La bonne recette?

Accueil Forums Discussions générales D/s La bonne recette?

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 19)
  • Auteur
    Messages
  • #77617
    Eva
    Participant


    Les règles de vie… sujet tabou, rarement évoqué. Certainement parce que chaque ” dominant ” a sa recette perso et ne veut pas vraiment la partager et que chaque personne” dominée ou simplement spankee “a sa facon d’y répondre( j’aime pas les épinards!j’en veux plus!c’est trop ou pas assez….). Pourtant, c’est une base, un cadre, cela touche, cela joue dans une relation et dans les “marques d’amour” que l’on porte à l’autre.
    Chacun ses ingrédients,  qui peuvent être les mêmes d’ailleurs, mais ce qui va changer dans le résultat final ( j’utilise là une image)c’est la découpe des ingrédients,  le temps auquel on ajoute chaque ingrédients , le temps de cuisson global. En somme Chacun sa sauce et sa recette.
    Pour ma part, la saveur que je souhaite donner aux règles est celle du plaisir, sexuel. C’est mon univers fantasmagorique, ma manière de faire. Je ne rentre quasi jamais dans la sphère de la gestion quotidienne. Parce que j’estime que cela lui appartient, que si je peux l’aider à cette gestion par mes conseils et mes suggestions, je n’ai pas à interférer dans cette gestion. Parce que je l’estime!capable de penser par elle même,  capable d’y arriver seule, capable de faire son chemin seule… aussi:)
    Il a pu m’arriver quand le besoin s’est fait sentir , de poser un couvre feu, ou de faire un action/ réaction face à des achats…mais c’est très rare.
    Car pour moi l’obeissance doit être et rester avant tout dans une dimension de plaisir et non pas d’obligation.
    C’est une vision très personnelle.
    Je propose par ce post de partager un peu nos visions, sans tabous. Quelle est votre manière à vous de poser des règles ?ou d’y répondre ?

    • Ce sujet a été modifié le il y a 4 mois et 4 semaines par Eva.

    Se révèle être "comme une boule de flipper,qui roule qui roule...".

    #77631
    TSM
    Participant


    Bonjour Eva,

    Notre façon de fonctionner est plus BDSM mais reste évidement liée à la fessée. Nous fonctionnons en 24 / 24 / 7 mais cela nous nous empêche pas de vivre comme tout le monde. (Câlins / partage des taches / vie sociale)

    Pour entretenir la logique de la domination permanente (lisez permanente entre les lignes ou relisez celle de dessus) ma petite puce d’Amour a des règles quotidiennes à respecter.

    – Interdiction d’aller faire pipi sans demander la permission. (Permission parfois accordée contre 2 / 3 bisous)

    – Idem pour s’asseoir à table et cela après que je sois assis.

    –  Le “vous” est de rigueur 24/24. Si il y a un “tu” quand il y a du monde, de la famille aucune sanction (logique) bien qu’elle se doit de trouver des formulations évitant le “vous”. (Cela nous amuse, ce n’est pas un carcan de vie)

    – En principe, le premier dans le lit c’est le dom. Sauf que, quand elle est fatiguée, l’horrible dom que je suis négocie avec un prix à payer en bisous.

    Ensuite, il y a des règles basiques un peu comme avec les enfants.

    Je précise BIEN, que cela n’est pas un carcan de vie pour ma femme/soumise. Si elle est souffrante par exemple, elle peut compter sur moi pour tout ! Et pour info, le cuisinier de la maison c’est moi. Cela ne fait pas très Maître mais, de vous à moi, je m’en moque, ce qui importe c’est notre bonheur à tous les deux.

     

    Le meilleur des fétichismes est celui qui vous permet de vous épanouir.

    #77645
    Eva
    Participant


    Bonsoir TSM, et merci de votre réponse.  Et bien si c’est vous qui êtes en cuisine, la recette à l’air de vous satisfaire tous deux et c’est bien là l’essentiel. J’ai souri aussi sur l’évocation de vos règles ( trouver des formules évitant le “vous” doit donner des moments caucasses). Et c’est bien de plaisir et de rires partagés dont il est question là. Merci de ce partage Monsieur le Pacha premier à table et premier au lit^^ Heureux homme que vous êtes là et heureuse Demoiselle je suppose que de savoir que vous êtes là( y compris quand elle est pas en forme). Cela respire la complicité en tous cas:)

    Se révèle être "comme une boule de flipper,qui roule qui roule...".

