La porte entrebâillée

Accueil Forums Discussions générales Récits La porte entrebâillée

  • Ce sujet contient 10 réponses, 4 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par anatole, le il y a 12 mois.
11 sujets de 1 à 11 (sur un total de 11)
  • Auteur
    Messages
  • #86781
    anatole
    Participant


    Une nouvelle histoire de porte….elle était entrouverte….

    Je lui avais dit « 20 heures précises », et n’oublie aucun détail.

    Je garai ma voiture juste au pied de son immeuble à 19h50, et fumai deux ou trois clopes fenêtre ouverte tout en ingurgitant quelques lampées à même le goulot de la bouteille de scotch que j’avais toujours dans ma voiture (à l’époque, parce qu’aujourd’hui c’est fini, je ne le fais plus…!).

    A 20h 10, je décidai que l’heure était venue.

    Je pris l’ascenseur mais m’arrêtai un étage plus bas et montai le dernier étage à pied, en chaussettes, les chaussures à la main d’un côté, mon sac à malices de l’autre, histoire de ne pas faire de bruit et qu’elle ne sache pas que j’étais là….

    Comme je le lui avais demandé, elle avait répondu positivement à toutes mes prescriptions.

    La porte d’entrée était juste entrebâillée et je pus la pousser d’un léger coup de chaussette et pénétrer dans son petit studio (avant de pénétrer autre chose, mais ne dévoilons pas la fin du récit tout de suite!) . Je fis trois pas et bifurquai sur la droite pour accéder à la seule pièce de ce petit appartement que je ne connaissais si bien. Sans un bruit je posai mon sac et mes pompes dans la cuisine adjacente et profitai quelques secondes du spectacle….Elle avait parfaitement obéi à mes demandes….

    Totalement nue, au centre de la pièce, elle me présentai sa face postérieure. Elle avait noué chacune de ses chevilles avec des cordes attachées l’une au pied de son lit l’autre au pied de sa petite commode. Ses jambes étaient écartées au maximum qu’elle avait pu le faire. Ses bras étaient tendus au dessus de son corps et, comme je lui avais demandé, elle avait réussi à lier ses poignets dans la corde que j’avais installée plusieurs semaines auparavant, passée dans le crochet qui soutenait le petit luminaire. Ca n’avais pas du être facile, mais elle avait réussi à serrer la corde autour de ses poignets dans le nœud coulant que je lui avais demandé de faire, le plus serré possible….Un jour il faudra que je vous raconte l’histoire de cette corde, mais c’est un autre sujet…Dans cette position, elle n’avait plus aucun moyen de se défaire de ces trois liens et était donc totalement immobilisée….Ah oui, j’oubliai…Je lui avais dit de se bander les yeux avec un petit foulard juste avant de tirer sur le nœud coulant….Je l’imaginai une seconde, les chevilles entravées, se tendre un foulard sur les yeux pour voiler son regard, avant d’avoir repéré l’arrondi de la corde dans lequel elle allait passer ses mains avant de tirer et serrer le nœud….le frisson qu’elle dut ressentir à ce moment…un des multiples moments que je n’avais vécu que dans ma tête en imaginant qu’elle allait le faire…en rêvant des frissons qui allaient parcourir son corps à ce moment..et de tous les autres à venir en attendant que je vienne la rejoindre !

    C’était du sadisme pur….de ma part….Je lui avais dit…20 h pile….Il était 20 h15 quand je commençai à la regarder…sans un bruit….J’avançai lentement toujours sans bruit….observant les petits tressautements de ses cuisses et de ses pieds nus sur le sol…..Les cordes qui enserraient ses chevilles et sur lesquelles elle tirait …Quelles idées folles, rageuses voire angoissantes avaient traversé son cerveau depuis un bon quart d’heure qu’elle s’était ainsi attachée nue, livrée à n’importe qui qui aurait poussé la porte de son appartement, que je lui avais demandé de laisser juste entrebâillée…C’était l’enjeu de cette session…. !

    J’avançais vers elle le plus silencieusement possible. Son cou s’inclinait par instant, peut être pour que ses oreilles soient le plus à l’écoute. Ses mains se tordaient par secousses dans le lien qu’elle devait sûrement regretter de l’avoir un peu trop serré. Ses jambes essayaient par instant de secouer les cordes qui les entravaient….Quel super spectacle elle m’offrait ! J’en étais tellement respectueux que pendant une seconde j’aurais été prêt à avancer à la délier et à lui faire juste un câlin d’amour ! Mais bon , heureusement il y a des moments où il faut se ressaisir ! Mon sexe était déjà tellement en émoi….Le jeu prévu était ce qu’il était, et je me devais, sans trop me forcer je l’avoue, d’aller au bout du bout.

