’il dit ? Au fait désolée d’habitude je ne suis pas un goujat, un café ça vous dit ? Elle deviendrait hilare. Non, il fallait se rendre à l’évidence, il était seul depuis 8 mois, le divorce à l’amiable prononcé en fin décembre, super cadeau de Noël ! C’est dans cet état d’esprit qu’il débuta sa balade.
    Le parc municipal sera son commencement. Il déambule dans une allée il y a quelques ados, mais pour un dimanche, il n’y a pas grand monde. Il va traverser le parc et se rendre dans le centre ville. Et il entend un murmure, ça m’intrigue il ne voit personne ! ” Ahfff” il n’a pas rêvé, mû par sa curiosité il cherche la provenance de ces doux sons, c’est Mia, elle est là. Assise près d’un arbre, les yeux fermés, elle sourit et tient un livre contre sa poitrine, elle gémit à nouveau. Passé l’effet de surprise, Armand l’interrompt ” Je me demande bien ce qui se passe dans votre tête, dites moi ! ”
    Myla cligne des yeux, elle rougir, oh là là, s’il savait ce qu’elle était en train d’imaginer. Elle était Rebecca et lui était Sallinger, il la faisait jouir dans une salle de cinéma.
    “Salut, on dit bonjour au gens normalement !” Pourquoi Myla lui a t’elle dit ça, elle était pourtant contente, surprise mais contente de le revoir.
    “Bonjour Jeune fille, votre ton n’est toujours pas convenable !” Gronde t’il ! Armand n’y croit pas, il se transforme à son contact, sans réfléchir il devient un homme sûr de lui.
    “Désolée mais Armand vous arrivez toujours comme un cheveu sur la soupe…”
    “Myla vous ne m’avez pas répondu, vous pensiez à quoi ?. Vu vos gémissements et la couleur qu’a vos joues, je m’interroge…”

    Elle est gênée, rougit de plus belle. Lève les yeux, les baisse dès que le regard bleu profond d’Armand lui capture le sien. Elle ouvre la bouche, aucun son ne sort. Elle inspiré profondément et répond: ” mes rêves sont personnels”

    Armand lui sourit : ” je t’offre un café et tu me racontes tes rêves, enfin si il y a un café dans cette ville”

    Sans réfléchir, Myla lui dit : “il y a deux cafés et un salon de thé, faut sortir de votre grotte de temps en temps !”

    Armand fronce les sourcils. ” Toujours aussi insolente, la leçon n’est pas enregistrée…”

    Myla comprend : ” Avant de me mettre une fessée, je préfère un thé. Le salon du centre est bien” . Pourvu qu’il oublié ça Myla s’empourpre.

    ” et bien Myla, allons-y ! ”
    A-t-il bien entendu, est-ce que la fessée…, non ça doit être autre chose, faut que je creuse le sujet.

    Sans un mot ils arrivent au salon du centre, Armand choisit un café crème et Myla un lapsang souchong.

    Ils se regardent et personne ne parle.
    Armand finit par rompre le silence,” Parlez moi de vous Myla.”
    ” Y a pas grand chose à dire”
    ” Âge, statut, lecture, pour commencer ! ” Son ton est sec.
    ” 19, statut je sais pas, lecture un peu de tout, et beaucoup de livres d’amour.
    “32 ans, divorcé, et je lis juste les journaux, tu lisais quoi dans le parc ?”

    “Contre ta peau, une histoire d’amour difficile”.
    La serveuse dépose devant elle, une tasse et une théière en porcelaine blanche avec un liseret doré.
    Le café crème est devant Armand.

    ” Amour difficile, en quoi ? Montre moi où tu t’es arrêté.

    Mia baisse les yeux à nouveau, et commence à remplir doucement sa tasse. Elle aime le thé, elle le verse lentement, fait monter et descendre la théière, pour l’aérer. Le fumé n’en sera que plus divin.

    Armand l’observe, il est fasciné. Elle est belle, sans artifice. Pas de maquillage même juste un peu.

    Myla continue sa cérémonie de dégustation, une fois sa tasse remplie au 2/3, elle l’attrape à deux mains, la rapproche de sa bouche, ferme les yeux et respire l’odeur boisée et fumée.

    Armand prend le livre sur la table et l’ouvre au marque page. Et lit les dernières phrases à haute voix :
    “”
    Combien de fois devrai-je vous dire de lâcher prise, Rebecca ? Seriez-vous une vilaine fille désobéissante ? Je déglutis avec peine, résiste à la tentation de m’emparer de ses lèvres, de goûter sa langue, de le supplier de m’emmener ailleurs, parce que jamais je ne pourrai accéder à sa demande, et jouir ici.””

    “Intéressant Rebecca, au pardon Myla” Armand est stupéfait, les gémissements s’expliquent…
    Myla est rouge de honte et de gêne.
    “C’est un escort qui la caressait au cinéma, c’est tout hein”

    “Et ça te plairait, Myla ? Que je te touche au cinéma ? Ou seras-tu aussi une vilaine fille désobéissante ?