    #77664
    Paulparis
    Participant


    Il est évidemment nécessaire que les règles soient acceptées par les deux partenaires. Ou plus exactement que l’objectif à atteindre soit fixé et accepté par les deux… Et que pour atteindre l’objectif les règles soient fixé par Monsieur et que le respect de ces règles soit suivi ensuite. Mais l’acceptation de toutes les phases par la demoiselle est évidemment la base

    #77706
    Christal
    Maître des clés


    Alors je ne sais si c’est un sujet tabou ou non mais ce qui est évident à mes yeux, c’est que les règles ne peuvent fonctionner que parce que c’est donnant-donnant et que chacun y trouve son compte. Les règles étant propres à chaque duo. De même que la définition de “Sagesse”. Ce qui fonctionne dans une histoire ne fonctionnera pas forcément dans une autre. Ça dépend de la place que l’on offre à l’autre.

    Quel est le temps que le Dominant à nous offrir ? Comment est-il prêt à s’investir ? Est-ce une relation juste main/cul ? Est-ce que l’histoire est plus “profonde” ? Et nous en tant que personne qui se soumet à quoi est-on prête ? Quel degré de domination est acceptable ?

    Bref, il y a tout un tas de questions et les réponses se trouvent souvent dans la communication avec l’autre avant le début d’une relation mais aussi pendant. A mon sens les règles ne peuvent pas être gravées dans le marbre. Elles doivent être évolutives et adaptables à un moment donné en fonction de la vie de chacun et du plaisir qu’on y retire ou du moins de la satisfaction que l’on a quand on suit une règle ou que l’autre la suit. Mais ça dépend aussi fortement de la durée de la relation…

    La seule règle sur laquelle on ne peut déroger à mon sens est : Je lui accorde autorité sur ma personne et donc j’accepte avec une envie non dissimulée, ce déséquilibre dans la relation. Il ordonne, j’obéis (ou j’essaie même si ce mot est banni de mon vocabulaire “tiens voilà une de mes règles ;))

    Il y a en a surement d’autres mais ce sont à mes yeux des règles de respect…

    Des règles uniquement reliées au plaisir et qui plus est sexuel ne correspondent pas à ma façon de fonctionner. J’ai besoin de plus que ça. J’ai besoin de sentir qu’on va me contraindre, me pousser, me mettre sous pression, s’il y a utilité.

    Entendre : Je suis fier de toi ou C’est bien. Peut (parfois) suffire à mon bonheur, c’est une sorte de petite jouissance cérébrale.

    J’ai besoin de sentir que je dois être irréprochable dans tous les pans de ma vie (même si c’est loin d’être le cas :)), et j’aime savoir qu’il s’intéresse à ma vie en général et pas qu’à mon cul de déesse, donc quand il rentre un peu dans ma sphère privée pour m’encourager, me rassurer ou me guider dans mes objectifs et bien je trouve que c’est une marque de “tendresse” (c’est pas le bon mot, mais il ne me vient pas au moment où j’écris) pour notre histoire.

    Rien n'est acquis, tout est fragile...

    #77722
    Saku 😋
    Participant


    Les règles de vie sont là parce qu’on les accepte du moins Pour ma part. Je m’y soustrais, je désobéis parfois, ça m’arrive aussi même si je suis plutôt un ange 😇.

    J’ai la chance d’avoir un suivi H24 sauf quand je dors lol. Je lui rends des comptes aussi bien sur mon quotidien, sur nos règles que sur mes tracas divers.

    Nos règles sont établies pour certaines dans le but de veiller à mon bien être psychique et physique. Pour exemple un couvre feu me permet d’avoir une bonne nuit de sommeil et ne pas prendre la route épuisée le lendemain matin.

    J’aime bien aussi la règle ” tu n’as pas le droit de te faire mal toute seule” sourire. Bah oui j’utilise des outils dangereux pour la tite Fabric donc je veille à me protéger les doigts, les mains, les yeux…

    Chacune des règles qu elle me fixe ou m’a fixé à été comme un automatisme en lien avec mes habitudes de vie et certaines de mes mauvaises habitudes.