    Je la regardai longuement…enfin bon soyons honnête et n’exagérons pas mon sadisme….quelques secondes…son corps si nu, si fin, si beau, si svelte…que je connaissais si bien….Orné de quelques traces discrètement rougeoyantes….La petite lampe qu’elle avait allumée sur la table basse au centre de la pièce inondait tellement joliment la fine sueur qui commençait à recouvrir sa peau. Juste un dernier regard vers son lit…sur lequel elle avait déposé à ma demande un martinet et surtout le grand fouet blanc en cuir qu’elle avait acheté il y a quelques semaines…Nous l’avions … « essayé » à sa demande la semaine dernière…Une seconde, me revint en tête sa position, nue affalée au sol , le corps zébré de toute part…après une fessée quasi dantesque, et en train de boire un coup de champ, totalement nue dans un fauteuil face à moi, elle avait…presque timidement sorti de son sac cet objet dont elle venait de faire l’achat….Moi je pensais que la soirée avait été déjà assez hard….son regard me fit comprendre qu’il fallait que…que quoi, merde..elle l’avait acheté et mis dans son sac et que quoi…merde le champagne était excellent…frappé….si l’on peut dire sur ce genre de soirée…à souhait mais que bon….tout ce qu’on peut lire parfois en une seconde dans un regard….Je me fis…violence….si on peut dire….et donc un quart d’heure plus tard elle me supplia, en larmes  enfin d’arrêter de la fouetter….moi je n’avais fait que ce qu’on me demandait….je suis quelqu’un de serviable en fait….Juste une petite dizaine de coups de fouet supplémentaires et j’accédais enfin à sa demande suppliante. Avant de la consoler. Parfois il ne faut pas me pousser dans mes retranchements qui peuvent devenir excessifs! Elle eut droit à un câlin aussi grandiose que la fouettée que je venais de lui administrer, mais je le répète, juste à sa demande….Et ces légères traces rosées sur son corps, le haut de ses épaules, son dos, le bas de ses reins  ses si jolies petites fesses et le haut de ses cuisses étaient le reflet résiduel de cette grande soirée de la semaine précédente..

    Il était temps que j’abrège son supplice….avant d’aborder le suivant. Mes mains se posèrent sur ses seins, agrippant ses mamelons et les faisant tourner entre mes doigts pour les tendre comme j’en avais tellement l’habitude. Son corps se tendit.

    « -C’est toi ? » Comme si elle n’avait pas….enfin….reconnu mes doigts sur sa poitrine….

    Je ne répondis que par une grosse claque sur sa fesse droite….Puis lentement j’allai shooter dans la porte d’entrée…Enfin seuls et sûrs que personne d’autre n’interviendrait….

    Je posai mes lèvres sur son cou et caressai lentement et délicatement ses seins….Enfin elle entendit le son de ma voix et se détendit un peu.

    « -Merci….c’est parfait…..Je suis fier de toi….Et maintenant on s’amuse? Vraiment?

    Son corps se tendit dans les liens et sa tête se posa sur mon épaule

    -Hum…non….j’ai envie….”

    Je compris ces trois mots …et ma main glissa le long d’une cuisse pour se poser sur les lèvres de son sexe…si tellement déjà détrempé. Un doigts s’enfonça là où….son corps entravé se tordit tant qu’il le pouvait pour se coller au mien pendant que j’explorai doucement son vagin….mais juste assez pour que ce soit presque le moment où elle allait jouir…je la connaissais si bien, et elle aussi …me connaissait si bien….je m’écartai vivement de cette proie si facile attrapant sur le lit le martinet et cinglai son cul à toute volée une dizaine de fois….

    -Maintenant, on va jouer….”

    Son râle me fit comprendre que sa réponse si elle l’avait émise aurait été oui…ou non, mais ce n’était que moi qui allait décider

    Je me sentirais vieux le jour où mon sexe ne me servira plus qu'à pisser

    #86782
    anatole
    Participant


    Je laissai passer quelques instants puis me rapprochai d’elle, flattant doucement son cul d’une petite caresse. Les anciennes traces laissées la semaine précédente par le grand vilain fouet s’étaient entrelacées des jolis coups de martinet que je venais de lui infliger. Le mélange des teintes allant du rose léger au rouge profond était du plus bel effet, autant que la torsion de son torse et de son corps entravé dans les liens sous la présence rapide de ma main. Attendait elle quelques claques basiques ? Une caresse plus profonde ? Bref, elle n’attendait que mon bon vouloir sur la suite du jeu de cette soirée.

