Houdini

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 15)
  • Auteur
    Messages
  • #34523
    mi-ange
    Participant


    1

    Je ne prétends pas me rendre aussi célèbre que cet illusionniste, mais le dernier week-end avec mon spanker a bien été sous le signe de la magie.
    Petit cours d’histoire : Le grand Harry Houdini avait comme vrai nom Ehrich Weisz et est né le 24 mars 1874.
    La petite mi-Ange a pour vrai nom Ange et est née le 24 mars aussi (année inconnue).
    Mais pour ce week-end particulier, la ressemblance ne s’est pas arrêtée là.
    Rembobinons, voulez-vous (expression désuète, j’en conviens).
    Nous sommes le jeudi 13 décembre, il est 20h30 et je suis dans ma voiture à attendre mon spanker.
    Le train arrive et je me précipite dans ses bras pour un claclin tant attendu (un claclin un câlin avec des claques sur les fesses… Un vrai bonheur)
    Nous rejoignons notre restaurant, une aventure ne pouvant commencer que par un bon repas… Un peu comme dans Asterix, mais à l’envers.
    Nous voilà propulsés dans notre aventure fessesque.
    Car, quelle que soit l’heure, les retrouvailles sont toujours claquantes.
    Et mon impatience à prendre ma fessée laisse à peine le temps à mon spanker de défaire ses affaires et les petits cadeaux souvent gourmands qu’il m’apporte.
    (Pour tout spanker désirant me fesser il est de mise de m’apporter noisettes, noix et autres petites choses gourmandes, voilà, ça c’est dit ?, je plaisante… Quoique…)
    Le vendredi matin, petite fessée de réveil (enfin… Pas si petite, sinon je râle)
    Le temps file entre petits jeux et câlins.
    Il est déjà l’heure de partir pour un lieu unique.
    Nous avons réservé La Maison des soupirs, à quelques kilomètres de Libourne.
    Waze nous emmène à grands coups de détours (Gilets jaunes obligent) vers l’inconnu.
    Arrivé sur place nous sommes chaleureusement accueillis par L.
    Elle nous présente un lieu magique qui n’a rien à envier aux donjons parisiens.
    Une première salle de jeu avec table à fesser, toile d’araignée, croix de St André, cage et une grande roulette spéciale sévices nous ravit déjà.
    Un bar avec micro-ondes est à notre disposition dans une salle à suivre. Un cachot s’y loge aussi. Je n’aime pas les endroits confinés et sombres : me faudra-t-il être sage ?
    À l’étage une chambre spacieuse, une salle de bain luxueuse et deux autres salles de jeux.
    La première à un pilori qui attire nos regards, une croix et un banc de prière.
    La deuxième a une balançoire et un siège gynéco. Une camisole de force nous fait de l’oeil.
    La maîtresse des lieux se retire nous laissant seuls avec nos fantasmes et largement de quoi les assouvir.
    Tout est à nous jusqu’au lendemain 14h. C’est magique.
    Je suis excitée et angoissée à la fois, car c’est ici que mes punitives auront lieu et nous avons non seulement loué les lieux, mais aussi tous les instruments : et il y a à un certain nombre.
    Et alors que j’essaye de détourner la conversation sur la magie des lieux, Monsieur me ramène durement à la réalité et me demande de me préparer et de me mettre en position.
    Il m’avait prévenu : cette fois j’étais bonne pour la table à fesser.
    Le nom même me fait frémir de peur et d’envie mélangées.
    Les vidéos vues sur le net ne m’ont guère rassurée.
    J’enlève pantalon et culotte la boule au ventre.
    Et je me positionne tant bien que mal… On doit encore adapter quelque peu en mettant des serviettes pour compenser mon petit gabarit.
    Je me retrouve ligotée dans une position inconfortable et humiliante.
    Je suis anxieuse et je respire vite.
    Mon cœur tambourine trop fort.
    Il est 19h et je regrette déjà ce qui m’est reproché.
    Je ne sais pas ce qui m’attend, il ne me dira pas quels instruments s’abattent sur mes rondeurs. L’angoisse fait partie intégrante de la punition.
    Dès le premier coup, je crie et je me vois obligée de mettre un bâillon .
    Je ne reconnais aucun instrument, j’ai mal, je me débats tant bien que j’arrive à me libérer.
    Mon spanker me rattache, mais ma peur me donne des dons que je ne me connaissais pas et je me libère à nouveau très vite.
    Je me tortille tant et si bien que je faillis de tomber de la table.
