La cuisinière et la belle alanguie

Accueil Forums Discussions générales Récits La cuisinière et la belle alanguie

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Messages
  • #60283
    anatole
    Participant


    Il est plus que temps de fêter la nouvelle année entre mon Amie et moi. Certes nous avons partagé un café croissant dimanche matin de très bonne heure, avec bisous et papouilles à la clé, mais nos vies privées ne nous permettent pas d’aller plus loin, même si ce n’est pas l’envie, le désir, la bandaison qui manquent.. Une semaine que nous nous ne sommes plus emmêlés, enchevêtrés, enfoncés l’un dans l’autre…Je suis gravement en manque….Mais, Dimanche, c’est Dimanche, et nos familles passent avant…
    Donc en ce lundi, plein de projets s’offrent à nous. Un restau avec notre petit parking favori ? Une balade dans les bois (oui, mais bon, il fait plus ou moins zéro degré au thermomètre…!)…trop tard pour trouver une chambre d’hôtel…Merci mon Amie de m’accueillir chez toi….Deux heures devant nous….J’ai amené de quoi grignoter et glouglouter…Le champagne est sur la table basse du salon, avec les deux jolies flûtes qu’elle a sorties. Nous sommes dans la cuisine et elle dépose la pitance dans la poêle…J’ai déjà glissé un petit moment auparavant mes mains dans son jean, et même bien plus loin et profondément pour tâter ce sexe qui me répond toujours …à l’oeil, mais surtout au doigt…elle est comme toujours…déjà prête à m’accueillir, comme toute superbe femme d’intérieur….et je l’ai prévenue tout de suite en arrivant…
    «  Trop longtemps que je suis en manque de tes culottes…celle que tu portes aujourd’hui repartira avec moi… »
    Et même si je ne suis pas vraiment fan, je ne lui fais aucun grief de son jean…D’ailleurs, il ne faut pas bien longtemps pour qu’il soit sur ses chevilles.
    J’ai très vite basculé/bousculé la jolie cuisinière sur le plan de travail de sa cuisine, juste à côté de la poêle qui réchauffe notre futur repas, et mes mains ont rabattu le jean et la culotte sur le bas de ses jambes. J’ai presque honte, beaucoup plus tard, lorsque j’aurais l’occasion de la regarder, de ne pas avoir porté plus attention à cette culotte…Mais à l’instant où j’écris, elle est devant mes yeux, voire par saccades devant mes narines, pour ne jamais oublier ton parfum mon amour. Elle est superbement jolie, couleur crème avec un petit nœud bleu pastel….mais bon…très instinctivement, il me prend le goût de lutiner la cuisinière à côté de la plaque de cuisson, arc-boutée sur le plan de travail…elle ne semble plus, très vite, se préoccuper du poulet tandoori qui réclame à corps et à cri un peu d’eau pour ne pas coller dans la poêle..ce que je me permets de lui rappeler moyennant une ou deux petites claques sur les fesses…Alors que mon sexe se promène gentiment en allers et retours langoureux au fond du sien, elle chope une petit gamelle tupperware ou autre ( j’avoue, je n’ai ni l’envie ni le temps d’analyser le récipient) et me le tend…Le robinet est à proximité de ma main droite, et je remplis le gobelet d’eau, abandonnant pour quelques instants à regrets sa fesse droite sur laquelle ma main était posée….Le poulet tandoori et le riz adéquat grésillent de plaisir lorsque je balance la flotte dans le poêle, et je reprends mon lutinage de cuisinière…Je la redresse, ma bite abandonne son sexe et vient se frotter contre son cul pendant que mes doigts se lovent contre son clitoris, l’amenant rapidement à sa première jouissance dans sa cuisine (elle me l’a avoué juste après…oui c’est la première fois qu’elle faisait l’amour dans sa cuisine….!!).
    Nous nous occupons quelques instants du riz dans la poêle…Enfin pas tout à fait…Tout d’abord, elle, presque nue, son jean sur les chevilles, et son chemisier largement ouvert, découvrant ses seins dont mes doigts s’occupent, et touillant le riz avec la cuiller de bois…Ne me demandez pas pourquoi ni comment, mais quelques instants après, elle est à genoux au sol, s’abreuvant de mon sexe tendu sortant de la braguette de mon pantalon que je n’aies pas eu le temps de défaire…et le riz qui crisse dans la poêle…
    Toutes ces activités donnent soif, et nous laissons le repas réchauffer sans nous, allant déboucher enfin cette bouteille de champagne qui attendait sagement dans le salon. De peur que le poulet qui a fini par atterrir dans notre assiette commune ne s’en offusque, nous reprenons une tenue un peu plus décente pour grignoter, mais très vite les mains baladeuses repartent en exploration. Je demande à mon Amie de faire un top 5 des doigts de ma main sur ou dans son sexe. Elle désignera vainqueur le majeur pour la pénétration, et ex aequo l’annulaire et l’index pour les rouli-roula sur son clitoris. Les galipettes se multiplient et les positions diverses de câlin d’amour s’enchaînent, passant d’un canapé à un fauteuil puis retour vers le canapé. Enfin, mes mains emprisonnent les hanches de mon Amie et je l’installe à genoux sur le canapé, le ventre et les seins plaqués contre le dossier. Son visage et la moitié de son corps se reflètent dans le grand miroir en face, et sans aucune autre raison que celle d’en avoir envie, je commence à la fesser, écartant ses cuisses d’une main posée bien à plat contre son sexe, et je l’oblige à garder les yeux grands ouverts, pour qu’elle s’observe dans le miroir pendant que je claque son cul. Ses lèvres et son regard jouent au caméléon, passant en une fraction de seconde d’un sourire rieur à une petite grimace lorsque ma main frappeuse se laisse aller un peu plus violemment. Elle tente parfois de masquer une de ses fesses de sa main, que je repose immédiatement sur le haut du divan, continuant à rougir sa chair si tendre. Je termine par une belle volée de claques bien sonores avant qu’elle ne s’affale dans mes bras, un sourire de quasi extase illuminant son visage. Nos peaux se frottent encore un moment avant que le téléphone n’interrompe notre tendre câlin.
    Elle reviendra quelques instants s’allonger, sur le canapé  totalement nue et épanouie, le visage serein, les seins arrogants, les cuisses légèrement ouvertes, laissant voir les lèvres de son sexe encore rose de confusion, et je photographierais cette belle alanguie dans cette position de bonheur.
    Au moment de partir, mon Amie me tend sa jolie culotte que j’allais oublier (honte sur moi….!!!)
    Quelques heures plus tard, elle regrettera pas mail de ne pouvoir venir se poser tout de suite sur mes genoux afin que je la fesse encore.
    Mon Amie semble bien gourmande en ce début d’année, ce qui est franchement une très bonne nouvelle.

    Je me sentirais vieux le jour où mon sexe ne me servira plus qu'à pisser

    #60329
    Sombrelle
    Participant


    Quelle chanceuse!

     

    Alea Jacta Est
    http://sombressensuelle.blogspot.com

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com