    Le temps de faire quelques pas et d’aller m’assoir sur le petit fauteuil à côté de sa table basse sur laquelle elle avait déposé une vieille bouteille de scotch que j’avais apportée il y a quelques semaines et deux verres, je réfléchis à la petite dizaine de mots qu’elle et moi avions échangé depuis mon intrusion dans son petit appartement qu’elle avait eu la bonne idée de laisser entrouverte à ma demande.

    J’ouvris la bouteille et rempli à moitié les deux verres, me prenant déjà une petite gorgée à la bouteille avant de me relever et de revenir vers elle les deux verres à la main.

    « -Un petit coup de jaja avant d’aller plus loin ? »

    L’un des verres était à portée de ses lèvres….j’avais bien fait de lui demander de se bander les yeux et de ne pas mettre un bâillon…Je l’avais déjà demandé dans une ancienne soirée mais là non. Comment dire….enfin si, disons le…je savais depuis le temps que je venais la voir chez elle que ses voisins pouvaient être quelque peu durs de la feuille comme on dit..;et que si je la faisais crier, …sous des coups de martinet….ou….hum….ben oui…des coups de bite….enfin bref….c’étaient des gens âgés et un peu sourds ! Et donc elle entrouvrit se lèvres et avala le breuvage.

    Le temps passa…longuement….j’étais retourné m’assoir sur le bord de son lit et je regardais son corps nu attaché comme il l’était…Quelle jolie petite gueuse elle était….Depuis le temps que je m’amusais dans ce genre de truc, c’était vraiment la plus jolie fille que j’avais…..sous les mains ? Et pas que….

    C’est elle qui rompit le silence…

    « -Bon, tu me détaches, on baise, t’arrêtes de picoler ou on fait autre chose…. ? »

    C’est comme ça que je l’aimais…comme qui dirait un peu frondeuse….

    J’obéis…ou pas vraiment….

    Je commençais par finir mon verre….posai sans bruit mon pantalon, ma chemise et mon caleçon….pas besoin que je vérifie ….j’étais dans l’état dans lequel elle avait exprimé comme une demande….puis saisis le grand fouet qu’elle avait déposé sur son petit lit, m’approchai lentement d’elle…deux trois coups à même le sol….puis cette réflexion inéluctable….

    Quelques pas et mon sexe dressé se frottait contre la raie de ses fesses….

    « -Désolé….tu vois que concernant le fait que j’aie envie de te baiser y a pas de doute….par contre, l’envergure de ton joli fouet….je peux pas…la lanière est trop longue et si je te fouette avec, comme tu en as envie….ce n’est pas que je ne comprenne pas que tu en aie envie ma jolie salope…(de ma main qui tenait le manche du fouet je venais de nouveau de violer son sexe…enfin violer….tellement facile d’y enfoncer le gros manche du fouet!!), mais vue son envergure, je vais niquer toutes les décorations de ton salon….Et là, pour le moment il est à sa place!!!! »

    La pénétration de cet objet de cuir était aussi inattendue que…jouissive…enfin de ce que je pus imaginer vu la torsion de son corps, et l’écartement de ses cuisses au moment de la pénétration tellement elle fut aisée et facile. Ce gode improvisé fit sous les mouvements de ma main quelques aller et retour….Mais non….Pas l’heure et encore moins le moment de la laisser jouir. Je me demandai un instant laisser l’objet en place serait suffisant….la réponse fut oui….

    C’est la que mon côté purement sadique repris le pas….enfin il était temps….

    Je lâchais le manche du fouet et me reculai un peu…je n’en fus pas trop surpris mais il resta en place. Le temps de prendre quelques photos ….Ce bel objet de cuir blanc dont le manche était enfourné dans cet endroit si ludique, les longues lanières entre ses jambes ouvertes…son corps nu entravé dans les liens….

    Il était l’heure que j’aille ouvrir mon sac à malices.

    De retour devant elle , je la regardais quelques secondes…les tressautements de ses cuisses, comme si….mais peut être que oui, elle essayait de se branler et se faire jouir avec cette improvisé godmiché…qui, depuis une ou deux minutes n’avait pas bougé du fond de son vagin..hum…les lanières gigotaient tout de même un peu….

