La présentation des excuses…

Accueil Forums Discussions générales Causons fessée La présentation des excuses…

15 sujets de 16 à 30 (sur un total de 34)
  • Auteur
    Messages
  • #72590
    Ruby
    Participant


    Les excuses, parfois ça peut être sympa, il y a de petits jeux à faire autour de ça mais pour ma part ce n’est pas un truc « phare » dans une séance de fessée.

    Le jeu des « excuses parfaites » n’est pas un jeu que je trouve stimulant.
    Pour moi un partenaire fessée est une personne qui certes, peut avoir une autorité sur moi, mais reste une personne normale. Je n’ai pas envie qu’il se prenne pour Monsieur le Baron de Notre Dame de la Coquillette à qui il faut faire des excuses royales ou je ne sais pas quoi 😂

    Je préfère un partenaire qui s’attache au fond + qu’à la forme et qui ne cherche pas à faire gonfler son ego en nous demandant de nous adresser à lui comme à un grand seigneur. Ne pas avoir besoin de courbette le rend d’ailleurs + crédible dans son autorité 😉

    Par contre oui, devoir s’excuser ça peut être émoustillant, mais pas de formule consacrée ou d’excuses trop  mise en scène pour moi, encore moins de « rituel d’excuses ».

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 5 jours par Ruby.
    #72592
    LeClaqueFesses
    Participant


    Personnelement ce n est pas la formulation qui m’importe… mais bien souvent c’est la marque du changement dans le rapport de force. Cet instant ou vous essayez de vous excuser vous meme car votre égo est toujours present 😉
    C est un petit detail que j adore… tenter de nous faire vous pardonner… alors que votre reponse est au stade du ” je le dis car tu veux l entendre… mais bon j aurais dis joker c’etait pareil ” … bref je ne suis pas friand du fait que vous soyez encore dans le conflit …
    Donc c est juste pour ce petit principe que je peux me montrer très insistant sur la forme 😈
    Apres tout… il faut être sur que la leçon est bien comprise… et j ai beaucoup de patience… 😁

    En dehors de cela sa seigneurie n’a pas besoin de formulation hors du commun, j ai deja du faire rapiecer mes chaussettes au niveau des chevilles 😋

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 5 jours par LeClaqueFesses.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 5 jours par LeClaqueFesses.
    #72609
    BARDAMU092
    Participant


    Bonjour !

    Et bien cela dépend du “timing” de la présentation des excuses… elle sera beaucoup plus sincère si la fessée a déjà été administrée sinon cela pourrait être un simple stratagème pour éviter ou limiter l’ampleur de la punition….

    Le pardon doit être accordé et mettre une touche finale à la punition

     

     

    Pièces jointes:
    Vous devez être connecté pour voir les fichiers attachés
    #72613
    Valdivia
    Participant


    Le sujet n’est il pas pris sur un seul axe? A charge ? Et incomplètement? Certain(e)s intervenant(e)s ont relevé qu’il y avait plus d’intérêt au fond de l’excuse qu’à sa forme. L’excuse , non précédée d’une prise de conscience de l’erreur a-t-elle vraiment un véritable fond ? Et plus avant quid d’un fesseur qui louperait son entrée /son geste/ sa mesure / sa musique / et son temps?( rayer les mentions inutiles) Doit-il présenter ses excuses à la dame punie? Ou au conseil de l’ordre de la congrégation?🤔

    ( « pas décuvé d’hier? » Ou  « « j’aurais du faire philo moi?») 🤭😳😉

    #72614
    Chelonia
    Participant


    Des excuses… quelle idée 🤣😂😂

    Etre questionné sur le raison qui conduit mon chez fesseur à avoir fait le déplacement: okay

    Repondre que mon comportement est inadmissible et que je mérite une bonne fessée :okay

    et bien entendu qu une bonne fessée doit forcément être donné déculottée cul nu et quelle doit être sévère ou que je mérite telle ou telle instument: okay

    et les fausses promesses de promis je serais sage et je recommencerai plu : okay

    mais des excuses non! C est mes fesses qui payent …😇

     

    Déjà au naturel je m excuses très peu et je le fais uniquement si j en suis réellement désolée .

