La croisée des chemins

Accueil Forums Discussions générales Récits La croisée des chemins

  • Ce sujet contient 7 réponses, 8 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Dyonisos, le il y a 2 mois.
8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
  • Auteur
    Messages
  • #82046
    Lilith
    Participant


    Il y a des personnes que nous sommes voués à croiser plusieurs fois dans notre vie. Certains, diront que c’est la coïncidence, d’autre comme moi, que c’est la magie de la destinée.

    La première rencontre:

    Moi collégienne, 15 ans, précoce…déjà très téméraire, rebelle, têtue, insolente, désinvolte, très indisciplinée…très souvent collée, en fait au collège, je me faisais ch…J’avais plus d’affinités avec les surveillants, “les pions” qu’avec les jeunes de mon âge. Mais parfois être trop à l’aise, trop proche, trop complice des personnes étant censées faire preuve d’autorité est un tord…et moi quand on me laissait une brèche (et c’est encore le cas aujourd’hui, je m’y engouffre direct!) et bien il fallait pouvoir assumer, gérer les incidents qui en découlaient.

    C’est dans ces circonstances que j’ai rencontré pour la première fois Monsieur A, qui est devenu , et ceux qui ont lu mes récits le savent déjà, devenu quelques années plus tard mon premier spanker.

    Monsieur A, que je connais de vue car il habite un petit village proche du mien,  est sur un poste de surveillant depuis la rentrée scolaire. sympathique, à l’écoute, mais autoritaire et contrairement aux autres surveillants, il a su maintenir une certaine distance entre nous, même si parfois mes interventions lorsque nous sommes en permanence ou en étude, ne peuvent l’empêcher de sourire…enfin  bon ok…le plus souvent il fronce plutôt les sourcils 😉

    Quelques fois  je reste discuter avec lui de choses qui à l’époque m’interpelle, le racisme, la politique, les injustices diverses…peu à peu c’est instaure une relation fraternelle mais  je sens bien qu’avec lui, je ne peux me permettre de tester les limites car il a déjà ce charisme, cette prestance, cette maturité physique…il en impose déjà quoi!

    Mais voilà, je ne sais pas pourquoi,  alors que nous sommes en étude afin de travailler sur un exposé, avec mes deux comparses de l’époque, j’ose…et je n’oublierais jamais cet instant à cause de sa phrase en réponse à mon insolence…

    Nous sommes donc, en salle d’étude, très concentrées, sérieuses mais au bout d’une heure notre conversation a dévié sur un autre sujet qui nous a amené à une spécialité d’ado bien connue… les “pouffages” de rires. Monsieur A se déplace donc une première fois pour nous dire de nous calmer car nous perturbons les autres. Mais rien n’y fait, en plus des fous rires nos voix portent de plus en plus…Monsieur A se déplace donc une deuxième fois et nous dit:

    “Mais vous allez fermer vos bouches à la fin!!!”

    Mais pourquoi je décide soudain de lui répondre cette horreur!  j’en sais rien c’est sorti tout seul…

    “Ferme donc la tienne parce que tu l’ouvres tellement en mâchant ton chewing gum que l’on peut pratiquement voir la couleur de ton caleçon!”

    Rires incontrôlés des deux copines…malaise…je viens dans la seconde de me rendre compte que ce que je viens de rétorquer est très déplacée mais surtout extrêmement immature…ce qu’il l’amène à me répondre en se penchant doucement vers moi en me susurrant discrètement à l’oreille:

    “Tu vois malheureusement, je ne peux que,  prendre ton carnet et y mettre un mot à tes parents pour les informer que tu es une gamine insolente et que tu seras collée les deux mercredis à venir. Parce que là, demoiselle, si je le pouvait, je te glisserais sous mon bras et te flanquerais une fessée dont tu te souviendrais!!!”

    Cette dernière partie de phrase me trouble d’une manière encore inconnue et elle restera gravée en moi, revenant sans cesse en ma mémoire… et c’est là que j’ai su…que ce mot commun, juste prononcé, créé un trouble indescriptible et étrange en moi. Trouble d’autant plus fort que ce mot était prononcé par lui, cet homme…si attirant, si séduisant…

    Ces quelques mots, lui, son pouvoir m’accompagneront pendant des années d’autant plus, que je croise Monsieur A régulièrement, habitant toujours le même petit village très proche du mien. Oui le destin fait que inexorablement je l’aperçois, parfois même, nous nous saluons, échangeons quelques mots.

    A 16 ans je déménage, mais je garde contact avec ma meilleure amie que je retrouve à chaques vacances scolaires. Elle est plus âgée que moi de deux ans et ses amis sont donc pour la plupart, comme elle,  à la FAC voire même travaillent déjà. Elle croise régulièrement Monsieur A à des soirées ou manifestations et à chaque fois il demande de mes nouvelles. Elle aime me rendre envieuse et jalouse…de la possibilité facile qu’elle a, de pouvoir le croiser de temps en temps.