    Ma main saisit le manche fouet et l’agitai juste ce qu’il fallait.Ces râles et sa tête basculée en arrière mes donnèrent suffisamment sur son état d’excitation pour que je sache, juste avant de le retirer brutalement et le jeter au sol….

    Elle redressa son corps et j’ôtai le bandeau de ses yeux….

    Son regard était fou…presque de haine..et ce n’était que le début !!!!

    « -Je sais t’allait prendre ton pied, mais non….tu me connais…. »

    Si elle n’avait as été attachée, je suis sûr qu’elle m’aurais sauté dessus, tous ongles dehors….

    « -Alors l’autre soir, je t’ai fouettée avec ça….ce grand fouet, mais là je ne pouvais pas….je t’ai dit pourquoi alors maintenant tu vas être obéissante …. je ne me suis pas occupé de tes seins la semaine dernière….Maintenant je vais les corriger…. ! »

    Heureusement que ses voisins éteint sourds….

    Je savais à quel point elle détestait ça..et là , voyant le lourd martinet de velours mauve que j’avais été chercher dans mon sac à malice, elle savait à quel point il était sauvage…

    « ‘Non, s’il te plaît….Noooonnnnn »

    Le temps de récupérer le bandeau qui avait caché ses yeux et de le lui remettre sur les lèvres, le serrant bien fort autour du cou je répondis, sachant qu’elle ne pouvais plus rien dire…..

    « -Figure toi que oui, il me plaît…. de punir tes seins….tu sais comme je les aime et comme je t’aime…mas là j’ai envie, et attachée comme tu es  essaye un peu de m’empêcher….ouiiiii regarde les pendant qu’ils sont encore intacts….oui….tes mamelons….que je triture là gentiment du bout de mes doigts…oui…je vais les fouetter maintenant….et tu sais que je vais aimer ça.et je sais que tu ‘aimes pas ça, mais après…après…tu sais b ien que…….alors si tu veux ferme les yeux, ça n’empêchera rien….et maintenant profite…..regarde encore un instant ma bite qui n’attends que de te pénétrer dans ta chatte ou dans ton cul…..on réfléchira le moment venu et après, on va en recauser…..et maintenant le vais punir tes seins….une semaine que j’attends ça et eux aussi j’en suis sûr»

    Ses yeux enfin ouverts à la vue lorgnèrent un instant sur ma bite tendue….comme une demande si profonde. Trop tard…et pas de chance….

    J’avais encore tellement de choses à lui dire sur mon envie de fouetter ses seins et de l’aimer encore et encore…mais le désir de frapper au bout de mon poignet était déjà trop fort….

    De l’avantage d’avoir deux mains. Je me penchai et ramassai le petit martinet qui m’avait servi un long moment plut tôt à fouetter si peu son cul…et ce fut parti….J’adorai ses seins si joliment mignons, suffisamment volubiles…si volubiles car dansant tellement bien sous mes mains quand j’avais envie de les cajoler….si joliment dansant quand j’avais envie de les claquer….si joliment excitants quand je décidais de les fouetter…ses seins quoi…..et là …des coups de martinet sur son cul et ce si méchant martinet de velours fouettant ses seins…et son corps et ses yeux….et con crops qui se tordit enfin comme j’adorai ça quand je le frappais…un bras derrière qui fouettait son cul ses hanches ses reins, un autre devant qui faisait danser ses seins….et moi qui jouissait presque sur son ventre contre lequel je que je frottais ma bite de temps en temps …

    Ses mamelons étaient en transe….son cul brûlant…mes poignets…fatigués…..un homme n’est qu’un homme…je ne jouis pas…une pitié…..ses yeux éperdus de…je ne savais même plus….

    Je finis par la détacher et on s’est couché sur son petit lit jetant au sol tous ces petits instruments….je n’ose vous expliquer l’état de mon sexe à ce moment, ni l’état de nos corps et encore moins l’état de nos deux esprits….juste une envie….et non pas celle envisagée plus haut…s’allonger l’un contre l’autre juste trouver la force de baisser la lumière et de remonter la couverture sur nos corps enlacés….M^me plus la force d’un petit bisou…

    Bien longtemps plus tard, j’ouvris un œil jetant un regard sur le réveil…3 h45….ma main se posa sur son cul….il était encore bouillant….je la réveillai doucement d’une caresse sur la nuque n’osant même pas attraper un de ses mamelons dans mes doigts si doux….ils étaient encore si tendus et brûlants…sensibles……..il était enfin temps…l’heure…le moment …de faire l’amour….enfin…ce fut si bon…