    il m ai arrivé une seule fois de m excuser pour une faute au prêt d une fesseur pour une réelle fautes de ma part et au final je n ai pas ete punis pour ça… mon univers de la fessée est un jeu et un plaisir, il n est en rien un système d éducation, si il y a punition c est uniquement pour rigoler même si on peut s inspiré de fait réel… mais en rien je ne changerai ma façon d’être…

     

    #72615
    Monsieur Méchant
    Maître des clés


    Bon, si je réfléchis un peu plus au sujet afin d’y répondre plus sérieusement que précédemment, je définirais deux types d’excuses.
    D’abord celles, plus rhétoriques, censées atténuer ou torpiller la punition à venir.
    Généralement, elles ne s’encombrent pas d’une formulation très originale sur le fond et on peut déceler dans la voix et sur le visage de celle qui les prononce une distance contreproductive par rapport à l’effet escompté. Soit parce qu’elles sont prononcées du bout des lèvres, soit parce qu’au contraire, elles sont surjouées et trop emphatiques.

    Et là, mon décodeur X17 2.0, à jour des dernières nouveautés, est capable de pointer le caractère insidieux des dites excuses qui relèvent plus d’une formulation automatique afin d’obtenir un effet « ardoise magique » sur la conduite passée.
    Forcément, l’excuse devra être reformulée sur le fond et la forme en s’accompagnant éventuellement d’une punition (des excuses prononcées après chaque claque par exemple…) jusqu’à ce que j’ai envie d’y croire et ça, ça peut prendre un certain temps!
    Notez que je peux aussi demander une action de contrition et de repentance pour accompagner ces excuses en leur donnant plus de corps..

    Le deuxième type d’excuse est plus rare et plus troublant.
    Là, il n’y a généralement rien à ajouter quant au fond et à la forme, parce qu’elle sait qu’elle a déconné !
    Et ces excuses ne s’accompagnent pas d’une envie d’éviter la punition méritée mais bien au contraire sont le sas vers une sentence désirée parce qu’elle veut vraiment être pardonnée et que ça compte pour elle autant que ça compte pour moi.

    Et, malgré ses excuses, elle sait et je sais aussi que la punition sera sévère et qu’elle nous entrainera elle et moi, sur des sentiers où une part de mon sadisme rencontrera une part de son masochisme à la confluence de nos envies et de ce lien si précieux qui nous unit…
    Et curieusement ce genre d’excuses et la punition qui l’accompagne nous laveront l’une et l’autre de toute culpabilité/frustration/ressentiment, je la prendrai dans mes bras, lui dirai les mots qu’elle attend et je la câlinerai à ma façon…

    Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

    #72616
    Ignatius
    Participant


    Tout dépend du moment, de la personne. Il y a des personnalités avec qui cela ne fonctionnent tout simplement pas et dans ce cas là on obtiendra au mieux un “pardon” lâché à demi mot qui sonnera plus comme “c’est bon tu me saoules, on passe à autre chose maintenant”, alors que d’autres prennent un certain plaisir coupable dans la repentance et la formulation d’excuses circonstanciées et sincères, à nous de trouver les mots et de choisir le bon moment pour les obtenir.

    Une chose est sûre, il n’y a pas de règles précises dans la fessée, pas de rituel arrêté, pas de formule magique. Pour moi, la seule règle d’or est la spontanéité, alors si excuses il doit y avoir, c’est parce que les circonstances s’y prêtent.

    Il y a cependant un petit détail qui me fait chavirer, c’est plonger mes yeux dans les siens quand ces fameuses excuses arrivent. Pour moi, il y a beaucoup de chose qui passent par les jeux de regard, presque autant que par les mots…

     

    « Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on peut le reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui. »

    #72617
    coupledd75
    Participant


    J’aime beaucoup ce moment final de la punition que sont les excuses.

    Bien sûr, il m’arrive de les bâcler et de lâcher du bout des lèvres un “Pardon” ou de lancer d’un air narquois “Désolée!” 😁 Dans ce cas, ce que j’aime par-dessus tout, c’est que la punition reprenne jusqu’à ce que je sois prête à présenter des excuses en bonne et due forme. J’adore l’intransigeance de Monsieur dans ces moments et la lente ascension (ou descente, comme vous voudrez), vers le lâcher-prise de la soumission. Il n’est pas rare alors que nous passions du jeu, parfois surjoué, à toute autre chose. Et cette transition est toujours un plaisir raffiné.