    J’aime, j’adore l’entendre me dire que je la rends fière, qu elle est fière donc ce que par le passé je m’amusais parfois à ne pas respecter aujourd’hui je prends plaisir à les respecter. Il y a parfois quelques bugs c’est vrai mais il n’est pas toujours aisé de laisser derrière soi la petite Brat’s intrépide

    - Ne rate jamais une occasion de faire une bêtise

    #77723
    Eva
    Participant


    Bon à la lecture des différents commentaires, je me rends compte de plusieurs choses:

    _ il y a des règles  qui sont tellement de l’automatisme que je ne les ai même pas énumérées : exemple le passage au “vous” ou à “Madame” dans certaines circonstances.

    _il y a des règles de gestion de vie aussi que je n’ai pas évoquées : celles de protection. Pas de tel au volant, pas d’excès de vitesse, pas de mise en danger en soirées par exemple. Mais ça c’est parce que je tiens à elle;)

    Mais il y en a une surtout qui est la base pour moi dans mes relations: la communication. Je ne peux réagir ou même conseiller sur ce que j’ignore. Je ne suis pas devin! Ainsi je lui demande aussi de la transparence…

    Et pour moi il est évident que quand je parle de rester dans la dimension de plaisir cela ne veut pas dire en jouir. Une règle est un cadre à la relation, et c’est vrai que si cela me fait plaisir de le poser et de le suivre, je souhaite aussi qu’elle ait le plaisir d’essayer, de tenter , d’arriver à le suivre.

    Ce que je voulais dire c’est que ce cadre ne me sert pas à poser des sanctions à tout va, mais plutôt de définir des objectifs qui lui parlent et développent sa volonté à les atteindre. Et oui cela peut être un plaisir partagé car il s’agit avant tout pour moi de valoriser plutôt que de sanctionner . Je suis plutôt dans l’optique de la bienveillance voyez vous;)

    Se révèle être "comme une boule de flipper,qui roule qui roule...".

    #77748
    Dame_Justiine
    Participant


    Bonsoir,

    Je suis switch, à la fois Domina et a la fois soumise, mais pas avec la même personne.

     

    Je suis soumise à Mon Maître en 24/7, je le vouvoie en permanence (il ne me l’a jamais imposé), y compris devant ma famille et la sienne, N/nos amis, proches, inconnus, etc… J’ai mes rituels quotidiens (mis en place ensemble) :

    – Je dois Lui dire bonjour à genoux tous les matins

    – Je dois Lui demande l’autorisation de me coucher le soir dans une certaine position

    J’ai également des règles (mises en place ensemble) :

    – Je dois Lui demander l’autorisation pour me masturber et pour jouir

    – Je dois Lui demander l’autorisation pour aller libertiner

    – Je reste à son service en permanence (exemple : s’il me demande de lui faire et servir un café je le fais)

    – Je reste à sa disposition en permanence (dans la mesure du possible)

    – C’est Lui qui choisi comment je m’habille, me coiffe, me maquille quand il veut choisir où que je ne le sais pas moi-même

    – Je dois Lui demander l’autorisation pour manger ou boire certaines choses

     

    Ma soumise, qui ne vit pas avec N/nous, a également des rituels quotidiens (mis en place ensemble) :

    – Elle doit m’envoyer une photo de sa tenue et de ses repas

    – Elle doit m’envoyer une photo de bonne nuit dans la position de choix, celle qui montre le plus sa soumission au moment T

    Elle a également des règles (mises en place ensemble) :

    – Elle doit me demander l’autorisation pour se masturber ou voir un plan Q, et pour jouir lorsque cela est possible (compliqué à distance, mais je peux lui donner un nombre d’orgasmes autorisés par exemple)

    – Elle doit me demander l’autorisation pour manger ou acheter certaines choses

     

    Tout cela a été mis en place avec l’accord des deux parties, et tout est adaptable en fonction des situations.

    La communication, l’honnêteté et la franchise sont des points très important dans mes deux relations (BDSM plus que spank mais je suis proche du monde de la fessée car c’est par là que j’ai commencé 😊).

    #77777
    Dreaming_Marie
    Participant


    En légère contradiction avec les réponses précédentes, je dirais que pour moi les règles n’ont pas leur place en dehors du sexe. Si j’ai besoin d’obéir, de me soumettre pour prendre du plaisir, je ne supporte aucune entrave dans ma vie quotidienne, fût-elle pour mon bien. Je comprends plutôt bien le désir de prolonger la complicité d/s en dehors de la chambre à coucher, cela a longtemps fait partie de mes fantasmes, mais n’a pas résisté à l’épreuve de la réalité. Je ne suis en fin de compte qu’une tête de mule obstinée, je déteste les règles, le protocole et les cadres.