    Je me sentirais vieux le jour où mon sexe ne me servira plus qu'à pisser

    #86785
    anatole
    Participant


    Ah lala…ni moi ni elle ne devions aller bosser le lendemain matin…hélas…ou heureusement…son réveil sonna à 7 h 45….hum quoi allo ? On m’appelle ? Une urgence…je fus le premier à réagir et lancer le réveil au sol après avoir appuyé par inadvertance sur le bouton d’arrête du bip bip…Le temps d’ouvrir une puis deux paupières…le temps de me demander ce que je foutais là…Bon je n’étais pas dans ma chambre…un peu plus de temps à   réfléchir à ce que je foutais là……un bras se posa sur mon torse…non mais tu fais quoi ???

    Enfin les deux yeux ouverts je regardai je qui…ce quoi…enfin ce corps allongé nu à mes côtés….

    Quelques instants de réflexion…de longues minutes de rassemblage de souvenirs….quelques mots murmurés….

    « J’ai envie d’un café…et j’ai mal aux seins…!!! »

    Rappel à l’ordre et souvenirs, retour à la soirée…même pas désolé…quoique le café…je ne connais pas si bien cet appartement…Je finis par trouver…et je reviens dans la chambre de ce qui n’est qu’un studio…Mademoiselle s’est endormie…nue à plat ventre….je vois son cul entre plein de traces de zébrure …Le bas des  reins et le haut de ses cuisses….oups….je me prends les pieds dans la carpette et suis à deux doigts de faire tomber le café par terre suivit d’un « merde » retentissant….

    A ce mot simplet mais sonore  la dame se retourne et…je vois ses seins….je reprends le contrôle du plateau que je tiens dans mes mains et sur lequel les deux tasses de café sont posées…j’avance doucement et je jette un œil au sol revoyant quelques instruments gisant sur la moquette…

    ah oui..?bon sang mais c’est bien sûr….j’avance lentement à loiplé avec mes cafés que j’évite de jeter par êrre….pose tout ça au pied du lit et me mets à quatre pattes pour baiser doucement…non ne rêvez pas…les lèvres de la jolie fille qui a allongé les bras au dessus de sa tête affalée sur le lit…..

    Pute borgne….

    Nos lèvres se rejoignent et nos langues s’emmêlent….Puis nous reprenons notre souffles….

    C’est elle qui ose la première dire un mot…

    « Hum…tu n’as pas mis de sucre ?…

    -Euh , non j’ai pas trouvé …pourquoi tu en veux ?

    -Ah non jamais…. ! »

    Ouf j’ai tout bon….Comme quoi je ne la connaissais pas si bien que ça, et encore une fois j’ai tout bon !

    Elle s’étire dans le lit, tendant ses bras au dessus de la tête et me montrant encore plus ses seins que j’ai tellement meurtris il  n’ y a pas si longtemps….

    « -Aïe…hum j’ai mal partout…Hummm…. c’était bien… ».

    Je reste interloqué un quart de seconde….et elle reprend…

    « -C’était super….ça va toi ? ».

    Et c’est là ou on reste comme un con un petit moment….avant de dire parce qu’on ne sait pas trop quoi dire d’autre….

    « «Euh…oui…c’etait super….euh???oui…même grandiose…Tiens je t’ai fait du café…..

    «Hum…attends …tu vas pas que ….j’a envie….. ».

    Bon fait hiech…Qaand je vois les traces que j’ai laissées sur son corps il y a quelques heures, ben j’ai un peu honte…mais bon s’il le faut…

    Je dépose plateau avec les cafés au bord du lit et je m’allonge à ses côtés…un dernier regard sur le café…j’aurais bien eu envie….il va refroidir….d’un autres côté , sa main qui cherche ma bite et la remet au garde à vous en queqlques secondes….la ça ne se discute pas…un dernier mot avant que…

    « -Je n’ai as té trop méchant avec tes seins  cette nuit?

    -Hum…non trop bon et tais toi maintenant…pirouette cacahouete???quelques reptitudes et sa bouche attaque ma bite,,,,tant pis le café attendra un peu…même froiD c’est pas grave…Et puis sa bouche est pleine et elle ne peut plus parler et elle va boire bientôt un liquide bien plus chaud que le café que je n’ai même plus envie de regarder fumer sur le tapis…

    Je me sentirais vieux le jour où mon sexe ne me servira plus qu'à pisser

    #86790
    anatole
    Participant


    post scritum;…

    Puisqu’il faille bien que j’aille au bout de ce si joli et véridique souvenir….