    J’ai 20 ans, et le souvenir de Monsieur ,  plane toujours au dessus de moi. Je n’arrive pas à l’oublier. Il est dans ma tête, je l’ai dans la peau…il devient peu à peu  mon idéal masculin…que je recherche en vain à retrouver chez mes flirts de l’époque…

    En juin, mon amie me propose de la retrouver à Quiberon pour y passer tout le mois d’août. Elle me dit qu’elle y sera avec sa soeur ainée et plusieurs amis de celle ci que je connais déjà. Nous seronS une vingtaine, que les âges vont de 25 à 30 ans…nous serons donc toutes deux les plus jeunes. Elle m’explique également qu’ils s’y rendront en  camionnette aménagée, combi et camping car donc pas de souci de logement mais elle me dit surtout qu’il y a une surprise et que je vais être ravie.

    Vous avez bien évidement deviné quelle est la surprise qui m’attend en cet été 19…ça fait trop mal de mettre l’année complète…les années passent trop vite.

    Août arrive donc et je rejoints mon amie en train. Elle est là, garée devant la gare, au volant de son …a mais non ???!!! ce n’est pas elle au volant…Dieu que c’est point possible !!! c’est lui ! A cet instant une émotion extrême m’envahie, je suis au bord du malaise ! Elle aurait du me le dire pour que je me prépare à ces retrouvailles tant espérées…je tremble, mes mains sont moites…je l’impression que je vais défaillir.

    Ils descendent pour m’accueillir. Elle se penche à mon oreille:

    “Surprise!!!!”

    Je ne sais pas à ce moment là si j’ai envie de l’étrangler ou de la remercier…un peu des deux en fait. Lui sait, je le devine à son regard, il sait car elle a du lui dire, lui révéler mes sentiments…il a ce petit sourire en coin qu’il accompagne d’un clin d’oeil.

    “Salut mam’zelle la rebelle !”

    Il me dépose un baiser sur la joue tout en me souriant…putain ce sourire…j’ai envie de l’attraper et de lui coller un énorme baiser sur la bouche! Mais je me contente de lui rendre son sourire avec un timide bonjour.

    Les jours passent et notre complicité malgré la différence d’âge revient rapidement…mais surtout mon naturel petit caractère de chipie, provocations, taquineries, rébellion…petit à petit nous nous rapprochons, plus intime chaque jour, plus tactiles, plus entreprenants, plus à l’aise…et un soir…oh oui p…

    Rien qu’en y repensant j’en suis encore toute émoustillée…:) Enfin bref ! Un soir il m’a chopé dans un coin et voilà quoi !!! MDR !

    Puis il y a eu CE soir, qui fait que ce récit a sa place ici…;)

    Nous marchions sur la plage avec quelques uns de nos amis. Soudain il ralentit le pas et me dit:

    “Il y a quelque chose que tu m’as dit il y a quelques années qu’il va falloir rapidement régler… j’ai une excellente mémoire pour ce genre de chose”

    (Tu m’étonnes!)

    OOOOh là je suis mal! il se souviens de quoi exactement !!?? il parle de cet événement qui me revient très souvent en mémoire et qui me fait frissonner encore! non impossible ça fait trop longtemps…je cherche dans ma petite tête de quoi il peut se souvenir…et il faut que je me rende à l’évidence que c’est bien de cela dont il s’agit…Mais je décide de faire l’ignorante…

    “Je ne vois pas de quoi tu parles!”

    “N’aggrave pas ton cas demoiselle…je sais ce qui te trouble et ce que tu attends depuis ce fameux jour…”

    Encore mon amie et sa langue bien pendue je suppose…

    “Sache que cela est resté en ma mémoire à moi aussi et que chaque fois que je te croisais j’avais une horrible et irrésistible envie de t’attraper sous mon bras et de t’administrer ce que tu mérites! Donc là, tu vois, nous allons discrètement nous éclipser et retourner au campement où tu recevras une bonne fessée déculottée! déculottée que tu mérites également pour la cuite que tu t’es prise avant hier soir malgré mon interdiction de boire de l’alcool mais également pour l’heure à laquelle tu es rentrée alors que je t’avais donné une heure précise que tu n’as évidement pas respecté.”

    Et là, je ne sais pour quelle raison, j’éclate de rire…certainement pour me donner une contenance face à cette situation quelque peu embarrassante.

    “Arrête toute suite de rire où je te la donne ici et maintenant aux yeux de tous les passants!! jusqu’à présent je n’ai pas pu agir vu que nous sommes rarement seuls ou assez loin des oreilles indiscrètes”

    Et je l’ai suivi sans rien dire, étrangement obéissante soudainement…soumise pour la première fois.