    Voilà donc pour un point de vue différent. Comme vous le disiez dans le post d’origine, j’imagine qu’il y a autant de recettes que de cuistots/gourmets !

    #77872
    Miss Whimsical
    Modérateur


    Voilà donc pour un point de vue différent. Comme vous le disiez dans le post d’origine, j’imagine qu’il y a autant de recettes que de cuistots/gourmets !

    Exact et avec le temps, on change aussi parfois d’avis et d’envies.

    Je rejoins beaucoup @christal sur la première partie de son commentaire, en particulier au sujet des règles qui ne sont pas immuables. Pour ma part, c’est particulièrement vrai. J’aime la contrainte, et donc j’aime devoir suivre certaines consignes. Des consignes purement sexuelles (masturbation etc.), ou en rapport avec des “habitudes de vie”, parce que c’est excitant, parce que cela participe à enrichir une relation, parce que je trouve aussi que c’est une marque de tendresse. Je trouve ce mot très bien choisi ! J’ai besoin d’avoir une complicité avec mon ou ma partenaire qui dépasse le plan sexuel, qu’il ou elle s’intéresse à moi pour qui je suis, et réciproquement. Et donc, si on me fixe un couvre feu par exemple, alors que j’ai tendance à me coucher tard depuis quelques jours, je vais me prêter au jeu… parce qu’à un instant T, je vais trouver cela mignon et excitant, mais ça ne durera pas dans le temps. C’est valable pour tout un tas d’autres exemples. J’aime les règles en CDD ! Parce que je n’ai pas besoin d’un cadre. Parce qu’elles peuvent vite me lasser. Parce que je considère que les règles ne sont pas le socle de notre relation. Bien sûr, elles peuvent renforcer le lien, participer au tissage, mais pas le définir.

    Fondamentalement, je n’ai pas besoin que l’on me guide ou que l’on m’aide à atteindre mes objectifs. Je sais ce qui est bon pour moi et je trace ma route comme je l’entends (ce qui ne m’empêche pas de rester sensible à une oreille attentive et bienveillante par ailleurs, j’aime échanger, considérer un avis différent du mien etc.). De plus, j’ai absolument horreur de me sentir contrôlée au quotidien et je suis profondément allergique à toute forme de routine. Et c’est de pire en pire en vieillissant (Rires! Eh oui, conjuguer mes envies de domination, de contrainte, et ma personnalité somme toute assez sauvage n’est donc pas une mince affaire tous les jours héhé)

    Pour finir, je dirai que les règles sont pour moi un outil formidable, avec lequel on peut jouer, se renouveler, qui mène au plaisir partagé, intellectuel et sexuel.

    https://missw-s-bonnet.blogspot.com/

    #77880
    LeClaqueFesses
    Participant


    A mes débuts, les « maîtres » du milieu me vantaient la poigne, la force de caractère des dominants, sachant tenir la dragée haute aux pires vilaines…
    Capricieuses, teignes, pestes, expertes en procrastination, petites impolies,… toutes finissaient par plier aux règles imposées… maintenues par une poigne de fer… soumise à l’implacable rigueur de leur vénérable dom !

    Les yeux pleins d’étoiles quelques centimètres au dessus d’un viril début de poils au menton , je me suis dis « cool, enfin une piste pour atteindre mon rêve !! La constitution d’un harem à 3 chiffres de soumises dévouées se mettant en compétition pour obtenir mon attention ! Je vais être le Calife des culs rougis ! Quelques règles bien ficelées et hop  à moi la vie de Pacha !! »

    J’aime les règles en CDD !

    Des années plus tard, je me rend compte que je me suis bien fait rouler par les anciens ! Désormais nous sommes des intérimaires, le UberDom avec des règles à la commande !
    Mon Harem … Non !!

    #77885
    Nush
    Maître des clés


    Point un : je me donne à moi-même tellement de règles (je suis la reine des listes, des interdits, des to do, des obligations morales, etc.) que cela me rend inatteignable question comportement et règles de vie.

    Point deux : j’accepte certaines modifications de ‘mes’ règles à ‘ses’ règles dans la mesure où elles me conviennent (oui je sais ce n’est pas très orthodoxe).