     

    Moi après cette si somptueuse et agréable caresse? allez soyons prosaïque….turlute buccale, je me rendormis….même pas honte….Juste deux secondes avant de plonger dans les bras de Madame Morphée…un regret de ne pas avoir encore assez d’aptitude pour rendre hommage à la fille qui venait de me donner si gracieusement et goulument  tant de plaisir et à laquelle j’aurais voulu rendre la pareille mais la nuit avait été si courte et que j’aurais bien voulu lui rendre la pareille mais que….ron ron piuou…….dodo….Une légère main caressa le bas de mes reins pour me réveiller.

    “-Café?”
    Hum…Ses mains si douces qui caressaient le bas de mes reins et mes fesses….

    “Ou tu préfères un scotch? Il est dix heures…”

    J’ouvris un oeil…C’était déjà un progrès dans l’état dans lequel je me trouvais……

    L’oeil outreouvert se referma et les mots qu’elle venait de prononcer atteignirent mon cerveau….tout autant que le doigt qu’elle enfonça dans mon cul, le triturant jusqu’à ce que….

    “Non mais arrête….c’est pas du jeu….trop facile…café et enlève  ton doigt arrête….j’ai dis arrête…arrêteeeeee,,,,,,….”

    Bon, elle avait réussi à me réveiller et de quelle manière!!! Bien fait pour ma gueule…ça m’apprendra à m’endormir sur le ventre après une super turlute…une leçon à retenir quoique….

    Le temps qu’elle ôte son doigt de mon cul qui, il faut l’avouer avait plutôt bien apprécié cette intrusion imprévue à ce moment  si agréable au réveil, le temps que je réussisse à me sortir des toiles de son lit et de tenter de la chercher, elle avait revêtu un petit peignoir même pas refermé comme il aurait sied à une jeune fille de bonne famille et m’attendait dans la kitchenette, avec deux cafés fumant sur la petite table de cuisine , avec ce qu’il restait de la bouteille de scotch ouverte et un petit verre à moitié rempli du liquide ayant vécu 12 ans d’âge avant qu ‘un jour ancien mais pas si lointain j’en débouchâsse le bouchon…(inutile de dire que pour que j’écrive cette phrase, il me fallut bien du talent et regarder de prêt une bouteille identique qui me fait de l’oeil…bref!!! mais que voulez vous quand on tente de vous raconter un si beau mais si lointain souvenir….)

    Ce fut la première fois que j’eus presque honte de me présenter nu devant une jolie fille!!!Son petit  vêtement qui dévoilait (par hasard?) le côté pile de son anatomie au travers de ce si fin tissu….ces seins sur lesquels quelques traces étranges (vraiment étranges?) étaient encore si visibles….et ses cuisses nues qu’il m’était si facile de voir si je baissais un peu le regard…. Le moment de trouver une réplique..un truc pas trop con  a dire…quoique…

    “Tu réveilles tous tes amants comme ça en leur mettant un doigt dans le cul?”

    Elle eut la gentillesse de me regarder quelques instants avant de dire…

    “Assied toi et viens boire ton café”

    C’ était comme un  ordre et j’obtempérais. Faut le savoir mais j’adore qu’on me mette un doigt dans le cul…et encore plus pour me réveiller….Ce n’est pas si fréquent…et au contraire je n’eus aucune difficulté à poser mon cul sur le petit siège de la cuisine…

    Le café était excellent et c’est ce que dont j’avais besoin.

    Le temps de reprendre surface quelques minutes plus tard, je repris la situation en main.

    “-Merci pour le café trop tôt pour le scotch, je verrais plus tard….enlèves ton peignoir et vas t’allonger sur ton lit”

    Elle me regarda juste deux secondes, se  leva et d’un revers d’épaules balança son peignoir au milieu de la cuisine, me révélant son corps totalement nu….depuis que je ne l’avais pas vu…je jetai un oeil sur ma montre (ben oui je peux dormir nu mais jamais sans ma montre…..à peine quelques heures…voire une poignée de minutes….)

    “Avance…vas te coucher sur ton lit… les bras en l’air ferme les yeux je veux te voir totalement à poil… et dépêche toi dans une heure faut que j’aille bosser…alors tu sais ce qui t’attends…..!!!'”