    Je présente toujours mes excuses à genoux. J’adore quand Monsieur me tient par le menton et que nous sommes les yeux dans les yeux pour ce moment exquis.

    Parfois aussi, dans cette même position, c’est la bouche bien remplie que je dois les présenter 😉 . Evidemment, c’est très mal élevé de parler la bouche pleine. Mais assurément, le plaisir du Maître surpasse de beaucoup toutes les conventions du savoir-vivre 🤣.

    L., alias Madame

    #72618
    Eva
    Participant


    Je vous remercie tous pour ces témoignages. Il est vrai qu’en lançant ce sujet je n’ai parlé que de la forme que peuvent prendre ces excuses, et je me rends compte à la lecture de vos interventions qu’elle est indissociable du fond.

    Pourquoi?parce que intimement liée à la personnalité et au caractère,  de celles qui les prononcent et de ceux qui les “attendent”. De plus, cela dépend aussi du contexte,  de la raison pour laquelle on présente ses excuses et de la nature de la relation qui unit les partenaires.

    Personnellement, je me rends compte aussi que cela dépend de mon niveau d’exigence envers moi même et du sentiment de culpabilité qui y est associé quand je faute,  qui me pousse des fois à les présenter pour qu’il m’en excuse mais aussi pour me pardonner à moi même.(l’ego???sourire)
    Par contre, je crois que nous nous entendons à peu près tous sur une chose…la sincérité qui doit forcément les accompagner sinon ça n’a pas de sens.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 5 jours par Eva.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 5 jours par Eva.

    Se révèle être "comme une boule de flipper,qui roule qui roule...".

    #72621
    salamboflaubert75
    Participant


     Présenter ses excuses ou demander pardon  ou recevoir des excuses!!

    J’ai essayé de clarifier mes pensées pour donner mes ressentis et opinions sur le sujet mais je crois que cela peut sembler confus car j’ai mélanger le rôle de celle qui les fait et celle qui les reçoit ( même si celui-ci est en sciemment en stand- by

    pour le moment ).

    Je dois admettre que dans ma tête ou à l’écrit j’ai les formules pour présenter mes sincères et plates excuses « idéales » mais en face à face ou même au téléphone les verbaliser me rend spécialement confuse et rougissante puis tout s’embrouille entre mon envie de bien faire ( lorsque je me sens coupable ou ressens avoir déçu mon  partenaire ) et ma honte puissante …

    La forme est importante mais le fond également donc la sincérité de celui ou celles qui les formule …

    Même avec de la bonne volonté et l’envie ce n’est pas quelque chose qui me viendra spontanément surtout par rapport à la formulation et verbalisation car en ces moments je navigue entre confusion, excitation, troubles et émotions, il m’arrive d’être bloquée dans l’instant comme « beuguée » ceci n’a rien à voir généralement avec la provocation , la défiance ou l’insolence mais davantage une lutte interne acharnée et un maelström d’émotions et de ressentis intenses, prenants et puissants…

    Alors pour moi la personne et la relation compte énormément de même que la sincérité de celle-ci et ses efforts, car comme je l’ai lu plus haut  chaque  personne est différente et son rapport aux présentations de ses excuses et à son partenaire aussi.

    Il y en deux sortes je pense celle de la comédienne en herbe qui tente de s’épargner une punition plus sévère ( ce n’est pas la bonne ni la plus efficace des manières de procéder de surcroît ) et en cet instant le regard révèle beaucoup comme il a été dit.

    Celles prenantes de la personne qui sait avoir vraiment  fauté, au-delà du  manquement, de l’impolitesse, de l’insolence ou du « bêtise » qui va ouvrir son cœur et se livrer entièrement en les formulant même si la forme ni ai pas spécifiquement, en ayant peu ou pas l’habitude de le faire et  habitée par une réelle et authentique repentance.

    Bref le cas par car, le fond, la sincérité, encourager les efforts fournis…

    Parce que fessée, fesseur, fesseuse c’est avant tout un être humain qui se livre et se donne pour le partage intense, authentique, sincère et piquant de ce moment magique.

    Ce ne devrait pas être tout le temps ou seulement réthorique ou encore seulement pour valoriser l’ego de la personne qui vient de corriger ou le faire .