    Point trois : je n’ai pas eu de relation suffisamment longue et/ou consistante pour que je puisse dire qu’il y avait vraiment une construction de règles autour des pratiques.

    Point quatre : No rules !!

     

    NB : quoique cette histoire de règles en CDD restera dans les annales du forum!

     

    C'est la nuit qu'il est beau de croire en la lumière.
    #77895
    Monsieur Jones
    Maître des clés


    Personnellement j’aime plusieurs choses en ce qui concerne les règles.
    J’aime l’idée d’être une épaule bienveillante sur laquelle se poserait un papillon pour y trouver un refuge temporaire. J’aime aussi accompagner un papillon au combat, c’est à dire à relever ses défis ou réaliser ce qui lui tient à cœur.
    Etre là pour elle, comme si c’était “la matière” qui donnait un sens à toute la relation disciplinaire que nous partageons.

    Parfois, une alchimie bien étrange fait que, parce qu’elle en a besoin et envie et parce que ça me plait d’aller à sa rencontre de cette manière, j’aime lui imposer de la rigueur ou de la contrainte dans des domaines assez différents comme l’hygiène de vie, le travail, le contrôle sexuel, etc… et en fait pour n’importe quel domaine que nos échanges pourraient convoquer.

    Je le fais parfois de façon coercitive (dans ce cas c’est infantilisant) mais parfois aussi en lui suggérant mon point de vue sans vraiment le lui imposer.
    On dit que faire un feed-back à quelqu’un c’est lui faire un cadeau.
    Et ce que j’aime c’est quand elle revient vers moi, victorieuse d’une petite bataille, parce qu’elle m’a écouté et a mis en application ce que je lui avais dit.

    Une règle n’a de sens pour moi que lorsque son objectif est partagé et désiré.
    (Attention, on peut très bien désirer quelque chose de masochiste… héhéhé)

    Aussi, elle peut parfois être définie d’emblée comme elle peut aussi s’inviter en passager clandestin d’une relation, avec la douceur de l’évidence.
    Une règle tacite qui n’a pas été énoncée mais qui, désirée par les deux, devient inhérente à la relation… c’est un peu le Saint Graal, non ?

    Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

    #77896
    Paulparis
    Participant


    On a souvent dit, dans nos débats, qu’au delà des apparences c’est souvent la personne soumise qui mène le jeu. C’est pour moi évident si on regarde les choses en face. C’est de son plein gré qu’une femme se soumet à un homme et qu’elle interrompt la relation si cela ne lui convient plus. Le respect et le consentement mutuel étant la règle intangible de nos relations, c’est bien celle qui subit qui dispose du dernier mot… même si les apparences plaident pour le contraire.

    Les règles sont donc acceptées, avec plus ou moins de bonne volonté, mais si elles ne sont pas le fait des deux parties, elles n’ont pas lieu d’être. Si j’impose une règle, c’est plus par la conviction que j’y arriverai que par la punition !

    #77905
    Manfred
    Participant


    Voila un sujet intéressant, qui, me semble-t-il, pose l’éternelle question du jeu vs la réalité. Il y a ces règles que l’on impose pour alimenter le jeu, installer la relation de domination, justifier une éventuelle punition mais qui sortent du cadre de la vie courante. Pour ma part, sans doute parce que le fantasme est lié à un côté paternel que j’ai en moi, j’aime que la pratique soit le plus possible associée au quotidien. J’entends par là que j’aime punir lorsqu’elle me cause du tort (par exemple un retard excessif) ou qu’elle se cause du tort à elle même en se livrant par exemple à des addictions coupables. La distinction importante, c’est qu’il faut que j’y croie un peu et elle aussi : ainsi, en poursuivant mon exemple, mon aversion des retards est légendaire. Même s’il reste toujours une part de jeu puisque elle et moi y trouvons du plaisir, j’aime l’idée de progression, d’éducation. En revanche je n’ai aucune attirance pour les défis sans objet. Bien entendu, ce rôle d'”encadrement” doit être quelque chose qu’elle attend de moi et qui a été discuté au préalable. Beaucoup ici sont de trop grandes filles pour avoir besoin de cela !  Du coup, la punition n’est pas programmée, ne rentre pas dans des “séances” et la relation doit impliquer une complicité, une forme de vie à deux. Mais peut-être sont-ce là des idées de débutant…

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 4 mois et 2 semaines par Manfred.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 4 mois et 2 semaines par Manfred.
15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 19)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com