    J’étais donc totalement à poil assis dans sa petite cuisine et elle vit bien que l’homme était en juste réveil, comme un con une tasse de café à la main les cheveux hirsutes et la queue entre les jambes, comme qui dirait en berne quoi…un mec qui se  réveille  après une soirée de folie certes….mais au réveil quoi….jamais nous n’avions pu passer une soirée, une nuit et une matinée ensemble, mais elle ne connaissait que trop bien mes envies mes fantasmes et mon sadisme….Et encore une heure avec elle….la punir de quoi? pourquoi? Juste parce que j’aimais ça…elle savait bien que…Mais tout de même…Elle avait bien observé l’état dans lequel je…n’étais pas…Mais moi je savais bien dans quel état j’allais être bien vite…Un bon moment depuis cette intrusion rectale…Mes idées étaient toutes prêtes et je savais bien ce qui allait advenir…

    Café fini, allez puisque c’était comme ça …un petit gorgeon de scotch…c’est pas ça qui allait me faire bander…mais je savais bien que la suite que j’avais en tête me permettrait de…

    Toujours aussi nu, je m’approchai du lit sur lequel elle avait consenti à s’allonger aussi nue que possible, comme qui dirait totalement à poil…C’est elle qui avait choisi puisque je n’avais rien demandé de plus…sur le ventre et spontanément les bras en l’air au dessus de sa tête…elle me connaissait tant…sachant que ce qui allait arriver…fouetter son dos, ses hanches, l’intérieur de ses cuisses, son cul bien sûr et que j’allais la sodomiser ensuite???enfin refrain connu quoi…Juste elle aurait pu se demander vu….oui…vu l’état plus que basique de ma queue observée un peu plus tôt….Combien de coups pensait elle qu’elle allait devoir recevoir avant que mon sexe soit capable de la pénétrer?….Parfois les femmes se posent d’étranges questions….Mais bon ,finalement même si elle n’avait pas si tellement envie que ça, je lui avais demandé de…alors elle avait obéi, attendant…au pire que ça se passe…au mieux que ça se passe….

    J’avais amené avec moi mon sac à malice et elle entendit le cliquetis du sac que je venais de poser au pied du lit sur lequel elle attendait son supplice à venir déjà un peu tremblante!.

    Ma main douce se posa sur ses reins et je lui dis

    “-Tourne toi et mets toi sur le dos…ferme les yeux….et ne bouge plus !”

     

    Elle fit ce que je demandai, et ferma les yeux…je suis sûr….vu que c’était ce que j’espérais…qu’elle eut une pensée émue pour ses seins, l’intérieur de ses cuisses voire son sexe qui allaient prendre cher…Elle se dit se remémorant méchamment la vision de ma petite bite devant la casse de café….au moins si c’est ça qui le fait bander….mais bon j’ai pas trop envie de…Ma voix ferme interrompit sa pensée…

    “Je t’ai dit de fermer les yeux et obéis s’il te plaît…ne me force pas à être désagréable….!”

    Après un regard déjà empli de début de larmes, elle obéit.

    “-Je t’ai dit de fermer les yeux….voilà OK…relèves ta tête que je mette le bandeau…!’

    Elle entendit le zip de la fermeture éclair de mon sac et leva si gentiment la tête pour que je voile ses yeux..je vis bien le regard qu’elle jeta au dernier instant sur l’intérieur du sac….des instruments qu’elle ne se souvenait pas de les avoir encore jamais vus…elle reposa sa tête aux yeux bandés et respira un grand coup…elle savait bien qu’elle n’était pas la première femme que j’avais punie et parfois de façon bien plus sévère que sur elle…avec parfois de vrais instruments de torture….je le lui avais dit et raconté et elle avait déjà et apprécié les récits que j’en avais fait…mais elle n’avait jamais imaginé qu’un jour je m’en servirais …sur elle…et surtout pourquoi ce matin….après cette si belle soirée….mais bon…puisque manifestement c’était mon désir….juste quelques mots lui revinrent en mémoire…dans une heure faut que j’aille bosser…

    J’ouvris enfin mon sac….Il ne lui restait que ses oreilles pour imaginer….des petits sons gluants…de quel instruments torrides allait il se servir….