    C’est un tout unique qui ne tient à rien finalement qu’à cette intention sincère de partager…

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 5 jours par salamboflaubert75.

    Sal

    #72622
    Miss Whimsical
    Modérateur


    Je rejoins Eva, j’ai un goût prononcé pour “je vous/te présente mes excuses pour…”.

    J’aime les jeux qui n’en sont pas, j’aime que ma fierté s’efface progressivement pour laisser place à une attitude de contrition sincère…. ce qui ne m’empêche pas par ailleurs de lancer des “pardon”, “désolée”, “c’est bon j’ai compris” de temps à autres, pour rire et l’agacer, avant la grande bascule 😉

    https://missw-s-bonnet.blogspot.com/

    #72625
    Jaroslav
    Participant


    Dans ma pratique thérapeutique, les excuses jouent un rôle important, encore que cela dépende de la demoiselle punie.

    Dans le pire des cas, j’exige qu’elle se mette à genoux les mains sur la tête et qu’elle énumère toutes les fautes pour lesquelles elle va être punie, dans une sorte de confession.  Puis elle demande pardon humblement et me prie de la punir aussi sévèrement que possible.  Enfin, elle posera les lèvres sur l’instrument qui qui doit ravager son popotin.  Dans ma méthode, la pupille doit contribuer autant que possible à son humiliation, qui est un élément décisif pour changer de personnalité.

    Il va sans dire que je ne la pardonne que lorsqu’elle aura reçu et pris gentiment sa fessée bien méritée.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 5 jours par Jaroslav.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 5 jours par Jaroslav. Raison: Ajout de quelques idées

    Femme fessée, femme aimée

    #72632
    Nush
    Modérateur


    Je n’ai pas un seul souvenir concernant des excuses proférées au cours d’une fessée. Je n’ai pas non plus de réelle explication à ce fait.

    Je ne saurais dire si c’est une simple coïncidence ou si, au cours du chemin, je n’ai pas rencontré des hommes (ou des femmes) pour qui cela n’était pas réellement important.

    Je n’ai rien contre ce dispositif de repentance mais, en ce qui me concerne, il n’a jamais eu lieu. Je dirais presque ‘en dépit de moi’.

    Peut-être que mon égo (ou je construis ma souffrance) est perçu par l’autre comme n’ayant pas besoin de cette mécanique, comme pouvant s’en extraire et que la punition se suffit à elle-même.

    Peut-être.

     

     

    #72634
    Miss tinguette
    Participant


    Mon fesseur me demande souvent voire très souvent de dire “je vous présente mes excuses, je vais faire attention et ne plus vous décevoir, Monsieur” avant la punition.

    Comme @christal, je bloque à ce moment là et je me retrouve souvent à prendre des raclées.

    =)

    #72650
    Plume
    Participant


    Dans ma vie de tous les jours, je présente rarement des excuses. Je n’aime pas spécialement ça mais évidemment j’ai appris à le faire quand c’était nécessaire.

    Depuis que je joue, je suis plus souvent contrainte à le faire mais en fin de compte, c’est uniquement moi qui m’y pousse.

    On joue mais là j’ai trop joué …

    Parfois, nos mots, nos actes dépassent notre pensée ou ils n’expriment qu’une colère ou un agacement passagers alors quand le tsunami laisse place à une mer d’huile, il faut assumer un peu …

    J’ai besoin que cela reste un jeu – même s’il est sérieux – et je n’ai pas envie de réellement blesser l’autre et encore moins durablement. Alors, je vais lui dire “pardon” ou “désolée” jusqu’à ce qu’il me pardonne vraiment. Ensuite, il me punira s’il le juge nécessaire, je ne suis pas naïve au point de croire que ça ait un réel effet dissuasif.
    Je trouve que ce sont des mots assez forts pour ne pas avoir à en trouver d’autres, à partir du moment où ils sont pensés et vécus.

    Après, c’est très rare mais il peut m’arriver également de les prononcer, sur un mode plus ludique, dans la spontanéité du moment, ou bien de façon plus calculée, pour m’éviter une sévérité redoublée … Ça ne marche pas souvent, primo et secundo, c’est un peu ce que je recherche alors à quoi bon d’essayer de m’y soustraire …

    “C’est bien la pire folie que de vouloir être sage dans un monde de fous.” Érasme

15 sujets de 16 à 30 (sur un total de 34)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com