    Le spectacle doit être particulièrement drôle, mais moi je pleure tellement que j’ai du mal à respirer.
    Cette punition me semble interminable et chaque mouvement de mon spanker me fait serrer instinctivement les fesses.
    La correction s’arrête enfin, je ne bouge plus, exténuée. Il est 19h30.
    La fessée a été à la hauteur de la faute.
    Moi qui ne marque que peu, j’ai les fesses bien rouges.
    Je finis par sécher mes larmes et mon spanker prépare un petit souper.
    Puis nous nous amusons un peu en faisant le tour des salles.
    J’essaye tout, y compris la cage et le cachot…
    Puis nous rejoignons la luxueuse chambre ou je m’amuse à glisser sur les draps.
    Le lendemain j’attends ma fessée pour me lever.
    Petit déjeuner très copieux (compris dans la location) et direction la roulette des sévices…
    Nous changeons les étiquettes avec de petits papiers improvisés afin de les adapter à nos envies.
    J’essaye ainsi les verges (j’ adore !), la bougie (que j’apprécie nettement moins), et un certain nombre de martinets du plus doux au plus piquant.
    Une deuxième punitive m’attend, mais elle sera moins longue que la première et mes larmes moins nombreuses.
    Monsieur s’amuse aussi avec diverses entraves, dont je me défais avec plus ou moins d’aisance.
    Mais aucune ne me résistera.
    Maintenant, vous pouvez m’appeler La petite Oudini ? ? ?
    J’avoue profiter de mes poignets très fins…
    Je bande les muscles de mes bras au moment où Monsieur me ligote puis une fois bien attachée je me relâche , rentre mes pouces dans les mains et… glisse …
    Nous remontons à l’étage . Pour essayer le pilori. Nous devons tricher sinon je peux aussi m’en échapper trop facilement.
    Nous finissons enfin la matinée avec la camisole de force…
    Le séjour fut merveilleux, magique, fantastique.
    Mes fesses en sont ressorties rosies et Xavier et moi heureux.
    Nous retournons chez moi, car si la maison des soupirs est déjà derrière nous (nous y retournerons c’est sur !) le we n’est pas fini.
    Le samedi après midi est dédié aux jeux…
    Une fois n’étant pas coutume, il n’y aura pas de kikimefesse.
    Mais plusieurs jeux avec costumes.
    Je suis tantôt la vilaine étudiante punie, tantôt la mère Noël fessée (et oui, Noël approchant, le costume est de mise).
    Nous ne nous préoccupants plus des voisins qui doivent avoir un concerto de claques sur fond de mon rire inimitable.
    La journée passe trop vite et nous voilà déjà dimanche.
    Le jour du carnet…
    Un carnet bien trop rempli.
    Plus de 100 entrées, mes fesses sont inquiètes, et elles ont de quoi.
    Je m’installe sur les genoux de mon spanker, il m’a promis “mère grand” (un paddle lourd de chez London Tanners) et je ne fais pas ma fière.
    Mon pantalon et ma culotte sont relégués à mes chevilles, le dictaphone enclenché (pour les souvenirs).
    Mon spanker commence à lire et à mon grand soulagement je reçois une fessée manuelle.
    Il y va fort et très très longtemps je pleurniche un peu, enchaîne les pardons et autres promesses d’amélioration.
    Mes fesses me chauffent, mais au fond de moi je suis soulagée qu’il ai oublié le lourd London Tanner.
    Je reçois bien plus de 200 claques sous fond de sermon.
    Mes mains essaient de protéger mes fesses, mais je ne parviens qu’à me faire emprisonner les poignets dans la main libre de mon spanker pendant que l’autre continue inlassablement son labeur.
    La fessée finie je me détends naïvement, quand un “bon, passons au carnet pour de bon” me met en panique.
    Mon spanker reprend tous les points les plus embêtants (en enlevant les fessées gentilles pour bon comportement) et je reçois un coup de mère-grand pour chaque bêtise… Et il y a une centaine de bravades.
    Une fois la correction reçue, mes fesses assez chaudes pour chauffer un grand salon, mon spanker me dit “je crois que tu es à point pour la ceinture)”.
    Je me lève de ses genoux, me couche sur le matelas et reçois , avec beaucoup de plaisir, j’ose avouer, 25 coups de ceinture.
    Nous pouvons alors nous préparer au retour.
    Je raccompagne mon spanker à la gare avec un pincement au cœur qui me semble plus grand à chacune de ses visites.
    Mes fesses sont encore chaudes, je sens son empreinte sur ma peau, j’adore ça : je suis si fière d’être sa spankee .