    Juste un pommade apaisante….dont je venais d’enduire la paume de mes deux mains…

    “-Je suis désolé…je vois dans quel état j’ai mis tes seins hier soir…je vais les consoler..je n’ai aucune raison de m’excuser…juste je répare…juste envie que ça te fasse du bien….et je vais faire pareil avec tes cuisses et ses fesses après…et si tu trouves ça agréable je ferais pareil avec ton sexe…c’est à toi de me dire…et tu n’es pas attachée pour une fois et donc ce seront tes mains qui me diront…et après on verra…contrairement à ce que je t’ai dit j’ai toute l’après midi devant moi…”

    Je venais de poser mes deux mains enduites de pommade si douce sur ces seins que j’avais fouettés et martyrisés quelques heures plus tôt….sa première réaction fut de tendre ses bras libres encore plus haut au dessus de sa tête et de me laisser faire…Encore une seconde dans sa tête sur les instruments plus tortureux qu’elle avait aperçus dans mon sac…..ouiiiii…un jour il pourra s’en servir et me faire encore plus mal….oui j’ai envie qu’il me….du moment qu’il me….. de façon aussi…..déjà sa tête et son corps étaient ailleurs….

    Je me sentirais vieux le jour où mon sexe ne me servira plus qu'à pisser

    #86791
    Victor
    Participant


    Wahou ! Un second chapitre haletant et si fluide. C’est vraiment toujours aussi sympa de vous lire et de trouver des histoires de fouet et de seins et de sexe. J’adore.

    Et la conclusion de la seance au milieu de la nuit. Love !

     

    Je me garde la suite pour ce soir 🙂

    #86806
    la vilaine
    Participant


    Pas désagréable du tout de se retrouver de ce côté-là, sentir ce qui peut animer le sadique / dominant (chacun mettra le mot approprié)… Très plaisant même de partager ces envies et pensées, l’envie de faire monter l’appréhension, de prendre les rennes, de faire mal, de faire monter l’excitation… Bref, c’est toujours pour moi une surprise et un plaisir de percevoir « l’autre côté »…

    (Il y a des choses avec lesquelles on n’est pas confortable… comme dans ce récit le fait pour la demoiselle de se faire fouetter les seins… (parenthèse dans la parenthèse : ça ne m’attire pas non plus, semble méchant). Parfois juste on n’aime pas et aller sur ces terrains-là fait un peu sortir de son espace excitant (je ne sais pas comment le dire mieux). Parfois on peut tout de même aimer être emmenée dans ces contrées inconnues ou étranges…)

    #86810
    anatole
    Participant


    Excellent commentaire Miss vilaine…pas trop le temps de répondre, tellement de sujets tu abordes…je vis y revenir plus tard quand j’aurais fini de bosser….juste te remercier parce que c’est un tellement beau souvenir me concernant….

    Je me sentirais vieux le jour où mon sexe ne me servira plus qu'à pisser

    #86811
    anatole
    Participant


    Cela dit vues les questions intimes que tu poses, je préfèrerais si tu en es d’accord te répondre en privé….c’est toi qui voit…

     

    Je me sentirais vieux le jour où mon sexe ne me servira plus qu'à pisser

    #86812
    la vilaine
    Participant


    Oh ben maintenant vous (tu?) en avez trop dit ici, en tous cas moi j’attends les explications/compléments promis ????

    #86818
    Nush
    Maître des clés


    Un récit qui se prolonge et qui raconte un long moment partagé. Le plaisir du lecteur qui déroule le temps et le savoure à travers tes mots.

    Tout ce qui se passe entre vous, relève d’une intimité commune qu’on sent, déjà installée et dans la poursuite du plaisir, des plaisirs.
    Les fesses, la verge, les seins, le dos, ……Des zones de plaisir(s) infinis qui vous explorez mutuellement avec avidité.

    Merci de partager, avec nous, vos souvenirs et de me permettre de plonger dans les miens.

    Toutes ces portes…..

    Car le feu qui me brûle est celui qui m'éclaire .

    #86819
    anatole
    Participant


    Merci de vos jolis commentaires à toutes les deux. je crois que Nush résume le mieux…Se connaître, partager une intimité la plus …profonde….et savoir se dépasser….dépasser ses peurs….obliger voire contraindre l’autre  à aller toujours plus loin, car on la ou le connait….du genre quand elle dit non pas les seins..ou à peu près….elle sait que ça va m’énerver….et juste deux petites gifles humiliantes….pas violentes du tout….et donc ouvrir toutes les portes possibles….y compris celle de mon cul!!!! (Blagounette idiote, mais j’aime bien!)

    Et Victor ne sois pas jaloux si je réponds à ces demoiselles….mais j’apprécie ton commentaire aussi…

    Je me sentirais vieux le jour où mon sexe ne me servira plus qu'à pisser

11 sujets de 1 à 11 (sur un total de 11)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com