    Lorsque nous arrivons au campement il me dit de monter dans le combi, que l’on va trouver un coin plus tranquille…

    Nous parcourrons quelques kilomètres, il tourne dans un chemin à travers la lande et s’arrête enfin…ou plutôt déjà…aïe aïe 😉

    Bizarrement je ne ressens pas de peur, j’ai tellement confiance en lui et il est vrai que je la mérite et l’attends depuis tellement longtemps!

    Tout est alors allé très vite, nous descendons, il se dirige vers moi…mon instinct de protection me fait faire un pas en arrière mais il me saisit le poigné et chose promise chose due, il me soulève comme une plume, me coince sous son bras gauche et sans avoir le temps de réagir d’avantage…bloquée, prisonnière, je reçois de sa puissante main droite une bonne dizaine de claques bien cinglantes sur mon short en jean qui très court laisse le haut de mes cuisses à la merci de sa main puissante.

    IL s’arrête et me dépose à nouveau sur mes deux jambes, face à lui et tout en me regardant droit dans les yeux, il déboutonne mon short qui se retrouve instantanément sur mes chevilles. De nouveau il me glisse sous son bras et reprend de plus belle et sans pitié la fessée. Je suis complétement sous son emprise mais étonnement bien…comme si cette fessée devenait un exutoire…toutes mes tentions, angoisses, colères étaient en train de se dissiper. Bien entendu ma petite culotte ne tarda pas à rejoindre mon short sur le gazon…

    Sentir sa main, le peau à peau ne fait qu’accroitre mon excitation malgré la sensation d’incendie imminent  menaçant mes fesses! chaque impact me fait frissonner, m’étourdie d’avantage…je suis dans un état de transe… Je ne sais pas combien de claques j’ai reçu ce soir là, mais une chose est sûre c’est que sans étonnement j’avais aimé cela avec …

    Il me repose sur le sol, je suis face lui, je ne pleure même pas, je le regarde dans les yeux et lui dis avec l’assurance d’une rebelle professionnelle:

    “Enfin…c’était pas trop tôt ! j’ai failli attendre!!!”

    RIRES

    “oooh toi qu’est ce que je t’aime, mon incorrigible rebelle!!!”

    C’est donc ainsi que j’ai reçu ma première VRAIE fessée et que, j’ai enfin eu la réponse à ma question…oui j’aime la fessée ! Na !!!!

     

     

     

     

     

    #82047
    Yves
    Participant


    Bravo Karinette, pour ce magnifique récit, tu as su retracer l’ambiance des diverses périodes que tu as traversé merveilleusement bien.

    Encore Bravo !!!!

    Mesdames, mesdemoiselles, mon propre plaisir passe par le vôtre

    Blog : histoires-jr33.blogspot.com

    #82049
    louviere
    Participant


    Eh bravo la belle ,c est juste magnifique, est aimé la fessée comme tu dis et un bon soin de santé, pour le moral ,pour le physique oui douloureux mais temporairement, et se sentir légère…mais tu l as mérité largement…

    Louviere

    #82050
    Cellendhyll
    Participant


    Joli texte, merci pour ce croustillant partage 🙂

    #82052


    Merci pour ce beaux récit ça donne envie d’en savoir plus….bisous miss

    #82059
    Marc
    Participant


    Très joli souvenir où vous décrivez le fantasme catalysé soudainement par une situation, une personne, un mot, comme une révélation, et qui se poursuit jusqu’à trouver sa résolution … avec la même personne, dans une longue boucle que l’on a mis longtemps à parcourir, avec la complicité de votre amie à qui vous aviez bien fait de confier vos rêves 😉

    … bloquée, prisonnière, je reçois de sa puissante main droite une bonne dizaine de claques bien cinglantes sur mon short en jean qui très court laisse le haut de mes cuisses à la merci de sa main puissante. IL s’arrête et me dépose à nouveau sur mes deux jambes, face à lui et tout en me regardant droit dans les yeux, il déboutonne mon short qui se retrouve instantanément sur mes chevilles. De nouveau il me glisse sous son bras et reprend de plus belle et sans pitié la fessée. Je suis complétement sous son emprise mais étonnement bien…comme si cette fessée devenait un exutoire…toutes mes tentions, angoisses, colères étaient en train de se dissiper. Bien entendu ma petite culotte ne tarda pas à rejoindre mon short sur le gazon… Sentir sa main, le peau à peau ne fait qu’accroitre mon excitation malgré la sensation d’incendie imminent menaçant mes fesses! chaque impact me fait frissonner, m’étourdie d’avantage…je suis dans un état de transe… 

    Très jolie progression …

    "Le pire n'est jamais certain
    Quand on pense au lendemain"
    Anonyme

    #82071
    BadCristou
    Participant


    Merci pour cette belle histoire j’ai adoré 🙂

    #82085
    Dyonisos
    Participant


    Récit très émoustillant qui décrit bien le parcours intérieur pour révéler ce qui enfouie en nous et qui n’ose pas toujours sortir. Une sorte de coming out de la fessée.

    Dans la vie, mieux vaut avoir des remords que des regrets !

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com