    #34524
    mi-ange
    Participant


    2

    D’autres photos delicieuses vous attendent…Patience les spankers ?

    #34529
    Paulparis
    Participant


    Des deux photos que vous avez publiées ici il y en a une que je préfère…. mais qui serai mieux avec un peu de rouge !

    #34530
    mi-ange
    Participant


    @paulparisfr… Une etude à en effet demontré que les hommes etaient attiré par le rouge…. Je n’ai pas de chance je ne rougi que difficilement.
    Cependant, si vous insistez et le demandez gentiment l’apres punitive est assez évocatrice de ma pénitence…

    #34542
    Paulparis
    Participant


    J’attend avec intérêt cette photo aux tons plus vifs et je vous le demande gentiment ! : “Mi ange, vous allez poster une photo de vos fesses à juste titre rougies dans les plus bref délais, sans quoi vous pourrez vous retrouver cul nu sur mes genoux ! A bon entendeur ….”

    #34544
    mi-ange
    Participant


    @paulparisfr… Non… Non… J’aime me faire claquer le cul… Prometez moi une gentille mais claquante fessée alors… Peut être aurez vous, en privée, une très belle photo.

    #34545
    Paulparis
    Participant


    @mi-ange : Vous méritez vraiment que je dessine quelques belles lignes rouges et parallèles sur votre derrière vous. Lisez mon message précédent… et obéissez vite !

    #34555
    mi-ange
    Participant


    @paulparisfr.. Vous me tentez ?.

    #34560
    mi-ange
    Participant


    @paulparisfr petit cadeau :

    1

    #34593
    Paulparis
    Participant


    @mi-angeBravo ! Manifestement la fessée fut magistrale. Pour autant il y a quelques retouches à faire pour uniformiser la couleur. Un petit tour sur mes geins vous ferait grad bien !

    #34594
    mi-ange
    Participant


    @paulparisfr je vous sens perturbé.
    Vos geins ? Grad bien ? ?? ?

    #34598
    Paulparis
    Participant


    perturbé…. Non
    Un petit tour sur mes genoux vous ferait grand bien !
    Et de plus en plus manifestement

    #34630
    Professeur Max
    Participant


    Eh bien! On dirait que le mois de décembre à été chaud! Non ?

    http://professeurmax.canalblog.com/

    #35287
    Vincent flâneur
    Participant


    Ange et prof Xavier, vous êtes effectivement tous deux des magiciens. Ange, pour supportez avec autant d’entrain toutes ces fessées, sans parler de ta capacité à échapper aux liens… et prof Xavier pour réussir à donner une telle couleur aux fesses d’Ange qui, nous le savons, rougissent si difficilement. Mille bravo ! Je vous souhaite plein d’autres week-ends tendres et cuisants 🙂

    #35313
    Pro Fesseur Xavier
    Participant


    Merci ma spankee pour ce joli récit de notre rencontre de décembre. Que de bons souvenirs. Note à tous les chanceux qui peuvent se rendre en Gironde, la maison des soupirs vaut vraiment le détour. On peut privatiser le club, c’est un peu comme un gîte mais très amélioré 🙂

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 15)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com