La faucheuse ne m’a pas prise

Accueil Forums Discussions générales Récits La faucheuse ne m’a pas prise

  • Ce sujet contient 7 réponses, 8 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Badine79, le il y a 5 mois.
8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
  • Auteur
    Messages
  • #49689
    Miss Betty
    Participant


    Au bord de la route, je pleure.
    Il fait nuit noire. Le tonnerre gronde au loin et quelques gouttes de pluies s’égarent sur mon visage.
    Ces quelques gouttes ruissellent le long de mes joues et se mélangent au sel de mes larmes. Pour les diluer, les faire disparaître avant que d’autres prennent la place.
    Je marche inlassablement à l’opposé de ma destination.
    Ce soir, c’est un anniversaire douloureux. Un de ceux qui ne devrait jamais revenir. Mais il est perpétuel.
    Il y a quelques années, un être cher a joué avec la faucheuse. Elle a gagné.
    Mais avec moi, elle n’a aucune chance.

    Je marche pour échapper à sa colère. Elle est justifiée car ce soir, j’ai joué avec la faucheuse. Je me suis moquée d’elle et je l’ai provoqué. Elle a peur de moi.
    Alors, elle ne m’a pas prise.

    Lui ? Il est fou de rage contre moi.
    Moi ? J’ai honte, je suis en colère et je suis triste.
    Je le provoque une ultime fois pour qu’il me prouve son amour et qu’il vienne me sauver. Alors je me suis enfuie et je marche.

    Sur ce petit chemin, il me rattrape et me sert contre lui. Mon oreille contre sa poitrine, j’entends son cœur affolé me murmurer de rester.
    Il pleut des larmes qui se mélangent à ce déluge qui nous tombe dessus.

    Il m’embrasse tendrement et me dit doucement qu’il va me punir à hauteur de son amour pour moi.
    Sur le bord du chemin, il s’assoie sur ce rocher. Il me déshabille du regard, il me déshabille avec ses mains.
    La pluie sur ma peau contraste avec la chaleur que je dégage. Une chaleur de colère, de rage, d’envie et d’amour.

    Basculée sur ses genoux, il frappe fort, au rythme des éclairs et du tonnerre. Il ne s’arrêtera qu’à la fin de la tempête que nous survole et qui s’est emparée de lui.

    La pluie froide ralentit l’embrasement de mon cul. Alors il peut être plus dur, plus féroce pour décharger sa colère et m’aimer encore plus fort.
    Il me relève et je prends instinctivement appuie de mes 2 mains sur ce rocher.
    Penchée, jambes écartées, la pluie ruisselle toujours sur mon corps et vient couler et caresser mon intimité.

    Dans un grondement, j’entends le cliquetis de sa ceinture.
    J’imagine, la boucle et le cran se défaire. Le cuir glisser les passants de son pantalon, un à un, lentement. Il veut me marquer durement. Il enroule la boucle autour de sa main et maintient le tout fermement pour laisser la langue de cuir libre de frapper.

    En position, il pose sa main brûlante sur mes reins. Un éclair bleu transperce le ciel alors il me crie son amour et le premier coup s’abat. Il est violent, déchirant. Mon cri se mélange au sien.

    Je n’ai pas froid car je sens son amour grandir au fur et à mesure que sa colère s’atténue.
    La mienne s’est évaporée à la seconde où il m’a marqué de sa main et de sa langue de cuir.
    Elle frappe fort et laisse sa trace sur mes cuisses, sur mon cul.
    Le rouge devient pourpre.

    Il continue au rythme de ce ciel électrique. Je ne sais combien de temps cela va durer. J’encaisse, je cris mon pardon, je hurle mon amour, et je laisse sortir toutes mes émotions. Le torrent de larmes ne cesse plus de grandir. Je me sens aimer et avant tout, je me sens vivante.

    Le tonnerre s’éloigne et la pluie n’est plus que quelques gouttes qui glissent le long de ma chair brûlante. Il me redresse face à lui. Un ou deux éclairs silencieux me permettent dans l’obscurité de lire son amour au plus profond de ses yeux.

    Il me porte dans ses bras pour me ramener chez nous. L’aube est enfin là et je me sens libre. Au premier rayon du soleil, il m’embrasse et nos corps s’embrase pour ne former plus qu’un.

    La faucheuse ne m’a pas prise et je suis toujours à lui.

    Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain

    #49690
    salamboflaubert75
    Participant


    Bravo Miss Betty, très joli récit plein d’émotion, de tendresse, d’amour et de fermeté… Merci

    Sal

    #49692
    ontheknee
    Participant


    Très bien décrites ces atmosphères électriques ,sombres, cuisantes et érotiques attention quand l’orage gronde…

    #49693
    Baccardi
    Participant


    9a secoue! C’est intense et pesant, mais en même temps lourd de passion comme l’orage qui plombe ces deux partenaires/ Merci pour ce beau texte L’éternelle dualité LIBIDO-MORTIDO. Heureusement la faucheuse a perdu

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 5 mois par Baccardi.
    #49698
    Sombrelle
    Participant


    Oui Comme dit Baccardi, ça secoue ! Merci pour ce partage si intime @missbetty.
    Ces émotions si bien exprimée (je m’y reconnaitrais presque) en phase parfaite avec le climat, comme un accompagnement naturel aux vagues que soulève cette magnifique passion partagée de deux être.
    Chapeau bas Miss

    Alea Jacta Est

    #49701
    MrDobbins
    Participant


    Merci pour ce recit très bien écrit et plein de romantisme tel que je le conçois dans le cadre de notre passion commune.

    A master's work is never done

    #49702
    Eva
    Participant


    De l’électricité dans l’air et dans les nerfs, une envie de défier vent et éléments, fermeté et tendresse, …quel beau récit! Merci Miss Betty

    Se révèle être "comme une boule de flipper,qui roule qui roule...".

    #49712
    Badine79
    Participant


    Merci betty j j’adore l orage

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com