    “En plus vous vous moquez de moi ! ” La tristesse envahit son cœur et sa tête et son sourire disparaît totalement.

    “Rembobine Myla ! Ça te plairait ? Moi je serai enchantée. Mais ça sera après ta fessée, ton thé est bientôt terminé il me semble…” Armand se surprend par son audace. Mais il est heureux.

    “Comme deuxième rencontre vous faîtes fort, et je peux savoir pourquoi mes fesses vous intéressent ?

    “Tu es belle, sauvage, et ton cul appelle ma main. Ces fesses rondes, pulpeuses sont encore plus jolies rougies. Satisfaite ?”

    “Je ne suis pas Belle, et les garçons ne s’intéressent jamais à moi.”

    “Les garçons peut être, ils n’y connaissent rien. Les hommes en revanche savent que ta rondeur reveille tous nos instincts. J’espère que c’est enregistré jeune fille, je n’aime pas me répéter.”

    “À part ma mère, vous êtes la seule autre personne qui me dit belle. Alors j’ai du mal à y croire.”

    “Tes petits amis ne te l’ont jamais dit ?”

    ” J’ai pas vraiment eu de petits amis” Myla est gênée, elle se confie dans le salon de thé à un presqu’inconnu. Elle n’assume pas son manque d’expériences , bien-sûr elle a déjà eu des orgasmes, avec sa main et un petit canard. Mais ce n’est pas pareil.

    “Ah ! Etonnant, je ne m’y attendais pas. Mais ça ne change rien tu es belle. N’en doute plus. Tu as le choix, fessée au parc ou dans les toilettes du cinéma avant le début de la séance ? ” Armand est excitée, grisé par son désir.

    “Non on pourrait nous voir ou nous entendre, c’est pas possible”

    “Alors je vais décider pour toi, tu as eu ta chance… Ou est le cinéma dans cette foutue ville ? ”

    “Près de la place à l’entrée de la ville, d’ici on peut passer par derrière l’église, longé jusqu’à la berge et remonter jusqu’à la place, mais pas de bruit au cinéma…”

    Armand s’est levé et va régler les consommations. Il se tourne vers Myla et lui dit, “on va au ciné, montres moi le chemin. ”

    Myla a chaud, Armand la bouscule dans ses retranchements. Cette situation est inconnue mais si stimulante. Myla ressent l’humidité imprégner sa culotte. En plus aujourd’hui elle n’a fait aucun effort, une culotte en coton mauve très pâle et un caraco rose pastel en coton qui fait office de soutien gorge. Pourvu qu’il ne la voit pas comme ça.. elle contourne la place arrive derrière l’église, Armand la suit, sans la toucher. Quand d’un coup, elle se retrouve coincée contre le porche arrière de l’église, le torse d’Armand la plaque contre le mur, de sa main droite, il remonte sa jupe, la coince dans l’élastique, et lui claque les fesses. “Joli coton et joli cul” il la lâche, elle reste sans bouger appuyer au mur. Il s’approche et lui chuchote au creux de l’oreille avec une voix grave et chaude “Humm, je sais que ça te plaît”. Il lui caresse les fesses au dessus de sa culotte, glisse sa main jusqu’à sa vulve :”plus de doute, tu aimes”
    Il lui rabaisse la jupe, ” Gourmande, on se remet en route, tu oublies nous sommes dans la rue…”
    La rue n’est qu’une petite ruelle étroite, comme une traboule Lyonnaise, peu de risques d’être surpris. Mais Armand est satisfait de l’effet produit, Myla est rouge pivoine, son regard oscille dans toutes les directions.

    En chemin Armand, posé sa main sur le cul charnu de Myla, il claque ses fesses de temps en temps, arrivé le long des berges, beaucoup de touristes sont là. Ça n’empêche pas Armand de recommencer. Quand un touriste le remarque et sourit. Myla implore Armand d’arrêter. “Tu pouvais choisir, tu as laissé passer ta chance, si tu l’ouvres encore, je relève ta jupe et enlève ta petite culotte toute humide et tu recevras trois claques sur chaque fesse, monde où personne ça ne changera rien. Et rappelle toi, je n’aime pas me répéter…”

    #Rita

    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 mois par R-Martin.

    Tout vient à point à qui c'est attendre.

    Raymond Queneau : j'ai la fessée rentrée dans le creux de ma main.

    #50188
    Julien76
    Participant

    Félicitations, très bien écrit, vivement la suite !!!!

    #50189
    salamboflaubert75
    Participant

    J’aime beaucoup décidément, vivement la suite…
    Merci Rita

    #50190
    leloveboat
    Participant

    Un ciné sinon rien … il s’en passe des choses es dans cette petite bourgade ..

    Skipper pour aventures salées ...

    #50198
    SandrineG
    Participant

    Sympathique rencontre…

    "Et mes fesses, tu les aimes mes fesses" 😉

    #50202
    Badine79
    Participant

    J adore ce recit merci

    #50266
    Marine
    Participant

    bonjour, oui très bien écrit et oui vivement la suite… 🙂

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com